Marie-Thérèse de France

« Marie-Thérèse de France » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Marie-Thérèse de France, dite Mousseline-la-sérieuse

Marie-Thérèse Charlotte de France, née le 19 décembre 1778 à Versailles et morte le 19 octobre 1851 à Frohsdorf, en Autriche, est la fille aînée du roi de France Louis XVI et de la reine Marie-Antoinette.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Enfance[modifier | modifier le wikicode]

Marie-Thérèse, qui porte le titre de Madame Royale, est d'abord une enfant orgueilleuse. Sa mère, la reine Marie-Antoinette, a d'ailleurs beaucoup fait pour corriger ce défaut.

C'est ce défaut, ainsi que ses jolis cheveux, qui lui ont valu le surnom de Mousseline-la-sérieuse, que lui donnaient ses parents.

Elle a été élevée au château de Versailles, menant une vie de princesse.

Elle porte le titre de Madame Royale, en tant que fille aînée du roi de France.

Elle est très proche de ses frères Louis-Joseph et Louis-Charles.

La Révolution et l'exil[modifier | modifier le wikicode]

La duchesse d'Angoulême

Marie-Thérèse a dix ans lorsque la Révolution française commence, en 1789. À treize ans, elle est emprisonnée avec sa famille dans la prison du Temple. Lorsqu'elle est libérée, le 19 décembre 1795, elle est la seule survivante de sa famille.

Une fois libre, elle part en exil en Autriche, où elle retrouve son oncle, Louis XVIII, et sa famille. Le 10 juin 1799, elle épouse son cousin germain Louis-Antoine d'Artois, duc d'Angoulême, fils du futur Charles X.

La Restauration[modifier | modifier le wikicode]

En 1815, à la Restauration, Marie-Thérèse rentre en France. À la mort de Louis XVIII en 1824, Charles X devient roi de France. Le duc d'Angoulême devient dauphin, et Marie-Thérèse devient dauphine.

Dernier exil[modifier | modifier le wikicode]

Lors des Trois Glorieuses de 1830, Marie-Thérèse part à nouveau en exil avec sa famille. Son époux meurt en 1844, sans qu'ils n'aient eu d'enfant. Elle meurt à l'âge de 72 ans, le 3 juin 1851, à Frohsdorf, en Autriche.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • Sylvie Yvert, Mousseline La Sérieuse
  • Anne Muratori-Philip, Madame Royale
  • André Castelot, Madame Royale
  • André Castelot, La secret de Madame Royale
  • Marie-Thérèse de France L'orpheline du Temple, éditions Perrin
  • Marie-Thérèse Charlotte de France : Derniers jours à la prison du temple, journal de la fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, préface de Louis de France (Louis XX)
  • Ernest Daudet, Madame royale fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette de son enfance à son mariage
  • Charles-Éloi Vial, La famille royale au Temple

Et il en existe bien d'autres qui ne sont pas dans cette liste.

Le portail de la Monarchie française —  De Clovis à Napoléon III. Les rois, les reines, les institutions royales.
Portail de la Révolution française —  Tous les articles sur la Révolution française de 1789.
Journal-des-chemins-de-fer-image-titre.png Portail du XIXe siècle - Tous les articles concernant les années 1801 jusqu'à 1900.