Guerre de Corée

« Guerre de Corée » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Soldats américains combattant à Séoul en septembre 1950

La guerre de Corée, débutée en 1950, oppose les forces de Corée du Nord, communiste, aidée par la Chine et l'URSS aux forces de la Corée du Sud, non-communiste, soutenue par les États-Unis, les puissances du bloc de l'Ouest et l'ONU.

Aux origines de la guerre[modifier | modifier le wikicode]

Kim-Il-sung en 1946

Durant la conférence de Yalta en 1944, Staline, dirigeant de l'Union soviétique a promis au président américain Roosevelt que l'URSS aiderait les États-Unis dans leur combat contre le Japon. L'accord comprenait la répartition des terres coréennes alors japonaises : les États-Unis recevraient le Sud et l'URSS le nord.

Cette répartition des territoires, théoriquement provisoire et mal acceptée par les Coréens, dure si longtemps que la question de l'indépendance de la Corée est posée par les États-Unis aux Nations Unies. L'ONU décide donc de créer une commission chargée d'organiser des élections dans toute la Corée. Cependant, les Soviétiques, considérant que les Nations unies étaient trop liées aux États-Unis (car la majorité des pays membres étaient du bloc de l'Ouest), refusent de laisser ladite commission opérer dans les terres coréennes du nord qu'ils contrôlent.

Les élections eurent quand même lieu dans le sud en 1948. Le leader anti-communiste Syngman Rhee prend donc le pouvoir en remportant les élections, mais uniquement dans la partie occupée par les États-Unis. Il proclame la République de Corée.

En réaction, des élections non surveillées par l'ONU ont lieu dans la partie nord de la Corée : elle donne le pouvoir aux communistes dirigé par Kim Il-sung. Dans le sud des élections clandestines ont lieu et les partis de gauche communistes les remportent très largement. Ils envoient des représentants en Corée du nord afin de préparer l'union des deux Corées. La République populaire démocratique de Corée est ainsi proclamée par Kim II-sung. Cependant, les deux Républiques prétendaient représenter la péninsule tout entière.

La guerre[modifier | modifier le wikicode]

Les opérations militaires pendant la guerre de Corée

Nous ne savons pas quand, mais Kim II-Sung aurait planifié une attaque sur la République de Corée et Syngman Rhee, bien moins équipés militairement par rapport à la République populaire démocratique de Corée possédant des chars et des armes lourdes de provenance soviétique.

La guerre commence le 25 juin 1950, lorsque l'armée de la Corée du Nord envahit la Corée du Sud. Le Conseil de sécurité de l'ONU, où l'URSS est absente de puis janvier, et donc ne peut opposer son veto, décide l'envoi de troupes en Corée. Le président des États-Unis, Harry S. Truman envoie immédiatement des soldats (27 juin). Ils seront renforcés par des contingents envoyés par les pays occidentaux alliés des États-Unis. Il y aura plus de 340 000 soldats (dont près de 90% d'Américains). Ces troupes sont commandées par le général américain Douglas MacArthur. Les Occidentaux parviennent à conserver une tête de pont autour de Pusan, dans l'extrême sud-est de la Corée. Le soutien de l'URSS à la Corée du Nord est plus discret.

MacArthur à gauche et le président Harry S.Truman à droite, en civil avec un chapeau. Octobre 1950

Le 15 septembre 1950, MacArthur passe à l'offensive. Son attaque par un débarquement près de Séol, menace de couper les liaisons de l'armée nord-coréenne avec son pays. Les Nord-Coréens sont repoussés jusqu'à la frontière chinoise (26 octobre). Leur situation est désespérée. La Chine populaire envoie alors des volontaires (en fait des soldats) pour aider les Nord-Coréens. Leur offensive est déclenchée le 26 novembre 1950. Elle repousse les Occidentaux à 100 km au sud du 38e parallèle. Séoul est prise par les communistes le 4 janvier. En janvier 1951, le front entre les deux armées se stabilise sur cette ligne (et même un peu plus au nord après un grignotage réalisé par les Occidentaux).

En février 1951, l'ONU condamne la Chine populaire (non membre de l'ONU) comme étant l'agresseur. MacArthur propose de bombarder la Mandchourie chinoise. C'est le risque d'une troisième guerre mondiale. Pour l'éviter, Truman remplace MacArthur par le général Ridgway en avril 1951.

Les négociations[modifier | modifier le wikicode]

Dès juillet 1952, les négociateurs des deux camps se rencontrent à Kaesong puis à Panmunjeon, à proximité du 38e parallèle. Les négociations traînent. Elle ne se débloque qu'après la mort de Staline (mars 1953), dirigeant suprême de L'URSS et protecteur de la Corée du Nord et de la Chine.

Un cessez-le feu est signé à Panmunjeon le 27 juillet 1953. Le 38e parallèle devient la frontière entre les deux Corées. Depuis, il n'y a eu aucun traité de paix, les deux parties sont ainsi toujours techniquement en guerre.

La guerre de Corée a été très meurtrière. Les Sud-Coréens ont perdu environ 70 000 hommes, les force de l'ONU environ 38 500 soldats. Les Nord-Coréens et les Chinois auraient perdu environ 2 millions de soldats. Plus de 3 millions de civils ont disparu dans les bombardements et par les épidémies.

De peur de déclencher une troisième guerre mondiale, l'URSS s'est abstenue d'une intervention trop voyante face aux Américains. Ce sont les Chinois qui ont été chargés de défendre la Corée du Nord. Les Américains, en mettant à l'écart MacArthur, veulent aussi éviter le conflit avec la Chine et par conséquent avec l'URSS qui à l'époque était la protectrice de la Chine communiste. On est alors en pleine guerre froide, où les deux géants s'affrontent par amis interposés.

Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.