Éthiopie

« Éthiopie » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Paysage de Dessyé, dans le nord de l'Éthiopie

L'Éthiopie, en forme longue et officielle la République Fédérale Démocratique d'Éthiopie, en amharique የኢትዮጵያ ፌዴራላዊ ዲሞክራሲያዊ ሪፐብሊክ, ou plus simplement tyop'iya est un pays situé dans la corne de l'Afrique sans accès direct à la mer.

L'Éthiopie compte 100 millions d'habitants, c'est le deuxième pays d'Afrique après le Nigéria.

Géographie[modifier | modifier le wikicode]

Jeune femme récoltant le café

L’Éthiopie est un pays montagneux. Son climat est du type tropical. Les Éthiopiens sont très anciennement christianisés.

L'Éthiopie est limitée au nord-est par l’Érythrée et Djibouti, au sud-est par la Somalie, au sud-ouest par le Kenya, et à l’ouest par le Soudan.

L’Éthiopie a une superficie d'environ 1 113 380 km², ce qui est comparable à la superficie de la Colombie ou de la Bolivie. L’Éthiopie est deux fois plus grande que la France. Sa capitale, sa ville la plus grande et la plus importante, est Addis-Abeba.

Depuis 1994, la convention a découpé La République Fédérale Démocratique d’Éthiopie en 8 États fédéraux et trois villes-régions qui ont un statut spécial :

  • les villes Addis-Abeba (capitale), Harar et Diré-Daw.
  • Viennent ensuite l'État d'Afar,
  • l'État d'Amhara,
  • l'État de Beni-Shangul,
  • l'État de Gambella,
  • l'État méridional,
  • l'État d'Oromia,
  • l'État de Somalia et
  • l'État du Tigré.

Chaque État a acquis une grande autonomie, avec chacun une assemblée et une administration qui lui sont propres. L’Éthiopie est le 1er pays africain à avoir été indépendant, c'est également le 27e pays le plus grand du monde et le 9e pays du continent africain en terme de superficie.

L’Éthiopie a un indice de développement faible, voire très faible. Il est considéré comme l'un des pays les plus pauvres du monde, malgré une croissance économique importante et une aide humanitaire internationale.

Biodiversité[modifier | modifier le wikicode]

Flore[modifier | modifier le wikicode]

La diversité des climats selon les régions crée une grande diversité de la végétation.

En haute altitude (au-dessus de 3 800 m) subsiste une végétation alpine de lichens et bruyère, ainsi que la lobélie géante, propre à cette région.

Les hauts plateaux (2 400 m - 3 800 m) ont un climat tempéré et un sol plus riche, ce qui les rend propres à l'agriculture, en particulier teff, sorgho et maïs, et aux forêts.

Dans les régions plus basses, le climat de savane favorise les herbes hautes et les plantes succulentes qui résistent aux conditions climatiques extrêmes.

Faune[modifier | modifier le wikicode]

La faune éthiopienne compte un nombre important d'espèces endémiques chez les mammifères et les oiseaux. Dans le parc national du Simien prospèrent le bouquetin walia (Capra walie), le loup d'Abyssinie (Canis simensis), le nyala de montagne (Tragelaphus buxtoni) et le babouin gelada.


Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Haïlé Sélassié, empereur d’Éthiopie de 1930 à 1974.

L'Éthiopie est l'une des premières zones de peuplement humain : le plus vieux fossile d'australopithèque, Lucy, y a été découvert par une équipe de scientifiques, dont le français Yves Coppens, en 1974. Plusieurs états se succédèrent au pouvoir : d'abord le royaume D'mt, puis le royaume d'Aksoum au Ier siècle av. J.-C. ont étendu leur puissance grâce au commerce.

Converti au christianisme au début du IVe siècle, l'empire éthiopien est le deuxième royaume à devenir chrétien, après l'Arménie mais avant l'Empire romain. Ce grand empire chute progressivement du fait de l'expansion de l'Islam, pour disparaître totalement six siècles plus tard.

