Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
Les articles à compléter • Le Livre d'or
Ce sont des enfants, des adolescents et des adultes qui écrivent et qui font la maintenance de Vikidia. Participez vous aussi !

Élisabeth II

Une page de Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Élisabeth II
Reine du Royaume-Uni
La reine Élisabeth II en 2021.
La reine Élisabeth II en 2021.
Fonction
Reine
Pays Royaumes du Commonwealth
Règne 6 février 1952 - 8 septembre 2022
Dynastie Maison Windsor
Prédécesseur George VI
Successeur Charles III
Fonction
Héritière du trône du Royaume-Uni
Date 11 décembre 1936 - 6 février 1952
Prédécesseur George VI
Successeur Charles, prince de Galles
Nom de naissance Elizabeth Alexandra Mary Windsor
Naissance 21 avril 1926 (96 ans) à Londres (Royaume-Uni)
Décès 8 septembre 20221 à Château de Balmoral (Écosse, Royaume-Uni)
Père George VI
Mère Elizabeth Bowes-Lyon
Frères et sœurs Margaret du Royaume-Uni
Enfants Charles
Anne
Andrew
Edward
Résidence Palais de Buckingham
Château de Windsor
Sandringham House
Château de Balmoral
Armes royales du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord
Armes royales du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord
voir modèle • modifier

Élisabeth II (Élizabeth Alexandra Mary Windsor), née le 21 avril 1926 et morte le 8 septembre 2022 96 ans), était la reine du Royaume-Uni et des royaumes du Commonwealth du 6 février 1952 à sa mort.

Attention ! Au Royaume-Uni, depuis 1721, la reine n'a plus beaucoup de pouvoirs politiques : elle a à peu près les mêmes pouvoirs que le président de la République française en France, sauf qu'elle peut refuser de promulguer une loi. Elle est également cheffe de l'Église anglicane.

Biographie[modifier]

À sa naissance, Élisabeth II est troisième dans l'ordre de succession au trône après son oncle et son père. Elle a commencé à se faire réellement connaitre au moment de la Seconde Guerre mondiale où elle s'enrôle dans le service médicalisé de l'armée. Le 20 novembre 1947, elle épouse Philip Mountbatten, prince de Grèce et de Danemark qui deviendra lors du couronnement de la reine, prince consort, avec qui elle aura quatre enfants : Charles III, Anne, Andrew d'York et Edward de Wessex.

Elle mesure 1 mètre et 63 centimètre soit 5 pieds et 4 pouces (en mesure anglaise). Les dépenses des principaux membres de la famille royale ont atteint en 2006 un total de 36 millions de livres (55 millions d'euros). Elle résidait le plus souvent au palais de Buckingham, à Londres.

Lorsque son père George VI décède le 6 février 1952, elle devient reine à 25 ans et se fait couronner le 2 juin 1953. Ce couronnement lui permet d'être la reine de sept Etats indépendants du Commonwealth : l'Afrique du Sud, l'Australie, le Canada, Ceylan, la Nouvelle-Zélande, le Pakistan et le Royaume-Uni. Au fil du temps, elle deviendra en plus des autres Etats, reine d'Antigua-et-Barbuda, des Bahamas, du Belize, de la Grenade, de la Jamaïque, de Papouasie-Nouvelle-Guinée, de Saint-Christophe-et-Niévès, de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, de Sainte-Lucie, des Îles Salomon et Îles des Tuvalu.

Enfance[modifier]

Portrait de la princesse Elisabeth en 1933 par Philip de László.

Élisabeth II est le premier enfant du prince Albert, duc d'York qui prendra le nom de George VI une fois souverain et de son épouse, Elizabeth Bowes-Lyon. Elle nait par césarienne le 21 avril 1926 à Mayfair2,3. Son nom Élisabeth est un hommage à sa mère et à son arrière-grand-mère la reine mère du roi George V et le nom Mary en hommage à sa grand-mère paternelle, la reine Mary4.

Élisabeth a une sœur nommé Margaret qui est plus jeune de quatre ans avec qui elle va étudier l'histoire, l'élocution (apprendre à s'exprimer), la littérature et la musique5.

Pendant son enfance et jusqu'à la fin de sa vie pratiquement, elle a voué un amour pour les chiens et les chevaux mais aussi la discipline et le fait d'assumer ses responsabilités6. Elle voit en Winston Churchill, un père qui remplace son véritable père qui est décédé quand elle était jeune et ce dernier a beaucoup d'admiration pour elle.

Crise d'abdication d'Édouard VIII[modifier]

Ouverture de la session parlementaire en présence de la reine et du prince Philip Mountbatten.

Élisabeth II est l'héritière du trône et lors de son enfance, elle était désignée sous l'expression « Son Altesse Royale la princesse Élisabeth d'York ». Avant de monter sur le trône britannique, elle est dans la hiérarchie protocolaire au troisième niveau, c'est-à-dire qu'elle prendra le pouvoir après la mort ou l'abdication de son oncle, le roi Édouard VIII et de son père George VI.

Lors de sa naissance, le public reste attiré par la jeune Élisabeth, bien qu'ils ont l'idée qu'elle ne montera jamais sur le trône du fait que son père n'a que 31 ans lors de sa naissance et que le peuple imagine que ce dernier aura d'autres enfants dont des garçons7. A cette époque, la fille, même si plus âgée que le garçon, ne devenait pas souverain si un garçon naissait, mais ce ne fut pas le cas.

En 1936, son grand-père George V décède et son oncle accède au trône sous le nom d'Édouard VIII et elle devient seconde dans l'ordre de succession, sauf que ce dernier décide d'abdiquer la même année dans le but d'épouser Wallis Simpson, qui a été deux fois divorcée, créant la colère du peuple britannique. Le père d'Élisabeth devient roi sous le nom de George VI et elle est désormais, à l'âge de 10 ans, l'héritière directe sauf si un garçon naissait avant la mort de son père. Élisabeth et sa sœur apprennent le français auprès de gouvernantes dont c'est la langue maternelle.

