Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
la cabane  • le Livre d'or
Ce sont des enfants, des adolescents et des adultes qui écrivent et qui font la maintenance de Vikidia. Participez vous aussi !

Éléphant

« Éléphant » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Super article Tu lis un « super article ».
Éléphant
Une femelle éléphant d'Afrique avec son bébé au Kenya
Une femelle éléphant d'Afrique avec son bébé au Kenya
Nom(s) commun(s) Éléphant
Nom scientifique Elephantidae (famille)
Classification Mammifère Proboscidien
Répartition Afrique, Asie
Milieu de vie Savanes, forêts, jungles
Taille 4 mètres de haut
Poids Jusqu'à 6 tonnes (pour l'éléphant d'Afrique mâle)
Longévité 50 à 70 ans
Reproduction 1 petit vivant par portée
Régime alimentaire Herbivore
Statut UICN Éléphant d'Asie et éléphant de forêt d'Afrique : EN IUCN 3 1.svg En danger
Éléphant de savane d'Afrique : VU IUCN 3 1.svg Vulnérable
Un éléphant d'Asie, dans son milieu naturel, la jungle, en Indonésie
Un éléphant d'Asie, dans son milieu naturel, la jungle, en Indonésie
voir modèle • modifier

Les éléphants sont les plus grands animaux terrestres vivant actuellement : l'éléphant d'Afrique mesure en moyenne 4 mètres de haut (à l'épaule) et pèse environ 6 tonnes, pour le mâle (contre 4 chez la femelle). Ce sont des mammifères herbivores à la peau très épaisse. C'est pour cela qu'ils sont aussi appelés pachydermes, (pachy- signifiant épais en grec et -derme la peau). La femelle ne donne naissance qu'à un seul petit à la fois, après l'avoir gardé dans son ventre pendant 22 mois. Il entend très bien grâce à ses grandes oreilles, a un bon odorat avec sa trompe, mais la vue est assez faible avec ses petits yeux. Son cri s'appelle le barrissement.

Éléphants d'Afrique et éléphants d'Asie[modifier | modifier le wikicode]

Il existe deux espèces d'éléphant1 : l'éléphant d'Asie, l'éléphant de savane d'Afrique, et l'éléphant de forêt d'Afrique.

Les deux espèces d'éléphants d'Afrique ont longtemps été considérées comme une seule. Une étude scientifique a prouvé la séparation des deux espèces il y a plusieurs millions d'années, mais des doutes subsistent toujours et certains scientifiques considèrent l'éléphant de savane d'Afrique, et l'éléphant de forêt d'Afrique comme deux sous-espèces d'une seule et même espèce, l'éléphant d'Afrique.

L'éléphant d'Afrique, peut mesurer jusqu'à 3,70 m au garrot, peser jusqu'à 7 tonnes. Il possède de très grandes oreilles et sa trompe se termine par deux « doigts ». Deux variétés d'éléphants habitent l'Afrique, ceux des forêts et ceux de la savane, les plus grands. Ils se déplacent pour trouver suffisamment de nourriture. Les femelles marchent d'abord, avec les petits, et les mâles restent en arrière et n'interviennent qu'en cas de danger.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire les articles : Éléphant de savane d'Afrique et Éléphant de forêt d'Afrique.

L'éléphant d'Asie est plus petit, environ 3 m au garrot, possède des oreilles nettement plus petites et sa trompe se termine par un seul « doigt ». La principale différence est que l'éléphant asiatique, capturé jeune, se laisse apprivoiser s'il est bien soigné. Il est dirigé par son cornac, un homme qui est à la fois son soigneur et son dresseur. L'éléphant vivant très longtemps, c'est presque une union pour la vie entre cet homme et l'animal.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Éléphant d'Asie.

Déplacement[modifier | modifier le wikicode]

L'éléphant ne peut sauter compte tenu de sa masse, et ne peut courir également, il peut avancer assez vite (comparé à un homme) lorsqu'il charge par exemple, en se dandinant de gauche à droite (marche à l'amble). Il peut atteindre 15 à 20 km/h en moyenne sur une course de vitesse avec des pointes records à 30 voire 40 km/h maximum.

Le record est réalisé en 2002 avec un éléphant d'Asie mâle de 3 tonnes qui a atteint 23 km/h en moyenne, mais il n'était pas très gros comparé aux autres, ceux de 5 tonnes n'avancent pas à plus de 17 km/h en moyenne.

