Union des républiques socialistes soviétiques

« Union des républiques socialistes soviétiques » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Russie soviétique)
Aller à : navigation, rechercher
Confusion Ne pas confondre avec Russie ou RSFS de Russie !
Super article Tu lis un « super article ».
Union des républiques socialistes soviétiques
(ru) Союз Советских Социалистических Республик
30 décembre 1922 - 26 décembre 1991
68 ans, 11 mois et 26 jours
Drapeau Blason
Drapeau Blason
URSS après la Seconde Guerre mondiale
URSS après la Seconde Guerre mondiale
Informations générales
Régime 1922 à 1990 : Dictature totalitaire communiste à parti unique.
1990 à 1991 : République
Capitale Moscou
Москва en russe
Langue Aucune (russe majoritairement)
Monnaie Rouble
Religion Aucune (athéisme d'État)
Hymne L'Internationale (1922 – 1944)
Hymne d'État de l'URSS (1944 – 1991)
Démographie et Superficie
Population 293 047 571 hab. (1991)
Superficie 22 402 200 km² (1 991) km2
voir modèle • modifier

L'Union des républiques socialistes soviétiques, appelée aussi Union soviétique ou URSS en abrégé (en russe : Союз Советских Социалистических Республик, abrégé en : СССР (prononcé SSSR) : Soïouz Sovietskikh Sotsialistitcheskikh Riespoublik) est un État fédéral communiste formé de quinze Républiques socialistes soviétiques. Parmi ces quinze républiques, la Russie est la plus grande. Cet État a existé de 1922 jusqu'à sa dissolution en 1991 après la secession des quinze républiques qui la constituaient en quinze États indépendants. Il a donc existé 68 ans, 11 mois et 26 jours. L'URSS succède, dans l'histoire russe, à la Russie impériale et est suivie de la Fédération de Russie comme successeur légal.

Plus vaste État du monde, l'URSS occupait 1/6e des terres émergées. Elle s'étendait de la mer Baltique à la mer Noire et à l'océan Pacifique (partie nord de l'Eurasie). La taille du territoire de l'URSS a évolué dans le temps, surtout avant et à l'issue de la Seconde Guerre mondiale, et durant la période stalinienne en général, notamment sur les territoires polonais, finlandais et roumains.

C'est avec la Révolution russe de 1917 et la Guerre civile russe que l'URSS a été créée. Cette révolution s'est faite en deux temps :

Lénine, à la tête du mouvement bolchévique, veut transformer la Russie en une union de républiques basée sur les différentes ethnies. Cet objectif diffère des ambitions de Joseph Staline qui veut fonder une seule et même RSFS de Russie. Toutefois, Staline revient sur ses positions, et l'on vit, dans les années 1925-1939, la création de plusieurs républiques fédérées (dans le Caucase ou encore en Asie centrale).

L'URSS est au cours de son existence l'une des deux superpuissances du monde, l'autre étant les États-Unis qu'elle concurrence pendant la deuxième moitié du XXe siècle. Elle est un membre fondateur de l'Organisation des Nations unies dont elle détient un siège permanent au Conseil de sécurité. Cependant, selon l’URSS, l’ONU est un pion au service des Etats-Unis Le régime joue un rôle central pendant la Seconde Guerre mondiale (appelée « Grande Guerre patriotique » par les Soviétiques) et est l'un des plus importants acteurs de la victoire des Alliés contre l'Allemagne nazie. La victoire a procuré au pays un prestige mondial qui lui a permis d'exercer son influence sur tout un bloc soviétique le soutenant et copiant son modèle social et économique communiste. L'URSS fonde une alliance militaire appelée le Pacte de Varsovie. En technologie, l'URSS se dope de la bombe atomique en 1947 et réussit des prouesses dans le spatial. L'URSS est le premier pays à envoyer un satellite (Spoutnik), un animal (la chienne Laïka) et un homme (Youri Gagarine) dans l'espace et réussit à réaliser la première sortie extra-véhiculaire (par Alexeï Leonov) et à poser des robots sur la Lune (sondes Luna).

L'URSS est sous un régime totalitaire, en particulier sous la période stalinienne. Elle défend l'idéologie du communisme et du collectivisme. Elle met en place de nombreux moyens allant jusqu'à s'immiscer dans la vie privée des individus afin de soumettre son peuple à cette idéologie. Cela va de la propagande à la répression. L'ère stalinienne reste dans la mémoire comme l'une des plus répressives et meurtrières de l'humanité. Pendant cette époque, l'URSS s'est dotée de camps de concentration appelés Goulag où se trouvaient les prisonniers politiques qui constituaient une main d'œuvre gratuite. Plus de 18 millions de personnes se sont retrouvés détenues dans le Goulag et environ 1,6 millions d'entre elles y ont péri des conditions de travail très rudes. Les années 20 et 30 sont marquées par les violentes purges et plusieurs famines comme celle du Holodomor qui ont causé des millions de morts.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le wikicode]

L'URSS est un pays très étendu (22 402 200 km2), de loin le plus grand du monde : plus du double du Canada (≈ 10 millions km²) ou de la Chine (≈ 9,6 millions km²), pays les plus vastes après l’URSS. C’est le troisième pays le plus peuplé (290 millions d’habitants en 1991) après la Chine (1,13 milliard) et l’Inde (≈ 850 millions). En revanche, sa densité de population (13 hab./km²) était est plus faible que la moyenne mondiale (près de 40 hab./km² à la même époque).

C'est aussi un pays des plus variés, avec plus de 100 nationalités (ethnies) recensées sur son territoire, une soixantaine de langues1 et cinq religions (le christianisme - particulièrement l'orthodoxie, l'islam, le judaïsme, le bouddhisme et le chamanisme), bien que l'état communiste se veuille, selon sa doctrine, sans religion. L'État ne reconnaît aucune religion officielle et se définit comme un état athée.