En 1939, les parents d'Élisabeth partent pendant plus d'un mois effectuer une tournée officielle au Canada et aux États-Unis sans Élisabeth qu'ils estiment trop jeune pour faire ce voyage, bien que cette dernière semblait vouloir y aller et les suivre. Elle restera à leur contact pendant le voyage notamment en passant le 18 mai, le premier appel téléphonique transatlantique de la famille royale3.

Seconde Guerre mondiale[modifier]

Princesse Elisabeth au service médical des armée en avril 1945.

Le 3 septembre 1939, le Royaume-Uni entre dans la Seconde Guerre mondiale. Les villes anglaises sont fréquemment bombardées par l'aviation allemande, les enfants de la famille royale sont évacués dans les zones rurales. Pour Douglas Hogg, il faudrait que les deux filles partent pour le Canada, mais leur mère refuse en estimant que ses enfants ne partiront nulle part sans elle et que elle, ne comptait pas partir sans le roi qui a décidé de rester dans son royaume8. Les princesses vont donc se rendre au château de Balmoral, en Écosse, jusqu'à Noël 1939, puis à Sandringham House, dans le comté de Norfolk9. De février à mai 1940, elles résident au Royal Lodge dans le grand parc de Windsor, avant de s'installer au château de Windsor. En 1940, Élisabeth qui a 14 ans, va prononcer son premier discours à la radio sur la BBC où elle s'adresse aux enfants en leur disant « Nous essayons de faire tout ce que nous pouvons pour aider nos valeureux marins, soldats et aviateurs et nous essayons également de porter notre part du danger et de la tristesse de la guerre. Nous savons, chacun de nous, que tout se terminera bien. »10

A l'âge de 16 ans, la princesse fait une apparition pour la première fois, lors de l'inspection des Grenadier Guards et deviendra à ses 17 ans, le colonel en chef de cette armée11. En février 1945, elle rejoint l'Auxiliary Territorial Service avec le grade honoraire de sous-lieutenant, il s'agit de l'armée en charge de la médecine où elle apprendra aussi à conduire et la mécanique. Le 8 mai 1945, l'Allemagne nazie capitule et les deux princesses rejoignent discrètement la foule dans les rues de Londres pour fêter la victoire.

En 1947, la princesse Élisabeth effectue son premier voyage à l'étranger en accompagnant ses parents en Afrique australe où elle prononcera, le jour de ses 21 ans, une allocution radiodiffusée à destination du Commonwealth afin de promettre qu'elle allait consacrer toute sa vie, au service du peuple et de sa famille.

Accession au trône[modifier]

Elisabeth et la famille royale sur le balcon de Buckingham Palace en présence de Winston Churchill.

George VI est en mauvaise santé en 1951 et il n'est pas rare de voir la jeune princesse le remplacer souvent lors des cérémonies officielles. Elle va se rendre au Canada et se rend ensuite à Washington pour y rencontrer Harry Truman, le président américain. Vu la santé déclinant pour le roi Georges VI, le secrétaire particulier de la princesse la suit dans ses déplacements avec un brouillon d'une déclaration d'accession au trône dans le cas où son père serait amené à décéder lors d'un voyage4.

En 1952, Élisabeth et Philip font une visite officielle en Australie et en Nouvelle-Zélande avec une escale au Kenya où ils apprennent le décès du roi12. Son secrétaire rejoint la princesse et prépare l'accession au trône en lui demandant de choisir un nom de règne, mais elle décide de garder le prénom « Élisabeth », ce qui est une évidence pour elle13. Elle est proclamée reine et rentre au Palais de Buckingham où les membres de la famille royale vont la rejoindre.

Lorsqu'elle accède au trône, la tradition aurait voulu qu'elle prenne le nom de son époux, c'est-à-dire de fonder la Maison de Mountbatten en tant que Maison royale mais elle souhaite garder son propre nom et donc, la Maison portera le nom de Maison Windsor, ce qui était de la volonté de la reine Mary et du Premier ministre de l'époque Winston Churchill bien que Philipp Mountbatten ne fut pas d'accord estimant que ses enfants devraient porter son nom.

Au décès de Winston Churchill et de la reine Mary, la reine Élisabeth décide de changer le nom de la maison est la fait appeler en 1955, Maison Mountbatten-Windsor pour faire plaisir à son époux et pour les descendants masculins ne portant de titres royaux

Couronnement d'Elisabeth II.

Quelques temps avant son couronnement, la princesse Margareth informe sa sœur de son intention d'épouser Peter Townsend qui est aussi père de deux enfants issus d'un précédent mariage. La reine Elisabeth est réticente et lui demande d'attendre un an, mais selon son secrétaire, la reine espérait que sa sœur change de relation, car celle-ci était mal vu par les chefs politiques et l'Eglise qui n'autorisait pas le remariage sauf si veuvage. Margareth décide donc de cesser sa relation avec Peter Townsend et épousera finalement le comte de Snowdon, Antony Armstrong-Jones avant de divorcer en 1978 et de ne plus se remarier ensuite.

Le couronnement a lieu le 2 juin 1953 et l'ensemble de la cérémonie est retransmis pour la première fois de l'Histoire depuis l'abbaye de Westminster à la télévision sauf la cérémonie de l'onction et de l'eucharistie.

Règne[modifier]

Cette section est vide, pas assez détaillée ou incomplète. Améliore-la !
Communauté économique européenne

Le 22 janvier 1972, Edward Heath, le Premier ministre de l'époque signe à Bruxelles le traité d'adhésion à la Communauté économique européenne et confirmé par une loi votée par la Chambre des communes14. Néanmoins, le 17 octobre, la reine permet l'adhésion du Royaume-Uni à la CEE pour le 1er janvier 1973.

Jubilé d'argent

En 1977, Élisabeth II célèbre son jubilé d'argent marquant ses 25 années de règne. Ce genre de cérémonies, conduit à de nombreuses célébration que ce soit au Royaume-Uni mais aussi dans l'ensemble du Commonwealth. Le jubilé permet aussi de mesurer la popularité de la reine.

