Braye-en-Laonnois (Aisne) Canal de l'Oise à l'Aisne, écluse nr 10 de Moulin-Brulé.JPG
Céret -Rue Pierre Brune 2.jpg

la cabane • le Livre d'or
Bonnes vacances ! Ramenez des photos de villages avec L'été des villes Wikipédia ! On pourra s'en servir aussi sur Vikidia

Carthage

« Carthage » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Carthage aujourd'hui : un quartier résidentiel de Tunis, avec (en bas) le port de guerre antique et (en haut à droite) l'actuel palais présidentiel.
Localisation de Carthage

Carthage est une ville de Tunisie située au nord-est de Tunis, sur la côte est du golfe de Tunis, au bord de la Méditerranée. C'est aussi le site de la ville antique du même nom.

Pendant l'Antiquité, Carthage fut créée par les Phéniciens à la fin du IXe siècle av. J.-C.. Elle devint une ville-État extrêmement puissante, qui s'était constitué un empire colonial et commercial. À partir du IIIe siècle av. J.-C., elle disputa la domination de la mer Méditerranée occidentale aux Romains. Cette rivalité s'acheva par sa destruction en 146 av. J.-C.. Mais sur son site, au Ie siècle av. J.-C., une nouvelle ville fut reconstruite par les Romains.

De nos jours, Carthage est une banlieue résidentielle chic de Tunis d'environ 21 000 habitants (20 715 en 2006), où se trouvent le palais présidentiel et beaucoup de résidences d'ambassadeurs. S'y côtoient aussi un archevêché, des basiliques chrétiennes, la mosquée El-Abidine, de nombreux sites archéologiques (surtout des ruines romaines du IIe siècle) et un important musée archéologique.

Carthage punique[modifier | modifier le wikicode]

Carthage a été fondée par des navigateurs phéniciens qui parcouraient la mer Méditerranée occidentale et même s'aventuraient dans le proche océan Atlantique. Ils avaient créé un comptoir commercialPrécision sur le site de Carthage.

La fondation légendaire de Carthage[modifier | modifier le wikicode]

La ville de Carthage (en phénicien Qart Hadasht signifiant « La Nouvelle Ville ») a été fondée en 814 av. J.-C. par des Tyriens exilés. La reine Didon ou Élissa se serait enfuie de Tyr après que son frère Pygmalion eut fait assassiner le roi Sicharbas.

Didon aurait demandé au peuple berbère des Gétules qui occupait les environs de la future Carthage l'autorisation de créer un camp de la taille d'une peau de vache. Ils l'auraient taillée en lanières très fines ce qui permit en les mettant bout à bout de tracer les contours de la citadelle de Carthage qui fut installée sur la colline de Birsa (qui veut dire « bœuf »).

Au même moment, les Phéniciens fondaient les villes de Motya, Panormos et Solonte en Sicile. Carthage est donc un élément de l'expansion colonisatrice de la Phénicie en mer Méditerranée occidentale (les cités fondées par les phéniciens comme Lixus au Maroc, Gadès (Cadix actuelle) en Espagne, ou Utique (en Tunisie) semblent plus anciennes.

Cité indépendante, Carthage n'en gardait pas moins des liens avec Tyr, puisque chaque année une délégation officielle carthaginoise allait porter un tribut à Tyr à l'occasion de la fête du dieu Melkhart.

Carthage devient une puissance commerciale maritime de la Méditerranée occidentale[modifier | modifier le wikicode]

Peinture représentant la Carthage punique. Musée national de Carthage. Dans le fond, la colline et la forteresse de Birsa. Le port militaire (en cercle), et le port de commerce (en bas à gauche).

Carthage se taille, aux dépens des Berbères, un territoire continental qui lui fournit son approvisionnement alimentaire.

Carthage devient un centre commercial maritime important à partir du VIe siècle av. J.-C., lorsque sa métropole Tyr, passant sous la domination assyrienne, puis perse, cesse de jouer un rôle maritime de premier plan. Dès 654, Carthage fonde la colonie d'Ibiza dans les îles Baléares.

Les navigateurs carthaginois se lancent dans de grandes expéditions maritimes. Ils osent affronter l'océan Atlantique, très mal connu et redouté des Grecs qui ne s'aventuraient guère au-delà des colonnes d'Hercule (détroit de Gibraltar). Au Ve siècleav. J.-C., lors du périple d'Hannon vers le sud, les Carthaginois atteignent le Sénégal et la Guinée. Vers le Nord, lors du périple d'Himilcon, ils atteignent la Bretagne, les Cornouailles et peut-être l'Irlande.