Frontières[modifier | modifier le wikicode]

Pendant toute son existence, l'URSS est le plus grand pays du monde en superficie. Son territoire est au contact direct de nombreux autres pays :

Républiques[modifier | modifier le wikicode]

1917 - 1940[modifier | modifier le wikicode]

Entre 1917 et 1940, plusieurs Républiques se forment, et certaines de dissolvent également. En voici la liste :

Carte de l'Union soviétique en 1922 (la RSFS de Russie est surlignée en rouge).
Républiques socialistes soviétiques
République soviétique Date de création État indépendant actuel
Flag of the Armenian Soviet Socialist Republic (1940-1952).svg République socialiste soviétique d'Arménie 2 décembre 1920 Arménie Arménie
Flag of the Azerbaijan Soviet Socialist Republic (1940-1952).svg République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan 28 avril 1920 Azerbaïdjan Azerbaïdjan
Flag of the Byelorussian Soviet Socialist Republic (1937-1951).svg République socialiste soviétique de Biélorussie 1 janvier 1919 Biélorussie Biélorussie
Flag of the Bukharan People's Soviet Republic.svg République soviétique populaire de Boukhara 8 octobre 1920 (dissoute le 17 février 1925) Ouzbékistan Ouzbékistan
Tadjikistan Tadjikistan
Turkménistan Turkménistan
Flag of the Karelo-Finnish SSR (1940-1953).svg République socialiste soviétique carélo-finnoise 31 mars 1940 Russie Russie
Flag of the Estonian Soviet Socialist Republic (1940–1953).svg République socialiste soviétique d'Estonie 21 juillet 1940 Estonie Estonie
Flag of the Georgian Soviet Socialist Republic (1937–1951).svg République socialiste soviétique de Géorgie 25 février 1921 Géorgie Géorgie
Flag of the Kazakh Soviet Socialist Republic (1940-1953).svg République socialiste soviétique kazakhe 5 décembre 1936 Kazakhstan Kazakhstan
Flag of Khiva 1920-1923.svg République soviétique populaire de Khorezm 26 avril 1920 (dissoute le 17 février 1925) Kazakhstan Kazakhstan
Ouzbékistan Ouzbékistan
Turkménistan Turkménistan
Flag of the Kirghiz Soviet Socialist Republic (1940-1952).svg République socialiste soviétique kirghize 5 décembre 1936 Kirghizistan Kirghizistan
Flag of the Latvian Soviet Socialist Republic (1940–1953).svg République socialiste soviétique de Lettonie 21 juillet 1940 Lettonie Lettonie
Flag of the Lithuanian Soviet Socialist Republic (1940–1953).svg République socialiste soviétique de Lituanie 3 août 1940 Lituanie Lituanie
Flag of the Moldavian Soviet Socialist Republic (1941-1952).svg République socialiste soviétique moldave 2 août 1940 Moldavie Moldavie
Flag of the Uzbek Soviet Socialist Republic (1937-1941).svg République socialiste soviétique d'Ouzbékistan 27 octobre 1924 Ouzbékistan Ouzbékistan
Flag of the Russian Soviet Federative Socialist Republic (1937–1954).svg République socialiste fédérative soviétique de Russie 23 janvier 1918 Russie Russie
Flag of the Tajik Soviet Socialist Republic (1940–1953).svg République socialiste soviétique du Tadjikistan 5 décembre 1929 Tadjikistan Tadjikistan
Flag of the Transcaucasian SFSR.svg République socialiste fédérative soviétique de Transcaucasie 12 mars 1922 (dissoute le 5 décembre 1936) Arménie Arménie
Azerbaïdjan Azerbaïdjan
Géorgie Géorgie
Flag of the Turkmen Soviet Socialist Republic (1940–1953).svg République socialiste soviétique du Turkménistan 27 octobre 1924 Turkménistan Turkménistan
Flag of the Ukrainian Soviet Socialist Republic (1937-1949).svg République socialiste soviétique d'Ukraine 10 mars 1919 Ukraine Ukraine

1954 - 1991[modifier | modifier le wikicode]

Entre 1954 et 1991, l'Union soviétique était composée de quinze républiques socialistes soviétiques (abrégé RSS) :

Les quinze républiques fédérées soviétiques.
Républiques socialistes soviétiques
République soviétique Date de création État indépendant actuel
1 Flag of the Armenian Soviet Socialist Republic (1952–1990).svg République socialiste soviétique d'Arménie 2 décembre 1920 Arménie Arménie
2 Flag of the Azerbaijan Soviet Socialist Republic (1956–1991).svg République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan 28 avril 1920 Azerbaïdjan Azerbaïdjan
3 Flag of the Byelorussian Soviet Socialist Republic (1951–1991).svg République socialiste soviétique de Biélorussie 1 janvier 1919 Biélorussie Biélorussie
4 Flag of the Estonian Soviet Socialist Republic (1953–1990).svg République socialiste soviétique d'Estonie 21 juillet 1940 Estonie Estonie
5 Flag of the Georgian Soviet Socialist Republic (1951–1990).svg République socialiste soviétique de Géorgie 25 février 1921 Géorgie Géorgie
6 Flag of the Kazakh Soviet Socialist Republic.svg République socialiste soviétique kazakhe 5 décembre 1936 Kazakhstan Kazakhstan
7 Flag of the Kyrgyz Soviet Socialist Republic.svg République socialiste soviétique kirghize 5 décembre 1936 Kirghizistan Kirghizistan
8 Flag of the Latvian Soviet Socialist Republic (1953–1990).svg République socialiste soviétique de Lettonie 21 juillet 1940 Lettonie Lettonie
9 Flag of the Lithuanian Soviet Socialist Republic (1953–1988).svg République socialiste soviétique de Lituanie 3 août 1940 Lituanie Lituanie
10 Flag of the Moldavian Soviet Socialist Republic (1952–1990).svg République socialiste soviétique moldave 2 août 1940 Moldavie Moldavie
11 Flag of the Russian Soviet Federative Socialist Republic (1954–1991).svg République socialiste fédérative soviétique de Russie 23 janvier 1918 Russie Russie
12 Flag of the Tajik Soviet Socialist Republic.svg République socialiste soviétique du Tadjikistan 5 décembre 1929 Tadjikistan Tadjikistan
13 Flag of the Turkmen Soviet Socialist Republic (1973–1991).svg République socialiste soviétique du Turkménistan 27 octobre 1924 Turkménistan Turkménistan
14 Flag of the Ukrainian Soviet Socialist Republic.svg République socialiste soviétique d'Ukraine 10 mars 1919 Ukraine Ukraine
15 Flag of the Uzbek Soviet Socialist Republic (1952–1991).svg République socialiste soviétique d'Ouzbékistan 27 octobre 1924 Ouzbékistan Ouzbékistan