Premier attentat contre la reine

Le 13 juin 1981, la cérémonie du salut aux couleurs plus connu sous le nom de « Trooping the Colours » et avant le mariage du prince Charles et de Diana Spencer, plusieurs tirs visent la reine alors qu'elle descend l'avenue dit The Mall sur son cheval pour rejoindre l'emplacement où a lieu le salut aux couleurs. Cet événement permet aux troupes militaires de présenter la puissance de l'armée mais aussi la musique et la chorégraphie pour rendre hommage à la reine. Lors de cet attentat qui a été filmé, il est possible de voir une scène relativement rare où la reine se fait tirer dessus et aussitôt, l'ensemble de la famille royale venant l'encadrer pour la protéger ainsi que les autres cavaliers. La police britannique ménera l'enquête et découvrira que le tireur, Marcus Sarjeant, utilisait des cartouches à blanc. Ce dernier fut condamné à cinq ans de prison mais n'en fera que trois15.

Second attentat contre la reine

Le 14 octobre 1981, la reine fait une visite officielle dans la ville de Dunedin en Nouvelle-Zélande où elle sera à nouveau victime d'un nouvel attentat commis par Christopher John Lewis, âgé de 17 ans, tirant depuis le cinquième étage d'un immeuble au moment où la reine marche le long de la foule venue la saluer16. L'homme est condamné à trois ans de prison pour possession illégale et décharge d'une arme à feu mais ne fut pas condamné pour la tentative d'assassinat

Intrusion dans la chambre de la reine

Le 9 juillet 1982, la reine est réveillée dans sa chambre du palais de Buckingham par un intrus dénommé Michael Fagan. La reine et l'intrus aurait échangé ensemble en attendant l'intervention de la sécurité durant une dizaine de minutes. L'homme serait entré dans la chambre de la reine en passant l'ensemble des services de sécurité.

Photo de la reine Elisabeth, de Philip Mountbatten, d'Anne et de Charles.
Guerre des Malouines

La guerre des Malouines oppose l'Argentine au Royaume-Uni dans les îles Malouines et dans la Géorgie du Sud-et-les îles Sandwich du Sud en 1982. L'armée argentine débarque sur les îles le 2 avril et se termine la même année le 14 juin grâce à un cessez-le-feu. Le Royaume-Uni est victorieuse dans cette guerre et l'Argentine capitule. Cela permettra au Royaume-Uni d'affirmer sa souveraineté sur ces îles et cette victoire va créer dans le peuple britannique, un respect envers Margaret Thatcher, Première ministre à cette époque.

Guerre du Golfe

La guerre du Golfe (1990-1991) oppose, l'Irak face à 35 autres pays du 2 août 1990 au 28 février 1991. Cette guerre est placée sous le commandement des Etats-Unis d'Amérique à la suite de l'invasion et de l'annexion du Koweït par l'Irak. Le 17 mai, les 35 Etats remportent la guerre et la reine Elisabeth devient le premier souverain britannique à s'adresser à une session conjointe du Congrès des États-Unis6. Elle y déclare que le pouvoir peut venir des armes mais que l'Histoire montre que cela n'est jamais définitif alors que gouverner dans la paix et le consensus dure dans le temps17

Abolition de l'apartheid

En 1991, l'abolition de l'apartheid serait, selon le Premier ministre canadien Brian Mulroney, dû à l'intervention d'Élisabeth II lorsqu'elle rencontre Nelson Mandella le premier président noir d'Afrique du Sud où elle vient célébrer la fin de l'apartheid mais aussi la réintégration de ce pays dans le Commonwealth.

Annus horribilis (1992)

Plusieurs scandales vont toucher la famille royale durant l'année 1992 :

  • La fortune de la reine ne correspondrait pas aux estimations de la presse qui découvre que les données fournies par le palais sont inférieures à la réalité.
  • De nombreuses révélations d'adultères et de mariages ne se passant pas comme il faut.

Ces événements vont affaiblir durant cette année la famille royale et le soutien du peuple à la Monarchie ainsi que le respect6. Les enfants de la reine participent à un jeu télévisé caritatif et sera tournée au ridicule par la presse, conduisant à des moqueries à l'encontre de la reine5.

En mars 1992, le prince Andrew qui se sépare de son épouse Sarah Ferguson, la princesse Anne se sépare de son époux Mark Phillips en avril. Lorsque la reine se rend en Allemagne en octobre, elle est victime de jets d'œufs et en novembre, le château de Windsor est victime d'un grave incendie détruisant une bonne partie de l'édifice.

Le 24 novembre 1992, la reine fait un discours pour évoquer l'année 1992 et utilisera le terme de « annus horribilis » signifiant « Année horrible ». Mais cette année horrible se poursuit notamment en décembre, lorsque le prince Charles et la princesse Diana annoncent leur séparation.

Mort de Diana (1997)

Bien que le prince Charles et Diana Spence se sont séparés depuis 1992, les révélations touchant leur mariage continuent de tomber en 1997 et vont surtout impacter l'institution monarchique et le comportement et les actions de la reine.

La reine Elisabeth descendant The Mall pour le Trooping of Colours.

Elle demande à Charles et à Diana d'officialiser leur divorce en 1995 après avoir consulté son secrétaire, l'archevêque de Cantorbéry et le Premier ministre John Major4. Diana décède dans un accident en 1997 à Paris (France) lorsqu'elle était en voiture et suivie par des paparazzis. Au moment de l'accident, la reine était avec Charles et William et Harry en vacances au château de Balmoral au moment de l'annonce. Elle décide de protéger ses petits-enfants des journalistes en les tenant éloignés d'eux et en les gardant plusieurs jours dans son château.

Le peuple britannique est en colère contre la famille royale du fait que les drapeaux n'étaient pas en berne. pour se rattraper, la reine prend la parole auprès du peuple pour exprimer son admiration pour Diana, ce qui permet de remonter sa popularité.

Célébration de son Jubilé d'or (2002)

Le Jubilé d'or célèbre les 50 ans de règne d'Élisabeth II ont lieu malgré le décès de sa sœur et sa mère.

Derniers voyages officiels (2010-2015)
Réunion entre la reine et les différents Premiers ministres du Commonwealth au château de Windsor.

