Louis XVI

« Louis XVI » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Louis XVI
Roi de France et de Navarre
Louis XVI
Louis XVI
Fonction
Roi de France et de Navarre
Pays France France
Règne 10 mai 1774 - 10 août 1792
Dynastie Bourbon
Prédécesseur Louis XV
Successeur Première République
Fonction
Dauphin de France
Date 20 décembre 1765 - 10 mai 1774
Prédécesseur Louis-Ferdinand de France
Successeur Louis, comte de Provence
Nom de naissance Louis-Auguste de France
Naissance 23 août 1754 à Versailles (France)
Décès 21 janvier 1793 (38 ans) à Paris (France)
Père Louis-Ferdinand de France
Mère Marie-Josèphe de Saxe
Frères et sœurs Marie-Thérèse de France
Marie-Zéphyrine de France
Louis-Joseph de France
Xavier de France
Louis XVIII
Charles X
Clotilde de France
Élisabeth de France
Conjoint Marie-Antoinette d'Autriche
Enfants Marie-Thérèse de France
Louis-Joseph de France
Louis XVII
Sophie de France
Résidence Château de Versailles
Palais des Tuileries
Grand Royal Coat of Arms of France & Navarre.svg
voir modèle • modifier

Louis XVI, roi de France de 1774 à 1792, est né le 23 août 1754 à Versailles. En 1770, il est marié à Marie-Antoinette d'Autriche. Il meurt le 21 janvier 1793, guillotiné sur la place de la Révolution à Paris.

Il est le dernier roi de l'Ancien régime. Mais il ne fut pas le dernier roi à gouverner la France, il y en aura d'autres au cours de l'époque appelée Restauration et la Monarchie de Juillet qui voient une tentative de réinstaller définitivement la monarchie en France.

Le dauphin[modifier | modifier le wikicode]

Louis XVI est le troisième petit-fils du roi Louis XV. Ses frères ainés étant morts, il devient dauphin, héritier du trône, au décès de son père en 1765. Son éducation politique est totalement négligée par son grand-père. Il reçoit en revanche une forte éducation religieuse catholique et s'intéresse beaucoup à l'histoire et à la géographie. Il est aussi passionné par les activités manuelles et en particulier par la serrurerie, activité qui lui permet de s'isoler des intrigues de la Cour de Versailles.

En 1770, il est marié à l'archiduchesse autrichienne Marie-Antoinette. Mais sa jeunesse (il a alors 16 ans), son éducation, sa timidité et une malformation génitale, ne lui permettront d'avoir son premier enfant qu'en 1778. Pendant ce temps sa jeune épouse s'étourdit dans les fêtes au milieu d'une coterie d'aristocrates très absolutistes comme le frère du dauphin le comte d'Artois. Les dépenses occasionnées par ces plaisirs déconsidèrent la dauphine, qui devenue reine ne changera rien à ses habitudes.

Le roi absolu[modifier | modifier le wikicode]

Devenu roi à l'âge de 20 ans, Louis XVI soucieux de faire taire les opposants à la politique de réformes entreprises dans les dernières années du règne de Louis XV, rappelle les parlements qui avaient été exilés. Les parlements vont alors pouvoir s'opposer à toutes les réformes qui tenteraient de mettre fin aux privilèges de la noblesse (les parlementaires sont des nobles) et du clergé catholique.

Soumis aux influences de l'entourage de sa femme, Louis XVI ne soutient pas le ministre réformateur Turgot (1774-1776) ou même Necker (1776-1781) le contrôleur général des finances qui emprunte beaucoup pour renflouer les caisses de l'État. Alors que l'État est très endetté, les ministres Calonne ou Loménie de Brienne qui proposent des réformes fiscales se heurtent à l'opposition des privilégiés et du Parlement de Paris et ne peuvent compter sur le soutien du roi (qui en théorie fait la loi et pourrait imposer sa volonté).

Devant le désastre financier Louis XVI se résout à convoquer, pour le mois de mai 1789, les États généraux de qui il pense obtenir de nouveaux impôts. Là aussi il manque de cohérence. Le roi décide que les députés représentant le Tiers État soient aussi nombreux que ceux de l'Ordre de la noblesse et de l'Ordre du clergé réunis alors que le tiers état représente 98 % de la population. Mais il ne décide pas comment se fera le vote des députés (chaque Ordre comptant pour une voix ou chaque député disposant d'une voix). De ce fait il condamne par avance toutes tentatives de réformes légales, sauf si le Tiers État fait un coup de force.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Tentatives de réformes sous Louis XVI.

Pendant la Révolution[modifier | modifier le wikicode]

Pendant l'Assemblée constituante[modifier | modifier le wikicode]

Estampe pendant la Révolution. Louis XVI était accusé d'être un ivrogne.