Chaque république fédérée était divisée en régions (oblast), à l'exception des RSS de Lettonie, de Lituanie, d'Estonie, de Moldavie et d'Arménie. Certaines grandes républiques (Russie, Géorgie, Azerbaïdjan, Ouzbékistan et Tadjikistan) avaient sous leur contrôle des régions autonomes, comme par exemple pour la RSFS de Russie.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Les origines de l'URSS : Les révolutions de Février et d'Octobre 1917 et la guerre civile[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Révolution russe

Prémices[modifier | modifier le wikicode]

Au début du xixe siècle, la Russie tsariste est en mauvaise posture. Plusieurs mouvements révolutionnaires émergent à cause de la révolution de 1905, et à cause de la défaite de la guerre russo-japonaise. C'est surtout en 1917 que le peuple est le plus mécontent car le pays est épuisé par la Première Guerre mondiale, et c'est là que va se produire la première révolution russe, celle de février 1917. Elle provoque en quelques jours l'abdication de l'empereur Nicolas II et la fin de l'Empire russe.

Le nouveau gouvernement mis en place prolonge l'engagement de l'Empire Russe dans la Première Guerre mondiale et n'arrive pas à engager des réformes. Dès l'été 1917, le peuple lui-même commence à partager les terres. Et au même moment, le gouvernement provisoire perd de l'importance aux yeux du peuple et des ouvriers. Finalement, L'État perd progressivement son autorité sur le pays et l'armée se décompose.

Révolution de 1917[modifier | modifier le wikicode]

Icône voir.png Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Le Parti Bolchevique, un parti aux idées Marxistes mené par Lénine, devient de plus en plus majoritaire dans les conseils politiques ouvriers et paysans. Le 25 octobre 1917, ce parti renverse le gouvernement provisoire dans ce que l'on appelle la Révolution d'Octobre. Le slogan des révolutionnaires est simple : « Usines aux ouvriers, terres aux paysans, paix aux peuples ! », ce qui signifie que lorsqu'ils prendront le pouvoir, ils sortiront la Russie de la Première Guerre mondiale, et nationaliseront le pays, c'est-à-dire que les entreprises, les usines ou encore les commerces appartiendront désormais à l'État, et non plus aux différentes personnes ou aux groupes de personnes qui les possédaient jusqu’à présent.

Ainsi, le tout nouveau parti bolchevique sort le pays de la guerre, par le traité de Brest-Litovsk. Un traité de paix avec l'Empire allemand, où il y laissent un très grosse partie de l'Ukraine, mais également la Biélorussie, les pays baltes, et la Pologne. En tout, la Russie perd 3,6 % de son territoire, 26 % de sa population, 32 % de sa production agricole, 23 % de sa production industrielle et 75 % de ses réserves de charbon. Suite à cela, la propriété privée industrielle est supprimée. Les banques et les usines sont désormais sous le contrôle de l'État. Cette propriété d'État est mise en place sur tout les moyens de production, sauf agricoles. Le marché libre disparaît. Cependant, certains communistes comme Nikolaï Ossinski critiquent ce système économique.

La RSFS de Russie née de la Constitution de 1918, est un État fédéral fonctionnant sur le principe du Centralisme démocratique. En raison de la Guerre civile russe, le pouvoir d'État devient beaucoup plus strict.

Communisme de guerre (1918-1921)[modifier | modifier le wikicode]

Brigade de réquisition bolchévique durant le Communisme de Guerre

La guerre civile causant de plus en plus de problème à l'État, Lénine décrète le "Communisme de guerre" ces caractéristiques sont les suivantes :

Un des éléments fondateurs du régime communiste sous le nom "dictature du prolétariat" se met en place :

  • création de l'Armée rouge le 23 février 1918, au début les soldats sont volontaires puis les inscriptions deviennent obligatoires.
  • la presse et la radio sont censurés, sous le pouvoir du parti.
  • en décembre 1918, la "Tchéka", la police politique soviétique est créée. Des tribunaux sont créés pour juger les ennemis du régime, comme les socialistes révolutionnaires, les mencheviks, les sionistes, les démocrates, et les "blancs" (les révolutionnaires qui veulent conserver le régime Tsariste de Nicolas II de Russie).
  • le parti bolchevik devient progressivement le parti unique.

Avec ce communisme de guerre, Lénine et le parti arrivent à rester au pouvoir. Ils gagnent la guerre civile et la menace des "blancs" semble ne plus exister. Une grande famine est provoquée en 1922 à cause d'un embargo total des puissances de l'occident, et de la politique d’expropriation de biens des paysans pour l'armée. C'est à dire que les biens des paysans étaient donnés aux soldats de l'Armée rouge. Cette famine aura provoqué la mort de millions de Russes, surtout près du fleuve de la Volga.

Naissance de l'Union Soviétique (1922-1923)[modifier | modifier le wikicode]

Création[modifier | modifier le wikicode]
Drapeau de l'URSS de 1924 à 1955

L'URSS naît officiellement le 30 décembre 1922. Le traité d'union est signé entre la RSFS de Russie, la RSFS de Transcaucasie, la RSS d'Ukraine et la RSS de Biélorussie. Il est approuvé le jour même par le premier congrès des Soviets d'URSS. Cependant, il devra attendre avant d'être reconnu internationalement. Une constitution est écrite, c'est la Constitution de 1923. L'union regroupe plusieurs républiques, ce qui fait de l'URSS un état fédéral. Le PCUS devient très rapidement le seul parti politique autorisé.

L'Union Soviétique durant l'entre-deux-guerres[modifier | modifier le wikicode]

La NEP (1921-1929)[modifier | modifier le wikicode]

Après la guerre civile, en 1921, le pays fait face à de grosses difficultés : une famine apparaît et provoque cinq millions de morts. Les paysans ne sont pas contents, et ils commencent à se révolter. Ce mouvement devient inquiétant pour le parti vers mars 1921 avec la révolte de Kronstadt. Lénine décide donc de laisser plus de liberté aux peuples car il reconnaît qu'il ne sert plus à rien de continuer d'exercer une pression sur le peuple pour le maintenir calme. Il met donc en œuvre la « Nouvelle politique économique » (NEP en abrégé), qui libéralise l'économie. La NEP a aussi eu pour effet de rassurer les pays occidentaux, qui eux sont capitalistes et non communistes (l'extrême inverse).

