Féodalité

« Féodalité » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

La féodalité ou le féodalisme (du latin feudum, « fief ») est un système politique où l'autorité centrale est affaiblie, voire inexistante ; le pouvoir souverain est distribué dans une série de principautés, des fiefs qui constituent les unités politiques de base.

Cette organisation de la société se développa en Europe du Xe siècle au XVe siècle, après la fin de l'Empire carolingien. Basée sur le régime seigneurial dont on retrouve des organisations similaires dans le reste du monde (AsieChine, Japon — et Afrique), la féodalité est propre à l'Occident européen.

La féodalité est un système où les relations entre personnes (vassalité) sont basées sur des contrats entre ces mêmes personnes. Les seigneurs ont tout pouvoir sur leur territoire, mais ils sont de puissance inégale. Ils se mettent donc sous la protection d'un seigneur plus important, ce qui leur impose des devoirs mais en impose aussi au seigneur supérieur.

Les paysans, au mois d'octobre, sèment le grain devant le Louvre de Charles V. Les Très Riches Heures du duc de Berry, vers 1440.

Le seigneur qui protège est appelé suzerain, le seigneur qui est protégé vassal. Ces deux seigneurs nouent un lien particulier lors de la cérémonie de l'hommage. Le vassal jure sur les reliques de saints de rester toujours fidèle à son suzerain. Le suzerain lui donne un territoire, nommé le fief. Il sert à assurer les moyens de vivre au vassal. Le suzerain doit également protéger son vassal lorsqu'il est attaqué. En échange, le vassal doit apporter une aide financière à son suzerain si celui-ci le lui demande. Le suzerain peut lui-même être le vassal d'un seigneur plus puissant, ce qui entraîne une organisation en pyramide.

La société féodale aux IXe et Xe siècles[modifier | modifier le wikicode]

Aux IXe et Xe siècles, une grande insécurité règne en Europe. Pour se protéger, de nombreux seigneurs font construire des châteaux-forts, d'abord en bois puis en pierre. Les terres, autour du château, sont cultivées par des paysans qui peuvent se réfugier en cas de danger. Le château-fort et les terres appartiennent aussi au seigneur : c'est le domaine seigneurial.

Certains paysans appartiennent aussi au seigneur : ce sont les serfs. Les paysans cultivent beaucoup de céréales (blé, avoine et orge) et élèvent surtout des porcs et de la volaille. Ils payent des redevances pour l'utilisation du moulin et du four. Ils donnent chaque année une partie des récoltes et effectuent des corvées pour entretenir les chemins et le château. Les conditions de vie des paysans sont très rudes. Heureusement, les fêtes religieuses permettent aux paysans de se reposer et de se distraire de temps en temps.

Société paysanne au XIVe siècle.jpg Portail du Moyen Âge —  Tous les articles sur le Moyen Âge.