Confiné chez toi, tu t'ennuies ? Crée un article sur Vikidia, c'est facile ! Commence par quelques lignes et on va t'aider !

Histoire de l'Europe

« Histoire de l'Europe » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Reconstitution d'une tente paléolithique traditionnelle au parc archéologique Asnapio de Villeneuve-d'Ascq.

L'Europe désigne aujourd'hui à la fois un continent, délimité à l'Ouest par l'océan Atlantique, au sud par la mer Méditerranée, ainsi qu'une zone politico-économique en construction. L'histoire de l'Europe commence avec la civilisation mycénienne il y a environ 3 500 ans. Elle est complexe et a vu se succéder différentes civilisations.


L'Europe a vu certains pays se faire coloniser par d'autres, comme par exemple les Allemands et les Soviétiques ont colonisé des pays.

Préhistoire européenne[modifier | modifier le wikicode]

D'après les dernières fouilles réalisées en Géorgie, les hominidés auraient commencé à peupler l'Europe il y a environ 1,5 million d'années. Ils auraient remonté le fleuve du Danube. On appelle Anténéandertaliens les populations qui ont vécu en Europe il y a 800 000 à 400 000 ans. Notamment représentés par l'homme de Tautavel (- 450 000 ans), le « Français le plus ancien », ils ont précédé l’homme de Néandertal dont les premières traces en Europe remontent à 300 000 ans. Cette espèce humaine, très spécialisée, semble n'avoir existé qu'en Europe et au Proche-Orient. Elle a disparu il y a près de 30 000 ans.

La présence de l'homme moderne (Homo sapiens) est attestée en Europe depuis au moins 35 000 ans, en plein Paléolithique. L'Homme vit alors au sein de petites communautés en ayant recours à la chasse, la pêche et probablement la cueillette. Il fabrique des outils de pierre taillée, qui sont une manifestation de son intelligence.

Au Néolithique, il y a environ 4 000 ans, se répandent en Europe les pratiques de l'agriculture et de l'élevage. Elles forcent les hommes à se sédentariser : ils forment des groupes et s'implantent dans une région, construisent les premiers villages et transmettent une culture. La poterie et l'art se développent.

L'Antiquité européenne[modifier | modifier le wikicode]

L'Histoire de l'Europe commence véritablement au milieu du IIe millénaire avant J.-C., en Grèce. Vers cette période, la civilisation mycénienne apprit l'écriture, apparue en Mésopotamie au début du IIIe millénaire.

Civilisation grecque[modifier | modifier le wikicode]

Durant l'époque classique, la civilisation grecque s'organisa en cités-États, autrement dit en des villes autogérées comme Athènes. Cette civilisation s'étendit alors sur les côtes de l'Asie mineure, mais aussi sur la péninsule Italienne. Elle développa la philosophie, la géométrie, la physique, etc., et son savoir eut une grande influence. Les conquêtes d'Alexandre le Grand portèrent la culture grecque au-delà des limites de l'Europe, jusqu'en Inde !

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Grèce antique.

Civilisation romaine[modifier | modifier le wikicode]

Après la civilisation grecque vint l'essor de la civilisation romaine. La constitution de l'Empire romain, puis le développement du christianisme, permettent une première ébauche d'unité européenne dont le centre politique et économique est la Méditerranée.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Rome antique.

Civilisations protohistoriques[modifier | modifier le wikicode]

Plus au nord, se développent des populations protohistoriques : Celtes, Germains, etc.

La lente désagrégation de l'Empire romain, ainsi que son incapacité à résister face aux incursions répétées des peuples germaniques, entraînent sa dislocation, puis l'effondrement de sa moitié occidentale. Divers peuples germaniques accaparent alors le pouvoir dans de nouvelles entités territoriales aux frontières mouvantes, préludes à la création des actuels États européens de l'Ouest. À l'est, l'Empire romain d'Orient, qui a pour capitale Constantinople, subsiste et mue en un empire chrétien d'Orient, où les habitants persistent à se considérer comme « Romains ».