La trompe[modifier | modifier le wikicode]

Un éléphant du cratère du Ngorongoro, en Tanzanie

La trompe de l'éléphant est l'allongement de son nez et de sa lèvre supérieure. C'est un organe puissant constitué d'environ 15 000 muscles qui lui permet de réaliser des gestes indispensables à sa vie quotidienne. Elle lui sert à sentir, à toucher, à saisir des aliments, des objets ou encore à caresser les membres de sa famille. Elle lui permet d'aspirer jusqu'à 10 L d'eau pour les verser ensuite dans sa bouche, s’asperger lors de sa toilette ou de celle des petits. En s'enroulant autour d'une branche, la trompe peut la casser ou l'écarter. La trompe des éléphanteaux leur permet de s'accrocher à leur mère lors des longs trajets. C'est un véritable outil à tout faire.

La mémoire[modifier | modifier le wikicode]

Les éléphants ont une excellente mémoire tout comme les dauphins, les singes et les hommes. Ils sont capables de reconnaître leurs semblables même s'ils ne les ont pas vus depuis 20 ans. Des scientifiques ont évalué cette mémoire en plaçant une trentaine d'échantillons d'urine dans plusieurs endroits et ils ont observé. 20 ans après, les éléphants s'en sont souvenus.

Les défenses et le braconnage[modifier | modifier le wikicode]

Une défense d'éléphant sculptée.

L'éléphant possède deux longues défenses qui sont le développement de deux de ses incisives, alors que ses autres dents sont des molaires. Elles sont moins une arme d'attaque que de dissuasion contre des menaces. Il suffit que l'adversaire s'éloigne pour stopper toute violence. Les défenses servent surtout d'outil pour déterrer ou soulever ce qui sera saisi avec la trompe. On a remarqué que les éléphants utilisent toujours la même défense qui s'use plus que l'autre. Comme les humains, certains sont droitiers, d'autres gauchers.

Comme nos dents, les défenses sont en ivoire, une matière très fine, recherchée depuis des siècles, car elle permet de magnifiques sculptures. Cet ivoire lui a valu d'être abondamment chassé par des hommes qui en faisaient commerce.

Cette chasse a eu pour conséquence, en Afrique, la quasi-disparition de l'espèce. Les éléphants sont maintenant une espèce protégée, c'est-à-dire qu'il est illégal de les tuer, mais le braconnage (chasse clandestine interdite) continue, pour l'ivoire, mais aussi pour le plaisir de certains chasseurs, prêts à payer des fortunes pour pouvoir tuer un éléphant au cours d'un safari.

Dans certains pays (Afrique du Sud, Zimbabwe, Namibie) le commerce de l'ivoire est légal, mais il est généralement interdit en Afrique Australe. En 2002, les braconniers en vendaient à des acheteurs principalement français, allemands et italiens. Bien qu’on en parle moins, ce braconnage est toujours d'actualité.

Mode de vie[modifier | modifier le wikicode]

Chaque jour, un éléphant a besoin de 150 à 260 kg de végétaux (herbe, feuilles, fruits, rameaux) et de 50 à 140 l d'eau.

Les éléphants vivent généralement en grands troupeaux, constitués des femelles, et de leurs petits. Le troupeau est guidé par la femelle la plus âgée, appelée la matriarche. Grâce à son excellente mémoire, la matriarche sait où trouver de la nourriture et de l'eau, et peut guider efficacement son troupeau. Les éléphanteaux sont assez vulnérables aux prédateurs, c'est pourquoi ils restent avec le troupeau, où ils sont protégés par leur mère et leurs tantes.

Les mâles sont moins sociables, et plus agressifs que les femelles : ils vivent la plupart du temps seuls, en dehors du troupeau. À la saison des amours, les mâles entrent dans une période appelée le must : un mâle en must se reconnaît aux glandes situées sur son front, qui laissent s'écouler un liquide. Sous l'effet des hormones, le comportement des mâles en must change : ils deviennent très violents, et agressifs. Un mâle en must cherche à s'accoupler avec une femelle, et n'hésitera pas pour cela à montrer sa force, à tout casser, voire à blesser la femelle ou à tuer un petit. Les éléphants mâles en must sont des animaux dangereux.

