Madagascar

« Madagascar » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
République de Madagascar
Modèle:Mg Repoblikan'i Madagasikara
Drapeau de Madagascar.svg Seal of Madagascar.svg
Drapeau Blason
Devise
Modèle:Mg Fitiavana, Tanindrazana, Fandrosoana
Amour, Patrie, Progrès
Carte
LocationMadagascar.svg
Géographie
Capitale Tananarive
Plus grande ville Tananarive
Superficie 587 041 km2
Rangδ Classé 48e
Eau 0,95 %
Fuseau horaire UTC+3
Population
Population (2020) 27 000 000 habitants
Rang Classé 53e
Densité 46 habitants/km2
Gentilé Malgache
Langue(s) parlée(s) Malgache
Politique et fonctionnement
Formation Indépendance de la France
Date 1960
Type de gouvernement République à régime semi-présidentiel
Président de la République Andry Rajoelina
Premier ministre Christian Ntsay
Hymne Ry Tanindrazanay malala ô (Ô chère terre de nos ancêtres)
Monnaie Ariary
Domaine Internet .mg
Indicatif téléphonique +261
voir modèle • modifier

Madagascar (en malgache : Madagasikara) est un pays formé par une île d'Afrique située au large (environ 400 kilomètres) du Mozambique, dans l'océan Indien. Les habitants sont les Malgaches et la monnaie est l'Ariary. En 2020, la population est de 27 millions d'habitants environ, qui se répartissent sur 587 000 km² 1. Le pays compte de nombreuses ethnies issues de mélanges successifs de population venant des îles indonésiennes et d'Afrique, puis plus tard d'Inde, de Chine et d'Europe.

Madagascar est la cinquième plus grande île au monde après l'Australie, le Groenland, la Nouvelle-Guinée et Bornéo. Le relief de l’île est constitué d'une plaine étroite sur les côtes et de hauts plateaux dans le centre de l'île. Ce relief donne une grande variété de climats. Madagascar est une zone très importante pour la biodiversité. Une grande partie des espèces animales et végétales n'est présente qu'à Madagascar. On parle d'espèces endémiques.

La capitale et la plus grande ville de Madagascar est Tananarive (ou Antananarivo en malgache). Avec le malgache, le français est l'autre langue officielle du pays. En effet, le pays était une colonie française entre 1895 et 1960. L'administration française a pris la suite du royaume Merina qui régnait sur l'île depuis le XVIe siècle. Depuis l'indépendance de 1960, Madagascar est gouvernée par un président élu. Le président actuel est Andry Rajoelina, élu en 2018.

Madagascar est un des pays les plus pauvres du monde, il fait partie des pays les moins avancés. Une grande partie de la population vit de l'agriculture de subsistance qui est très dépendante des aléas climatiques.

Scène de rue à Ambositra

Géographie[modifier | modifier le wikicode]

Madagascar est un pays situé dans la zone intertropicale au sud de l'équateur. Le pays s'étend sur 1600 kilomètres du nord au sud (entre les 26° et 12° parallèles sud) et est traversé par le tropique du Capricorne. Sa superficie totale est de 587 040 km² (plus que la superficie de la France). Le littoral malgache est long de 4 828 km. Le point culminant du pays est le volcan éteint de Maromokotoro, de 2 876 mètres d'altitude situé dans le nord du pays.

Les hauts-plateaux de Madagascar

Relief[modifier | modifier le wikicode]

Le relief et les précipitations à Madagascar

L'île est le vestige d'un continent aujourd'hui disparu (le Gondwana, qui s'est disloqué il y a environ 240 millions d'années) aux roches très anciennes. Ce socle a été soulevé, s'est fracturé et a basculé en plongeant vers l'ouest.

La moitié est de l'île forme un ensemble de hauts plateaux étagés entre 1200 et 1400 mètres d'altitude. Ils sont surmontés par des massifs volcaniques, ceux de l'Ambre, de Tsaratanana (qui culmine à 2880 mètres) au nord et de l'Ankaratra au centre. La région est fortement ravinée et contient de nombreuses zones déprimées comme celle de l'Imérina au centre.