Le 6 juillet 2010, la reine Élisabeth II s'adresse à l'Assemblée générale des Nations unies siégeant à New York. Elle se rend ensuite au Canada dans le but d'inaugurer un jardin mémorial pour les victimes britanniques des attentats du 11 septembre 200118. Elle se rend pour une visite d'adieu en Australie du 19 au 29 octobre 2011 en raison de son âge avancé.

Finalement, en 2014, la reine fait plusieurs visites à l'étranger : Italie, Vatican, la France du 5 au 7 juin 2014, afin de commémorer le 70e anniversaire du débarquement de Normandie. En 2015, elle se rend en Allemagne et à Malte.

Jubilé de diamant et ouverture des jeux olympiques (2012)

Ce jubilé marque les 60 années de règne de la reine. Cette même année, les Jeux olympiques et les Jeux paralympiques se déroulent au Royaume-Uni et Elisabeth II est donc celle qui va permettre l'ouverture de ces jeux où elle tourne une scène avec Daniel Craig en tant que James Bond.

Réhabilitation d'Alan Turing (2013)

Alan Turing est un mathématicien condamné à la castration chimique en raison de son homosexualité en 1952. Alan avait participé durant la Seconde Guerre mondiale en travaillant avec les services de renseignement britanniques et avait joué un rôle déterminant dans la cryptanalyse d'Enigma.

En 2009, le Premier ministre Gordon Brown s'excuse au nom du gouvernement pour cette condamnation. En 2012, plusieurs scientifiques donc Stephen Hawking demande au gouvernement britannique l'annulation de la condamnation d'Alan Turing malgré le décès du condamné, ce qui sera fait le 24 décembre 2013 par la reine.

Référendum écossais (2014)

L'Écosse réclame son indépendance depuis plusieurs années et organise un référendum dans l'espoir de l'obtenir. La reine ne doit pas exprimer son opinion et pourtant, elle le fera concernant cette question. En sortant de la messe, elle rejoint des habitants et déclare qu'elle espère que les gens réfléchiront bien à l'avenir avant de voter, ce qui laisse supposer qu'elle souhaitait que l'indépendance de l'Écosse n'ait pas lieu et finalement, le « Non » l'emporte.

Anniversaire de la reine en 2018 en présence de plusieurs chanteurs, dont Shawn Mendes.
Brexit (2016-2020)
Pandémie de Covid-19 (2019-2021)
Mort du prince Philip (2021)
Célébration de son Jubilé de platine (2022)

Décès[modifier]

Avis de décès d'Élisabeth II affiché au public sur les grilles du palais de Holyrood, à Édimbourg.

Le 9 septembre 2015, elle devient le souverain britannique ayant régné le plus longtemps, en battant le record de la reine Victoria (63 ans, 7 mois et 2 jours). Le 13 octobre 2016, à la suite de la mort du roi de Thaïlande Rama IX, elle devient le souverain régnant depuis le plus longtemps et le plus âgé alors en fonction.

En 2022, elle devient le premier monarque de l'histoire du Royaume-Uni à célébrer son jubilé de platine, qui marque le 70e anniversaire de son accession au trône. Elle devient alors la deuxième des monarques de l'ère moderne ayant eu le règne le plus long, derrière Louis XIV.

A la mort de la reine l'opération London Bridge est enclenché, il s'agit d'un plan mis en place et préparé par le gouvernement et la reine pour planifier les funérailles nationales et les jours qui suivront la disparition de la souveraine, il est prévu que son cercueil soit inhumé en la chapelle Saint-Georges du château de Windsor, auprès de son père et de son époux, le duc d'Édimbourg, dont le propre cercueil quittera le caveau royal pour rejoindre celui de la reine, qui reposera dans la chapelle du mémorial du roi George VI.

Annonce du décès[modifier]

Elle est hospitalisée le 8 septembre 2022 dans un état jugé « inquiétant » par ses médecins au château de Balmoral, état qui fait suite à une grosse fatigue ayant déjà, il y a quelques mois, conduit à son hospitalisation. Les membres de sa famille se rendent alors à son chevet. Le jour même, l'annonce de son décès est prononcé au palais de Buckingham.

Liz Truss, la nouvelle Première ministre depuis 48 heures est avertie de la mort de la Reine et la BBC l'annonce à la population et au monde entier, les journalistes en costume noirs et cravates noirs, leur tenue de deuil.

Réactions[modifier]

Jubilé d'or de 2002.
Réactions de la famille royale
  • Le Roi Charles III : « À ma Maman chérie, alors que vous entamez votre dernier grand voyage pour rejoindre mon cher feu Papa, je veux simplement dire ceci : Merci.

Merci pour votre amour et votre dévouement envers notre famille et la famille des nations que vous avez servies avec tant de diligence pendant toutes ces années. Que des nuées d'anges te bercent de leurs chants ! »19

