Corée du Sud

« Corée du Sud » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Corée du sud)
Aller à : navigation, rechercher
République de Corée
Corée du Sud
대한민국 (en coréen)
Drapeau de la Coree du Sud.svg Emblem of South Korea.svg
Drapeau Blason
Devise
홍익인간(弘益人間): 널리 인간을 이롭게 하라
La prospérité pour le peuple
Carte
Korea south map.png
Géographie
Capitale Séoul
Plus grande ville Séoul
Superficie 99 274 km2
Rangδ Classé 107e
Eau 0,3 %
Pays frontaliersδ Corée du Nord Corée du Nord
Fuseau horaire UTC+9
Population
Population 49 024 737 habitants
Rang Classé 25e
Densité 494 habitants/km2
Gentilé Sud-coréens, Sud-coréennes
Langue(s) parlée(s) Coréen
Politique et fonctionnement
Formation Indépendance des États-Unis
Date 15 août 1948
Type de gouvernement République
Hymne Aegukga (애국가)
Monnaie Won (원)₩
Domaine Internet .kr
Indicatif téléphonique +82
voir modèle • modifier

La Corée du Sud (en coréen : 한국, Hanguk 🔉 Écouter), en forme longue République de Corée (en coréen : 대한민국, Daehan Minguk 🔉 Écouter), est un pays de l'est de l'Asie dont la population est de 47,8 millions d'habitants1. Sa capitale, Séoul, compte près de 11 millions d'habitants. Située au sud de la péninsule de Corée, elle fait partie des pays développés. Le drapeau national est connu sous le nom de Taegeukgi.

Depuis 2017, Moon Jae-in est le président de la Corée du Sud, remplaçant l'ancienne présidente, Park Geun-hye, détenue après un scandale de corruption.

La Corée du Sud fait partie des quatre dragons asiatiques avec Hong Kong, Singapour et Taïwan.

Géographie physique[modifier | modifier le wikicode]

Localisation de la Corée du Sud

La Corée du Sud a une frontière commune avec la Corée du Nord. Elle est bordée à l'ouest par la mer Jaune, au sud-ouest et au sud-est par le détroit de Corée et à l'est par la mer de l'Est (ou mer du Japon). Avec 98 480 km2, la Corée du Sud est 5,5 fois plus petite que la France métropolitaine. Le pays est très montagneux malgré la très basse altitude de la montagne la plus haute : Hallasan (한라산) (1 900 mètres environ) et connaît une saison humide de mousson en été. Il n'y a aucun volcan actif et peu de séismes.

Quelques chiffres sur la Corée du Sud en 20052
Corée du Sud Inde Chine France
Densité (hab./km²) 481 335 137 112
Espérance de vie (années) 77 63 71 79
Population urbaine (%) 80 29 40 76
IDH 0,901 0,602 0,755 0,942
PIB/hab. ($) 20 590 3 344 7 204 27 600

L'emblème national végétal de la Corée du Sud est le mugunghwa, une fleur avec 5 pétales roses très belles. L'emblème national animal de la Corée du Sud est le tigre.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Environnement de la Corée du Sud.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Jusqu'en 1945, la Corée était un seul pays. L'histoire décrite ci-dessous concerne aussi ce qui deviendra la Corée du Nord.

Le savais-tu.png
Le savais-tu ?
Corée et colonisation
La Corée du Sud est souvent citée comme faisant partie des rares pays à n'avoir jamais été colonisés par une puissance européenne avec la Corée du Nord, le Japon, le Liberia, l'Éthiopie et Thaïlande. Il faut néanmoins prendre cette affirmation avec précaution, le terme « colonisation » étant régulièrement employé dans des contextes différents. La Corée a été en revanche occupée par le Japon de 1905 à 1910 puis annexée par le Japon de 1910 à 1945.

Gojoseon[modifier | modifier le wikicode]

L'histoire de la Corée remonte au Paléolithique. 2333 av. JC marque le début de la période Gojoseon avec la naissance légendaire de la civilisation coréenne. C'est le premier état coréen de l'histoire. En 108 av. JC, cet état est vaincu par les Han de Chine.