Ces hauts plateaux se terminent à l'est par un gigantesque escalier de failles qui surplombe une étroite plaine côtière donnant sur l'océan Indien. Vers l'ouest les hautes terres s'abaissent progressivement vers le canal de Mozambique, cependant les fleuves forment des rapides.

La moitié ouest de l'île est d'altitude beaucoup plus faible et est formée de plaines alluviales et de bas-plateaux.

Climats et milieux naturels de Madagascar[modifier | modifier le wikicode]

Situé dans la zone intertropicale, Madagascar connait un climat tropical, qui présente deux saisons différenciées par la présence ou l'absence de pluie. Les pluies d'été (en décembre-mars) sont abondantes puisqu'elles atteignent 1700 à 1800 mm. Elles sont orageuses et violentes et se produisent surtout en fin de journée. Le climat tropical est normalement chaud toute l'année. Il existe cependant des nuances régionales, dues à la grande taille et aux différents reliefs de l'île.

Les hauts plateaux centraux[modifier | modifier le wikicode]

L'altitude des hauts plateaux centraux diminue la température (il arrive même qu'en hiver, c'est-à-dire en juillet, il fasse froid). Les pluies qui sont suffisamment abondantes ont tendance à diminuer vers le sud-ouest. Elles donnent de fortes averses d'été, par contre en hiver, les vents alizés n'apporte qu'un léger crachin. Ce climat favorise une savane boisée, la bozaka, qui doit être brûlée en début de saison humide pour favoriser la repousse. Mais les défrichements opérés par l'homme ont laissé la place à une steppe chétive appelée savoka. Les sols sont appauvris par les brûlis annuels et ne supportent qu'une végétation clairsemée. Ils sont de type latérite rouge. Ils sont très érodés par les pluies qui tombent sur des terrains en partie dénudés, on les appelle les "lavaka". Cependant les régions volcaniques, autour d'Antsirabe, disposent de sols noirs très fertiles

La côte orientale[modifier | modifier le wikicode]

Le climat de la côte orientale est beaucoup plus humide, de caractère équatorial. Cette région est en effet exposée aux alizés venant du sud-est. Ce vent permanent apporte de l'air humide et chaud toute l'année. Malgré la différence de latitude les températures sont sensiblement les mêmes au nord et au sud, en moyenne autour de 24 °C. Les pluies sont très importantes avec près de 3000 mm à Toamasina (anciennement Tamatave). Un tel climat permet le développement de la forêt dense avec un sous-bois de fougères et de palmiers-nains, surtout sur les pentes abruptes que l'homme a du mal à défricher. Dans les parties plus basses, en particulier la grande plaine des Pangalanes, on trouve surtout des marais avec des roseaux.

Le nord-ouest[modifier | modifier le wikicode]

Dans le nord-ouest (sauf à Nosy Be et dans le Sambirano, qui ont un climat de type équatorial), la mousson d'hiver, qui est sèche et très chaude, ne permet que l'existence d'une forêt-claire à feuilles caduques. Dans de nombreux endroits elle a été défrichée et laisse la place à la savane avec certaines variétés de baobab et de palmiers.

Le désert du sud[modifier | modifier le wikicode]

Le sud de l'île connait un climat semi-aride car il est à l'écart du trajet des vents alizés et de la mousson d'été. La pluviosité est inférieure à 500 mm alors que les températures sont élevées avec 28 °C en février (été) et 20 °C en juillet (hiver). Une végétation de steppe à épineux (le bush) y pousse.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Il existe des preuves de peuplement de Madagascar datant du 2ème millénaire avant J.-C. Le peuplement actuel trouve ses origines par l'arrivée sur l'île de peuples venant de l'actuelle Malaisie, à partir de -2000 par le biais de pirogues à balanciers. Des marchands arabes et perses ont ensuite installé des comptoirs sur l'île aux alentours du VIIe siècle. Plus tard, autour de l'an mille, des migrants africains ont débarqué sur les côtes du pays.

L'unification des différents royaumes de Madagascar est le fait du royaume Merina, qui a perduré sur l'île entre le XVIe siècle et le XIXe siècle. L'île est ensuite devenue une colonie française à partir de 1895 mais les premiers contacts avec les européens étaient plus anciens. En effet, les européens sont entrés en contact avec Madagascar dans les années 1500. L'indépendance du pays a eu lieu le 26 juin 1960. Depuis ce jour une lutte pour la démocratisation persisteδ et n'arrive pas réellement à se mettre en place.