  • Le roi Charles III, la princesse Anne et le prince Edward, ont rendu un hommage dans une émission de la BBC One, hommage à leur mère, nommée A Tribute to Her Majesty The Queen.
  • Le prince William : la qualifie de « reine extraordinaire ».
  • Le prince Harry : Il décrit sa grand-mère comme une « boussole dans le devoir et le service ».
  • La princesse Anne a publié une déclaration, remercie le peuple britannique pour ses messages et estime qu'accompagner sa mère depuis Balmoral est « un honneur et un privilège ».
  • La reine Camilla : « Cela a dû être si difficile pour elle d'être une femme solitaire. Il n'y avait pas de femmes premiers ministres ou présidents. Elle était la seule, alors je pense qu'elle s'est taillé son propre rôle. Elle avait ces merveilleux yeux bleus qui, lorsqu'elle souriait, illuminaient tout son visage. Je me souviendrai toujours de son sourire. Ce sourire est inoubliable »20.
Réactions internationales
  • Royaume-Uni Royaume-Uni Liz Truss : la nouvelle Première ministre britannique commente le décès de la reine depuis le 10, Downing Street. « Nous sommes tous dévastés par les nouvelles que nous venons d'entendre de Balmoral, déclare-t-elle. Le décès de Sa Majesté la Reine est un énorme choc pour la nation et le monde entier. La reine Élisabeth II était le rocher sur lequel le Royaume-Uni moderne s'est construit. Notre pays a grandi et prospéré sous son règne. Le Royaume-Uni est le grand pays qu'il est aujourd'hui grâce à elle […] Contre vents et marées, la reine Élisabeth II nous a apporté la stabilité et la force dont nous avions besoin […] Elle était l'esprit même du Royaume-Uni et cet esprit perdurera […] Sa vie de service s'est étendue au-delà de la plupart de nos souvenirs. En retour, elle a été aimée et admirée par les citoyens du Royaume-Uni et du monde entier »21.
  • Écosse Écosse Nicola Sturgeon : la Première ministre d'Écosse, en faveur de l'indépendance de l'Écosse considère que la mort de la reine est « un moment profondément triste pour le Royaume-Uni, le Commonwealth et le monde ». « Sa vie a été marquée par un dévouement et un service extraordinaires. Au nom du peuple écossais, je présente mes plus sincères condoléances au Roi et à la famille royale ».
  • link=Pays de Galles} Pays de Galles Mark Drakeford : le Premier ministre du pays de Galles est « incroyablement triste » de la mort d'Élisabeth II et salue son « dévouement désintéressé ». « Au nom du peuple du pays de Galles, j'offre nos plus sincères condoléances à la famille de Sa Majesté en cette triste période »22.
  • Canada Canada Justin Trudeau : Élisabeth II a représenté une « partie importante de l'histoire » du Canada, dont elle est chef d'État et précise qu'« elle [lui] manquera énormément »23.
  • Australie Australie Anthony Albanese : le Premier ministre d'Australie : « La reine Élisabeth II a été un guide sage et encourageant, voulant toujours le meilleur pour notre nation et saluant chaque changement avec compréhension, bonne grâce et une foi inébranlable dans le jugement du peuple australien »24.
  • Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern, Première ministre de Nouvelle-Zélande : « Je sais que je parle au nom des gens à travers la Nouvelle-Zélande en offrant nos plus sincères condoléances aux membres de la famille royale à l'occasion du décès de la reine. Pour nous, elle était une monarque très admirée et respectée, pour eux, elle était une mère et une grand-mère »25
Le 14 septembre 2022, le cercueil drapé sur son affût de canon prend la direction du palais de Westminster.
  • France France Emmanuel Macron, président français : « une amie de la France, une reine de cœur » ayant « marqué à jamais son pays et son siècle ». « Sa Majesté la Reine Élisabeth II a incarné la continuité et l'unité de la nation britannique plus de 70 ans durant. Je garde le souvenir d'une amie de la France, une reine de cœur qui a marqué à jamais son pays et son siècle », a réagi le président sur Twitter, après avoir posté une photographie de la reine26.
  • Belgique Belgique Philippe, le roi des Belges et la reine Mathilde : « une monarque d'exception qui a profondément marqué l'Histoire », faisant preuve « de dignité, de courage et de dévouement tout au long de son règne »27.
  • Espagne Espagne Pedro Sánchez, président du gouvernement espagnol : « figure d'importance mondiale, témoin et auteur de l'histoire britannique et européenne » qu'était Élisabeth II, décédée jeudi. Le chef du gouvernement espagnol adresse ainsi ses condoléances « à toute la famille royale, au gouvernement et à tous les citoyens du Royaume-Uni et du Commonwealth après le décès de la reine Élisabeth II ».
  • Italie Italie Mario Draghi, président du Conseil des ministres italien : la reine Élisabeth II « a été le protagoniste absolu de l'histoire du monde au cours des soixante-dix dernières années », ajoutant qu'elle représente « le Royaume-Uni et le Commonwealth avec équilibre, sagesse, respect des institutions et démocratie » durant son règne28.
  • Allemagne Allemagne Frank-Walter Steinmeier, chef de l'Etat allemand : « la reine Élisabeth II symbolise la réconciliation avec l'Allemagne, contribuant à panser les plaies de la Seconde Guerre mondiale », salue jeudi le chef de l'Etat allemand. « La Grande-Bretagne a tendu la main à l'Allemagne pour qu'elle se réconcilie — et la main de la réconciliation était aussi celle de la reine », écrit Steinmeier dans un message de condoléances.
  • Russie Russie Vladimir Poutine, président russe : « Pendant de nombreuses décennies, Élizabeth II jouissait à juste titre de l’amour et du respect de ses sujets, ainsi que d’une autorité sur la scène mondiale ». « Les événements les plus importants de l’histoire récente du Royaume-Uni sont inextricablement liés au nom de sa Majesté ». « Je vous souhaite du courage et de la résilience face à cette perte difficile et irréparable. Je vous prie de transmettre mes paroles de sympathie et de soutien sincères aux membres de la famille royale et à tout le peuple britannique »29.
  • Ukraine Ukraine Volodymyr Zelensky, président de l'Ukraine : la mort de la reine Élisabeth II est une « une lourde perte pour le monde entier »30.
  • États-Unis États-Unis Joe Biden, président des États-Unis : « une femme d'État d'une dignité et d'une constance incomparables et que la reine défunte était plus qu'une monarque. Elle incarnait une époque ». Élisabeth II « a contribué à rendre « spéciale » la relation entre le Royaume-Uni et les États-Unis »31.
  • Brésil Brésil Jair Bolsonaro, président de la république fédérative du Brésil, a décrété trois jours de deuil national. « En ce jour triste pour le monde, nous décrétons trois jours de deuil officiel et invitons tout le peuple brésilien à rendre hommage à la reine Élizabeth ». « Que Dieu la reçoive dans son infinie bonté et réconforte sa famille et le peuple britannique. »32.
Le 12 septembre 2022, le cercueil quitte le palais de Holyroodhouse avant de parcourir le Royal Mile.