Les trois royaumes[modifier | modifier le wikicode]

Au premier siècle av.JC, de nombreuses entités coréennes prennent leur indépendance. Il s'agit principalement de Silla, l'état le plus prospère et diplomatique occupant le sud-est (en 57 av. J.-C.), Goguryeo, le plus grand, qui rassemble au nord et en Mandchourie les restes de Gojoseon (en 37 av. J.-C.), et Baekje, une puissance maritime, (en 18 av. J.-C.).

Commence alors une longue période de guerre permanente entre les trois États, d'où découle l'expression des « Trois Royaumes de Corée ». D'autres petits royaumes et États tribaux coexistent avec ces trois grandes puissances, le plus connu étant la Confédération de Gaya.

En 598, la Chine attaque Goguryeo, qu'elle vainc grâce à son alliance avec le royaume de Silla.

Silla unifiée[modifier | modifier le wikicode]

Ruines de la pagode occidentale du Mireuksa, datant du VIIème siècle.

Silla réussit au VIIe siècle à unifier la péninsule en annexant Gaya (VIe siècle), puis en battant Baekje avant de vaincre Goguryeo et d'expulser les Chinois. La capitale de Silla, Kumsong (actuelle Gyeongju), devient l'une des plus grandes villes d'Orient : elle a compté jusqu'à 1 million d'habitants. Le royaume de Silla unifié fut prospère au VIIIe siècle. Le bouddhisme est la religion d'État. Silla connaissant des problèmes intérieurs décline vers la fin du IXe siècle

Goryeo[modifier | modifier le wikicode]

En 918, Wang Keon fonde l'État de Goryeo et se relance dans la conquête de la péninsule. Il parvient à la réunifier en 935, ce qui marque le début de l'ère Goryeo (nom basé sur celui de Goguryeo). Ce nom, déformé par les Occidentaux, a donné le nom actuel de « Corée ». Le roi Gwangjong ordonne l'affranchissement des esclaves en 958, et la création d'un concours de recrutement pour les fonctionnaires, ce qui permet l'établissement du pouvoir de la dynastie. Après une ère de décadence, les Coréens de Goryeo sont envahis en 1231 par les Mongols déjà maîtres de la Chine. La Corée devient vassale de la Chine.

Pendant cette période les Coréens inventent l'imprimerie avec caractères mobiles en métal.

Joseon[modifier | modifier le wikicode]

La dynastie Joseon fut fondée en 1392 par le général coréen Yi Seonggye. Il fonde une nouvelle capitale, Hanyang, actuelle Séoul. Son fils Taejong lui succède, après avoir assassiné trois de ses frères.

Le troisième roi de la dynastie, Sejong le Grand, fils de Taejong, inaugure un nouvel âge d'or. Le royaume s'étend désormais jusqu'à l'Amnokgang, après la victoire sur les Jurchens. Les côtes sont pacifiées par la victoire définitive sur les pirates de Tsushima.

En 1443, est mis au point le hangeul (한글), un nouveau système d'écriture.

Comme la dynastie Goryeo, les Yi construisent une muraille défensive au nord du pays, sur les fleuves Amnok et Duman, pour protéger la péninsule des incursions nomades.

La guerre Imjin avec le Japon commence en 1592 lorsque le shogun Hideyoshi Toyotomi tente d'envahir la Corée, première étape dans son projet d'invasion de la Chine. Mais la flotte coréenne, aidée par celle de la Chine des Ming, l'oblige à rembarquer en 1593. Cette flotte disposait des premiers navires cuirassés de l'histoire navale, les bateaux-tortues, et était dirigée par l'amiral Yi Sun-sin,

Les tribus de nomades Jurchens (Djourchets, Mandchous) s'unissent sous la direction de Nurhaci à la fin du XVIe siècle. Profitant de l'invasion japonaise, celui-ci attaque la Mandchourie chinoise, puis se proclame khan en 1616. En réaction, les Chinois et les Coréens attaquent ensemble le royaume jurchen en 1619, mais ils sont repoussés.