Peuplement de l'île[modifier | modifier le wikicode]

Le peuplement actuel de Madagascar est le résultat de deux grandes vagues d'immigration. La première aurait commencé vers 2000 av. J.-C.. Des populations originaires d'Indonésie ont franchi l'océan Indien, grâce à des pirogues à balancier. Ces premiers malgaches auraient apporté des cultures comme la noix de coco, la banane, la canne à sucre. Cette population se serait divisée en deux grands groupes : ceux de la forêt sur les hauts-plateaux et la côte est (les Vazimbas) et ceux de la côte à l'ouest de l'île (les Vezos) 2.

Le seconde vague d'immigration à partir du milieu du premier millénaire jusque vers 1600 est composée de population venues de l'Afrique, d'Arabie, de Perse, d'Inde, et de Malaisie. C'est principalement le commerce arabe et perse dans l'Océan Indien qui permet l'arrivée de populations qui ne sont pas originaires de l'île. Une plus grande part de la population venant d'Afrique est présente dans le pays avant l'an 1000. Le commerce d'esclaves venu d'Afrique de l'Est en fut probablement la raison3.

Ces différents mélanges d'êtres humains d'origine différentes ont mené à une population composée de plusieurs ethnies. Ces apports culturels ont enrichi et bouleversé la société malgache, ce qui a probablement permis l'apparition de la civilisation Merina.

Le royaume Merina[modifier | modifier le wikicode]

Radama Ier, premier roi de Madagascar unifié

Le royaume Merina trouve ses origines au XVIe siècle selon la tradition, avec pour première souveraine Rangita. C’est ce royaume qui a unifié les différentes ethnies de l’île pour fonder un seul pays. Le royaume a été fondé par l’ethnie merina, originaire du nord-ouest de l’île qui s’est peu à peu aventuré dans le centre de l’île.

Le petit fils de Rangita, Adrianjaka déplace la capitale de son royaume dans un endroit appelé la forêt bleue. Il y place une garnison de mille hommes. La ville qui est fondée s’appelle le village des mille ou Antananarivo en malgache : la capitale actuelle est née. Des digues sont construites pour créer des rizières au pied des collines. La succession d’Adrianjaka est difficile et le royaume est partagé entre ses héritiers, qui se déchirent.

Un nouveau souverain est élu : Adrianampoinimerina. Durant son règne de 1787 à 1810, il va conquérir pacifiquement des territoires et accroître l’influence de son royaume sur le reste de l’île. Il modernise également la société en créant des conseils de villages chargés de prendre des décisions, des travaux d’intérêt général, un système d’impôts et en développant les marchés.

Son fils Radama, qui règne de 1810 à 1828, accroît les possessions du royaume vers l’est et le sud. Des contacts sont établis avec les anglais qui sont déjà présents sur l’île Maurice, non loin de Madagascar. Les anglais vont évangéliser les plateaux centraux. Cela va créer des tensions avec les français qui sont installés sur les côtes et ne voient pas d’un bon œil l’influence grandissante des anglais. Néanmoins, Radama saura manœuvrer et affirmer l’indépendance de son royaume vis-à-vis des puissances européennes.

La période durant laquelle sa femme Ranavalona règne, entre 1828 et 1867, est souvent considérée par les historiens chrétiens et coloniaux comme une période sanglante de l’histoire de Madagascar. Elle est hostile à la présence étrangère et fait expulser les religieux chrétiens étrangers et exécuter les chrétiens malgaches. Elle continue néanmoins l’expansion et l’affirmation de son royaume.

Son fils Radama II change de politique. Il abolit la peine de mort et fait cesser les persécutions des chrétiens. Il ouvre son pays aux étrangers, ce qui provoque une opposition des traditionalistes qui le font assassiner.

