Chrétienté médiévale

« Chrétienté médiévale » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

On appelle chrétienté médiévale l'ensemble des sociétés qui, au Moyen Âge et plus particulièrement du XIe au XIIIe siècles, ont pour religion le christianisme.

Au Moyen Âge, les chrétiens ont peur de la mort car la religion indique que les fautes faites sur Terre seraient comptées après la mort.

Le christianisme prévoit que le jour du jugement dernier, Jésus Christ trie les humains, les mauvais à sa gauche iront en enfer, les bons à sa droite iront au paradis.

Chrétienté d'Occident et chrétienté d'Orient[modifier | modifier le wikicode]

En 1054 la chrétienté se divise : Les chrétiens d'Occidents (c'est-à-dire de l'ouest de l'Europe) sont catholiques. Ils sont dévoués au pape qui est l'évêque de Rome et qui dirige l’Église catholique.

Les chrétiens d’Orient sont orthodoxes. Ils ont à leur tête l'empereur et le patriarche, qui dirige l’Église orthodoxe.

La chrétienté d'Occident[modifier | modifier le wikicode]

Une société contrôlée par l’Église[modifier | modifier le wikicode]

Dans la chrétienté médiévale d'Occident l’Église contrôle la société en encadrant les hommes de manière étroite. Les juifs sont mis à l'écart, voire persécutés et les chrétiens qui contestent certaines des croyances définies par l'Église sont jugés « hérétiques » et réprimés (notamment par l'Inquisition à partir de 1233).

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Religion en Europe au Moyen Âge.

L'expansion de la chrétienté d'Occident[modifier | modifier le wikicode]

La chrétienté d'Occident s'étend : dans le Nord et l'Est de l'Europe par l'évangélisation en Orient par la Croisade : le 27 novembre 1095, lors du concile de Clermont, le pape Urbain II appelle à la Croisade. Cet appel incite des chrétiens à partir hors d'Europe vers Jérusalem, la Terre sainte.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Expansion du christianisme en Europe au Moyen Âge.

Le culte des reliques[modifier | modifier le wikicode]

Une relique est le reste du corps d'un saint (un os par exemple) ou un objet qui a été en contact avec le saint (ce peut-être un vêtement). On a par exemple conservé au monastère de Conques le crâne de sainte Foy, une jeune martyre. Pour un fidèle une relique représente le saint et le pouvoir qu'a celui-ci d'intervenir auprès de Dieu.

Le culte des reliques saintes suppose que les croyants se déplacent vers les lieux où elles sont exposées. Cela génère les voyages de pèlerinage et toute une infrastructure hôtelière pour accueillir les pèlerins. Les grands pèlerinages des chrétiens sont celui vers Rome (tombeau de saint Pierre et siège de la papauté),celui vers Jérusalem et la Terre Sainte, lieux où Jésus a vécu et où il est mort et celui vers Saint-Jacques-de-Compostelle.

L'art roman et l'art gothique[modifier | modifier le wikicode]

On distingue deux époques dans l'art de l'architecture religieuse du Moyen Âge.

Pour la période qui va du XIe au XIIIe siècles on parle d' « art roman » : on le reconnaît notamment à ses formes arrondies. Pour la période qui va du XIII° au XV° siècles on parle d' « art gothique » : on le reconnaît aux sommets pointus des tours des cathédrales et à la taille des constructions, taille plus importante que celle des constructions faites à l'époque de l'art roman.

Source[modifier | modifier le wikicode]

Colon, David. Histoire 2e. Belin, 2010. ISBN 978-2-7011-5419-0

Société paysanne au XIVe siècle.jpg Portail du Moyen Âge —  Tous les articles sur le Moyen Âge.
Portail du christianisme —  Tous les articles concernant le christianisme.