Vikidia 128px.png
Logo-lilo.png
Communauté  • Livre d'or
Contribuer, diffuser, rejoindre l'association, faire des recherches, ou regarder une vidéo ; il existe de nombreuses façons de soutenir Vikidia.

T-34

« T-34 » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Super article Tu lis un « super article ».
T-34
Un T-34-85 du musée des blindés de Saumur
Un T-34-85 du musée des blindés de Saumur
Pays Union soviétique Union soviétique
Équipage 4 à 5
Longueur 5,92 m
Largeur 3 m
Hauteur 2,45 m
Poids au combat 28 à 32 tonnes
Vitesse 55 km/h sur route
40 km/h en tout-terrain
Autonomie 350 km sur route
250 km en tout-terrain
Concepteur Mikhaïl Kochkine

Le T-34 est un char moyen de l'armée soviétique, c'est le char le plus produit de la Seconde Guerre mondiale, avec un total de 84 070 exemplaires construits. Il est également le second char le plus produit du monde. Il est le descendant de la grande famille des chars "BT", les chars rapides de l'Armée Rouge pouvant rouler sur chenilles comme sur roues. Il fut mis en service à partir des années 1940 et disposait d'une excellente protection, d'une très bonne cadence de tir et d'une très grande mobilité. Ses nombreux atouts ont fait du T-34 un char remarquablement efficace sur le champ de bataille, et c'est un des principaux acteurs des grandes contre-offensives soviétiques contre l'armée allemande, la Wehrmacht.

À partir de 1942, les T-34 se font surpasser par les blindés Allemands, les Soviétiques développent un modèle plus perfectionné du T-34, le T-34-85. Ce nouveau modèle fera ses preuves sur l'opération Bagration, une offensive menée par les forces soviétiques durant l'été 1944 entre le 22 juin et le 19 août. Le T-34-85 sera utilisé jusque Berlin, lors de la chute du IIIe Reich. Plus tard, le T-34-85 sera utilisé durant l'opération baptisée "Opération offensive stratégique en Mandchourie". C'est l'une des dernières grandes opérations de la guerre du Pacifique, elle eut lieu en 1945.

Le T-34 est considéré par beaucoup comme le meilleur char des forces Alliées et de la Seconde Guerre mondiale. Le général allemand Ewald von Kleist reconnait la supériorité des T-34 face aux panzers Allemands, il dit du T-34 qu'il est "le meilleur char du monde".
Prototype de T-34 testé à sa résistance au feu

Genèse[modifier | modifier le wikicode]

Le 14 octobre 1937, une usine de la ville de Kharkov reçoit l'ordre de produire un nouveau char, pour succéder au BT-7. Le prototype créé à la suite de la demande de l'URSS se nomme "A-20". Tout comme le BT-7, le nouveau char pouvait rouler sur roues, simplement en retirant les chenilles. Lors de la guerre civile d'Espagne, les équipages de chars "BT" rapportent leur expérience au combat à l'URSS, ce qui va conduire à créer un nouveau prototype ne roulant que sur des chenilles, le "A-23". Plus tard, le "A-23" est amélioré, son blindage devient beaucoup plus résistant qu'auparavant. Le nom donné à ce nouveau prototype est "A-34". L'URSS commande donc 150 chars "A-34", sous le nom de "T-34".

Description technique[modifier | modifier le wikicode]

Comme tous les chars de son époque, le moteur du T-34 se situe à l'arrière. C'est un char très bas et avec des bords très inclinés, ce qui en fait une cible difficile à neutraliser, contrairement au M4 Sherman qui lui est très haut et ne possède pas de blindage incliné.

Du à sa production de masse, la recherche se concentrait principalement sur la réduction du coût de production et de matières premières nécessaires à l'assemblage du char. C'est donc la raison pour laquelle on ne se préoccupait guère du confort de l'équipage. Sur certains modèles, l'équipage devait utiliser un marteau pour changer de vitesse quand le mécanisme initial refusait de fonctionner.

En revanche, qu'il fasse 40 ou -40 degrés, le char démarrait toujours sans problème, contrairement aux Panzers qui gelaient et qui n'étaient pas adaptés au climat du Front de l'Est. Grâce à ses larges chenilles, le T-34 s'adapte parfaitement aux terrains neigeux comme boueux. Bien qu'au début le char rencontre des problèmes de fabrication, ils seront corrigés peu à peu pour faire du T-34 le char le plus performant de toute la Seconde Guerre mondiale.

