Empire du Japon (1867-1945)

« Empire du Japon (1867-1945) » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Empire japonais)
Aller à : navigation, rechercher
Empire du Japon
1867 - 1945
Drapeau Blason
Drapeau Blason
L'empire du Japon en 1942.  (en vert très foncé : le Japon lui-même)  (en vert assez foncé : les pays annexés (Corée et Taïwan))  (en vert clair : les pays colonisés)
L'empire du Japon en 1942.
(en vert très foncé : le Japon lui-même)
(en vert assez foncé : les pays annexés (Corée et Taïwan))
(en vert clair : les pays colonisés)
Informations générales
Régime Dictature
Capitale Tokyo
Langue japonais
Monnaie Yen
Religion aucune religion officielle
Démographie et Superficie
Superficie En 1 935 : 675 000 km2
voir modèle • modifier

L'Empire du Japon est un empire colonial existant de 1867 à 1945. Il naît en renversant et en terminant définitivement le Shogunat Tokugawa et meurt en capitulant, occupé ensuite par les États-Unis. Le pays commence sa colonisation en 1879, en colonisant le royaume de Ryūkyū, situé entre Formose (Taïwan) et le Japon.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

En 1867 a lieu la restauration Meiji qui terminera le shogunat et remettra en place une dynastie impériale. La capitale des Tokugawa, Kyoto, est déplacée à Edo, actuelle Tokyo.

En 1879, le Japon annexe le royaume de Ryūkyū. La colonisation japonaise commence cette année-là. En 1894, le Japon déclare la guerre à la Chine. Elle se termine en 1895 avec la victoire du Japon. Il forcera la Chine à donner Formose et les îles Pescadores. Le Japon forcera au Pays du Milieu à également abandonner sa suzeraineté sur la Corée. Le Japon commence alors à donner une grande influence sur Joseon. En 1897, Gojong, le roi de Joseon, renomme son pays en Empire coréen suite à la demande du Japon. Gojong devient alors empereur, tout en restant sous la dynastie Joseon.

En 1904, le Japon déclare la guerre à la Russie. Il gagne la guerre et reçoit alors le Guandong russe et le renomme Guandong japonais. Comme en 1895 avec la Chine, le Japon interdit à la Russie d'avoir des vues sur la Corée. Le Japon occupe aussi la moitié sud de l'île Sakhaline et impose un protectorat japonais en Corée. En 1909, Itō Hirobumi, l'ambassadeur général du Japon en Corée, est assassiné par An Jung-geun, un "héros national coréen". An Jung-geun est alors exécuté. Itō Hirobumi a été assassiné pour la raison suivante : il allait signer un contrat avec la Chine qui serait très mauvais pour la Corée. En 1910, pour punir la Corée de l'acte d'An Jung-geun, le Japon annexe la Corée. C'est le début officiel de la colonisation de la Corée par le Japon. De 1914 à 1918, le Japon participe à la Première Guerre Mondiale du côté des Alliés. Le Japon voulait en réalité occuper le Kiautschou, qui appartenait à l'Allemagne, et qui se situait en Chine.

Le 1er mars 1919, une grande manifestation pacifiste, le Samiljeol (en français : la manifestation du 1er mars) est organisée. De nombreux Coréens marchent dans les rues du pays pour demander l'indépendance. Les Japonais, en réponse à cette manifestation pacifiste, réprimeront les Coréens et tueront des millions de Coréens, brûleront des écoles, des églises et autres. Cette manifestation a été déclenchée par la mort mystérieuse du dernier roi de Corée, Gojong, deux mois plus tôt. Un mois après la manifestation, le gouvernement coréen en exil, dirigé par Rhee Syngman, est créé dans la ville de Shanghai.

En 1931, le Japon commence à envahir la Mandchourie. L'invasion se termine en 1932, et la Mandchourie devient un protectorat japonais, dirigé par Puyi, le dernier empereur de la dynastie Qing. Puyi aura peu de pouvoirs, la majorité des pouvoirs allant aux Japonais. En 1937, le Japon déclare une deuxième fois la guerre à la Chine, pour tenter de l'envahir entièrement. Il réussit à prendre une partie de la Chine au nord-est, qu'il renommera Mengjiang. Pendant la guerre, qui va durer jusqu'à 1945, Hong Kong, Macao et d'autres terres seront transformées en protectorats japonais. En 1941 et 1942, il colonisera aussi l'Indochine française, la Birmanie, l'Indonésie, la Malaisie et la Nouvelle-Guinée australienne. Il colonisera aussi des îles du Pacifique et les Philippines. Nous ne sommes pas sûrs, mais il se pourrait que le Japon ait colonisé également la Thaïlande.