La femelle porte son petit dans son ventre pendant près de deux ans (entre 20 et 22 mois), avant de le mettre au monde.

Comme son nom l'indique, l'éléphant de savane vit principalement dans les savanes africaines. Ils mangent un peu d'herbe, mais surtout les branches, les feuilles et les fruits des rares arbres et buissons de la savane. Quand la nourriture vient à manquer, ils sont obligés de se déplacer pour en trouver d'autre : les troupeaux d'éléphants de savanes sont migrateurs.

Au contraire, l'autre espèce d'éléphant d'Afrique, l'éléphant de forêts, et les éléphants d'Asie, vivent dans des milieux beaucoup plus boisés : la forêt dense africaine, ou la jungle asiatique. Ces espèces ne sont pas migratrices, car elles trouvent toute l'année de quoi se nourrir.

Les éléphants sont des éléments importants de la biodiversité : la présence d'éléphants dans un milieu modifie l'environnement, et les espèces qui y vivent. Ainsi, les éléphants sont capables d'abattre des arbres entiers, pour les manger, ou de creuser la terre avec leurs défenses, pour trouver de la boue, ou des sels minéraux. Par leur action, les éléphants créent des clairières, au sein des forêts, ou des espèces différentes se développent, ainsi que des mares et des points d'eau qui attirent les animaux.

Les éléphants consomment également beaucoup de fruits, et donc mangent des graines, qu'ils ne digèrent pas : les graines se retrouvent dans les bouses d'éléphants, beaucoup plus loin, et redonneront naissance à de nouveaux arbres. L'éléphant participe donc à la dispersion des graines.

La peau des éléphants est fragile, et craint le Soleil. Les éléphants apprécient de prendre des bains et de se laver, ils utilisent leur trompe pour aspirer de l'eau et se la verser sur le dos, comme une douche ! S'il ne trouve pas d'eau, un éléphant aime bien quand même s'asperger de boue, ou de poussière, qui le protège du Soleil et des parasites.

En Inde, où les éléphants d'Asie sont élevés et apprivoisés, le cornac procède à la toilette de son éléphant, et lui fait prendre un bain par jour.

Dans le sud de l'Asie, les éléphants sont d'excellents nageurs : ils sont même capables de traverser la mer, pour passer d'une île à l'autre.

Galerie[modifier | modifier le wikicode]

Famille et évolution[modifier | modifier le wikicode]

Dessin d'un mammouth des steppes, un cousin de l'éléphant d'Asie qui vivait il y a quelques centaines de milliers d'années.
Les Moeritherium vivaient il y a environ 30 à 50 millions d'années. Ils font partie des plus anciens cousins préhistoriques des éléphants.

Les éléphants d'Afrique et d'Asie forment ensemble le groupe des proboscidiens, c'est-à-dire des animaux à trompe. On connaît beaucoup d'autres fossiles de proboscidiens fossiles, de « cousins » préhistoriques des éléphants, qui ont aujourd'hui disparu, comme :

Ces animaux vivaient il y a quelques centaines de milliers d'années, et ont côtoyé les hommes préhistoriques. Mais des cousins plus éloignés des éléphants, et plus étranges, ont également existé, et ont disparu il y a plusieurs millions d'années, comme le stégodon ou le deinotherium.

Il y a 60 millions d'années, vivait le plus ancien proboscidien connu actuellement ; c'était probablement un cousin l'ancêtre des éléphants et des mammouths. Il s'appelait le Phosphaterium, et son squelette fossile a été découvert en 1996. Le Phosphaterium, ressemblant un peu à un tapir actuel, avait la taille d'un chien, pesait environ 15 kg et n'avait pas de trompe2.

Tous ces animaux ont aujourd'hui disparu ; les cousins actuels les plus proches des éléphants sont des animaux marins : les siréniens.

L'éléphant et l'homme[modifier | modifier le wikicode]

L'éléphant d'Asie, animal de travail ou de parade[modifier | modifier le wikicode]

Un éléphant d'Asie, avec son cornac, en Inde.

L'éléphant d'Asie peut être apprivoisé et dressé ; il est dirigé par un cornac. L'éléphant vivant très longtemps, c'est presque un mariage pour la vie entre cet homme et l'animal. Le cornac devra s'occuper toute sa vie de l'éléphant qui, en échange, apportera sa force pour transporter de lourdes charges.