En 1637, les Mandchous, venus de Chine imposent leur autorité sur la Corée.

La Corée aux XVIIe et XVIIIe siècles[modifier | modifier le wikicode]

La société coréenne se modifie. Le développement du commerce fait apparaitre de nouvelles élites moins favorables à l'influence chinoise.

En 1784, le catholicisme est introduit par des lettrés coréens qui, en Chine, se sont convertis sous l'influence des Jésuites. Mais de nombreuses persécutions tentent de freiner son expansion.

La Corée au XIXe siècle[modifier | modifier le wikicode]

Dans les années 1860, dans les campagnes du sud de la Corée apparaît le Tonghack, une nouvelle religion qui veut éliminer le christianisme et condamne les idées occidentales.

Mais la spectaculaire transformation du Japon voisin, à partir de 1868, a des répercussions en Corée. En 1876, le Japon impose l'ouverture des ports coréens à ses navires, donc à ses produits industriels. Les élites coréennes se divisent entre les pro-chinois, conservateurs, et les pro-japonais qui tentent sans succès un coup d'État en 1894.

En 1895, pour faire cesser l'agitation des campagnes, le gouvernement coréen demande l'aide de la Chine. Le Japon proteste. La première guerre sino-japonaise a lieu. La Chine est battue et les Japonais installent des garnisons en Corée. Le roi de Corée trouve alors refuge auprès des diplomates russes (qui sont eux aussi intéressés par la Corée comme débouché de la ligne de chemin de fer du transsibérien).

Au XXe siècle, la Corée passe sous le contrôle japonais[modifier | modifier le wikicode]

En 1904-1905, l'opposition entre les visées japonaises et russes sur la Corée déclenche la guerre russo-japonaise, perdue par la Russie. Le Japon oblige la Corée à signer un traité installant le protectorat japonais sur le pays. Puis en 1910, la Corée est directement annexée par le Japon.

L'annexion de leur pays provoque des oppositions. Le 1er mars 1919, une grande manifestation contre les Japonais se forme et à la fin de la manifestation, il y aura des milliers de morts, tués par les Japonais. Un gouvernement coréen en exil est alors créé à Shanghai, en Chine. Afin de calmer les esprits, les Japonais relâchent un peu leur étreinte sur le pays. Mais, en 1939, l'arrivée au pouvoir des militaires nationalistes à Tokyo resserre au contraire l'emprise du Japon sur la Corée. La Corée devient alors une base arrière de l'impérialisme japonais lancé dans la conquête du Pacifique (en particulier l'affaire des jeunes filles coréennes enlevées pour servir comme prostituées au service des soldats japonais.)

Les Asiatiques, en particulier les Coréens, demandent toujours des excuses aux Japonais et le remboursement des dégâts provoqués par le Japon (tests scientifiques mortels sur des Coréens, travail forcé dans des mines dangereuses, filles et femmes forcées à devenir des prostituées, destruction de monuments historiques, etc.). Les Japonais refusent les deux.

La Corée divisée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le wikicode]

Carte de la limite des deux Corées. La ligne horizontale est le 38e parallèle (frontière de 1945). La ligne brisée est la frontière depuis 1953.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale et la défaite japonaise, la Corée a été divisée en deux zones d'occupation provisoires par les États-Unis et l'URSS. La frontière entre ces zones était fixée sur le 38e parallèle.

Les élections qui devaient aboutir à la réunification ont lieu sous contrôle de l'ONU dans la partie sud, mais sans contrôle de l'ONU dans la partie nord. Ne pouvant s'accorder, en 1948, le Sud et le Nord créèrent chacun un état indépendant. Au nord, la République démocratique de Corée, de type communiste, avec Kim Il-sung comme dirigeant. Au sud, la République de Corée, de type capitaliste, dont le président est Syngman Rhee.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Guerre de Corée.