La NEP est un succès : l'économie se remet en place et la famine disparaît peu à peu. Les paysans s'enrichissent, on les appelle les Koulaks, ils représentent la bourgeoisie riche.

Au début, cette mesure, la NEP, se devait provisoire, elle ne devait pas durer dans le temps et devait se stopper dès que le problème fut résolu. Elle fut très largement critiquée par certains membres du PCUS. Ils voyaient en la NEP une trahison aux principes socialistes et voulaient s'empresser de retourner à l'ancien système économique, l'économie planifiée. Il semblerait qu'a sa mort, Lénine considérait que la NEP devait être gardée et appliquée. Il n'a même jamais évoqué la date de fin de la NEP.

Succession de Lénine[modifier | modifier le wikicode]

Attentat contre Lénine en 1918

Prise en main du Parti par Staline[modifier | modifier le wikicode]

De gauche à droite: Staline, Lénine et Kalinine. Photographie datant de 1919

En 1922, la santé de Lénine est mauvaise à cause d'attaques cérébrales dues à un attentat en 1918. Joseph Staline est désigné comme successeur de Lénine. Mais Lénine ne l'appréciait peu, dans son testament, (en janvier 1923) il déclare qu'il fallait le démettre de ses fonctions, il dit de Staline qu'il est « trop brutal, et ce défaut, pleinement supportable dans les relations entre nous, communistes, devient intolérable dans la fonction de secrétaire général ».

Staline doit faire face à l'opposition, notamment celle de Léon Trotski, le fondateur de l'Armée rouge. Ce dernier n’était rentré que tardivement au sein du parti, il était auparavant proche des mencheviks et n'hésitait pas à s'opposer à certaines idées de Lénine. Staline quant à lui, se présente comme une personne loyale envers Lénine et le Parti, car il ne l'a jamais contredit et est rentré au sein du PCUS dès 1904. Pour écarter Trotski, Staline s'associe à plusieurs personnes dont Grigori Zinoviev, premier dirigeant du Komintern et ami proche de Lénine depuis 1905.

Décès de Lénine et montée en puissance de Staline[modifier | modifier le wikicode]

Deux ans après la mort de Lénine, en 1924, les alliés de Staline se désolidarisent de lui et se rapprochent de Trotski et de ses idées fidèles aux leurs. Ils veulent, comme Trotski, abandonner la NEP. Ils forment l'Opposition de gauche. Pour faire face à ce mouvement d'opposition, Staline se rapproche stratégiquement de l'Opposition de droite, sans vraiment croire en leurs idées. Ceux-ci sont favorables à la NEP et pensent qu'il faudrait déjà se concentrer sur le socialisme sur les terres russes avant l'extérieur du pays2. Ils partagent entre autres les idées de Lénine. Il se sert donc de cette aile droite pour chasser ses trois grand opposants de l'Opposition de gauche : Trotski, Zinoviev et Lev Kamenev. Il s’était pourtant allié avec eux, auparavant pour commencer son ascension du pouvoir.

Les années Staline[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Histoire de l'URSS sous Staline
Maintenant que Joseph Staline est au pouvoir, il ne perd pas son temps, et abandonne la NEP. Trotski est exclu du parti en 1929, Kamenev et Zinoviev sont exécutés le 5 août 1936 pour deux motifs : conspiration en vue d'assassiner Staline, puis trahison envers l'État soviétique. Leurs familles sont également exécutées. Trotski meurt assassiné à 60 ans, le 21 août 1940 dans son exil au Mexique. Staline maintenant sans opposant, devient maître de l'Union Soviétique.

Collectivisation et planification[modifier | modifier le wikicode]

Planification économique[modifier | modifier le wikicode]

Ce concept mis en place par Joseph Staline, vise à prévoir les activités économiques de l'État, en favorisant au passage les industries lourdes, et selon des plans quinquennaux (de 5 ans). Ces plans quinquennaux servent à fixer un objectif obligatoire de production. Il y eut au total 10 plans quinquennaux, de 1928 à 1980. Ces mesures sont semblables par exemple au Grand bond en avant en Chine à la même époque3.

Collectivisation des campagnes et la "dékoulakisation"[modifier | modifier le wikicode]

Staline, dès l'année 1929 supprime la propriété privée dans les campagnes : Que ce soit les outils, les champs ou les animaux, tout est mis en commun. Les engins de production sont regroupés dans les kolkhozes ou sovkhozes. Cependant, cette collectivisation imposée n'est pas appréciée par tout le monde. Les paysans, au lieu de donner leur troupeaux comme ordonné, abattent leur bêtes pour se nourrir. En réaction face à cette contestations, Joseph Staline offre à chaque kolkhozien une parcelle de terre.

Selon Staline, les koulaks doivent être exterminés. Et entre 1929 et 1935, C'est plus de deux millions de paysans qui sont déportés et plusieurs millions d'entre eux meurent de faim. Les biens de ces koulaks sont aussi confisqués. Cette famine organisée est considérée pour beaucoup de pays comme un génocide.

Industrialisation de l'URSS[modifier | modifier le wikicode]
Article à lire Article à lire : Industrialisation de l'URSS avant la Seconde Guerre mondiale

Sous l'Empire Russe, le pays était déjà une puissance économique émergente, mais était resté très rural et l'économie surtout fondée sur l'agriculture, Joseph Staline voulait développer une industrie lourde afin de devenir une puissance économique et industrielle majeure dans le monde. Pour y parvenir, Staline utilise différents moyens. L'exemple le plus frappant est celui de l'utilisation de millions de prisonniers du système des Goulags pour construire d'immenses infrastructures comme des barrages (par exemple sur le fleuve Dniepr) ou des canaux (par exemple le canal Moscou-Volga et le canal Volga-Don. Des villes entières sont même construites par des détenus, comme par exemple la ville de Vorkouta4. Les conditions de travail et de détention des détenus sont atroces, et s'ils ne respectaient pas les quotas imposés, ceux-ci pouvaient être accusés de trahison et donc exécutés. Ces quotas sont par ailleurs extrêmement durs à remplir, et les mineurs doivent donc travailler entre 16 et 18 heures par jour. En 1938 est créé le livret ouvrier pour comptabiliser les retards et absences de chaque ouvrier.