Cependant, l'éléphant n'est pas un animal domestique : il n'existe aucun élevage d'éléphants. Les éléphants sont capturés tout jeunes dans la nature, apprivoisés et dressés pour le travail qu'ils auront à faire.

Les éléphants sont dotés d'une force impressionnante, souvent exploitée en Asie pour le transport de lourdes marchandises sur leur dos. Capables de travailler cinq à six heures sans interruption, les éléphants sont également exploités pour l'agriculture et le transfert de troncs d'arbres qu'ils saisissent avec leur trompe.

Coupe du monde de polo sur d'éléphant en 2011, au Népal.

En Inde, les princes maharajas et leur suite aimaient défiler sur leur trône à dos d'éléphants magnifiquement décorés. L'éléphant était utilisé, notamment, pour la chasse au tigre : en raison de sa taille, l'éléphant d'Asie ne craint pas le tigre ; le chasseur, posté sur son dos, était protégé par la hauteur. De nos jours, des touristes sont heureux d'être promenés à plusieurs à dos d'éléphant.

Dans les spectacles de cirque, les dresseurs montrent ce que savent faire leurs éléphants, y compris des exercices d'équilibre. Comme il est facile à diriger, on a utilisé aussi l'éléphant d'Asie dans des films, en lui ajoutant de grandes oreilles si l'on devait le faire croire africain.

Au Rajasthan (en Inde), au Népal, au Sri Lanka et en Thaïlande, l'éléphant est utilisé pour organiser des matchs de polo.

L'éléphant, engin de guerre et de torture[modifier | modifier le wikicode]

L'éléphant d'Asie est le seul éléphant apprivoisé aujourd'hui, mais cela n'a pas toujours été le cas ; durant l'Antiquité, d'autres éléphants ont été utilisés, comme l'éléphant des forêts, et l'éléphant d'Afrique du Nord, qui a aujourd'hui disparu.

Dans l'Antiquité, et jusqu'au Moyen Âge, les éléphants ont servi d'engins de guerre, capables d'écraser les ennemis qui ne pouvaient pas en percer la peau avec leurs lances ou leurs flèches.

Par la suite, les armes à feu pouvaient tuer les éléphants qui ne servirent plus pour la guerre. Seul prolongement de cette utilisation guerrière : des chasseurs de fauves montaient à dos d'éléphant pour ne pas craindre d'être attaqués.

En Asie, et tout particulièrement en Inde, des éléphants dressés ont été utilisés comme moyen d'exécution, pour tuer des condamnés à mort, de façon très spectaculaire. Cette pratique, interdite par les Anglais lors de la colonisation de l'Inde, a aujourd'hui disparu.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Mosaïque antique, montrant un éléphant combattant un félin
Photographie de Jumbo

Les éléphants ont marqué l'histoire, à plusieurs reprises :