La période coloniale[modifier | modifier le wikicode]

Galliéni (assis) avec son état-major à Madagascar, en 1897

La colonisation trouve ses racines dans la guerre entre la France et Madagascar. Prenant pour prétexte l'assassinat d'un français, les troupes françaises avancent vers la capitale, Antananarivo. L'avancée est difficile en raison des conditions climatiques auxquelles ne sont pas habitués les soldats français. Beaucoup meurent du paludisme. L'armée française doit également faire face à des résistants au sein de la population, les fahavalo, qui se battent contre les français et pour le maintien des traditions.

Madagascar, qui était un protectorat devient finalement une colonie en 1895, lorsque la reine Ranavalona III abdique. Une guérilla suit alors pendant 10 ans. Elle est finalement vaincue lorsque le général Galliéni crée un corps d'armée malgache qui connait mieux le terrain, les coutumes locales et la langue, que les soldats français. Le bilan de la guérilla n'est pas connu avec précision. Les pertes côté malgache se situent entre 100 000 et 700 000 morts.

Gallieni s'est ensuite appuyé sur des malgaches pour occuper des postes dans l'administration coloniale. La France mettra en valeur les richesses de l'île, notamment minières et agricoles, et réalisera des infrastructures routières, ferroviaires et même fluviales avec la réalisation du canal des Pangalanes. Ces avancées sont néanmoins accompagnées de souffrances pour la population locale avec une fiscalité et une répression importantes, ainsi qu'un accaparement des terres par les colons.

Après la Seconde Guerre mondiale, des élections voient la victoire du MDRM (Mouvement démocrate de la Rénovation de Madagascar) qui réclame l'indépendance de manière légale et pacifique. Ce mouvement est cependant infiltré par des éléments qui mènent des actions violentes en 1947. Des colons sont attaqués et exécutés dans les plantations. La répression par la France qui s'ensuit fera environ 89 000 morts. A la suite de ces événements, la France accorde plus de libertés à sa colonie et accepte la mise en place du suffrage universel.

Indépendance[modifier | modifier le wikicode]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Philibert Tsiranana.

Les premières élections libres mènent à la victoire de Philibert Tsiranana, qui devient le premier Président de la République de Madagascar, en 1959. Il mène une politique proche d'un socialisme "pragmatique" : les investissements étrangers sont encouragés mais les bénéfices sont taxés lourdement s'ils ne sont pas réinvestis sur place. A partir de 1967, les contestations augmentent car de nombreux malgaches se rendent compte que si l'indépendance politique est réelle, l'indépendance économique n'est pas achevée : de nombreux secteurs de l'économie restent aux mains des français. Tsiranana, malade et affaibli, penche vers l'autoritarisme. Une révolte plus profonde éclate en mai 1972. Tsiranana confie alors les pleins pouvoirs au général Ramanantsoa. Les militaires gouvernent le pays.

Un référendum de 1975 fait ancrer dans la Constitution l'affirmation d'un système économique proche du communisme. En 1978, Didier Ratsiraka, le principal artisan de la nouvelle constitution est élu Président de la République. Il règne alors jusqu'en 1991 de manière autoritaire sous un régime de parti unique, l'Avant-garde de la Révolution malgache (AREMA). Il mène une politique dite de malgachisation, les entreprises sont nationalisées, la langue française est de moins en moins enseignée et les liens économiques avec la France sont moins forts. La chute du Bloc communiste, et donc la disparition de ses soutiens, à partir de la fin des années 1980 pousse Ratsiraka à organiser des élections libres en 1991. Il perd ces élections. Il reviendra cependant au pouvoir en 1997 en se faisant élire avec un programme humaniste et écologique.

Une forte instabilité politique[modifier | modifier le wikicode]

En 2001, Didier Ratsiraka perd les élections contre Marc Ravalomanana. Ce dernier, auparavant maire de Tananarive, a bâti son succès grâce à la laiterie qu'il a créée. Les résultats de l'élection sont cependant contestés. Marc Ravalomanana s'estime vainqueur dès le premier tour, ce que rejettent Ratsiraka et les autres candidats. Une lutte militaire mène à l'accession au pouvoir de Ravalomanana en juillet 2002.

