Guerre russo-japonaise

« Guerre russo-japonaise » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

La guerre russo-japonaise s'est déroulée en 8 février 1904 au 5 septembre 1905. Elle est due à la rivalité entre la Russie et le Japon à propos de la péninsule chinoise du Liao-tong et de la Mandchourie chinoise. La Russie est sévèrement battue aussi bien sur terre que sur mer. Elle doit céder le sud de la Mandchourie et le Liao-tong au Japon. Le Japon apparaît alors comme une puissance importante en Asie.

Les causes de la guerre[modifier | modifier le wikicode]

Les avancées russes en Asie de l'Est entre 1858 et 1898, causes de la guerre.

Après la guerre sino-japonaise de 1894-1895, le Japon vainqueur avait obtenu l'île chinoise de Formose (aujourd'hui Taïwan), la péninsule du Liao-tong et la possibilité de créer des usines dans des ports chinois. De plus la Chine renonçait à sa suzeraineté sur la Corée, qui devenait alors un terrain d'affrontement entre la Russie et le Japon. Mais en novembre la Russie, soutenue par la France et l'Allemagne, contraint le Japon à renoncer au Liao-tong et à étendre son commerce en Chine.

En 1898, les Russes s'installent à Port-Arthur, terminus du chemin de fer transsibérien et port libre de glaces toute l'année. En 1901, la Russie installe des troupes en Mandchourie (partie nord de la Chine). Elle cherche à pénétrer en Corée, où le tsar et une partie de son entourage ont de gros intérêts financiers.

Le Japon veut avoir sa revanche et reprendre la province chinoise du Liao-Tong où se trouve Port-Arthur, qu'il a dû céder aux Russes. Il veut être le seul à dominer la Corée. Le Japon veut également la Corée, fournisseur en riz et en minerai de fer et la Mandchourie riche en ressources minières qui lui fourniraient les matières premières pour son industrie en plein essor et des terres où il pourrait installer des paysans afin de ravitailler la population qui s'accroît fortement (alors que l'espace utile dans l'archipel japonais est réduit) (la population japonaise passe de 25 à 40 millions d'habitants entre 1860 et 1890).

En janvier 1902, le Royaume-Uni, empêtré dans la guerre des Boers en Afrique du Sud, mais qui veut arrêter l'expansionnisme russe en Asie, s'allie au Japon. Le Japon peut alors envisager d'attaquer la Russie sans risque d'intervention française (la France est l'alliée de la Russie et présente en Indochine et en Chine, mais elle ne prendra pas le risque de s'opposer au Royaume-Uni).

La guerre[modifier | modifier le wikicode]

L'ogre russe avalant le petit japonais (image russe d'avril 1904). Les espoirs russes seront cruellement déçus.

En Russie, certains politiques comme Serge Witte sont partisans de la négociation avec le Japon. Pour eux la Russie doit développer son industrie et son armée plutôt que de chercher une victoire trop coûteuse pour les finances fragiles de l'empire. On pourrait faire un troc : la Mandchourie aux Russes, la Corée aux Japonais. Mais le parti de la guerre l'emporte : le tsar Nicolas II méprisait les Japonais et pensait que la victoire serait facile contre eux (un peuple non-européen qui n'est pas pris au sérieux). Une victoire redonnerait du prestige à la monarchie russe. La Russie refuse de céder quoi que ce soit et rompt ses relations diplomatiques avec le Japon.

Dans la nuit du 7 au 8 février 1904, sans déclaration de guerre, la flotte japonaise détruit sept navires de la flotte russe stationnée à Port-Arthur. L'autre partie de la flotte russe est immobilisée par les glaces qui bloquent le port de Vladivostok pour un mois encore.

Libres de leurs mouvements navals, les Japonais peuvent donc dès avril débarquer leurs troupes en Mandchourie du Sud et mettre le siège devant Port-Arthur en mai. Les Russes pris par surprise n'ont pas eu le temps de concentrer leurs troupes en Extrême-Orient. Ils acheminent difficilement et très lentement des soldats par le chemin de fer du Transsibérien (le trajet fait 8000 km de voie unique). La guerre se résume en une séries d'attaques japonaises sur les tranchées, mais celles-ci sont très longues et le front est immense (cette guerre préfigure les opérations militaires de la Première Guerre mondiale). Le 2 janvier 1905, Port-Arthur doit capituler après huit mois de siège.

Pendant l'année les Japonais avaient battu les Russes sur le Yalou le 1er mai, à Liao-yang (24 août-5 septembre), sur le Cha-Ho (5-18 octobre) et à Moukden (bataille du 23 février au 11 mars 1905). Les Russes doivent se replier sur le nord de la Mandchourie. Les Japonais envahissent le sud de Sakhaline, une île russe.

La flotte japonaise en route vers la flotte russe la veille de la bataille de Tsushima.

Les Russes ont tenté d'apporter des secours par voie maritime à partir de la mer baltique. Les navire partis de Kronstadt (près de Saint-Pétersbourg) en octobre 1904 doivent contourner l'Europe, puis l'Afrique, et ils subissent des dégâts importants durant ce long voyage. Enfin arrivés près de la région des combats, ils sont détruits par la flotte japonaise le 28 mai 1905, dans le détroit de Tsushima, entre la Corée et le sud du Japon.

La fin de la guerre et les conséquences[modifier | modifier le wikicode]

Les Européens sont stupéfaits que le Japon, alors un pays émergent, ait battu l'empire russe, symbole de la puissance européenne. Les finances des deux pays sont insuffisantes pour continuer la guerre. Depuis janvier 1905 des troubles révolutionnaires importants agitent la Russie.

Inquiets des progrès du Japon, qu'ils perçoivent comme un futur rival dans le pacifique, les États-Unis proposent leur médiation. Un traité de paix est signé à Portsmouth (aux États-Unis) le 5 septembre 1905. La Russie abandonne la Mandchourie du sud et le Liao-Tong et Port-Arthur au profit du Japon. Le sud de l'île de Sakhaline devient également japonais. Le Japon établit un protectorat sur la Corée, avant de l'annexer en 1910.

La guerre russo-japonaise eut de grandes répercussions dans les colonies européennes d'Asie, car elle montrait que les Européens n'étaient pas invincibles. Les États-Unis, inquiets pour leurs possessions dans le Pacifique tentèrent d'intimider le Japon en envoyant une flotte de guerre en visite dans les ports japonais en 1908.

Libéré de son problème extrême-oriental, la Russie reporte ses efforts sur les Balkans, où elle est en rivalité avec l'Autriche-Hongrie. Cette opposition devait aboutir à la Première Guerre mondiale.

Sur le plan militaire, les pertes sont lourdes des deux côtés : 156 000 morts, 280 000 blessés, 77 000 prisonniers, sans doute plus de 2 millions d'hommes employés.

Portail de la Russie - Tous les articles concernant la Russie.
Flag of Japan.svg Portail du Japon - Tous les articles concernant le Japon.
Portail de l'histoire militaire —  Tous les articles sur l'histoire militaire, les batailles, les chefs de guerre...