  • Un récit de la Bible raconte que le roi Antiochus V avait attaqué avec une armée de 32 éléphants portant chacun sur le dos des soldats protégés dans un abri de bois. Elazar, jugeant que le plus gros éléphant devait transporter le roi ennemi, se glissa sous son ventre, à la peau moins épaisse ; et le lui déchira avec son épée. Sous le poids de l'animal blessé, l'homme périt écrasé.
  • Le roi de Perse, Darius III, possédait des éléphants de guerre dans ses armées lorsqu'il affronta Alexandre le Grand, en 331 av. J.-C. C'était sans doute la première fois que des soldats européens rencontraient des éléphants. Il n'y a pas d'éléphants en Perse (actuellement, l'Iran) : Darius III avait sûrement dû les acheter à un prince indien. Par la suite, les armées grecques et romaines rencontreront des éléphants de guerre à plusieurs reprises.
  • C'est en 280 av. J.-C. que les Romains peuvent apercevoir pour la première fois des éléphants en Italie : Pyrrhus Ier, neveu d'Alexandre, possédait plusieurs éléphants de guerre dans ses armées lorsqu'il envahit Rome. Surnommés « vaches lucaniennes » (du nom de la Lucanie, la région où ont eu lieu les batailles), ces animaux causèrent de grandes frayeurs aux Romains.
  • Pour conquérir Rome, le célèbre Hannibal Barca, de l'antique Carthage, a franchi les Alpes en 218 av. J.-C., après être passé par l'Espagne et le sud de la France, avec une armée contenant plusieurs éléphants. Hannibal a certainement voulu exploiter la terreur qu'avaient suscitée les éléphants de Pyrrhus contre les Romains ; malheureusement, la plupart des éléphants, supportant mal le froid, meurent durant la traversée des Alpes. Apparemment, les éléphants de guerre d'Hannibal n'étaient pas des éléphants indiens, mais une espèce aujourd'hui disparue, l'éléphant d'Afrique du Nord.
  • En 82 av. J.-C., Pompée mène une grande campagne militaire en Afrique et remporte de nombreuses victoires. Syla, dictateur de Rome, décide de lui accorder un triomphe : Pompée parade alors sur un char tiré par quatre éléphants, souvenir de ses victoires en Afrique. Malheureusement, l'attelage est trop grand pour passer par les portes, et Pompée ne peut entrer dans la ville, à son plus grand désarroi. Cet épisode est raconté par Pline l'Ancien, dans son Histoire naturelle.
  • Durant l'Antiquité, les Romains organisaient des combats dans les arènes : les combats de gladiateurs, bien sûr, mais aussi les venationes3 (les « chasses »), dans lesquelles des hommes, les bestiarii, combattaient des animaux, élevés dans des vivaria (ménageries). En plus des animaux européens, comme les ours, certains empereurs comme Auguste utilisaient les africanae, les animaux sauvages capturés en Afrique, parmi lesquels on pouvait parfois trouver des éléphants.
  • Par la suite, très peu d'éléphants furent importés en Europe. Des éléphants d'Asie, plus faciles à apprivoiser, sont parfois offerts comme cadeaux diplomatiques, mais les éléphants d'Afrique, beaucoup plus sauvages, sont beaucoup plus rares. En 1255, Saint Louis fit don d'un éléphant d'Afrique à Henri III, roi d'Angleterre. Un autre semble avoir été offert à l'empereur Frédéric III, au XVe siècle, par Jean II du Portugal. En 1668, Louis XIV reçut également un éléphant d'Afrique en cadeau de la part du Portugal.
  • Le plus célèbre des éléphants d'Afrique en Europe est Jumbo : cet éléphant mâle a été capturé en 1861, alors qu'il n'était qu'un éléphanteau, et mené à la ménagerie du Jardin des Plantes, à Paris. En 1865, Jumbo est échangé contre un rhinocéros avec le zoo de Londres. En 1882, il est racheté par Phineas Taylor Barnum, qui l'emmène aux États-Unis, dans son célèbre cirque, pour le montrer au public. C'est l'un des premiers, sinon le premier, éléphant d'Afrique aux États-Unis, et en tout cas l'un des plus célèbres. Jumbo a beaucoup de succès, et fait gagner beaucoup d'argent à son propriétaire. Malheureusement, il meurt dans un accident, en 1885, et sera empaillé. Son nom est resté très célèbre, et synonyme de gros et puissant.

L'éléphant dans la culture[modifier | modifier le wikicode]

L'éléphant dans les récits et les contes traditionnels de l'Antiquité et du Moyen-Âge[modifier | modifier le wikicode]

Détail du bestiaire d'Aberdeen, montrant un éléphant aux prises avec un dragon.

S'il y a eu des éléphants en Europe durant la préhistoire, ils ont disparu depuis longtemps... Si bien que, durant l'Antiquité, la plupart des habitants d'Europe, d'Asie mineure, et même d'Arabie, n'avaient jamais vu d'éléphants de leur vie. L'éléphant n'était connu que par les récits des explorateurs, des marins et des soldats, qui avaient visité l'Afrique ou l'Asie, et en étaient revenus. Il apparaissait donc comme une créature extraordinaire, et très mystérieuse, ce qui a donné lieu à bon nombre d'histoires.