  • Chine Chine Xi Jinping, président de la république populaire de Chine : « Au nom du gouvernement et du peuple chinois ainsi qu'en son nom propre, Xi Jinping a exprimé ses profondes condoléances » 33.
  • Maroc Maroc Mohammed VI, roi du Maroc : « les qualités et les mérites de cette illustre Reine qui se tenait, invariablement, comme un symbole de la grandeur du Royaume-Uni, consacrant Sa vie entière aux services de son pays »34.
  • Suisse Suisse Ignazio Cassis, président de la Confédération suisse : « Avec la mort de la reine, le monde perd un point d’ancrage. J’ai été impressionné par son humanité et par sa lecture du monde. Elle avait la capacité d’expliquer les liens complexes de manière simple. Ce qui montre sa compréhension du monde et de ses événements »35.
  • ONU António Guterres, secrétaire général des Nations unies : « Le monde se souviendra longtemps de son dévouement et de son leadership »36.
  • Turquie Turquie Recep Tayyip Erdoğan, président turc : « C'est avec tristesse que j'ai appris aujourd'hui le décès d'Élizabeth. Mes plus sincères condoléances à la famille royale ainsi qu'au peuple et au gouvernement du Royaume-Uni, amis et alliés ».
  • Vatican Vatican Pape François : le souverain Pontife se dit « profondément attristé d'apprendre le décès de Sa Majesté la Reine Élizabeth II et présente ses sincères condoléances à Sa Majesté le Roi, aux membres de la famille royale, au peuple du Royaume-Uni et du Commonwealth ».

Hommage[modifier]

Une partie de la procession escortant le cercueil devant la foule.
9 septembre

La Royal Artillery tire 96 canons, chaque coups représentant une année de l'existence de la reine dans l'ensemble du pays.

10 septembre

Le corps de la reine reste durant au château de Balmoral permettant à son personnel de pouvoir se recueillir avant le départ de la reine de ce château.

11 septembre

Le cercueil de la reine quitte définitivement le château de Balmoral avec une couronne de fleurs composée de bruyère blanche et de dahlia. Au-dessus du cercueil est posé l'étendard royal d'Ecosse.

Le cortège funéraire parcourt l'Ecosse pendant six heures pour rejoindre le palais de Holyroodhouse37, en passant par plusieurs villes dont celle d'Édimbourg. Le cercueil est déposé dans la salle du trône.

12 septembre

Le cercueil quitte le palais de Holyroodhouse pour traverser la ville d'Édimbourg jusqu'à la cathédrale Saint-Gilles pour un hommage religieux en Ecosse et permettre aux écossais de pouvoir voir une dernière fois le cercueil de la reine et lui faire ses adieux sous la garde de la Royal Company of Archers. Dans la soirée, le roi, la princesse Anne, le prince Andrew et le prince Edward, font ce qui s'appelle une veillée des princes en prenant position dos au cercueil de leur mère et en présence des archers royaux pendant une dizaine de minutes.

13 septembre

Le cortège funéraire reprend la route jusqu'à l'aéroport pour embarquer vers Londres où le cercueil de la reine est attendue. La princesse Anne et son époux participeront à ce voyage au côté de la reine.

Le 18 septembre 2022, le cercueil de la reine sur son catafalque à Westminster Hall.
14 septembre

La procession doit rejoindre le palais de Westminster mais avant cela, le cercueil ainsi que la couronne impérial et l'étendard royal sont déposés sur un affût de canon qui sera trainé par les chevaux de la Royal Horse Artillery composée des King's Troop pour être transporté du palais de Buckingham vers Westminster. Le roi Charles III, la princesse Anne, le prince Andrew, le prince Edward, le prince William, le prince Harry, l'amiral Laurence, Peter Phillips, David Armstrong-Jones et Richard de Gloucester participent à cette marche tandis que La reine Camilla, Kate Middleton, Meghan Markle suivent le cortège en voitures.

Durant cette marche funèbre, la fanfare militaire va interpréter plusieurs morceaux de Ludwig van Beethoven, Felix Mendelssohn et Frédéric Chopin sous l'accompagnement des cloches de Big Ben et des coups de canon.

Le cercueil de la reine une fois arrivé à Westminster Hall sera accueilli par l'archevêque de Cantorbéry et le doyen de Westminster pour une messe de 20 minutes avant que le public anglais puissent pénétrer dans le hall et s'incliner devant le cercueil pendant 4 jours. Durant ces quatre jours, de nombreux chefs d'Etat et d'organisations internationales passeront s'incliner devant son cercueil, donc Emmanuel Macron, Joe Biden, Charles Michel et Ursula von des Leyen.

17 septembre

Dans la soirée, une deuxième veillée des princes a lieu, cette fois en présence de William, Harry et six autres petits-enfants de la reine pour une garde de 15 minutes.

18 septembre

Le Royaume-Uni fait une minute de silence pour rendre hommage à la reine.

Funérailles d'Etat[modifier]

Mariage et descendance[modifier]

Visite de la reine Elisabeth au moment du jubilé de diamant.

Généalogie[modifier]

Élisabeth II épouse son cousin le prince Philip Mountbatten (qui abandonna ses titres de « prince de Grèce et du Danemark »), duc d'Édimbourg. Dont sont issus :

Ainsi la reine est mère de 4 enfants, grand-mère de 8 petits-enfants et arrière-grand-mère de 7 arrières-petits-enfants.

Mariage avec Philip Mountbatten[modifier]

Portrait de la reine Elisabeth et de Philip Mountbatten en 1953.

Élisabeth rencontre son futur époux, le prince Philip de Grèce et de Danemark en 1934, et le revoit en 1937. A l'origine, ils sont cousins issus de germains par le roi de Danemark, Christian IX, et cousins arrière issus de germains par la reine Victoria. En 1939, ils se retrouvent à nouveau au sein du Royal Naval College de Dartmouth et la princesse âgée de 13 ans dira qu'elle est amoureuse de Philip âgé de 18 ans. Leurs fiançailles sont officiellement annoncées le 9 juillet 194738 après avoir échanger de nombreuses lettres.

Leur amour pose problème dans le sens ou Philip est d'origine étrangère, n'a pas de royaume et n'a pas de véritable fortune. De plus, de nombreuses soeurs de Philip ont épousé des princes allemand proches du Nazisme39. De base, cette union sera aussi critiquée par la mère de la princesse qui estime que Philip est un « boche », désignant un allemand de manière vulgaire pendant la Seconde Guerre mondiale40. Bien que les débuts entre la mère de la princesse et Philip soient tendus, elle changera d'opinion à la fin de sa vie, en estimant que Philip est finalement un « gentleman anglais »38.