Des espoirs de changement interviennent pour la population malgache, qui pensent que le succès en affaires du président peut leur profiter. Néanmoins, ce changement tarde à se concrétiser car la corruption du pouvoir reste forte. Le président choisit également de se tourner vers les États-Unis au détriment de la France, le partenaire historique. Une révolte débute en 2009, après que Ravalomanana a cédé des terres du pays à une entreprise sud-coréenne pour un prix dérisoire. La révolte est menée par Andry Rajoelina, jeune maire de Tananarive. En mars 2009, les pouvoirs sont transférés à ce dernier. Après un long processus de négociation, des élections libres sont organisés en 2013 sans ces deux protagonistes. Une "revanche" a lieu lors de l'élection présidentielle de décembre 2018 qui voit s'opposer au deuxième tour Marc Ravalomana et Andry Rajoelina. Ce dernier est élu Président de la République avec 55,7 % des voix.

Population de Madagascar[modifier | modifier le wikicode]

Démographie[modifier | modifier le wikicode]

Une famille à Madagascar

En 2020, la population estimée de Madagascar est de 27 millions habitants pour une densité voisine de 46 hab./km². Cette population est en très forte augmentation (en 1965 il y avait environ 6 millions d'habitants). L'augmentation de la population est due à un taux de natalité très élevé à environ 30 pour mille en 2020 (Il est de 11,9 pour mille en France). Le taux de mortalité est lui aussi important, bien qu'en baisse ces dernières années à environ 7 pour mille. La différence entre ces deux valeurs donne un taux d'accroissement naturel de la population de 2,4 %. c'est un taux élevé car une telle augmentation signifie que la population double tous les 30 ans.

Le nombre d'enfants par femme est élevé avec un taux moyen de 3,78. La population est très jeune puisque 60 % d'entre elle est âgée de moins de 25 ans. L'espérance de vie à la naissance est de 67 ans en 2020. La population est encore majoritairement rurale puisque seule 38,7 % de la population vit en ville en 2020. Seuls 75 % des malgaches de plus de 15 ans savent lire et écrire. Toutes ses indications sont des caractéristiques d'un pays pauvre avec une population jeune, rurale, en forte augmentation et très illettrée.

Ethnies[modifier | modifier le wikicode]

Les différentes ethnies à Madagascar

Les populations d'origine différentes arrivées entre -2000 et 1600 se sont mélangées pour former les Malgaches, qui sont aujourd'hui regroupés en 18 ethnies (Voir la partie sur le peuplement de l'île). Les différences physiques permettent de différencier diverses composantes de la population (voir la carte). Les populations des hauts-plateaux, l'ethnie Merina, ont des traits plus proches des malais et des indonésiens. Ils ont la peau plus clair que les habitants de la côte. Ces derniers ont la peau plus noire, car leurs ancêtres étaient originaires d'Afrique. C'est l’ethnie Merina qui domine la vie politique et économique du pays car la plupart des politiciens et des chefs d'entreprises sont issus de cette ethnie. L'ethnie Merina est également majoritaire en nombre de personnes. En plus de ces 18 ethnies on compte des groupes de population arrivés lors de la période coloniale : les karanes, originaires d'Inde et du Pakistan et arrivés à partir du XVIIe siècle, les sinoas, originaires de Chine, et les vazahas, les blancs descendants des colons européens.

Économie[modifier | modifier le wikicode]

Madagascar est un pays très pauvre. Il fait partie des pays les plus pauvre du monde. Selon les critères de classement des Nations-Unies, il fait partie des pays les moins avancés. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette pauvreté : de nombreuses ressources naturelles ne sont pas exploitées, la corruption est importante, le pays est grand et les infrastructures ne sont pas développées, ce qui isole les personnes entre elles. Le coup d'État de 2009 a aggravé la situation économique car de nombreux pays ont réduit leurs relations avec Madagascar.

L'agriculture représente un quart du PIB de Madagascar. Elle emploie néanmoins 80 % de la population. Une grande partie de cette population gagne moins de 2 dollars par jour, ce qui constitue le seuil international de pauvreté. Madagascar est le premier producteur mondial de vanille (80 % de la production mondiale).4

L'industrie est avant tout liée à la transformation des produits agroalimentaires. L'extraction de ressources est faible. On compte quelques mines de charbon dans le pays et d'autres minéraux. Les services (secteur tertiaire) sont difficilement comptés dans le PIB car beaucoup de personnes travaillent "au noir", c'est à dire sans contrat de travail. L'esclavage moderne reste une réalité à Madagascar.5

Les deux principaux partenaires économiques de Madagascar sont la France, vers laquelle sont exportées 25 % du total des exportations, et la Chine depuis laquelle sont importées 19 % du total des importations.