  • Certains savants européens ont décrit l'éléphant, comme Aristote, puis Pline l'Ancien. Cependant, ils n'ont sans doute jamais rencontré l'éléphant eux-mêmes, ou alors très peu et n'ont pas vraiment pu l'étudier. Une grande partie de ce qu'ils racontent et écrivent est fausse, et va inspirer des légendes. Par exemple, Pline écrit à propos de l'éléphant que son plus grand ennemi naturel est le dragon, un animal qui, pourtant, n'existe pas :

« L'Afrique produit des éléphants au-delà des déserts des Syrtes et dans la Mauritanie. Il y en a dans l'Éthiopie et la Troglodytique, comme nous l'avons dit ; mais les plus grands sont dans l'Inde, et ils sont perpétuellement en guerre avec des dragons assez grands eux-mêmes pour les envelopper sans peine de leurs replis, et les serrer comme dans un nœud : les deux combattants succombent : le vaincu, dans sa chute, écrase par son poids le serpent roulé autour de lui.  » (Pline l'Ancien, Histoire naturelle, Livre VIII, Traitant de la nature des animaux terrestres)

Les deux savants ont rapporté tout un tas de faits faux à propos des éléphants : Aristote assure qu'il peut vivre 200, voire même 300 ans, et qu'il ne souffre d'aucune maladie, si ce n'est de « vents » qui le font beaucoup souffrir. Pline ajoute que l'éléphant a le sang extrêmement froid, et qu'il ne peut pas atteindre son oreille avec sa trompe. Si les romains montraient parfois des spectacles d'éléphants dans les arènes, cela restait exceptionnel, et la plupart n'en avaient jamais vu : tout ce que les gens connaissaient de l'animal était donc les contes, les légendes, et les récits incomplets (et plein d'erreurs) des scientifiques de l'époque.
  • Au Moyen-Âge, l'éléphant était appelé, en vieux français, « oliphant ». Ce nom désignait aussi bien l'animal que le cor fabriqué dans une de ses défenses. L'oliphant était décrit comme un animal mystérieux, vivant dans des pays lointains (comme la licorne, par exemple...), possédant deux queues, une derrière et une devant, à la place du nez, celle-ci lui servant à attraper la nourriture et à la porter à sa bouche, qui était garnie de cornes... Bien sûr, ces descriptions font référence à la trompe, et aux défenses.
Au Moyen-Âge, les bestiaires sont des livres illustrés racontant des histoires d'animaux, et souvent dotés d'une morale, philosophique ou religieuse. Ils sont directement inspirés des récits de l'Antiquité, et mélangent les animaux réels, comme le loup, et imaginaire, comme le dragon. Les animaux exotiques, comme l'éléphant ou le lion, sont très appréciés, car ils ne vivent pas en Europe, et on ne les connaît donc que par le biais des bestiaires, qui sont recopiés tels quels. À cette époque, beaucoup de gens croient que les licornes et les basilics, par exemple, existent bien, mais que, comme l'oliphant, ils vivent dans des pays exotiques et lointains.
  • Au Proche-Orient également, il n'y a pas d'éléphants, et ces animaux figurent aussi dans des contes et des récits fantastiques. Les éléphants apparaissent ainsi parfois dans Les Mille et Une Nuits : ainsi, à propos de son deuxième voyage, Sindbad le marin confirme que le dragon (ou serpent) s'attaque à l'éléphant, mais il raconte aussi que celui-ci a des ennemis encore plus surprenants :

« C'était un grand nombre de serpents si gros et si longs qu'il n'y en avait pas un qui n'eût englouti un éléphant. Ils se retiraient pendant le jour dans leurs antres, où ils se cachaient à cause du roc leur ennemi, et ils n'en sortaient que la nuit. [...]

Il y a dans la même île des rhinocéros, qui sont des animaux plus petits que l'éléphant et plus grands que le buffle. [...] Le rhinocéros se bat avec l'éléphant, le perce de sa corne par-dessous le ventre, l'enlève et le porte sur sa tête ; mais, comme le sang et la graisse de l'éléphant lui coulent sur les yeux et l'aveuglent, il tombe par terre, et, ce qui va vous étonner, le roc vient, qui les enlève tous deux entre ses griffes et les emporte pour nourrir ses petits.  » (anonyme, Les Mille et Une Nuits, traduction d'Antoine Galland)

L'éléphant dans la culture traditionnelle en Asie et en Afrique[modifier | modifier le wikicode]

Si l'éléphant était un mystère pour les Européens, pour les habitants d'Afrique et d'Asie du Sud-Est, au contraire, c'est un animal très familier, qui fait partie de leur quotidien. L'éléphant, symbole de puissance et de sagesse, apparaît dans de nombreux contes et récits de ces régions. Il a même une place importante dans la religion.

Statuette du dieu Ganesh.

