Livre d'or
Livre d'or

la cabane • le Livre d'or  • la boîte à idées

Dernière modification le 26 juillet 2016, à 14:51

Moyen Âge

Travaux
Cet article est en cours de rédaction.
L’utilisateur Js2lyon est en train de travailler sur cet article. Merci d’éviter de le modifier pour éviter les risques de conflit de versions jusqu’à la disparition de ce message.
L'hommage vassalique crée les liens de fidélité

Le Moyen Âge est la période de l'histoire européenne qui s'étend de la fin de l'Empire romain (au Ve siècle) au début de la Renaissance (à la fin du XVe siècle).

Au IXe siècle, les invasions Vikings désorganisent la société. Le pouvoir royal, trop affaibli, ne peut pas protéger correctement les populations. Celles-ci se mettent alors sous la protection d'un seigneur. En échange, elles travaillent pour lui, lui payent des impôts et lui donnent une partie de leurs récoltes. Se met alors en place une société hiérarchisée entre les possesseurs de la terre (alors l'essentielle de la richesse) et ceux qui la travaillent. Les hommes sont liés entre eux par des liens de fidélité consentis plus ou moins librement. À partir du XIe siècle, le développement des villes permet à un nouveau groupe (les bourgeois artisans et commerçants et personnels judiciaires et administratifs) de prendre de l'importance mais, parallèlement, les ouvriers de l'artisanat deviennent plus nombreux.

La société est chrétienne, et est organisée en Europe occidentale par l'Église catholique, tandis qu'en Europe orientale, après le schisme de 1054, ce sont les églises orthodoxes qui encadrent la population. En Europe occidentale, la papauté tente d'imposer sa suprématie sur les souverains qui résistent. La chrétienté affronte également l'Islam, aussi bien au Proche-Orient avec les Croisades, que dans la péninsule ibérique avec la Reconquista. À partir du XVe siècle, la chrétienté doit faire face à l'avancée conquérante des Turcs Ottomans en Europe balkanique et centrale.

La vie intellectuelle et artistique, affaiblie par les invasions germaniques du Ve siècle, recommence avec la renaissance carolingienne au IXe siècle. La transmission des connaissances, très contrôlée par l'Église catholique, reprend dans les monastères puis dans les universités. Après l'art carolingien se développe l'art roman puis l'art gothique qui couvrent l'Europe de monuments témoignant de la foi de la population. Ainsi sont construites beaucoup de cathédrales, comme la Cathédrale de Notre-Dame de Paris.

La tentative d'unification politique de l'Europe par les Carolingiens échoue après la dislocation de l'empire franc en 843. Tandis que dans les pays germaniques subsiste le Saint-Empire romain germanique, plus à l'ouest, des pays très individualisés naissent progressivement comme la France et l'Angleterre. Pour des questions dynastiques, des royaumes vont s'affronter pendant plusieurs siècles. Tout en se libérant de la domination musulmane, les différents royaumes espagnols progressent lentement vers l'unification le la péninsule ibérique. En France, le pouvoir royal s'affirme face au grands seigneurs mais en Angleterre il doit céder devant la révolte des seigneurs et des propriétaires.

Chronologie du Moyen Âge en EuropeModifier

Organisation de la sociétéModifier

La société est organisée en trois ordres : le clergé, la noblesse et le tiers-état.

Le clergéModifier

Le clergé est l'ordre de ceux qui prient (oratores).

La noblesseModifier

La noblesse est l'ordre de ceux qui combattent (bellatores). Les guerriers (la noblesse d'arme), qui prélèvent des impôts sur la production et la personne des paysans, sont mis en difficultés par les interminables conflits des XIVe siècle et XVe siècle.

Une nouvelle noblesse, formée des administrateurs du royaume, apparaît à partir du XVe siècle.

Le tiers-étatModifier

Le tiers-état est l'ordre de ceux qui travaillent (labradores). Les travailleurs (paysans à la campagne et artisans dans les villes) représentent plus de 90 % de la population européenne et sont les seuls à payer des impôts. Au Xe siècle, ils sont soumis à l'autorité des guerriers (les seigneurs). Progressivement, soit par rachat, soit par la force, ils obtiennent des libertés (celle de la liberté de mouvement pour les paysans et celle de s'organiser pour les citadins).

Le monde paysan devient plus inégal, la plus grande partie vit difficilement au jour le jour, mais une infime minorité (les laboureurs) parvient à émerger et à jouer un rôle important dans les campagnes.