En 1941, le Japon entre dans une nouvelle guerre : la Seconde Guerre Mondiale, du côté de l'Axe. La même année, il bombarde Pearl Harbor, une base états-unienne, dans le Pacifique. Le Japon déclenche alors la guerre du Pacifique.

En 1945, les Alliés gagnent la guerre en Europe, face à l'Allemagne nazie. Les États-Unis demandent alors aux Japonais de se rendre, car ils ne pourraient pas s'en sortir. Mais le Japon refuse. Les États-Unis largueront alors une première bombe à Hiroshima, au Japon, le 6 août 1945. Ils en lancent une deuxième à Nagasaki, au Japon, le 9 août 1945. Le Japon capitulera le 15 août 1945 et complètement le 2 septembre 1945. Le Japon sera alors occupé par les Alliés.

Atrocités commises par les Japonais sur les Coréens[modifier | modifier le wikicode]

En 1895, des soldats japonais viendront au palais royal et transperceront à 30 coups de couteaux la dernière reine de Corée. N'étant toujours pas morte, la reine sera violée par les soldats puis assassinée. Elle sera ensuite découpe en plusieurs morceaux. On ne retouvera qu'un de ses petits doigts de la main.

Pendant la colonisation japonaise, de nombreux Coréens seront mis dans des laboratoires et les Japonais feront des tests sur eux comme s'ils étaient les souris qui sont placées dans les laboratoires, de nombreux Coréens seront mis dans des mines dangereuses aussi. Des femmes et des filles (qui peuvent être très jeunes (vers les 10-15 ans et plus)) seront transformées en prostituées et violées 100 fois par jour par des soldats japonais. De nombreux monuments historiques en Corée seront brûlés, d'autres modifiés. Les Japonais amélioreront la Corée mais seulement au profit des Japonais et des Coréens projaponais.

Les Japonais ne se sont toujours pas excusés des atrocités qu'ils ont commis et nient tout. Ils ont même fait un accord avec les Etats-Unis pour éviter d'être divisés comme l'Allemagne. Au final, ce fut la Corée qui devint comme l'Allemagne. Les Etats-Unis pensaient que la Corée serait unifiée après leur occupation, mais les Américains ont oublié que l'URSS n'accepterait pas une unification avec le Sud dans tous les cas. Quels idiots, ces Américains !

Géographie[modifier | modifier le wikicode]

À compléter Cette section est vide, pas assez détaillée ou incomplète. Améliore-la !


Pays frontaliers[modifier | modifier le wikicode]

À compléter Cette section est vide, pas assez détaillée ou incomplète. Améliore-la !


Sport[modifier | modifier le wikicode]

Jeux olympiques[modifier | modifier le wikicode]

Nam Seung-Yong (à gauche) et Son Ki-Jeong (à droite) encadrent deux « vrais » Japonais après un entraînement aux JO de Berlin.

L'Empire du Japon participe à partir des années 1920. Aux Jeux olympiques d'été de 1936 à Berlin, un coureur coréen, Son Ki-Jeong, bat le record de temps minimum au marathon, en faisant les 42 km en un peu plus de 2 heures. Ce record tiendra pendant un long moment puis sera amélioré plus tard. Malheureusement pour Son Ki-Jeong, son pays était annexé et le record a donc été donné aux Japonais et non aux Coréens. Il concourait sous le nom de Son Kitei. En troisième place, derrière Son Ki-Jeong et un anglais, arrive un autre Coréen, Nam Seung-Yong. Au moment de la cérémonie de remise des médailles, on peut voir sur une photo Son Ki-Jeong et Nam Seung-Yong en train de baisser leur tête, ne voulant pas voir monter le drapeau japonais (Empire japonais). Ils entendent également l'hymne japonais, une horreur sûrement pour ces 2 Coréens. C'est comme si un Français entendait l'hymne allemand, mais en bien pire. Plus tard, la Corée demandera à donner ce record et ces 2 médailles aux Coréens, mais la demande est refusée et les 2 médailles et le record restent attribués aux Japonais.

Flag of Japan.svg Portail du Japon - Tous les articles concernant le Japon.
Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.