Extension du territoire carthaginois, en 279, avant la Première Guerre punique : l'expansion carthaginoise est alors au maximum.

Les Carthaginois sont surtout des intermédiaires qui importent les produits rares dans certaines parties du monde méditerranéen : étain de Cornouailles, argent d'Andalousie, fer, plomb et argent de Sardaigne, ivoires et esclaves de l'Afrique noire, animaux sauvages d'Afrique. Ces produits sont ensuite exportés autour de la Méditerranée (Sicile, Italie continentale, Égypte, Phénicie...). Dans leur territoire continental, les Carthaginois produisent des céréales, du vin, de l'huile d'olive, des salaisons, qui dépassent leurs besoins et qu'ils exportent. Les artisans créent des poteries communes en grande quantité, des tissus, de la bimbeloteriePrécision qui sont également exportés...

Les luttes contre les Grecs[modifier | modifier le wikicode]

Carthaginois et Grecs en Sicile

Les luttes entre Carthage et les cités grecques installées sur les côtes de la Méditerranée occidentale commencèrent dès le -VIe siècle. Les Grecs étaient fortement installés en Sicile (Agrigente, Messine, Syracuse...), dans le Sud de la Gaule (Nice, Massalia (Marseille)...) et en Espagne (Ampurias...). Les Carthaginois avaient pris le contrôle des colonies phéniciennes installées en Sicile, en Sardaigne, dans les îles Baléares, à Malte, à Pantelleria. La concurrence commerciale était donc très forte.

En 535 av. J.-C., les Carthaginois, alliés aux Étrusques, battent les Phocéens à Alalia (en Corse).

C'est surtout en Sicile que la rivalité fait rage. Gélon, tyranPrécision de Syracuse, bat les Carthaginois à Himère en 480 av. J.-C.. Cependant les Carthaginois parviennent à s'emparer d'Agrigente en 406 puis de Messine en 397. Mais Denys l'Ancien, tyran de Syracuse au début du IVe siècle av. J.-C., en réunissant les forces grecques, parvient à contenir les Carthaginois dans l'Ouest de l'île, et le fleuve Halybos (Platani actuel) servit provisoirement de frontière entre les Grecs et les Carthaginois.

En 310 av. J.-C., Agathocle, tyran de Syracuse, vient assiéger Carthage, ce qui contraint les Carthaginois à rappeler une partie de leurs troupes combattant en Sicile.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Guerres gréco-puniques.

Entre 280 et 275 av. J.-C., le roi Pyrrhus d'Épire, appelé par des cités grecques, combat en Sicile contre les Carthaginois. Les résultats sont médiocres. Pyrrhus, qui envisage d'attaquer directement Carthage, doit y renoncer à la suite de la révolte des cités grecques de Sicile qui ne supportent plus sa présence trop coûteuse.

La lutte contre Rome : les guerres puniques[modifier | modifier le wikicode]

Les guerres puniques sont trois guerres qui ont opposé les Carthaginois aux Romains en 264-241 av. J.-C., puis en 218-201 av. J.-C. et enfin en 148-146 av. J.-C.. Ces deux peuples se disputaient la domination de la mer Méditerranée occidentale. Rome triompha de Carthage, s'empara de la Sicile et de l'Espagne et enfin détruisit Carthage de fond en comble. Hannibal Barca fut un des chefs de guerre des Carthaginois. On appelle ces guerres puniques, car en latin, le mot « Phéniciens » se dit Poeni (les Carthaginois étaient les descendants de colons phéniciens).

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Guerres puniques.

Carthage romaine[modifier | modifier le wikicode]

Jules César a l'idée de fonder une colonie à l'emplacement de Carthage. Octave reprend l'idée de César et fonde sur les ruines de la ville la Colonia Julia Carthago, qui devient la capitale de la nouvelle province d'Afrique.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

  • « Carthage », sur Wikipédia (version consultée le 13 février 2008)
  • « Carthage », sur Encyclopédie universelle Larousse 2008 (CD-rom).

Pour compléter sur l'histoire de Carthage[modifier | modifier le wikicode]

36° 51′ N 10° 12′ E / 36.85, 10.20


Portail de la Tunisie - Tous les articles sur la Tunisie.
Icone chateau.png Portail de l'histoire - De la préhistoire et l'Antiquité jusqu'à l'époque contemporaine