Une tradition de l'hindouisme (l'une des religions de l'Inde) affirme que son plus célèbre texte, le Mahâbhârata, a été écrit par Ganêça ou Ganesh, dieu à tête d'éléphant qui écrivait avec l'une de ses défenses. Dans l'Asie du Sud-Est, il existe de nombreuses statues d'éléphants, notamment celle d'un éléphant à trois têtes qui gardait l'entrée de la pagode d'Angkor, au Cambodge.

  • Toujours selon la religion hindouiste, Airavata est un éléphant blanc gigantesque, à trois (voire trente-trois) têtes, né lors du barattage de la mer de lait. Airavata est le chef des éléphants qui portent les Dikpâla, les huit dieux gardiens des points cardinaux. C'est la monture du dieu Indra, le dieu de l'orage, gardien de l'Est : avec sa trompe, il aspire l'eau des régions humides, et la projette dans le ciel pour former des nuages, d'où Indra fait ensuite pleuvoir la pluie. Les éléphants blancs, très rares, sont particulièrement révérés dans les pays hindouistes, comme l'Inde, notamment.
  • Le baku est une créature fantastique de la mythologie japonnaise, qui se nourrit de rêves, doté de quatre pattes et d'une trompe, il est décrit comme un mélange de plusieurs animaux, en général, le tigre et l'éléphant.
  • L'éléphant apparaît dans de nombreux contes africains : il apparaît comme un animal très puissant, et assez sage. Il se fait cependant parfois berner par des animaux plus petits, comme le lièvre (le lièvre, très rusé, est un peu l'équivalent dans les contes africains du renard dans les contes européens).
  • Le cimetière des éléphants est un endroit, où, selon la croyance, les vieux éléphants se rendent pour mourir. Ce lieu n'existe pas en réalité, mais beaucoup de chercheurs de trésors ont essayé de le découvrir, pour s'emparer de l'ivoire qu'on doit trouver en abondance dans un tel endroit.

L'éléphant dans la littérature[modifier | modifier le wikicode]

Mariage et couronnement du roi Babar et de la reine Céleste.

L'éléphant est très présent dans les œuvres de littérature de jeunesse :

  • L'enfant éléphant de Rudyard Kipling : un album qui raconte l'histoire d'un étrange éléphant sans trompe très curieux.
  • Dans Le Livre de la jungle, d'autres éléphants apparaissent, comme Hathi.
  • Elmer de David Mckee : l'histoire d'un éléphant de toutes les couleurs vivant dans un monde gris. Cette fable fait réfléchir aux différences.
  • Babar, créé par Jean de Brunhoff. Babar est un éléphanteau dont la mère a été tuée par un chasseur. Il est recueilli en ville par la Vieille Dame, qui s'occupe de son éducation. Adulte, Babar retourne au royaume des éléphants, et devient le nouveau roi.
  • Horton est un personnage créé par le Dr Seuss (auteur, également, du Grinch, notamment...). C'est un éléphant très (trop ?) gentil... Il apparaît dans deux livres, Horton Hatches the Egg (« Horton couve l’œuf », non traduit en français), dans lequel Horton accepte de couver l’œuf d'un oiseau parti en vacances, et Horton Hears a Who ! (Horton entend un Zou !, en français), dans lequel Horton entend un appel à l'aide en provenance d'un peuple microscopique, vivant sur un grain de poussière... Ce deuxième livre a été adapté en dessin animé.

Dans les Misérables, Victor Hugo raconte que le jeune Gavroche avait recueilli deux enfants perdus pour les loger dans un petit réduit d'un énorme modèle en taille réelle d'éléphant en plâtre, sur la place de la Bastille, à Paris. Il s'agissait d'un projet de Napoléon, comme symbole de sa puissance. Il devait être fabriqué avec le métal des canons pris aux Espagnols. Le projet fut abandonné, mais le modèle, squatté par des vagabonds, ne fut supprimé qu'en 1846.