De 1950 à 1953, les 2 états s'affrontèrent en pure perte, soutenus l'un par la Chine et l'URSS, l'autre par l'ONU (les États-Unis principalement). Malgré l'armistice de Panmunjeom signé en 1953 et la fin des combats, ils ne sont toujours pas officiellement en paix. La Corée du Nord menace régulièrement la Corée du Sud de lui lancer des missiles nucléaires, malgré des tentatives régulières de négociations et des rencontres entre les dirigeants des deux pays, Kim Jong-un, et Moon Jae-in.

Article à lire Article à lire : Relations entre la Corée du Nord et la Corée du Sud

Démographie[modifier | modifier le wikicode]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Démographie de la Corée du Sud.

Économie[modifier | modifier le wikicode]

Le port sud-coréen de Busan.

La Corée du Sud connaît une croissance économique à la fin du XXe siècle. Pourtant, elle n'a pas de ressources naturelles abondantes. Dans les années 1970, elle profite de sa main-d'œuvre bon marché et nombreuse. L'intervention de l'État facilite aussi le succès coréen.

Aujourd'hui, le pays exporte des biens d'équipement et des automobiles vers la Chine, le Japon, les États-Unis… Les plus grandes entreprises sud-coréennes sont Daewoo (automobiles, électroménager), Hyundai (automobile, électronique), LG (électronique, informatique, écrans…) et Samsung (électronique).

Culture[modifier | modifier le wikicode]

La Corée du Sud a sa musique traditionnelle qu'elle a réussi à conserver malgré la proximité de la Chine et du Japon. Un nouveau style de musique est apparu dans les années 1990 : la K-pop, qui ne cesse de se propager dans le monde entier.

Le clip le plus connu de la Corée du Sud est Gangnam Style, du chanteur Psy (2012)

Les jeux vidéos sont très importants en Corée du Sud, qui domine le sport électronique à l'échelle mondiale.

Article à lire Article à lire : Jeux vidéos en Corée du Sud

Le cinéma sud-coréen est aussi de plus en plus connu en Occident (le film Parasite a obtenu l'oscar du meilleur film 2020, la Palme d'or du Festival de Cannes de 2020 et le César du meilleur film.

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Bertrand Badie, Béatrice Didiot (dir.), L'État du monde 2007, Paris, La Découverte, 2006, p. 389
  2. D’après les données de Bertrand Badie, Béatrice Didiot (dir.), L'État du monde 2007, Paris, La Découverte, 2006, p. 388-389 ; les chiffres pour la France viennent de Wikipédia.
Une vue panoramique
Images sur la Corée du Sud Vikidia possède une catégorie d’images sur la Corée du Sud.
Pays d’Asie
Asie centrale et du Nord Afghanistan AfghanistanKazakhstan KazakhstanKirghizistan KirghizistanOuzbékistan OuzbékistanRussie RussieTadjikistan TadjikistanTurkménistan Turkménistan
Asie de l'Ouest Arabie saoudite Arabie saouditeArménie ArménieAzerbaïdjan AzerbaïdjanBahreïn BahreïnÉmirats arabes unis Émirats arabes unisGéorgie GéorgieIran IranIrak IrakIsraël IsraëlJordanie JordanieKoweït KoweïtLiban LibanOman OmanÉtat de Palestine PalestineQatar QatarSyrie SyrieTurquie TurquieYémen Yémen
Asie de l’Est Chine ChineCorée du Nord Corée du NordCorée du Sud Corée du SudJapon JaponMongolie MongolieTaïwan Taïwan
Asie du Sud Bangladesh BangladeshBhoutan BhoutanInde IndeMaldives MaldivesNépal NépalPakistan PakistanSri Lanka Sri Lanka
Asie du Sud-Est Birmanie BirmanieBrunei BruneiCambodge CambodgeIndonésie IndonésieLaos LaosMalaisie MalaisiePhilippines PhilippinesSingapour SingapourThaïlande ThaïlandeTimor oriental Timor orientalViêt Nam Viêt Nam
Portail de la Corée du Sud —  Tous les articles sur la Corée du Sud
SA Cet article a été proposé comme Super article mais n'a pas été élu. Voir sa page de vote.
Article mis en lumière la semaine du 30 Juillet 2018.