Par amour, Philip souhaite se marier avec Elisabeth II et décide de renoncer à ses titres grecs et danois mais aussi à se convertir à l'anglicanisme abandonne l'orthodoxie. Il décide aussi de changer de nom pour prendre celui de sa mère : « Mountbatten » sonnant plus anglais41. Cela le conduira à obtenir le titre d'« Altesse Royale » et le titre de duc d'Édimbourg42.

Le 20 novembre 1947, ils se marient à labbaye de Westminster et la princesse impose que les tissus de sa robe soient acheté grâce à des coupons de rationnement étant donné que le pays est encore en difficulté en raison des conséquences de la guerre. Cette cérémonie se fera sans les proches allemands de Philip et sans l'ancien roi Édouard VIII2.

Élisabeth, duchesse d'Édimbourg par son mariage, donne naissance à son premier enfant, Charles III, le 14 novembre 1948. Un mois plus tôt, le roi délivre des lettres patentes autorisant les enfants de sa fille à porter les titres de prince ou de princesse, ce qui leur est théoriquement interdit car leur père n'est alors plus un prince royal. Un second enfant, la princesse Anne, naît le 15 août 1950.

Personnalité[modifier]

Photo de la reine et de son époux Philip Mountbatten après leur mariage.

Élisabeth II a fait très peu d'entretiens et d'interviews, si bien qu'il est difficile de savoir réellement ce qu'elle pense et surtout ses opinions. En tant que monarque, la reine règne mais ne gouverne pas, elle ne doit donc pas exprimer son avis et son ressenti quel que soit l'événement. Elle est reconnue par beaucoup, comme étant une femme qui voue un profond respect pour le protocole et les procédures. Elle possède comme tous les souverains britannique, de la possibilité de ne pas nommer le gouvernement ou de ne pas promulguer la loi, mais elle-même a déjà affirmé plusieurs fois, qu'elle ne comptait pas utiliser ses prérogatives.

Elisabeth est une personne qui respecte le sens des devoirs religieux et civiques, et de prendre son serment de couronnement très au sérieux12. il lui est déjà arrivée de dialoguer avec d'autres chefs religieux dont des papes : Pie XII, Jean XXIII, Jean-Paul II, Benoît XVI et François.

Elisabeth II aime beaucoup les animaux, surtout les chevaux et les chiens, dont les Welsh Corgis. Elle est aussi passionnée d'équitation.

Certaines personnes spécialisées dans la Monarchie britannique affirme que la reine, même si elle ne s'exprime pas oralement sur ses opinions, peut faire passer des messages par ses habits. Par exemple, lors du Brexit, elle s'était habillée en bleu et jaune, pour certaines personnes ce n'étaient que le hasard et pour d'autres, c'était peut-être le signe qu'elle n'était pas en faveur du Brexit.

Culture[modifier]

Timbre à l'effigie de la reine.

Culture populaire[modifier]

L'effigie de la reine est représentée dans de nombreux pays mais surtout au Royaume-Uni, que ce soit des masques, des drapeaux, des mugs, de la vaisselle ou d'autres objets souvenirs. Son image est aussi représentée sur les billets de banques et les timbres. Tous ses souvenirs, permettent au Royaume-Uni de se faire beaucoup d'argent grâce à ça.

Dans le cas des timbres et des billets, l'image de la reine devra être remplacé par celle de Charles III depuis sa mort.

La reine bénéficie d'énormément d'hommages que ce soit au moment de la relève de la garde à Buckingham Palace où son armée joue le générique de la série Game of Thrones pour lui faire plaisir étant sa musique préférée, les jubilés de la reine attire énormément de monde pour célébrer son anniversaire et sont fêtés quasiment par tous les britanniques et les Trooping the Coulor qui se réuni une fois par an, en présence de l'ensemble des armées britannique pour fêter l'anniversaire de la reine.

Les militaires britanniques, lorsqu'ils sont interrogés, précisent clairement être au service de la reine et tout faire pour la satisfaire et répondre à ses attentes, trouvant même honorifique de faire la garde pendant plusieurs heures devant les châteaux de la reine.

Pour les britanniques, la reine est comme un membre de la famille, si celle-ci est malade, le peuple a peur pour elle, si elle a des ennuis, ils sont tristes pour elle, quand un événement heureux se passent, comme la naissance ou le mariage d'un enfant, le peuple est heureux et attend aussi de voir la reine sur le balcon de Buckingham Palace pour la saluer.

En France, le peuple a décidé de mettre fin à la monarchie et a fait exécuter leur roi, mais il est aussi très attaché, comme le reste du monde à la reine lorsque celle-ci se déplace dans leur pays ou qu'elle vient pour des cérémonies. L'image de la reine est donc importante dans les Royaumes du Commonwealth mais aussi dans la majorité des pays sans pour autant adhérer à la Monarchie.

Films et télévision[modifier]

  • 1983 : Le Bourreau des cœurs : Huguette Funfrock dans son rôle.
  • 1988 : Y a-t-il un flic pour sauver la reine ? : Jeannette Charles dans son rôle.
  • 2002 : Austin Powers dans Goldmember : Jeannette Charles dans son rôle.
  • 2003 : Johnny English : Prunella Scales dans son rôle.
  • 2003 : Les Simpsons : saison 15, épisode 4.
  • 2011 : William & Kate : Romance royale : Jane Alexander dans son rôle.
  • Depuis 2016 : The Crown : une série basée sur la vie d'Elisabeth II.

Jouets[modifier]

Des poupées ont l'apparence de la reine, lors de ses 96 ans, Barbie a sorti une poupée à son effigie mais il y a aussi des POPs ou des jeux de société basés sur la reine. Playmobil par exemple, a sorti une figurine de la reine.

Résidences[modifier]

  • Officielles :
  • Privées :
    • Maison de Sandringham House, dans le Norfolk (elle y habite de Noël à février)
    • Château de Balmoral en Écosse (elle y habite d'août à septembre)
    • Pavillon de Craigowan à Balmoral
    • Pavillon de Dalnadamph à Balmoral

Armes[modifier]

Les armoiries d'Élisabeth II sont composées d'un losange portant les armoiries royales du Royaume-Uni, le point central portant une rose Tudor et les deux autres, une croix de saint Georges43.