Schéma de blindage du T-34 modèle 1940

Le toit et le dessous du char sont constitués de plaques de 22 mm environ. Sous le char, une trappe est disposée pour évacuer d'urgence le char. Sur le T-34-76, la taille du blindage de la caisse du char est de 45 mm sur le devant et de 40 mm sur le côté et sur l'arrière. Sur le T-34-85, le blindage est de 45 mm sur la totalité de la caisse, le devant comme l'arrière et les côtés. Sur le modèle 1943 du char, la tourelle a un blindage avant de 70 mm et sur le T-34-85, celle-ci est de 90 mm sur l'avant, 75 mm sur les côtés, et 52 mm sur l'arrière. Si l'on peut se permettre de mettre un blindage si peu espacé, c'est grâce à l'inclinaison du char qui atteint les 60 degrés. Cette inclinaison double l'efficacité du blindage initial tel que 45 mm est égal à 90 mm de blindage total. Ce blindage bien pensé par les chercheurs font de lui un char quasiment impénétrable par les Panzer allemands, du moins après la première année de son déploiement contre l'Allemagne Nazie.

Grâce à cette optimisation du char, il pourra être fabriqué tout au long de la guerre sans interruption. De plus, les chercheurs peuvent améliorer le char continuellement pendant toute la durée de la guerre. La production en très grande série du T-34 permet de toujours créer de nouveaux engins plus perfectionnés au cours des années pour pouvoir répondre aux nouveaux chars allemands.

Cependant, le T-34 comporte beaucoup de défauts au début de sa mise en service. Par exemple, la tourelle ne peut qu’accueillir 2 personnes : un chargeur et un canonnier qui fait également office de chef de char. Celui-ci ne peut donc pas regarder le champ de bataille et utiliser le canon en même temps. Mais depuis le tout début du conflit, les allemands ont déjà des tourelles pouvant accueillir 3 personnes. Un autre défaut : les optiques du char sont de très mauvaise qualité, elles ne permettent donc pas d'avoir une bonne visibilité du champ de bataille. Un dernier défaut majeur est le système de communication. En effet, les radios du char sont peu fiables et de très mauvaise qualité.

Dès 1942, le T-34 rencontre le Tigre I de 57 tonnes qui comporte un blindage non incliné de 110 mm. Il rencontre aussi le Tigre II, plus grand et plus blindé, mais moins produit que le Tigre I. L'arrivée du char Panther de 45 tonnes sera trop tardive, les besoins en carburant du char sont énormes et l'Allemagne n'a plus assez de gisements de pétrole exploitables car ceux-ci ont été bombardés. Pour répondre aux 3 nouveaux chars mis en service, le T-34 recevra une nouvelle tourelle avec un canon de 85 mm capable d’accueillir 3 membres d'équipage.

Déploiement[modifier | modifier le wikicode]

T-34 détruit en Roumanie, 1944

Dès le début de l'opération Barbarossa (l'offensive de l'Allemagne Nazie contre l'URSS) les Soviétiques dispose de près d'un millier de T-34. L'armée allemande ne connait pas les blindés de l'Armée Rouge, et seulement les personnes importantes de la Wehrmacht (l'armée allemande) connaissent l'existence du T-34.

Ces chars, bien supérieurs aux Panzers allemands, ont tout de même un inconvénient majeur : le manque d'entrainement des équipages. A cause des Grandes Purges, la plupart des officiers les plus talentueux de l'armée ont été exécutés, et par conséquent, les équipages n'ont pas reçu de formation. Également, les chars sont peu nombreux et sont dispersés, et ils ne peuvent pas communiquer entre eux. Il est donc impossible de coordonner une attaque efficace.

Les officiers qui n'ont pas été éliminés sont incapables de mener la guerre. De plus, les équipages ne s’entraînent que sur de vieux modèles comme les chars "BT", et non pas sur le char qu'ils allaient devoir utiliser sur le champ de bataille. De plus, l'énorme problème des T-34 est qu'aucun appareil ne disposait de radio fiable pour communiquer les uns avec les autres, et la première version du T-34 ne donnait pas de place à un chef de char. Ce défaut sera corrigé avec la nouvelle tourelle du T-34-85.

