Roh Moo-hyun

« Roh Moo-hyun » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Roh Moo-hyun

Roh Moo-hyun (en coréen : 노무현) (1er septembre 1946 - 23 mai 2009) est un homme politique sud-coréen qui est président de la Corée du Sud (2003–2008). La carrière politique pré-présidentielle de Roh Moo-hyun est axée sur la défense des droits de l'homme des militants étudiants en Corée du Sud. Sa carrière électorale s'est ensuite centrée sur le dépassement du régionalisme dans la politique sud-coréenne, aboutissant à son élection à la présidence. Il attire un grand nombre de jeunes internautes, notamment sur le site Web OhmyNews, ce qui l'aide à remporter la présidentielle. Il a été précédé par Kim Dae-jung et a été succédé par Lee Myung-bak.

Présidence[modifier | modifier le wikicode]

L'élection de Roh Moo-hyun a été marquée par l'arrivée au pouvoir d'une nouvelle génération de politiciens coréens, la génération 386 (personnes d'une trentaine d'année quand le terme a été inventé, qui a fréquenté l'université dans les années 1980 et qui est né dans les années 1960). Cette génération avait participé aux manifestations étudiantes contre l'autoritarisme et préconisait une approche conciliatrice à l'égard de la Corée du Nord, même au détriment de bonnes relations avec les États-Unis. Roh Moo-hyun lui-même a été le premier président sud-coréen à être né après la fin de la domination japonaise en Corée.

La Corée du Sud a obtenu les meilleures notes de l'indice de liberté de la presse de Reporters sans frontières sous son administration. La valeur du won sud-coréen face au dollar américain est la plus forte sous son administration depuis 1997. En raison de la forte devise, la Corée du Sud est devenue pour la première fois de son histoire la 10ème économie mondiale et a franchi le cap des 20 000 USD en PIB nominal par habitant au cours de son administration.

Cependant, en raison de ses mauvaises performances en matière d'économie et de diplomatie, Roh Moo-hyun n'était pas un président populaire. Il a en moyenne le pire taux d'approbation jamais enregistré dans l'histoire politique sud-coréenne. Sa politique économique a été critiquée pour sa persistance de certaines opinions économiques obsolètes et son échec pour certains problèmes de moyens de subsistance. Au cours de la présidence de Roh Moo-hyun, la Corée du Sud et ses alliés traditionnels avaient également connu des dissonances diplomatiques considérables. D'anciens responsables de l'administration Bush tels que Condoleezza Rice et Robert Gates, dans leurs mémoires publiés, ont affirmé que Roh Moo-hyun était anti-américain et ont révélé qu'il y a eu de nombreux conflits entre les États-Unis et la Corée du Sud en raison de l'imprévisibilité de Roh Moo-hyun. Il a été critiqué que l'anti-américanisme, le nationalisme et la vision pro-Corée du Nord de Roh Moo-hyun ont contribué à une contradiction dans la diplomatie et à une perte de crédibilité de la communauté internationale. Cela a également entraîné une baisse de son soutien populaire, en particulier chez les personnes plus âgées. Un télégramme diplomatique américain envoyé à la Corée du Sud par WikiLeaks a révélé que Roh Moo-hyun avait exprimé sa préoccupation face à la façon dont le gouvernement américain avait maltraité la Corée du Nord.

L'une des plus grandes réalisations de Roh Moo-hyun a été la révision de la réglementation en matière de collecte de fonds politiques, ce que même ses critiques les plus sévères louent. Avant la révision, les anciens candidats à la présidence avaient reçu plus de 300 millions de dollars d'argent de départ du président pour diriger la campagne présidentielle. Au cours de la campagne initiale de Roh Moo-hyun pour la présidence, des civils ont fait don de leur tirelire pour une collection de près de 1,2 million de dollars, mais pas assez pour égaler environ 12 millions de dollars que son adversaire a recueillis.

Malgré de grandes attentes au début, sa présidence a rencontré une forte opposition du grand parti conservateur et des médias. Ils l'accusaient constamment d'incompétence et des critiques insultantes étaient fréquemment publiées dans les médias. En conséquence, de nombreuses politiques de Roh Moo-hyun, notamment un plan de déplacement de la capitale et un projet de coalition avec l’opposition, ont également été attaquées et ont peu progressé.

Retraite et mort[modifier | modifier le wikicode]

Après avoir quitté ses fonctions, Roh Moo-hyun est retourné dans sa ville natale de Bongha Maeul. Il a dirigé une ferme de canards et a vécu une vie ordinaire, en la partageant sur son blog. Il a également dirigé un site Web appelé "Démocratie 2.0" pour promouvoir des discussions en ligne saines. Quatorze mois plus tard, Roh Moo-hyun est soupçonné de corruption par les procureurs et les enquêtes ultérieures attirent l'attention du public. Roh Moo-hyun se suicide le 23 mai 2009 en sautant d'une falaise de montagne derrière son domicile, après avoir déclaré qu'"il y a trop de personnes qui souffrent à cause de moi" sur une note de suicide sur son PC. Environ 4 millions de personnes ont visité le village de Bongha, ville natale de Roh Moo-hyun, dans la semaine qui a suivi son décès. Son suicide a été confirmé par la police. Lee In-gyu, l'ancien responsable du SPO, a publié son livre sur l'implication des corruptions politiques entourant l'enquête sur Roh Moo-hyun ayant conduit à son suicide. Dans son livre, Lee In-gyu a reconnu que le service de renseignement national sud-coréen avait intentionnellement publié des histoires excessivement sensationnelles sur les accusations de corruption portées par le président Roh Moo-hyun.

Buryeongsa.jpg

Lieux géographiques : SéoulPyongyangMont PaektuJejudoGyeongjuChongjinZone coréenne démilitariséeKaechonSuwonSeongnamHahoe
Histoire de la Corée : GojoseonSamhanTrois Royaumes de Corée (GoguryeoBaekjeSillaGaya) • Silla unifiéBalhaeGoryeoJoseonEmpire coréenOccupation japonaiseGuerre de CoréeCorée du Nord Corée du NordCorée du Sud Corée du Sud
Personnalités historiques de la Corée : DangunSejong le GrandYi Sun-shinShin Saimdang
Dirigeants politiques de la Corée moderne : Kim Il-sungPark Chung-heeKim Jong-ilKim Dae-jungRoh Moo-hyunKim Jong-unPark Geun-hyeMoon Jae-inKim Yo-jong
Culture coréenne : Cuisine coréenne
Musique coréenne : ArirangSamulnori

Portail de la politique —  Tous les articles sur la politique.
Portail de la Corée du Sud —  Tous les articles sur la Corée du Sud