Henri, comte de Chambord

« Henri, comte de Chambord » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Henri V (1820 - 1883). Portrait peint pendant les années 1840.

Henri VHenri d'Artois aussi appelé Henri, comte de Chambord né le 29 septembre 1820 à Paris (France) et mort le 24 août 1883 à Frohsdorf (Autriche). Il est d'abord connu sous le nom de duc de Bordeaux, petit-fils du roi Charles X qui abdiqua en sa faveur à l'issue de la Révolution française de 1830. En 1873, il fait échouer une tentative de rétablissement de la monarchie que lui proposaient la grande majorité des députés de l'Assemblée nationale. Henri V s'était dit roi de France non proclamé du 2 août 1830 au 7 août.

Un prince en exil[modifier | modifier le wikicode]

Henri d'Artois est le fils posthume du duc de Berry (fils cadet du roi Charles X, assassiné en 1820 par Louis Louvel) et de Marie-Caroline de Bourbon-Sicile.

En juillet 1830, son grand-père chassé du trône abdique en sa faveur. Mais une partie des "révolutionnaires" préfèrent Louis-Philippe d'Orléans, duc d'Orléans, qui va régner sous le nom de Louis-Philippe Ier. Le duc de Bordeaux doit donc partir en exil. Sa mère tentera vainement de provoquer le soulèvement de l'Ouest de la France afin de rétablir son fils sur le trône. Henri est élevé par sa tante, la duchesse d'Angoulême, fille du roi Louis XVI, qui lui inculque les idées de la monarchie absolue et de l'Ancien régime.

En 1846, il épouse une princesse italienne de la maison souveraine de Modène. Ils n'auront pas d'enfants.

Henri d'Artois, comte de Chambord.

L'échec de la restauration de la monarchie[modifier | modifier le wikicode]

Après la chute du Second Empire et la proclamation de la Troisième République en septembre 1870, Henri d'Artois se présente comme le prétendant au trône de France. L'Assemblée nationale, composée en grande partie de députés royalistes, tente de rétablir la monarchie. Or il y a deux prétendants royalistes : Henri d'Artois, comte de Chambord, champion des royalistes "légitimistes" (partisans des descendants de Charles X jusqu'en 1883, aujourd'hui des descendants de Philippe V d'Espagne) et son cousin le comte de Paris, champion des royalistes "orléanistes" (partisans des descendants de Louis-Philippe Ier). Une solution de compromis semble être trouvée. Le nouveau roi serait Henri d'Artois et à sa mort le comte de Paris lui succéderait. Mais Henri d'Artois n'accepte de revenir qu'avec le drapeau blanc d'Henri IV, symbole de la monarchie, et exige la disparition du drapeau tricolore de Louis-Philippe. Cela serait inacceptable pour la grande majorité des Français et "Henri V" ne régna pas.

La tentative de Restauration échoue. En attendant la mort du comte de Chambord, les royalistes établissent le septennat comme durée du mandat du président de la République. Ainsi est élu le maréchal Patrice de Mac Mahon, un royaliste. En 1879, Mac Mahon doit démissionner, la chambre des députés dominée par les députés républicains, le remplace par Jules Grévy un républicain. Il n'est alors plus question de rétablir la monarchie.

Fin de vie[modifier | modifier le wikicode]

Henri, comte de Chambord, meurt le 24 août 1883, à Frohsdorf, en Autriche, à l'âge de 62 ans.


précédé par Henri V de France suivi par
Louis XIX de France Roi de France et de Navarre Louis-Philippe Ier

(Roi des Français)

Francestubmap.png Portail de la France —  Accédez au portail sur la France.
Le portail de la Monarchie française —  De Clovis à Napoléon III. Les rois, les reines, les institutions royales.
Journal-des-chemins-de-fer-image-titre.png Portail du XIXe siècle - Tous les articles concernant les années 1801 jusqu'à 1900.