Soldats Allemands passant devant une épave de T-34

La bataille de Moscou, une bataille importante de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale, fut remportée avec comme armement principal des chars légers (comme les chars "BT") et non pas avec les T-34, car seulement 45 de ces chars y ont participé, bien que la production de celui-ci ait explosé. C'est seulement durant l'hiver 1942-1943 que le T-34 est utilisé en masse sur les grandes attaques de l'URSS. En 1943, le T-34 est le char le plus utilisé de l'Armée Rouge, mais c'est également là ou il est le moins efficace contre les nouveaux Panzers. Il faudra donc attendre l'arrivée du T-34-85, qui sera doté d'un canon plus adapté. Le T-34 sera utilisé après la guerre et sa production ne se stoppera pas en même temps que celle-ci. Ce char est encore utilisé de nos jours, et a participé à beaucoup d'autres guerres qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Certaines personnes font état de l'utilisation de T-34 lors des guerres civiles yéménites et syrienne. Voici une liste non exhaustive des guerres durant lesquelles le T-34 a été utilisé.

Versions[modifier | modifier le wikicode]

Prototype A-34 avec un blindage avant fait d'une seule plaque de protection

Le T-34 a subi des améliorations et des changements tout au long de la guerre, voici une liste des différentes versions du char :

  • T-34-76 modèle 1940, 118 exemplaires.
  • T-34-76 modèle 1941, 111 exemplaires.
  • T-34-57, 133 exemplaires.
  • T-34-76 modèle 1941/1942, nombre d'exemplaires inconnu.
  • T-34-76 modèle 1942, Ajout de barres pour que les soldats s'accrochent au char, 12 553 exemplaires.
  • T-34-76 modèle 1943, agrandissement de la tourelle et ajout de deux trappes rondes sur le toit, les Allemands lui donneront le nom "Mickey Mouse", 10 760 exemplaires.
  • T-34-76 modèle 1943/1944, nombre d'exemplaires inconnu.
  • OT-34, un lance-flammes remplace le canon.
  • T-34-85 modèle 1943, tourelle pouvant accueillir 2 membres d'équipage, environ 300 exemplaires.
  • T-34-85 modèle 1944, tourelle pouvant accueillir 3 membres d'équipage, environ 23 000 exemplaires.
Différents modèles de T-34
Un SU-100 en République Tchèque

Au-delà de ces simples T-34, il existe aussi des versions du T-34 sous forme de canon automoteur. Ce type de char est assez particulier, car il ne possède pas de tourelle à proprement parler. La tourelle est en quelque sorte "greffée" au châssis du char, seul le canon est orientable. Ces canons automoteurs se nomment "SU" suivi d'un nombre représentant son canon. Ces chars ne servent pas à appuyer l'infanterie, mais à détruire les chars adverses, ce qui lui vaut le nom de chasseur de chars. Ceux-ci ont été construits sur la base du T-34, que l'on appelle le châssis. Voici une liste non exhaustive des différents canons automoteurs de l'armée rouge :

  • SU-122, pourvu d'un canon de 122 mm
  • SU-100, pourvu d'un canon de 100 mm
  • SU-85, pourvu d'un canon de 85 mm

Production[modifier | modifier le wikicode]

Pendant l'année 1940, seulement 115 T-34 ont été construits. C'est en partie à cause des problèmes de fabrication. La mise en place de la chaîne de montage (là où les chars sont assemblés) a été un problème majeur en 1940. La jeunesse du char fait que de nombreux problèmes sont à régler. Voici les corrections appliquées au char :

  • Correction des moteurs afin de les rendre plus fiables.
  • Un nouveau canon, plus performant, est installé en février 1941.
  • Une nouvelle tourelle plus renforcée est conçue.

Dès 1941, la production arrive à être plus efficace, mais c'est encore insuffisant comparé aux pertes de l'Armée rouge. En 1941, seulement 2 800 chars sont produits.

Départ de T-34 d'une usine soviétique

Les Soviétiques réétudient en urgence le char, dans le but de produire en masse et avec peu de matériaux importants, comme le caoutchouc par exemple. A la suite de cette étude, 765 éléments sont économisés sur chaque T-34, ce qui facilite la production de masse et réduit le coût de production. De plus, la durée de vie et la puissance des moteurs est grandement améliorée. En août, le T-34 adopte une nouvelle tourelle en forme d'hexagone pouvant accueillir 3 membres d'équipage. A la suite de toutes ces améliorations, le char devient moins cher et surtout, devient très rapide à produire. Le nombre de T-34 sortis d'usine est de 5 684.