Deux dynasties diverses oscillant entre le judaïsme, le christianisme, le catholicisme orthodoxe et les coptes. Les Zagwés puis les Salomonides, prennent le relais pour combattre les sultans musulmans. Ces derniers se maintiennent durablement au pouvoir, ouvrant ainsi pour l'Éthiopie une période de prospérité marquée par le développement intellectuel et, à partir de la Renaissance, le commerce avec les Européens, notamment les Portugais. Ces alliés commerciaux les aident d'ailleurs à plusieurs reprises à combattre l'invasion musulmane mais essayent en même temps de les convertir au catholicisme.

Cependant, la grande proximité qu'affiche le pays avec les orthodoxes conduit les Jésuites à dénoncer une dérive. L'Éthiopie se retrouve isolé et sombre peu à peu dans un chaos politique, où les Empereurs ont moins de pouvoir que les maires. Autant dire que l'unité nationale est clairement menacée. En outre, des pressions étrangères se manifestent : les Égyptiens, les Ottomans et les Européens ne cachent pas leurs ambitions colonialistes.

Un empereur, Menélik II, parvint au XIXe siècle à rétablir la situation en modernisant le pays. Mais, en 1935, les Italiens gouvernés par Benito Mussolini, qui fut un premier ministre dictatorial, parvient à envahir le territoire, après avoir échoué une première fois à la fin XIXème siècle. Victor-Emmanue lII, le Roi d'Italie, se proclame empereur ; ils en partent en 1941.

Finalement, l'Éthiopie est le seul pays d'Afrique à n'avoir jamais été colonisé, mais elle fut occupée par les armées italiennes durant la période fasciste, avant et pendant la Seconde Guerre mondiale.

En 1974, la révolution éthiopienne éclata et le dernier empereur Halié Sélassié fut renversé et emprisonné, remplacé par une junte militaire se réclamant du communisme qui garda le pouvoir pendant environ vingt ans.

Jusqu'en 1993 l'Erythrée était colonisée par l'Éthiopie, elle a obtenu son indépendance après une guerre de trente ans.

Depuis 1995, l’Éthiopie est une république de régime parlementaire, dotée d'une constitution, avec un président de la République, à titre honorifique, sans réel pouvoir.

Sites historiques[modifier | modifier le wikicode]

Aksoum[modifier | modifier le wikicode]

Aksoum est une ville du Nord de l'Éthiopie, l'un des centres religieux de l'Église éthiopienne orthodoxe.

Aksoum fut la capitale d'un important empire commercial : le royaume d'Aksoum, né au IVe siècle av. J.-C. et disparu au IXe siècle apr. J.-C.

Le site archéologique se distingue par ses hautes stèles ornées de motifs architecturaux.


Mosquée à Harar

Harar[modifier | modifier le wikicode]

Harar Jugol ou simplement Harar est une ville de l'Est de l'Éthiopie. Elle fut au XVIe siècle la capitale du royaume des Harari (1520-1568) et un important foyer islamique.

La ville compte trois mosquées du Xe siècle, des murailles du XVIe siècle et des maisons traditionnelles très colorées.

Arthur Rimbaud vécut à Harar de 1880 à 1891, vendant là des armes et du café. C'est la raison pour laquelle Harar est jumelée avec Charleville-Mézières, ville natale du poète.

Attention Ne pas confondre avec Harare, capitale du Zimbabwe, ni avec Arar, une ville d'Arabie Saoudite.

Lalibela[modifier | modifier le wikicode]

Lalibela est une cité monastique orthodoxe, située à 2 630 mètres d'altitude : c'est la ville sainte des chrétiens orthodoxes d'Éthiopie. Elle est célèbre pour ses onze églises monolithes du XIIe siècle, taillées et creusées à même le roc. La plus connue est Bete Giyorgis, l'église Saint-Georges.

Article mis en lumière la semaine du 7 août 2017.
Portail de l'Afrique —  Tout sur l'Afrique, sa culture, son histoire...

9° 02′ N 38° 44′ E / 9.03, 38.74