Icône voir.png Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

On comptabiliserai 127 000 victimes de ce premier plan quinquennal (1928-1932). Les restrictions causées par ce plan ont créé une autre famine, la famine de 1931-1933 faisant plus de 6 millions de morts. D'un point de vue économique, les quotas ont été remplis en seulement quatre ans. Entre 1928-1932, la production de charbon a doublé et celle de l'acier a triplé.

Bilan en 1939[modifier | modifier le wikicode]

Les plans suivants rendront possible la production de plusieurs centaines de tonnes de charbon et un peu moins de vingtaines de tonnes d'acier. En seulement dix ans, l'URSS est devenue une puissance industrielle et économique extrêmement importante. Mais la population y a beaucoup perdu en qualité de vie.

Grandes purges staliniennes (1936-1940)[modifier | modifier le wikicode]

Les « Grandes Purges » (ou « Grande Terreur ») sont une période de forte répression (la pire jamais connue en temps de paix dans un pays) ayant mené à l'exécution de 680 000 personnes ainsi qu'à la déportation de plusieurs centaines de milliers de personnes. Un climat se met en place, où tout le monde est suspicieux, et où une grande pression s'exerce sur les habitants. (cette pression, si forte, conduit même des citoyens au suicide) Elle brise toutes les solidarités, amicales comme familiales. Les tensions sont aussi alimentées par celles qui émergent en Europe, comme la montée au pouvoir d'Adolf Hitler et la guerre civile espagnole. Le dictateur renforce encore plus son pouvoir en éliminant tous ses opposants. Et pour lancer cette terreur, il a le soutien de ses fidèles, d'un grand nombre de policiers et des citoyens à qui profite sa politique. Cette grande terreur s'achève en 1939. Staline est désormais le maître absolu de l'URSS, et le parti ainsi que la société soviétique sont totalement contrôlés. Ces purges ont grandement fragilisé le pays, et des vétérans de l'armée ayant été éliminés affaiblissent durement l'armée rouge, alors qu'une guerre approche.

Dictature de Staline (1929-1953)[modifier | modifier le wikicode]

Avec ses grandes purges, Joseph Staline règne en maître sur le pays, et il utilise pour ça deux outils : La propagande, et la répression (avec l'aide du NKVD, la police politique du parti5). De la politique meurtrière de Staline, on comptabiliserai 20 millions de victimes.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le wikicode]

Pacte Molotov-Ribbentrop[modifier | modifier le wikicode]

Un pacte est signé entre l'URSS et le Troisième Reich, c'est un pacte de Non-Agression. (Les deux puissances se promettent de ne pas s'attaquer) Dans ce pacte apparaît un partage de la Pologne, la partie ouest reviendrait à l’Allemagne, tandis que la partie Est reviendrait à l'Union soviétique. L'Allemagne Nazie envahit donc le 1er septembre 1939 la Pologne, et l'URSS le 17. La guerre était donc déclenchée. L'URSS est gênée par la Finlande, celle-ci ayant refusé de créer une zone tampon près de Leningrad6. L'Union Soviétique, le 30 septembre, tente d'envahir la Finlande. C'est ce qu'on appelle la Guerre d'Hiver. La campagne est très difficile, mais un traité de paix est signé et l'URSS obtient la Carélie, et par conséquent, Leningrad est protégé. Suite à l'annexion de la Pologne, l'URSS est expulsée de la SDN (Société des Nations). La Lituanie est cédée à l'Union Soviétique, et l'Estonie et la Lettonie (Ainsi que le nord-est de la Roumanie) sont annexés en 1940. Ce qui forme 4 nouvelles républiques : La République socialiste soviétique d'Estonie, de Lettonie, de Lituanie et de Moldavie.

La Grande Guerre Patriotique (1941-1945)[modifier | modifier le wikicode]

L'URSS est entrée en guerre, non pas en 1939 officiellement (avec l'envahissement de la Pologne), mais en 1941, contre l'Allemagne Nazie. (Avec qui le pacte de non-agression avait été signé, ceux-ci l'ont donc trahi)

Icône voir.png Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.
Opération Barbarossa (1941)[modifier | modifier le wikicode]
Article à lire Article à lire : Opération Barbarossa
L’Allemagne Nazie ne respecte pas le pacte de non-agression, et tente d'envahir l'URSS. Cette dernière étant désorganisée et surprise par cette attaque, perd beaucoup de territoires en très peu de temps. (Les pays baltes, la RSS d'Ukraine et la RSS de Biélorussie) Mais le pays perd aussi des hommes et du matériel. Seulement, cette avancée très rapide va se détruire presque aussi vite. Les troupes allemandes arrivent, en 1941, aux portes de Moscou, la capitale7. Cependant, le groupe d'armée au sud de L'URSS a besoin de soutien et le groupe d'armée près de Moscou doit les supporter en se dirigeant vers le sud. Ajouté à cela, la Wehrmacht rencontre plusieurs problèmes sur ce front :
  • Tout d'abord, elle a perdu autant d'hommes que toutes leurs pertes depuis le début de la guerre sur touts fronts réunis.
  • De plus, l'équipement ne convient pas du tout à une guerre dans un tel environnement, l'infanterie dispose d'un équipement d'été, et les blindés souffrent beaucoup de la rudesse du climat, car leurs moteurs sont très sensibles au froid et les camions s'enlisent même très souvent dans la boue. La température fissure l'acier des Panzer et solidifie les pneus des camions.
  • L'armée allemande rencontre le T-34, un char très puissant (tellement qu'il perce le blindage de tous les chars allemands présents sur le front8) et qui s'adapte parfaitement au climat (les chenilles du char lui permettent une excellente mobilité sur tous les types de sols)
  • Le peuple slave considéré comme inférieur à la "race aryenne" est massacré et torturé par les Einsatzgruppen. Le peuple, sous l'occupation, forme des groupes de partisans et sèment le désordre dans les régions occupées par l'armée allemande, alors que l'Armée rouge se remet sur pied.

Durant cette guerre, des dizaines de chants militaires font leur apparition, tels que Guerre Sacrée, l'Armée rouge est la plus forte !, En route ou encore Mon armée, afin de motiver les troupes au combat.