Le pouvoir politiqueModifier

L'économieModifier

Pendant ces cinq siècles l'économie reste essentiellement liée à la production agricole. Pratiquement exclusive au Xe siècle, l'agriculture connaît des changement importants à partir du XIIe siècle. Le XIVe siècle est une période de grandes difficultés en Europe, l'agriculture recule mais elle reste prépondérante au XVe siècle.

L'artisanat est embryonnaire dans les villes vers l'an mil. Mais l'essor urbain qui démarre au XIIe siècle le développe. Parallèlement le grand commerce reprend à travers l'Europe continentale et le monde méditerranéen. De riches négociants l'organisent.

La religionModifier

Au Moyen Âge, les Européens sont tous croyants. Pour la plus grande partie ils sont chrétiens mais divisés depuis le schisme de 1054 entre catholiques à l'ouest, au centre et au sud de l'Europe, et orthodoxes à l'est et au sud-est. Dans la péninsule ibérique l'islam est en recul constant mais se maintient jusqu'en 1492 dans le royaume de Grenade. Les juifs disséminés à travers l'Europe sont victimes de discriminations et de persécutions périodiques.

Les chrétiens recherchent avant tout là sauver (le salut ) de l'âme, et redoutent le Jugement dernier qui conduira certains aux tourments éternels de l'Enfer et d'autres au bonheur éternel du Paradis. Pour cela, dans la conduite de leur éphémère vie terrestre, ils s'en remettent aux recommandations des Églises qui sont relayées localement par les prêtres ou les popes. Ces religieux sont des intermédiaires obligés pour une population qui ne sait ni lire, ni écrire (sauf pour une minorité réduite) et qui ne peut d'elle même avoir accès aux livres sacrés.

Les Églises se chargent de l'éducation, même rudimentaire, de la population. Elles sont les seules à venir en aide aux malades et aux pauvres. L'Église catholique impose la Paix de Dieu pour réduire les dégâts liés à la guerre entre les seigneurs.

Les Églises et en particulier l'Église catholique disposent d'une organisation particulière. Elle perçoit le casuel et l'impôt de la dîme due par les fidèles. Elle gère des biens importants qui lui ont été donnés par les mourants. Les membres du clergé relèvent de tribunaux spéciaux et il y a des tribunaux religieux pour les affaires concernant les particuliers mais relevant de la religion.

La richesse des abbayes bénédictines et l'abandon de la rigueur de la vie monastique conduisent à la naissance de nouveaux ordres de moines comme les cisterciens, les franciscains ou les dominicains qui préconisent le retour au travail, à la pauvreté, voire à la mendicité et à l'évangélisation.

L'Église catholique tient une place importante dans la société. Par l'interdit et l'excommunication elle impose certaines règles de comportement aux puissants. A la fin du XIe siècle} le pape Grégoire VII a réussi à libérer la nomination des évêques de l'empereur germanique. Au début du XIIIe siècle, le pape Innocent III affirme la supériorité du pape sur les souverains européens qu'il se dit autorisé à déposer. Cependant la papauté connaît des crises. Le pape Boniface VIII se heurte violemment au roi de France Philippe le Bel. Au XIVe siècle le séjour de la papauté à Avignon trouble les fidèles. Après le retour des papes à Rome, en 1377, l'Europe catholique se divise dans le Grand schisme d'Occident période pendant laquelle il y a deux, voire trois papes simultanés.

Les efforts de réforme de l'Église catholique échouent au Concile de Constance (1414-1418). Des croyants proposent de nouvelles voies pour la pratique religieuses comme John Wyklif en Angleterre ou Jan Huss en Bohême (qui sera exécuté pour ce motif). L'inquiétude grandissante sur le salut pousse certains catholiques a mettre en doute la validité de leurs croyances et pratiques religieuses, en particulier le recours massifs aux Œuvres, au culte des saints et aux manifestations spectaculaires de pénitences. Cela aboutit au début du XVIe siècle à la naissance des Églises luthérienne et calviniste qui se séparent de Rome.

La vie intellectuelle et artistiqueModifier

Article à lire Article à lire : Arts du Moyen Âge

Voir aussiModifier

Vikilien pour compléterModifier

Société paysanne au XIVe siècle.jpg Portail du Moyen Âge - Tous les articles sur le Moyen Âge.