Cinéma et télévision[modifier | modifier le wikicode]

  • L'histoire de Babar a été adaptée en dessin animé.
  • Dumbo est un dessin animé de Walt Disney, qui raconte l'histoire d'un petit éléphanteau, à grandes oreilles, vivant dans un cirque. Grâce à ses immenses oreilles, Dumbo est capable de voler ! Son nom est probablement inspiré de Jumbo, le célèbre éléphant du cirque Barnum.
  • Dans Le Livre de la jungle, de Walt Disney (inspiré de Rudyard Kipling), le colonel Hathi est un militaire éléphant d'Asie, qui dirige une troupe d'éléphants.
  • Winnie l'ourson et l'Éfélant est un dessin animé de Walt Disney. L'« Éfélant » est, bien sûr... un éléphant.
  • Horton, film d'animation, adapté du livre de Dr Seuss, Horton entend un Zou ! : Horton, un éléphant très gentil, entend un cri d'appel à l'aide, et découvre un peuple minuscule vivant sur un grain de poussière.

Art contemporain[modifier | modifier le wikicode]

Symbolique[modifier | modifier le wikicode]

Un lion et un éléphant sur le blason du Swaziland.

L'éléphant est un symbole de force, de puissance, et de sagesse. Il est très utilisé comme symbole dans les pays où il vit, en Afrique et en Asie. On le retrouve sur de nombreux blasons, timbres et billets de banque.

L'éléphant est le symbole du Parti républicain aux États-Unis d'Amérique. On peut se demander pourquoi avoir pris pour symbole un animal qu'on ne trouve pas en Amérique en dehors d'un parc zoologique. Cela vient d'un dessinateur satirique qui, en 1870, avait caricaturé le candidat républicain (conservateur) en éléphant, puis le candidat démocrate (plus réformateur) en âne voulant courir plus vite qu'un cheval. Ces dessins ont eu un tel succès auprès du public qu'ils sont restés le symbole des deux grands partis politiques.

L'éléphant dans le langage[modifier | modifier le wikicode]

En plus de l'éléphante femelle et de l'éléphanteau, l'adjectif « éléphantesque » désigne en plaisantant quelque chose d'inutilement énorme.

Dans la Chanson de Roland, grand récit du Moyen Âge, à la bataille de Roncevaux, Roland souffle dans son olifant (cor de guerre) pour appeler à l'aide l'armée de son oncle Charlemagne. Ce mot « olifant » est la déformation ancienne d'éléphant, car ce cor était fabriqué dans une défense d'ivoire.

  • L'expression « avoir une mémoire d'éléphant » s'inspire du fait que l'éléphant se souvient bien des ordres de son cornac et des dangers à éviter.
  • « Comme un éléphant dans un magasin de porcelaines » est l'image de quelqu'un de maladroit et ignare qui risque de tout bouleverser dans l'endroit où on l'introduit.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Images sur les éléphants Vikidia possède une catégorie d’images sur les éléphants.

Vikiliens pour compléter[modifier | modifier le wikicode]

Elephant near ndutu.jpg
Tous les articles à propos des éléphants

Les différentes espèces vivantes d'éléphants : - Éléphant d'AfriqueÉléphant de savaneÉléphant de forêtÉléphant d'Asie
L'anatomie : - TrompeDéfenseIvoire
L'homme et les éléphants : - MahoutÉléphant de guerre
Les éléphants préhistoriques et disparus : - Éléphant d'Afrique du NordÉléphant à défenses droitesÉléphant de ChypreÉléphant de MalteÉléphant de CrèteÉléphant de Sicile • les mammouths : Mammouth laineuxMammouth des steppesMastodonteStégodon
Les éléphants dans la culture traditionnelle et la religion - Ganesh
Les éléphants célèbres et de fiction - JumboDumboBabarHorton

Les siréniens, cousins aquatiques des éléphants - LamantinDugong

Top Web[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

  • Reinhard Kûnkel, Les éléphants toujours sans défenses, Courrier international, 20 au 26 septembre 2001, n° 568, p. 60.
  • James Astill, La chasse des éléphants reprend de plus belle, Courrier international, 16 au 22 mai 2002, n° 602, p. 41.
  • Sans défense, Géo, avril 1999, n°242 p. 144-153.
  • Aristote, Histoire des animaux
  • Pline l'Ancien, Histoire naturelle

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. G. Lecointre, H. Le Guyader, Classification phylogénétique du vivant', Belin, 2006 (3ème édition)
  2. Évolution de l'éléphant en images, Dinosoria
  3. http://users.skynet.be/honore/amphi1.htm amphithéâtre
Article mis en lumière la semaine du 1er août 2014.
Portail des animaux —  Tous les articles sur les animaux !