Dès 1941, en décembre, la Wehrmacht est contre attaquée à Moscou. Le moral des troupes baisse, car pour la première fois depuis tout le conflit, l'armée allemande n'est pas victorieuse. Mais la Wehrmacht n'en reste pas moins puissante, tandis que l'Armée Rouge reprend de plus en plus rapidement ses forces. Le Führer doit terminer cette guerre au plus vite avant que les Etats-Unis interviennent dans celle-ci, et surtout car l'Armée rouge peut renverser le rapport de force et prendre donc l'avantage sur la Wehrmacht. Mais l'armée allemande se divise en deux parties (une dans le Caucase et l'autre sur la ville de Stalingrad. A terme, ces deux groupes ne cesseront de battre en retraite et ne vont jamais atteindre leurs objectifs.

Le savais-tu.png
Le savais-tu ?
Hitler et Napoléon
Hitler aurait dû mieux réviser ses cours d'histoire ! Napoléon 1er, avec sa Campagne de Russie, a rencontré les mêmes problèmes avec ses armées, notamment sur le climat russe, car la moitié de ses hommes tombés sur ce front sont morts de froid et de faim. Hitler affirmait pourtant avant le début des opérations que "L'échec de Napoléon ne se répéterai pas" Staline, lui, dit : "Quand on compare Hitler et Napoléon, il faut d'abord se souvenir du sort final de Napoléon."
Le savais-tu.png
Le savais-tu ?
Chiens Kamikazes
Vers les années 30, les soviétiques entraînent de gros chiens à prendre leur repas sous des chars. Quand le front se rapproche, on ne les nourrit pas pendant plusieurs jours, quand le moment est venu, on envoie ces chiens sur le champ de bataille avec un explosif sur le dos. Ces derniers, en allant chercher leur nourriture sous les chars adverses, explosent, et endommagent la partie la moins blindée du char, le dessous. Cependant, effrayés par les bruits des combats, les chiens revenaient souvent dans leur propres lignes.
Bataille de Stalingrad (1942-1943)[modifier | modifier le wikicode]
Article à lire Article à lire : Bataille de Stalingrad
La bataille de Stalingrad9 marque la véritable fin de l'avancée allemande. Les combats se déroulent dans les rues, dans les usines, et surtout dans des conditions horribles. L'armée allemande sur le secteur de Stalingrad est totalement coupée du reste de l'armée et meurs de faim et de froid. Elle est livrée à elle-même, et elle n'a plus de ravitaillement. La pression sur les troupes sont si fortes que les soldats sont désemparés. Au prix d'un million de morts, l'Armée rouge est victorieuse et reprend la ville.
Prolongement de la guerre[modifier | modifier le wikicode]

Jusque la fin de la guerre, l'URSS aidera à combattre l'Axe et ses alliés. Les Etats-Unis libèrent un poids sur l'URSS en ouvrant un front en Europe (ce que Joseph Staline demandait depuis déjà deux ans) avec le débarquement américain en Sicile en 1943. On dénombrerait 20 millions et demi de morts soviétiques sur le front de l'Est, avec 12 millions de civils parmi ces 20 millions. Mais ces millions de morts ne sont pas tous victimes du front, certains prisonniers de guerre et morts en camp, et d'autres "coupables de haute trahison" en ayant reculé face à l'armée Allemande sont morts dans le Goulag. En avril 1945, l'armée rouge arrive à Berlin (capitale de l'Allemagne encore aujourd'hui) et anéantit toute résistance. Hitler se suicide le 30 avril, et le 2 mai le drapeau de l'URSS est posé sur le Parlement Allemand (le Reichstag) L'URSS, après la victoire sur l'Allemagne doit attaquer le Mandchoukouo (accord signé à la conférence de Yalta). Après la guerre, l'URSS créé des "démocraties populaires" (comme l'Allemagne de l'Est par exemple). Ces démocraties populaires créent une séparation avec le monde occidental capitaliste, on nomme cette séparation le "rideau de fer". L'URSS est le pays ayant le plus contribué à l'effort de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a subi le plus de pertes de tout les autres pays présents dans le conflit et a surtout perdu une grande partie de civils10.

Guerre froide (1945-1989)[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Guerre Froide

Fin de l'URSS de Staline[modifier | modifier le wikicode]

Dès 1945, les deux superpuissances (Etats-unis et URSS) tentent d'étendre leur pouvoir. Pour ça, l'URSS créé des états satellites, en Europe surtout :

Ces républiques sont réunies avec le Pacte de Varsovie. Les Etats-Unis en parallèle, forment l'OTAN11, avec le Canada, et avec l'Europe de l'Ouest. En 1943 Staline créé un institut de recherche sur la puissance nucléaire, et leur premier essai se fera en 1949.

L'URSS sous Nikita Khrouchtchev[modifier | modifier le wikicode]

Staline meurt en 1953. Et une grosse pression se relâche sur tout le pays. Suite à sa mort, Nikita Khrouchtchev devient chef du PCUS. Il consolide son pouvoir et prononce un discours très important en 1956, et dans celui-ci, il dénonce le culte de la personnalité de Staline. Il détruit donc les adeptes de la politique de Staline (appelés Stalinistes ou encore Staliniens). Khrouchtchev prend des mesures envers le peuple, en non envers l'industrialisation du pays comme l'avait fait Joseph Staline. Il accorde donc plus d'importance à la production de biens de consommation pour le peuple et non à l'industrie lourde. En 1957, Khrouchtchev est encore une fois attaqué par les stalinistes (dont Molotov, signataire du pacte Germano-Soviétique) Mais Khrouchtchev réussit à les écarter du gouvernement. Le Parti se renforce, et son pouvoir avec. L'armée n'est plus aussi importante que pendant la période de Staline. Cuba, un état communiste, est soutenu par l'URSS et deviendra une zone très importante de la guerre froide (Crise des missiles de Cuba et Débarquement de la Baie des Cochons) Sa proximité avec les Etats-Unis en fait d'ailleurs une anomalie géopolitique car les pays voisins des Etats-Unis sont tous capitalistes. Sous Khrouchtchev, la course à l'espace est enclenchée avec les Etats-Unis, au début, les victoires soviétiques s'enchaînent : Premier animal dans l'espace (Laïka), premier satellite artificiel en orbite (Spoutnik), premier homme dans l'espace (Youri Gagarine), première femme dans l'espace (Valentina Terechkova). La puissance nucléaire de l'URSS effraie aussi, l'Union Soviétique fait exploser la plus grosse bombe nucléaire de l'humanité : La Tsar Bomba.