Énergie[modifier | modifier le wikicode]

Le pourcentage de la population malgache qui a accès à l'électricité est de 23 %, principalement dans les villes. L'électricité est produite pour environ 1/4 à partir de centrales hydroélectriques et pour 3/4 grâce à des centrales à charbon.6

Tourisme[modifier | modifier le wikicode]

Le tourisme contribue à environ 13 % de la richesse produite à Madagascar 7. Néanmoins, il reste sous-developpé. En effet, il existe peu d'hôtels et les conditions sanitaires sont parfois mauvaises. Le pays est pourtant reconnu pour la richesse de sa biodiversité ou la beauté de ses plages et de ses îles, comme Nosy Be. La majorité des touristes sont des français.

Transports[modifier | modifier le wikicode]

Dans la totalité du pays, on compte environ 41 000 km de routes, dont environ 2 000 sont goudronnées, ce qui est peu en regard de la taille du pays. Onze aéroports accueillent des passagers. Le principal aéroport est l'aéroport international Ivato d'Antananarivo. Il relie quotidiennement Paris, Saint-Denis (La Réunion), Johannesburg, Nairobi, Maurice, Moroni ou Mamoudzou (Mayotte). Les biens qui sont importés arrivent par bateau au port de Toamasina (Tamatave). La principale voie navigable du pays est le canal des Pangalanes.

Environnement[modifier | modifier le wikicode]

Madagascar est un pays qui est souvent cité pour la richesse de sa flore et de sa faune. Entre 80 % et 90 % des espèces animales et végétales sont endémiques. Ces espèces sont néanmoins menacées par l’action de l’Homme sur son environnement.

La déforestation est due à la nécessité de récupérer le bois, qui est le premier combustible utilisé. Des parcelles sont également brûlées pour y cultiver de la nourriture : on parle d’agriculture sur brûlis. Cette pratique entraîne également la possibilité de feux de brousse, très dévastateurs pour l’environnement. La conséquence majeure de la déforestation est l’érosion et la dégradation des sols. La déforestation représente aussi une perte de la flore sauvage et une perte d’habitat pour la faune.

En ville, les rejets de matière organique et de déchets dans les rivières constituent une source importante de pollution et un danger pour la santé des habitants qui peuvent consommer ces eaux.

Faune[modifier | modifier le wikicode]

La faune de Madagascar a pour particularité de compter entre 80 % et 90 % d'espèces endémiques, ce qui en fait une faune très riche. La raison est liée à la géologie. En effet, Madagascar s'est retrouvée isolée dans l'océan Indien depuis 84 millions d'années. De plus, les grands prédateurs sont absents de l'île. Ceci a permis le développement d'un grand nombre d'espèces.

Parmi les espèces emblématiques de Madagascar, on peut citer les lémuriens qui ne vivent naturellement que sur l’île. Ils sont néanmoins menacés par la destruction de leur habitat, la forêt primaire.

Flore[modifier | modifier le wikicode]

Tout comme la faune, la flore de Madagascar est très riche. L'emblème de Madagascar est l'Arbre du voyageur, ou Ravinala en malgache. Il doit son nom au fait que sa sève est potable et accessible facilement, ce qui permet de désaltérer le voyageur.

Les baobabs sont également des arbres emblématiques du pays. Sur les neuf espèces existant sur Terre, six sont endémiques de Madagascar.

Culture[modifier | modifier le wikicode]

Religion[modifier | modifier le wikicode]

La population malgache est très croyante et majoritairement chrétienne (catholiques ou protestants). Une minorité est également musulmane.