Moyen Âge[modifier | modifier le wikicode]

Charlemagne est considéré comme le « père de l'Europe ». C'est en effet avec lui que le mot « Europe » prend une signification politique. On l'appelle de son vivant Pater Europae, et on trouve aussi l'expression Europa vel regnum Caroli (l'Europe ou le royaume de Charles). L'Europe de Charlemagne, c'est d'abord une Europe franque, dans laquelle Rome ne joue plus le rôle majeur : s'il est sacré empereur d'Occident à Rome, c'est Aix-la-Chapelle qu'il choisit comme capitale de son empire. C'est aussi une Europe chrétienne : Charles se considère comme couronné par Dieu, et le fait que son sacre à Rome ait eu lieu un 25 décembre a valeur de symbole. C'est enfin une Europe occidentale, les projets d'union avec l'empire d'Orient envisagés vers l'an 800 ayant échoué.

Le Moyen Âge est, presque partout en Europe, l'époque de la féodalité d'où émergeront, sous l'impulsion de rois énergiques et ambitieux, les ébauches des premiers États modernes, souvent antagonistes comme la France et l'Angleterre.

L'empire d'Occident se désagrège rapidement après la mort de Charlemagne, puis disparaît au début du Xe siècle. En 962, Otton Ier crée le Saint-Empire romain germanique, mais celui-ci ne peut s'étendre, contrecarré par la montée des nationalismes (France, Angleterre), ses luttes avec la papauté, puis le développement de l'Empire ottoman lors de l'époque moderne.

L'empire d'Orient, chrétien mais de culture essentiellement grecque, connaît d'importantes fluctuations de sa force et, par conséquent, de l'emprise de son territoire. Celui-ci s'étendra à son apogée sur une grande partie du rivage méditerranéen, d'abord sous Justinien Ier, puis sous les empereurs macédoniens, du IXe au XIe siècle.

La montée en puissance des musulmans, puis le Grand Schisme (1054) entre le catholicisme et l'orthodoxie - suivi d'une croisade dirigée en 1202 à son encontre - affaiblissent l'empire d'Orient. Il est dépecé morceau par morceau par l'Empire ottoman avant de disparaître lors de la chute de Constantinople en 1453.

En fait, c'est le terme de chrétienté qui, durant quelques siècles, unira culturellement la plupart des Européens catholiques, alors que le mot Europe disparaît des propos et des esprits. Les croisades sont l'une des rares concrétisations politiques et militaires de ce sentiment d'appartenance.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Histoire de l'Europe au Moyen Âge.

Le réveil de l'Europe[modifier | modifier le wikicode]

À l'époque où l'Empire d'Orient s'effondre, la Reconquista touche à sa fin. 1492 est l'année de l'Espagne, avec la reconquête du dernier royaume maure (Grenade) en péninsule Ibérique et le premier voyage de Christophe Colomb sous l'égide des Rois catholiques, qui va ouvrir la voie à l'établissement des hégémonies européennes.

Le rêve d'un grand empire européen renaît au XVIe siècle avec l'affrontement entre François Ier et Charles Quint, tous deux se disputant le trône du Saint-Empire. Grâce à l'appui des banquiers Fugger, Charles Quint l'emporte, se retrouvant à la tête d'un domaine très vaste, mais aussi très morcelé. Les diverses guerres menées contre la France ne donnent aucun résultat et, durant deux siècles, le découpage de l'Europe va évoluer au gré des alliances matrimoniales et des guerres entre États. Plus grave, le ciment du christianisme catholique, qui donnait un semblant d'union à cette Europe, éclate en morceaux avec la Réforme protestante (ou plutôt les Réformes), dont l'impact politique est considérable, entraînant notamment la formation des Provinces-Unies et de la Confédération helvétique. Les guerres de Religion, la guerre de Trente Ans et celles de Louis XIV rythment les XVIe et XVIIe siècles. Les traités de Westphalie (1648) redessinent durablement la carte politique de l'Europe et l'équilibre des forces en présence.

L'époque moderne est donc finalement marquée par un renforcement des nationalismes en tout genre. C'est aussi l'époque où l'Europe s'étend très loin de ses frontières naturelles par la constitution des premiers empires coloniaux sur le continent américain, puis en Inde.

Révolutions et nationalismes[modifier | modifier le wikicode]

La prise de la Bastille

La Révolution française inaugure un bouleversement politique très important : les idées démocratiques apparaissent sur le devant de la scène, et les campagnes de Napoléon Ier, puis le congrès de Vienne, vont remodeler profondément la carte de l'Europe et les mentalités.

À la fin d'un long processus, le XIXe siècle voit se réaliser l'unité de l'Italie et de l'Allemagne, ainsi que la constitution de plusieurs nouveaux pays dans les Balkans, issus du démembrement de l'Empire ottoman, appelé alors l'« Homme malade de l'Europe ».