L'URSS sous Brejnev[modifier | modifier le wikicode]

Léonid Brejnev, après la chute de Nikita Khrouchtchev, devient maître de l'URSS à son tour, bien qu'officiellement le pays soit dirigé sous forme de Troïka (partage du pouvoir entre 3 personnes). La politique de Brejnev se rapproche de la dureté de celle de Staline, il rend autant de pouvoir au KGB (la police politique en URSS) qu'elle en avait sous Staline (bien que le directeur de cette police, Iouri Andropov, n'utilisa pas autant de violence que pendant les années Staline). En 1968, la crise du Printemps de Prague survient. La Tchécoslovaquie tente de libéraliser le pays (donner des libertés, ici de circuler, de s'exprimer, et rendre la presse libre). Ce projet est durement réprimé par les forces du pacte de Varsovie. L'URSS à cette époque est frappée par un problème économique, en effet, la qualité de vie des habitants baisse, et l'agriculture le produit pas assez de nourriture, l'URSS est donc forcée d'acheter de la nourriture aux pays occidentaux, et montre ainsi sa faiblesse. Avec Brejnev au pouvoir, bien que les tensions au sein du pays se sont renforcés, elles se sont détendues avec les Etats-Unis. Fin 1979, Brejnev fait intervenir l'Armée rouge en Afghanistan pour faire maintenir le régime communiste dans le pays. Cette intervention fit monter les tensions internationales et les relations entre l'URSS et les Etats-Unis sont de nouveau montées d'un cran. Les USA prennent des mesures contre l'URSS :

En 1982, Brejnev fait une crise cardiaque et celle ci l'affaiblira jusque sa mort dans la même année. Deux autres dirigeants se succéderont : Iouri Andropov et Konstantin Tchernenko. Ceux ci vont continuer à suivre la politique de Brejnev. Ces deux dirigeants on toutefois réussi à s'imposer face aux Etats-Unis, Andropov l'emporte sur les Américains au Liban (occupé depuis 1982) Il aide aussi la Syrie qui multiplie les attentats contre les marines Américains qui doivent donc retirer leurs troupes des côtes Libanaises. Tchernenko, lui, annonce ne pas faire participer le pays aux JO de Los Angeles (en représailles face au boycott des JO de Moscou) Et il a même été organisé des "contre-jeux olympiques" dans plusieurs capitales de pays participant au boycott. Après les deux dirigeants, Mikhaïl Gorbatchev devient chef du parti à son tour.

Mikhaïl Gorbatchev et la fin de l'URSS (1985-1991)[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Articles à lire : Perestroïka et Glasnost
Mikhaïl Gorbatchev se rend rapidement compte des problèmes que rencontrent le pays. Il veut sortir celui-ci de la Guerre Froide car il n'est plus possible pour l'URSS de continuer à affronter les Etats-Unis car ces derniers se sont réarmés sur l'ordre du président Ronald Reagan. L'URSS ne peux plus suivre les Etats-Unis, car le retard technologique est trop important et la crise économique ne le permet tout simplement pas. Gorbatchev va donc décider de détendre l'atmosphère et sa politique va conduire à signer des accords de désarmement. Elle va même conduire à la chute du Mur de Berlin en 1989.
Le savais-tu.png
Le savais-tu ?
Prix Nobel De La Paix
Mikhaïl Gorbatchev, suite à toutes ses mesures prises pour calmer les tensions au sein de son pays et à l'international, reçut un Prix Nobel de la Paix en 1990.
Gorbatchev veut se dissocier du socialisme, et il va donc lancer sa politique de Glasnost et de Perestroïka. Les objectifs de ces deux projets sont les suivants :
  • Autoriser la propriété privée (la base du capitalisme donc totalement contraire au communisme)
  • Autoriser l'existence d'autres partis politiques que le PCUS
  • Stopper la course à l'armement qui coûte beaucoup trop cher au pays

Mais la Perestroïka ne fonctionne pas. Les problèmes économiques sont toujours bien présents.

Dislocation de l'URSS (1991)[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Articles à lire : Dislocation de l'URSS et Putsch de Moscou
Boris Eltsine, président de la RSFSR en 1990, démissionne du PCUS et déclare la Russie souveraine. Un putsch mené par les opposants de Gorbatchev fait éruption en 1991 à Moscou, mais celui-ci est un échec, grâce à Boris Eltsine. Une à une, les Républiques Soviétiques proclament leur indépendance (quittent donc l'URSS) sans que Gorbatchev ne puisse rien faire. a l'époque, on disait même que l'URSS se limitait aux murs du Kremlin. Le 25 décembre 1991 Gorbatchev annonce sa démission dans ce discours :

« Chers compatriotes, concitoyens. En raison de la situation qui s’est créée avec la formation de la Communauté des États indépendants, je mets fin à mes fonctions de président de l’URSS. Je défendais la préservation de l’intégrité du pays. Les événements ont pris une tournure différente. La ligne du démembrement du pays et de la dislocation de l’État a gagné, ce que je ne peux pas accepter. Je ferai tout mon possible pour que les accords (entre les Républiques) facilitent la sortie de la crise et le processus des réformes. Je quitte mon poste avec inquiétude mais aussi avec espoir, avec la foi en vous, en votre sagesse et en votre force d’esprit »

Icône voir.png Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Système Politique[modifier | modifier le wikicode]

Le système politique de l'URSS est basé sur le "Centralisme démocratique". C'était un Etat fédéral (comme les états unis qui existent encore aujourd'hui) composé de quinze républiques. Même si le pouvoir était théoriquement divisé en deux avec un parlement et un conseil des ministres, le pouvoir était plus centralisé sur une seule personne dirigeant un parti unique. (Le PCUS) La police politique a toujours été présente sous divers noms, Tchéka, NKVD, puis KGB. Celle-ci faisait partie intégrante du système politique de l'URSS, afin de faire respecter la loi partout dans le pays. A la base, la police politique était censée appliquer la "dictature du prolétariat". Sur le principe chaque citoyen pouvait faire parti de cette police politique, comme écrit : (l'adhésion est ouverte à chaque citoyen...) « ...qui n'exploite pas le travail des autres, accepte le programme et les règles du Parti, milite dans une organisation du Parti et soutient toutes ses décisions » Même si au final seul des élites acceptant la hiérarchie auront le droit d'en faire partie. Le Parti Communiste de l'Union Soviétique n'est pas seulement un parti politique mais contrôle en fait tous les rouages de l'Etat et de la société Soviétique. Staline lui même a rendu le rôle de "Secrétaire général du parti" plus haut rang de l'Etat. C'est en fait le Parti qui décidait de ce que devait faire l'Etat.