Même si la majeure partie de la population est chrétienne, les traditions ancestrales sont toujours suivies, et notamment le culte des ancêtres. Les anciennes coutumes funéraires malgaches considéraient que les âmes ne rejoignaient le paradis qu'au moment où le corps était entièrement décomposé. Les familles prennent donc soin des morts au cours d'une cérémonie unique au monde, le famadihana (retournement des morts). Au cours de cette cérémonie, qui est une fête, les corps des défunts sont sortis des caveaux, les défunts sont pleurés puis les linceuls sont changés. A la suite de la cérémonie, un grand repas est servi aux invités 8.

Les Fady[modifier | modifier le wikicode]

Les Fady sont très importants dans la culture malgache. Ce mot pourrait être traduit par tabou en français. Il désigne toutes les règles de société qu'il est interdit de transgresser, sous peine d'attirer des malédictions sur soi et ses proches. Par exemple, il ne faut pas montrer les tombes du doigt. Dans certains villages, il ne faut pas consommer certains aliments certains jours (par exemple des oignons le mardi). Dans la langue malgache le terme azafady, qui est l'équivalent de excusez-moi, pourrait se traduire par "en espérant que je ne commette pas un Fady"

Cuisine[modifier | modifier le wikicode]

La cuisine malgache présente plusieurs influences en raison de la diversité des climats et des différentes populations qui ont un jour habité l'île. L'aliment de base de la population est le riz. Il peut être consommé matin, midi et soir. Il constitue souvent l'unique nourriture des familles les plus pauvres. Les deux plats typiques de Madagascar sont le romazava, un bouillon de brèdes parfumé quelques fois par de la viande de zébu ou de porc, et le ravitoto, un ragoût de viande de porc cuisiné avec des feuilles de manioc pilées. Des influences réunionnaises existent avec la présence de cari ou des achards. Certains produits malgaches ont également été apportés par les français, comme les spécialités à base de canard, telles que le magret ou le foie gras. Les habitants des hautes terres consomment de la viande de zébu. Elle est plus rare sur les côtes ou les poissons sont péchés et consommés. Les habitants des côtes consomment également des noix de coco, qui y poussent en abondance.

Cinéma[modifier | modifier le wikicode]

  • Madagascar est un film créé par Dream Works : il met en scène des animaux de l'île.
  • Mada, film documentaire

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Liens internes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Article mis en lumière la semaine du 20 mai 2013.
Images sur Madagascar Vikidia possède une catégorie d’images sur Madagascar.
Pays d’Afrique
Afrique du Nord Algérie AlgérieÉgypte ÉgypteLibye Libye • Maroc MarocMauritanie MauritanieSoudan SoudanTunisie Tunisie
Afrique centrale Cameroun CamerounGabon GabonGuinée équatoriale Guinée équatorialeRépublique centrafricaine République centrafricaineRépublique démocratique du Congo République démocratique du CongoRépublique du Congo République du CongoSão Tomé-et-Principe São Tomé-et-PrincipeTchad Tchad
Afrique de l’Ouest Bénin BéninBurkina Faso Burkina FasoCap-Vert Cap-VertCôte d'Ivoire Côte d’IvoireGambie GambieGhana GhanaGuinée GuinéeGuinée-Bissau Guinée-BissauLiberia LiberiaMali MaliNiger NigerNigeria NigeriaSénégal SénégalSierra Leone Sierra LeoneTogo Togo
Afrique de l’Est Burundi BurundiDjibouti DjiboutiÉrythrée ÉrythréeÉthiopie ÉthiopieKenya KenyaOuganda OugandaRwanda RwandaSeychelles SeychellesSomalie SomalieSoudan du Sud Soudan du SudTanzanie Tanzanie
Afrique australe Afrique du Sud Afrique du SudAngola AngolaBotswana BotswanaComores ComoresLesotho LesothoMadagascar MadagascarMalawi MalawiMaurice MauriceMozambique MozambiqueNamibie NamibieSwaziland EswatiniZambie ZambieZimbabwe Zimbabwe
Autres entités politiques Flag of the Canary Islands.svg Îles CanariesReunionRadiantVolcanoFlag.png La RéunionFlag of Madeira.svg MadèreFlag of the Sahrawi Arab Democratic Republic.svg République arabe sahraouie démocratique

18°54′57″S 47°31′18″E / -18.91583, 47.52167

Portail de Madagascar —  Tous les articles sur Madagascar.