Durant l'année 1943, on dénombre un total de 7 466 T-34-76 sortis d'usine. En fin d'année, la production de T-34-85 commence et jusque la fin de la guerre, on estime le nombre de T-34-85 produits à 23 000 exemplaires, et le nombre de T-34 de tous modèles confondus à 84 000 exemplaires jusqu'en 1958, ce qui en fait un des chars les plus produits de toute l'histoire.

Pays utilisateurs[modifier | modifier le wikicode]

Heinrich Himmler inspecte l'un des T-34 747 (r) du SS Panzer-Regiment « Das Reich » le 24 avril 1943. Il s'agit de l'un des 20 à 30 chars récupérés lors de la reconquête de Kharkov en mars. A noter, le renfort de blindage soudé à la tourelle sur lequel est peinte la croix allemande, la Balkenkreuz

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le wikicode]

L'Union Soviétique n'a pas été la seule nation à utiliser le T-34. Les Allemands ont réussi à capturer un T-34 intact, qu'ils ont envoyé dans un centre de recherche de l'armée. Celui-ci était spécialisé dans l'étude des objets ennemis capturés. L'étude allemande rapporte que ce qui fait la puissance du T-34 est son canon F-34, son blindage incliné qui protège des obus, ses chenilles très larges qui permettent une grande manœuvrabilité, ainsi que son moteur V-2 qui lui offre une grande vitesse et maniabilité.

Mais l'étude montre aussi des points défectueux : La tourelle, trop petite et ne pouvant accueillir que 2 personnes, le système de communication défectueux, ou encore la mauvaise qualité de certaines pièces. Néanmoins, le commandement allemand est impressionné par les T-34, et c'est probablement le rapport de l'étude qui mènera à la création du Panzerkampfwagen V Panther, reprenant les mêmes caractéristiques que le T-34. A noter que l'armée allemande a conservé quelques chars T-34 et les a déployés contre l'armée soviétique sous le nom de Panzerkampfwagen T-34 747 (r)1.

De nos jours[modifier | modifier le wikicode]

Aujourd'hui, il reste encore plusieurs pays qui utilisent le T-34 dans leur armée, certains de ces chars sont en réserve et d'autres sont actifs. Après la Seconde guerre mondiale, le T-34 était encore utilisé dans de nombreux pays, mais la modernisation des chars et des besoins au combat ont rendu le T-34 obsolète. Les pays qui l'utilisent encore sont principalement des pays d'Asie ,d'Afrique et d'Océanie. Voici une liste complète des pays qui utilisent encore le T-34 :
Pays qui utilisent ou qui ont utilisé le T-34.
T-34-85 capturé et examiné par des soldats américains durant la guerre de Corée

Dans la culture[modifier | modifier le wikicode]

Jeux Vidéos[modifier | modifier le wikicode]

Le T-34 apparaît dans plusieurs jeux vidéos sous ses différentes versions. Il apparaît notamment dans :

Films[modifier | modifier le wikicode]

Char T-34 "Rudy" de Four Tank-Men and a Dog

Outre ses apparitions dans les jeux vidéos, le T-34 est présent dans plusieurs films tels que :

  • T-34 (film)
  • T-34 vs Panther
  • Four Tank-Men and a Dog
  • Tanks For Stalin (2018)

Monuments[modifier | modifier le wikicode]

Plusieurs monuments ont été érigés en l'hommage du T-34, généralement il s'agit de T-34 démilitarisés placés sur des socles.

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Les T-34 possédant une tourelle hexagonale était quand à eux désigné sous le nom de Kampfwagen T-43
  2. Ne pas confondre avec la tactique militaire Allemande, la Blitzkrieg

Vikiliens pour compléter[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Article mis en lumière la semaine du 17 juin 2019.
Portail des armes —  Tout sur les armes, les véhicules armés...
Portail de la Seconde Guerre mondiale —  Tous les articles sur la Seconde Guerre mondiale
Coat of arms of the Soviet Union.svg Portail de l'URSS - Tous les articles concernant l'URSS.