Économie, technologie, et écologie[modifier | modifier le wikicode]

Comme expliqué plus haut, l'économie de l'empire russe était fondée sur l'agriculture majoritairement. Le pays était pauvre, les transports quasi inexistants et les agriculteurs ne produisaient que trop peu et en trop mauvaise qualité. L’industrialisation avec Staline a permis à l'URSS de devenir la troisième puissance mondiale productrice de produits industriels, cependant l'industrie légère et l'agriculture n'ont que peu évolué. Sur les transports, on priorise les transports en commun comme le train (Transsibérien, ou encore le Métro de Moscou) au détriment de transports personnels comme la voiture par exemple. Mais le plus important est de comprendre que l'économie est basée sur la propriété de l'Etat, bien que d'autres formes de propriétés dites "collectives" existent comme les kolkhozes par exemple.

Bilan économique[modifier | modifier le wikicode]

L'URSS a connu des périodes de forte croissance économique, notamment l'entre-deux-guerres et l'après guerre. Cependant, ce n'est qu'une réussite seulement d'un point de vue économique, car la plupart des historiens s'accordent à dire que ce résultat est dû au travail forcé dans les Goulags et à la planification meurtrière de Staline. Voici des données sur l'économie du pays :

  • Dans les années 60, la croissance baisse, mais ce phénomène est pris à la légère.
  • En 1989, 84% des femmes soviétiques ont un travail, c'est le plus haut score au monde
  • La course aux armements est très importante dans l'industrie du pays mais est surtout très coûteuse. Elle amènera la fin de l’URSS car dans les années 80 le président américain Ronald Reagan lance une course aux armements que l’URSS n’arrive pas à suivre économiquement.
  • Après la dislocation de l'URSS, une très grosse inflation (2520 %) apparaît en 1992.

Bilan technologique[modifier | modifier le wikicode]

Conquête spatiale[modifier | modifier le wikicode]

Militaire[modifier | modifier le wikicode]

Marine[modifier | modifier le wikicode]

Aviation[modifier | modifier le wikicode]

Génie civil[modifier | modifier le wikicode]

Bilan écologique[modifier | modifier le wikicode]

Les organisations ou les partis politiques défendant l'écologie ont été interdites12, jusque 1980. Le productivisme l'a emporté sur de nombreux espaces naturels, et les conséquences sont encore visibles aujourd'hui :

Bilan géopolitique[modifier | modifier le wikicode]

Selon Andreï Illarionov, un conseiller du président Vladimir Poutine, le bilan du XXe siècle sous l’URSS , est celui d'un siècle « perdu ». L’URSS aurait ainsi marqué un décrochage par rapport aux autres pays. Cela aurait fragilisé la nation sur le plan international, avec un déclin dans plusieurs domaines:

  • Un repli territorial et démographique avec une perte de population, une diminution territoriale , de l’empire Russe à la Russie. Ce repli est très lié au Traité de Brest-Litovsk, ou l'URSS perdit, de l'Empire russe, 26% de sa population suite à l'abandon d'une partie de l'Empire russe.
  • Un écroulement du niveau de vie des populations et de la production de richesses, comparé au développement des puissances voisines.13

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Chaque république avait une langue officielle en plus du Russe, qui était choisi pour faciliter les communications entre chaque citoyen, peu importe leur langue officielle de leur république de résidence.
  2. Trotski, contrairement à Staline, voulait étendre le communisme sur la terre entière, car il considérait que le communisme devait être international, contrairement à Staline qui lui voulait faire (d'abord?) prospérer le communisme sur son pays. Assez ironique d'ailleurs de garder en hymne national "L’internationale".
  3. Qui ne fut d'ailleurs pas un succès, contrairement aux plans quinquennaux de Staline (sur le plan productiviste)
  4. Une émeute à d'ailleurs eu lieu dans le camp de Vorkouta, voir : Soulèvement de Vorkouta. Celle-ci à même été représentée dans le jeu vidéo Call of Duty: Black Ops.
  5. La Tchéka l'ayant précédée, et le KGB ayant suivi. La police politique à toujours existé dans le pays.
  6. Aujourd'hui Saint-Pétersbourg.
  7. Le Reich Allemand atteint son expansion maximale a cette date
  8. Il faudra attendre l'apparition du Tiger I et au Panther pour faire face au T-34. Cependant l'arrivée de ceux-ci sera trop tardive.
  9. Actuelle Volgograd
  10. Contrairement aux américains qui livraient une guerre en Europe et non pas sur leur sol
  11. NATO en Américain
  12. Tout comme l'intégralité des autres partis politiques autres que le PCUS
  13. I. Unsiècle de désillusions : de l'économie tsariste à l'éclatement de l'URSS François Benaroya Dans L’économie de la Russie (2006)

Vikiliens pour compléter[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Article mis en lumière la semaine du 28 octobre 2019, la semaine du 3 novembre 2019.
Coat of arms of the Soviet Union 1.svg

Lieux géographiques : MoscouPlace RougeKremlinSaint-PétersbourgLac BaïkalSibérie
Dirigeants de l'Union Soviétique : Vladimir Ilitch LénineJoseph StalineNikita KhrouchtchevLéonid BrejnevIouri AndropovKonstantin TchernenkoMikhaïl GorbatchevVladimir Ivachko
Politique : Union soviétiqueRépublique socialiste fédérative soviétique de Russie
Idéologie : MarxismeLutte des classesDictature du prolétariatStalinisme
Musique : Chœurs de l'Armée rouge

Coat of arms of the Soviet Union.svg Portail de l'Union soviétique - Tous les articles concernant l'URSS.
Portail du XXe siècle —  Tous les articles concernant les années 1901 jusqu'à 2000.