Park Chung-hee

« Park Chung-hee » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Park Chung-hee

Park Chung-hee (en coréen : 박정희), né le 14 novembre 1917 et mort assassiné le 26 octobre 1979, est un homme politique et général sud-coréen qui exerce les fonctions de président de la Corée du Sud de 1963 à son assassinat en 1979 ; il assume ses fonctions comme chef d'une dictature militaire instaurée par le coup d'État militaire du 16 mai en 1961. Avant sa présidence, il était président du Conseil suprême de la reconstruction nationale de 1961 à 1963 après une carrière de chef militaire de l'armée sud-coréenne.

Le coup d'État de Park Chung-hee mit fin au gouvernement intérimaire de la Deuxième République. Son élection et son entrée en fonction en 1963 inaugurèrent la Troisième République. Cherchant à faire entrer la Corée du Sud dans les pays développés, Park a lancé une série de politiques économiques qui ont amené une croissance économique rapide et une industrialisation du pays, qui est finalement devenu connue sous le nom du miracle de la rivière Han. La Corée du Sud est ainsi devenue l’un des pays à la croissance la plus rapide au cours des années 60 et 70.

Bien que populaire dans les années 60 et dans les années 70, alors que la croissance commençait à ralentir, la popularité de Park Chung-hee commença à décliner, ce qui entraîna une victoire serrée lors de l'élection présidentielle sud-coréenne de 1971. Suite à cela, en 1972, Park Chung-hee a déclaré la loi martiale et amendé la constitution en un document hautement autoritaire appelé la Constitution Yushin. Formellement, on a prétendu que la Constitution Yushin était le septième amendement à la Constitution. En réalité, son effet équivalait à l'abolition de l'ancienne Constitution, en créant effectivement une nouvelle dans le but de légitimer la nouvelle Quatrième République. Pendant ce temps, l'opposition politique et la dissidence étaient constamment réprimées et Park Chung-hee contrôlait parfaitement les médias et l'armée.

Park Chung-hee a survécu à plusieurs tentatives précédentes pour le tuer, y compris deux opérations associées à la Corée du Nord. À la suite du soulèvement étudiant connu plus tard sous le nom de manifestations démocratiques Bu-Ma, Park Chung-hee a été assassiné le 26 octobre 1979 par son ami proche, Kim Jae-gyu, directeur de la KCIA, dans un refuge sécurisé à Séoul. Cha Ji-chul, chef du service de sécurité présidentielle, a également été tué par balle par Kim Jae-gyu. Kim Jae-gyu et ses nombreux complices ont été capturés, torturés, jugés, condamnés et exécutés lorsque Choi Kyu-hah est devenu président par intérim, en vertu de l'article 48 de la Constitution Yushin. Le major-général Chun Doo-hwan a rapidement réuni de vastes pouvoirs après que son commandement de la sécurité de la défense eut été chargé de l'enquête suite à l'assassinat, prenant d'abord le contrôle de l'armée et de la KCIA avant d'installer une autre junte militaire et d'assumer finalement la présidence du gouvernement en 1980. Que l'assassinat soit spontané ou prémédité est une chose qui reste incertaine aujourd'hui et les motivations de Kim Jae-gyu sont toujours débattues.

La croissance économique s'est poursuivie après la mort de Park Chung-hee et le pays s'est finalement démocratisé. Parmi les présidents qui ont suivi figurent des personnes arrêtées sous le régime de Park Chung-hee. Park Chung-hee est une figure controversée du discours politique sud-coréen moderne et de la population sud-coréenne en général pour sa dictature et son attitude non démocratique. Certains lui attribuent le soutien du miracle de la rivière Han, qui a remodelé et modernisé la Corée du Sud, d'autres critiquent sa manière autoritaire de gouverner le pays (en particulier après 1971) et accordent la priorité à la croissance économique et à un ordre social artificiel aux dépens des libertés civiles.

En 2012, la bibliothèque et le musée présidentiels Park Jung-hee ont été ouverts. Le 25 février 2013, sa fille aînée, Park Geun-hye, est devenue la première femme présidente de la Corée du Sud. Elle a été destituée et révoquée le 10 mars 2017 à la suite d'un scandale de trafic d'influence. Le 6 avril 2018, elle a été condamnée à 24 ans de prison pour corruption.

Portail de la politique —  Tous les articles sur la politique.
Portail du XXe siècle —  Tous les articles concernant les années 1901 jusqu'à 2000.
Portail de la Corée du Sud —  Tous les articles sur la Corée du Sud