Jordanie

« Jordanie » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Royaume hachémite de Jordanie
(ar) المملكة الأردنّيّة الهاشميّة
Drapeau Blason
Drapeau Blason
Devise
الله، الوطن، الملك
Allah, la Patrie et le Roi
Carte
LocationJordan.svg
Géographie
Capitale Amman
Plus grande ville Amman
Superficie 92 300 km2
Rang Classé 110e
Eau 0 8 %
Pays frontaliers Syrie Syrie
Israël Israël
Territoires palestiniens
Arabie saoudite Arabie saoudite
Fuseau horaire UTC+2
Population
Population 6 407 085 habitants
Rang Classé 107e
Densité 62 habitants/km2
Gentilé Jordanien, Jordanienne
Langue(s) parlée(s) arabe
Politique et fonctionnement
Formation Décolonisation du Royaume-Uni
Date 25 mai 1946
Type de gouvernement Monarchie constitutionnelle
Roi Abdallah II de Jordanie
Premier Ministre Abdullah Ensour
Hymne as-Salām al-Malakī al-Urdunī
Monnaie Dinar jordanien
Domaine Internet .jo
Indicatif téléphonique +962
voir modèle • modifier

La Jordanie, ou officiellement le Royaume hachémite de Jordanie, est un pays du Moyen-Orient. Son territoire est entouré par la Cisjordanie, Israël, l'Arabie saoudite, l'Irak et la Syrie.

Le pays compte 10 millions d'habitants.

Sa capitale et plus grande ville est Amman (3 millions d'habitants).

Citadelle d'Amman


Géographie[modifier | modifier le wikicode]

La Jordanie est un pays du Moyen-Orient, situé entre le croissant fertile et le désert d'Arabie, entouré par la Syrie au nord, l'Irak au nord-est, l'Arabie saoudite à l'est et au sud, et enfin Israël et la Cisjordanie à l'ouest. Elle possède un accès à la mer Morte, et à la mer Rouge par le golfe d'Aqaba.

Les principales villes sont Amman, Irbid et Zarqa, toutes trois situées dans le Nord-Ouest du pays.

La Jordanie est composée principalement d’un plateau désertique aride à l'Est, et d’une région montagneuse à l'Ouest. La Vallée du grand rift et le Jourdain séparent la Jordanie d'Israël. Le point culminant du pays est le Jabal Ramm à 1 754 m, tandis que la mer Morte est le point le plus bas.

Le climat est sec et chaud, surtout sur la plus grande partie du territoire occupé par le désert d'Arabie. Cependant, le pays a une saison pluvieuse, à l'ouest, de novembre à avril.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Beaucoup de civilisations et de royaumes se sont succédé sur le sol jordanien. La civilisation la plus connue en Jordanie a probablement été celle des Nabatéens qui y a laissé de riches vestiges archéologiques comme Pétra. L'alphabet arabe semble être né à Pétra.

Des civilisations occidentales ont également régné en Jordanie comme les Macédoniens, les Romains, les Byzantins et les ottomans. Dès le VIIe siècle, la région a été culturellement musulmane et arabe, à l'exception d'une brève période de domination par les croisés et, au XXe siècle, sous le mandat britannique.

Archéologie[modifier | modifier le wikicode]

Amman[modifier | modifier le wikicode]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Amman.

La colline centrale de l'antique Philadelphia est occupée par la citadelle d'Amman, où l'on peut voir des vestiges romains, byzantins, arabes. On y voit un temple d'Hercule construit sous l'empereur romain Marc-Aurèle, parmi des éléments chrétiens et islamiques.

Un ancien théâtre romain se trouve sur une autre colline, face à la citadelle, construit entre 138 et 161 par l'empereur Antonin le Pieux.

Pétra[modifier | modifier le wikicode]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Pétra.
Pétra : la Khazneh, tombeau nabatéen du -1er siècle, creusé dans le roc.
Pétra : forum et ensemble de tombeaux.