C'est aussi l'apparition de nouveaux mouvements politiques prônant plus d'égalité (socialismes), voire le démantèlement du pouvoir des États (anarchismes). Ces idées se diffuseront par la suite, et avec plus ou moins de retard, largement hors des frontières de l'Europe.

La domination politique et économique de l'Europe sur le reste du monde s'est affirmée après qu'elle ait bouleversé son économie lors des révolutions industrielles, développant sa productivité et amorçant une forte explosion démographique. Leur avance technologique, et notamment militaire, permit aux pays européens, en concurrence les uns contre les autres, d'étendre leur emprise sur les autres continents. Cette colonisation connut son apogée au début du XXe siècle (et s'achève en 1914), avant que les deux guerres mondiales ne bouleversent l'ordre établi. La Seconde Guerre mondiale laisse l'Europe exsangue. Alors que la suprématie des pays européens occidentaux disparaît au profit de deux nouvelles super-puissances (les États-Unis et l'Union soviétique), des rébellions se développent dans les colonies, aboutissant à l'indépendance de nombreux pays, notamment au cours du troisième quart du XXe siècle.

Parallèlement, alors que l'excédent démographique de l'Europe était tel qu'elle constituait un réservoir d'émigration massive tout au long du XIXe siècle et au début du XXe, les pays du continent furent confrontés à une stabilisation, voire une régression démographique à partir de la Première Guerre mondiale. Cela, combiné au développement continu de l'économie, dont principalement l'industrie de production et de transformation, provoqua un appel de main-d'œuvre qui transforma l'Europe en une terre d'immigration, notamment au cours des Trente glorieuses.

Guerre et paix[modifier | modifier le wikicode]

Guerre et Paix est le titre d'un roman épique et romantique de Léon Tolstoï, dont le scénario se situe lors des Guerres napoléoniennes. Cependant, le titre résume très bien l'histoire de l'Europe au XXe siècle.

Les rivalités entre les puissances européennes explosèrent en 1914 : des troubles dans les Balkans et l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche précipitèrent les nations à se déclarer la guerre par le jeu des alliances politiques. Commença la Première Guerre mondiale, une guerre qui dura quatre années au cours desquelles l'Europe s'enflamma et saigna. Cette guerre de tranchées fut durement vécue et appelée la der des ders. Le traité de Versailles de 1919 définit les conditions de la défaite de l'Allemagne et de ses alliés. Les frontières de l'Europe sont redessinées et de nouveaux pays apparaissent : la Hongrie, l'Autriche, la Pologne... Les années suivantes furent marquées par de nouveaux conflits dans les pays de l'Est.

La peur du communisme, puis la Grande Dépression, conduisirent à la montée de l'extrémisme et du racisme, notamment en Italie, en Allemagne, en Espagne et en Hongrie. La volonté de revanche et de domination de l'Allemagne nazie précipita l'Europe dans une nouvelle guerre, la Seconde Guerre mondiale. En réaction à l'invasion de la Pologne par les troupes de Hitler, la France et le Royaume-Uni lui déclarent la guerre le 3 septembre 1939. L'armée allemande conquit une large partie de l'Europe et fut arrêtée à l'est par l'Armée rouge (armée de l'Union soviétique) en 1941. Au-delà des opérations militaires, l'Europe fut le terrain d'un génocide, la Shoah.

La carte de l'Europe fut de nouveau redessinée lors de la Conférence de Yalta. L'Europe fut divisée entre les démocraties occidentales à l'ouest et les pays communistes à l'est. Ces derniers formaient autour de Moscou le bloc communiste. Les États-Unis et l'Europe de l'Ouest formèrent l'OTAN, une organisation destinée à se protéger contre une invasion possible de l'Union soviétique. Le bloc soviétique établit le pacte de Varsovie pour se protéger contre une possible invasion américaine. C'est la pleine guerre froide. Cette tension, importante durant l'époque stalinienne, diminua jusqu'en 1990, date à laquelle l'Allemagne de l'Ouest intégra l'Allemagne de l'Est et le bloc soviétique se disloqua.

Après la Seconde Guerre mondiale, l'idée de fonder une unité européenne réémergea pour garantir la paix sur le continent. Cette idée conduit à la création de la CECA, de la CEE puis de l'UE. En 2008, l'Union européenne comportait 27 États.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Lien externe[modifier | modifier le wikicode]

Portail de l'Europe —  Tous les articles sur l'Europe !