Dans les premières semaines de la réunion des États généraux à Versailles, Louis XVI choisit son camp lorsque le 20 juin 1789 il interdit aux députés du Tiers État de se réunir séparément sans sa permission. Pourtant devant la résistance du Tiers il capitule et le 27 juin il ordonne à tous les députés de siéger ensemble. Les députés vont alors former l'Assemblée nationale constituante dont le but proclamé est de limiter les pouvoirs du roi. Conscient du danger pour son pouvoir absolu, Louis XVI tente d'intimider militairement les députés installés à Versailles et les Parisiens. Il devra une nouvelle fois capituler devant le soulèvement parisien qui aboutit à la Prise de la Bastille le 14 juillet 1789. La résistance que le roi oppose aux premières mesures révolutionnaires comme la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen ou à l'abolition des privilèges le 4 août 1789, exaspère les Parisiens qui vont chercher la famille royale à Versailles et la ramènent de force à Paris (journées d'octobre 1789).

Sous la surveillance constante des Parisiens, le roi semble accepter la Révolution, en février, devant l'Assemblée réunie, il jure de maintenir la constitution qui est en cours d'élaboration. Le 14 juillet 1790, pendant la fête de la Fédération il en fait de même devant les Fédérés, représentants de tous les départements réunis sur le Champ-de-Mars à Paris. En vérité Louis XVI, catholique convaincu, accepte mal certaines mesures prises comme la Constitution civile du clergé qui sépare les catholiques français de la papauté, mesure que le pape Pie VI condamne, en même temps que les idées d'égalité et de liberté de pensée, en mars et avril 1791.

L'arrestation de la famille royale à Varennes le 21 juin 1791

Louis XVI quitte Paris pour se réfugier dans l'Est de la France sous la protection de troupes fidèles avec facilités d'intervention des souverains étrangers. Parti secrètement de Paris le soir du 20 juin 1791, il est reconnu par un commerçant sur une pièce de monnaie à Varennes, arrêté et reconduit sous escorte à Paris qu'il regagne le 25 juin, un silence méprisant l'accompagne tout au long du trajet de retour. Malgré la demande de destitution exigée par les révolutionnaires parisiens, l'Assemblée, qui fait tirer sur les contestataires le 17 juillet, rétablit Louis XVI dans ses pouvoirs de roi constitutionnel. Le 14 septembre le roi de nouveau jure fidélité à la constitution.

Pendant l'Assemblée législative[modifier | modifier le wikicode]

Louis XVI espère cependant pouvoir retrouver son pouvoir absolu. Pour cela il soutient la formation d'un ministère animé par les Girondins, qui forment la fraction la plus révolutionnaire de la nouvelle assemblée. Il espère que les déclarations girondines, telles que : « Guerre aux châteaux ! Paix aux chaumières ! », vont aboutir à la déclaration de guerre entre la France et les autres pays européens. Il souhaite que la France perde cette guerre et que ses « collègues » européens vainqueurs rétabliront la monarchie absolue en France. En effet, la guerre est déclarée le 20 avril 1792.

La situation militaire devient vite désespérée pour la France révolutionnaire (l'entourage royal communique en effet avec l'ennemi autrichien et prussien). Le 20 juin, les Parisiens attaquent le palais royal des Tuileries, mais ne parviennent pas à contraindre le roi de signer les mesures qui doivent améliorer la défense du pays. L'entourage de la reine fait parvenir au duc de Brunswick, commandant des troupes prussiennes, un texte que celui-ci publiera le 25 juillet ; ce texte menace les Parisiens d'anéantissement s'ils ne rentrent pas dans l'obéissance à leur roi. C'est l'effet contraire qui arrive. Le 10 août les Parisiens attaquent de nouveau les Tuileries, et font arrêter la famille royale qui s'était réfugiée auprès de l'Assemblée législative. Le roi est suspendu de ses fonctions et la famille royale est emprisonnée au Temple à Paris.

Procès et exécution de Louis XVI[modifier | modifier le wikicode]

L'exécution de Louis XVI

Le 21 septembre 1792, une nouvelle assemblée qui vient d'être élue malgré la période très dangereuse, proclame la République. La découverte des papiers secrets du roi prouve sa trahison. L'assemblée (la Convention nationale) décide de juger le roi. Son procès se déroule du 11 décembre 1792 au 19 janvier 1793. Louis Capet (nom donné à Louis XVI pendant le procès) malgré ses défenseurs et le soutien d'une partie des Girondins est condamné à mort. Il est guillotiné le 21 janvier 1793.

Le portail de la Monarchie française —  De Clovis à Napoléon III. Les rois, les reines, les institutions royales.
Portail de la Révolution française —  Tous les articles sur la Révolution française de 1789.