Pétale

« Pétale » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
La fleur
Fleurrose.jpg
Bractées - Sépales - Pétales - Étamines - Pistil
Une graminée, la folle avoine. Le pollen de cette plante est transporté par le vent. Elle a de petits pétales verts, peu visibles
Une Orchidée abeille. Les pétales très sophistiqués de cette fleur imitent une abeille

Les pétales sont des éléments qui constituent les fleurs. Ce sont souvent les plus colorés et les plus visibles de toutes les pièces florales.

L'organisation d'une fleur[modifier | modifier le wikicode]

Une fleur est formée de plusieurs éléments, appelés pièces florales. Ce sont, de l'extérieur vers l'intérieur : les sépales, petites feuilles vertes qui entourent la fleur, les pétales, les étamines, qui portent le pollen, et le pistil, qui contient les ovules, qui deviendront les graines.

Les pétales sont, dans la plupart des fleurs, les pièces florales les plus grandes et les plus colorées, et donc les plus visibles. Ce sont en fait des feuilles spéciales, modifiées pour servir de pétales. Chez certaines plantes, les pétales sont également capables de sécréter du nectar.

L'ensemble des pétales forme ce que l'on appelle la corolle de la fleur. Les pétales peuvent être indépendants les uns des autres, ou soudés entre eux, voire absentes chez certaines espèces.

Le rôle des pétales[modifier | modifier le wikicode]

On remarque que ce sont les pétales qui rendent les fleurs si voyantes. Si on regarde mieux, on s'aperçoit que ce sont les plantes qui sont pollinisées par les insectes dont les pétales sont très voyants. Les pétales servent en fait à se faire voir des insectes, qui transportent le pollen d'une plante à l'autre. Les plantes dont le pollen n'est pas transporté par les insectes, mais par le vent, par exemple, n'ont pas besoin de pétales très voyants : elles ont en général des pétales assez petits et peu colorés, bruns ou verts.

Attirer et guider les insectes[modifier | modifier le wikicode]

Les insectes, comme l'abeille, voient les couleurs, même s'ils les voient différemment de nous. Les pétales sont colorés, pour permettre aux insectes de bien les voir, même de loin. Pour mieux les attirer, les pétales sécrètent également un liquide sucré, véritable friandise pour les insectes : le nectar. Ce sont également les pétales qui produisent le parfum de la fleur.

Pour être sûre que l'abeille, où l'autre insecte qui la visitera, arrivera bien jusqu'aux étamines, la fleur la guide, au moyen de signaux spéciaux, sur les pétales : ce sont de petits points, présents sur les pétales de certaines fleurs, ils indiquent à l'insecte où se trouve le nectar (et le pollen, bien sûr !). Une véritable piste d'atterrissage pour insectes, parfaitement balisée, comme celles des aéroports !

Piéger les insectes[modifier | modifier le wikicode]

Les plantes veulent tellement attirer les insectes, pour être fécondées, que certaines sont prêtes à tout, et même à escroquer l'insecte qui leur rend service ! L'Orchidée abeille a des pétales dont la forme et la couleur rappellent celle d'une abeille. Plus exactement, une abeille femelle. Et, comble de la supercherie, le parfum de la fleur ressemble comme deux gouttes d'eau à celui de l'abeille femelle également. Rien d'étonnant donc à ce que toutes les abeilles mâles des environs soient attirés vers la fleur...

L'abeille mâle finira bien par se rendre compte que son grand amour est un imposteur, une fleur, et pas une abeille ! Il est trop tard, cependant, l'abeille a transporté, à ses dépends, le pollen de la fleur, qui a eu ce qu'elle voulait...

Faux amis[modifier | modifier le wikicode]

Une tulipe. Les trois pétales rouges sont entourés par trois sépales, également rouge.
Des marguerites. Les "pétales" blancs sont en fait de petites fleurs

Parfois, ce n'est pas le pétale qui sert à attirer les insectes : tout ce qui est grand et coloré n'est pas forcément un pétale, car certaines plantes utilisent d'autres éléments pour se faire voir. Pour être sûr, il faut regarder les autres pièces florales : les pétales sont toujours placés entre les sépales et les étamines

Les pétales de la tulipe[modifier | modifier le wikicode]

Quand on regarde une fleur de tulipe, on a l'impression qu'elle a six pétales. Mais, à y regarder de plus près, où sont les sépales ? Les grandes pièces colorées qui rendent la tulipe sont réparties en deux cercles. A l'intérieur, juste à côté des étamines, on trouve trois pétales : tout va bien.

Par contre, à l'extérieur, par de sépales verts, mais ce qui ressemble à trois autres grands pétales... La tulipe, en fait, utilise une stratégie très futée : comme elle n'a que trois pétales, elle utilise donc ses sépales, très colorés eux aussi, pour compléter les pétales et attirer les insectes.

Les pétales et les sépales de cette fleur sont tous identiques et très colorés. Quand une fleur est faite de cette façon, on appelle l'ensemble des pétales et des sépales des tépales. Bien sûr, les tépales, très colorés, jouent le même rôle que les pétales chez les autres fleurs.

Le capitule des Composées[modifier | modifier le wikicode]

C'est bien connu, la marguerite a un cœur jaune, et des pétales blancs. En fait, à y regarder de plus près, on ne voit pas d'étamines... La « fleur » de marguerite n'en est pas une : c'est une inflorescence, c'est-à-dire un ensemble de fleurs regroupées. Comme toutes les plantes de la famille des Composées, la marguerite a en fait de toutes petites fleurs. Pour que ces fleurs soient quand même vues des insectes, elles se rassemblent pour former une inflorescence, appelée capitule. Et pour que le capitule soit encore plus visible, les fleurs sur les bords se font passer pour les « pétales » de la fausse « fleur » : ces « pétales » blancs sont en fait des toutes petites fleurs un peu particulières, dont un pétale, très long, permet de voir l'inflorescence de loin.

Portail de la botanique —  Tous les articles sur la botanique