Pétra est une cité troglodyte, creusée dans le grès rouge, ancienne capitale des Édomites, puis des Nabatéens, peuples aujourd'hui disparus. Elle est située à 250 km au sud d'Amman. Son nom vient du mot grec πέτρα pétra, "pierre".

Les Édomites ont dominé la région du VIIIe au Ve siècle av. J.-C. La cité est ensuite passée aux mains des Nabatéens, puis des Romains en 106. Lors de son apogée, du Ier siècle av. J.-C. au Ier siècle ap. J.-C., elle aurait abrité jusqu'à 30 000 habitants. C'était une cité prospère, dans une gorge très encaissée, en position stratégique sur les routes caravanières entre l'Arabie, la mer Rouge et la Méditerranée. L'eau, rare dans cette région, était recueillie lors des crues grâce à un système d'alimentation qui approvisionnait un important réseau de citernes souterraines.

L'ouverture des routes maritimes à l'époque romaine porta un coup fatal à Pétra et aux Nabatéens. Occupée par les Romains, conquise par les Arabes puis par les croisés, elle fut complètement oubliée jusqu'à sa redécouverte en 1812. On montre surtout de Pétra ses tombeaux creusés à même la roche, qui présentent des façades sculptées de type hellénistique, avec des frontons et des colonnes taillés dans la roche.

Jérash[modifier | modifier le wikicode]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Jérash.
Jerash : la cité antique avec le forum ovale et le cardo maximus, et la ville moderne.

Jérash est le nom moderne de l'ancienne cité romaine de Gerasa, dans le Nord de la Jordanie. Des vestiges très importants ont été mis en valeur et largement restaurés depuis les années 1980.

La voie romaine (cardo maximus), au sud, à l'entrée de la ville, longe l'hippodrome et traverse le mur d'enceinte presque complet sous l'arc d'Hadrien. La ville est organisée autour de trois rues principales : le cardo maximus traverse un vaste forum (le plus grand de tous ceux connus dans l'Empire romain) bordé d'une vaste colonnade elliptique, croise ensuite le decumanus maximus sous un arc tétrapyle, puis un second decumanus plus au nord sous un autre tétrapyle. Deux théâtres ont été restaurés, ainsi que des temples (de Zeus et d'Artémis), des thermes et de nombreux vestiges d'habitations.

Cette cité de l'Orient romain hellénisé, assez peu connue du grand public avant les travaux de restauration, forme désormais un ensemble d'un grand intérêt touristique et culturel.

Carte de Madaba[modifier | modifier le wikicode]

Partie gauche de la mosaïque : le Jourdain et la mer Morte, avec un bateau à voile carrée. En bas, le plan de la ville de Jérusalem.

La carte de Madaba (wp) est une mosaïque très étendue, de 21 m x 7 m, datant du VIe siècle, qui orne le sol de l'église Saint-Georges de Madaba, en Jordanie.

C'est la plus ancienne représentation cartographique de la Terre sainte, en particulier de Jérusalem, qui nous soit parvenue.

Relevé précis des éléments qui nous restent de la carte de Madaba.

La représentation de Jérusalem est particulièrement détaillée, en plein centre de la carte. On peut y voir des rues et des monuments de la vieille ville de Jérusalem : la porte de Damas, la porte du Lion, la porte Dorée, la porte de Sion, le Saint-Sépulcre, la tour de David et le cardo maximus, c'est-à-dire la grande avenue qui traverse la ville du nord au sud.

On peut y reconnaître aussi les villes de Kérak, de Flavia Neapolis (Naplouse), d'Ascalon et de Gaza et, plus au sud, de Péluse (sur le delta du Nil).

Images sur la Jordanie Vikidia possède une catégorie d’images sur la Jordanie.
Portail de l'Asie —  Tous les articles concernant l'Asie.
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Pétra de Wikipédia.
(version du 10 avril 2007)

31° 57′ 00″ N 35° 56′ 00″ E / 31.95, 35.9333