Figure Blasonnement
Coat of Arms of Elizabeth, Duchess of Edinburgh (1947-1952).svg Princesse du Royaume-Uni (1926-1952), duchesse d'Édimbourg (1947-1952)
Écartelé, en I et IV de gueules à trois léopards d'or armés et lampassés d'azur [Angleterre], en II d'or, au lion de gueules, au double trescheur fleuronné et contre-fleuronné du même [Écosse], en III d'azur, à la harpe d'or, cordée d'argent [Irlande] ; au lambel à trois pendants d'argent brochant, chargé en cœur d'une Rose Tudor, les deux autres chargés d'une croix de gueules.

Ajout de l'Ordre de la Jarretière en 1947, avec sa devise Honi soit qui mal y pense.

Royal Coat of Arms of the United Kingdom.svg Reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord (depuis 1952)
Écartelé, en I et IV de gueules à trois léopards d'or armés et lampassés d'azur [Angleterre], en II d'or, au lion de gueules, au double trescheur fleuronné et contre-fleuronné du même [Écosse], en III d'azur, à la harpe d'or, cordée d'argent [Irlande du Nord].

En dessous, la devise Dieu et mon droit.

Etendards[modifier]

La reine possède également des étendards et des drapeaux personnels dans les différents royaumes du Commonwealth44. Sur la majorité des étendards, le « E » de Elisabeth apparait souvent sur un fond bleu et entouré de jaune/doré.

Voir aussi[modifier]

Sources[modifier]

  1. https://www.royal.uk/
  2. 2,0 et 2,1 (en) Sarah Bradford, Queen Elizabeth II : Her Life in Our Times, Londres, Penguin, 2012, page 320.
  3. 3,0 et 3,1 (en) Andrew Marr, The Diamond Queen : Elizabeth II and Her People, Londres, Macmillan, 2011.
  4. 4,0, 4,1 et 4,2 (en) Gyles Brandreth, Philip and Elizabeth : Portrait of a Marriage, Londres, Century, 2004.
  5. 5,0 et 5,1 (en) Robert Lacey, Royal: Her Majesty Queen Elizabeth II, Londres, Little, 2002.
  6. 6,0, 6,1 et 6,2 (en) Ben Pimlott, The Queen : Elizabeth II and the Monarchy, Londres, HarperCollins, 2001, page 780.
  7. (en) Jennie Bond, Elizabeth : Eighty Glorious Years, Londres, Carlton Publishing Group, 2006, page 192.
  8. (en) Queen Elizabeth The Queen Mother, sur royal.uk, 2018.
  9. (en) Marion Crawford, The Little Princesses, Londres, Cassell & Co., 1950.
  10. (en) Children's Hour: Princess Elizabeth, BBC, 13 octobre 1940.
  11. (en) Early public life, Royal Household.
  12. 12,0 et 12,1 (en) William Shawcross, Queen and Country, McClelland & Stewart, 2002.
  13. (en) Arthur Bousfield et Gary Toffoli, Fifty Years the Queen, Dundurn Press, 2002.
  14. (fr) Françoise de La Serre, La Grande-Bretagne et la Communauté européenne, Paris, Presses universitaires de France, 1987.
  15. (en)Queen's 'fantasy assassin' jailed, BBC, 14 septembre 1981.
  16. (en) Hamish McNeilly, Intelligence documents confirm assassination attempt on Queen Elizabeth in New Zealand, The Sydney Morning Herald,‎ 1er mars 2018.
  17. (en) Karen de Witt, Queen's Address to Congress Celebrates Mutual Respect, The New York Times,‎ 17 mai 1991.
  18. (en) Address to the United Nations General Assembly, Royal Household, 6 juillet 2010.
  19. (en) King Charles III speech: What does ‘flights of angels sing thee to thy rest’ mean?, Evening Standard, 12 septembre 2022.
  20. (fr) Mort d'Elizabeth II : Camilla rend hommage à la reine, « femme solitaire » dans un monde dirigé par des hommes, Madame Figaro, 18 septembre 2022.
  21. (fr) Le décès d’Elisabeth II: notre suivi du 8 septembre, Le Temps, 8 septembre 2022.
  22. (en) Queen Elizabeth II: First Minister Mark Drakeford leads Welsh tributes, BBC, 8 septembre 2022.
  23. (fr) Elle me manquera énormément.
  24. (en) Australia has lost a ‘wise and encouraging guide’, PM Anthony Albanese says in tribute to the Queen, The Guardian, 8 septembre 2022.
  25. (fr) PM mourns death of Queen Elizabeth II, site officiel du gouvernement de Nouvelle-Zélande.
  26. (fr) Mort d'Elizabeth II : Macron salue "une amie de la France" qui "a marqué à jamais son siècle", Europe 1.
  27. (fr) Décès de la reine Elizabeth II - Elizabeth II, 'une monarque d'exception qui a profondément marqué l'histoire", Agence Belga, 8 septembre 2022.
  28. (it) Il messaggio di cordoglio del Presidente Draghi per la scomparsa della Regina Elisabetta II, site du gouvernement italien, 8 septembre 2022.
  29. (fr) Décès d’Elizabeth II: Vladimir Poutine rend hommage à la souveraine, qui avait « l’amour, le respect de ses sujets et une autorité mondiale », 8 septembre 2022.
  30. (fr) Pour Volodymyr Zelensky, la mort de la reine Elizabeth II est "une lourde perte pour le monde entier", BFM TV.
  31. (fr) Les chefs d’État saluent Elisabeth II qui « a marqué à jamais son siècle », 20 Minutes.
  32. (fr) Gontran Adjan, Brésil : Bolsonaro décrète trois jours de deuil après le décès de la reine Elizabeth, On voit tout, 8 septembre 2022.
  33. (fr) Elizabeth II : Xi Jinping présente ses «sincères condoléances» au Royaume-Uni, Le Figaro, 9 septembre 2022.
  34. (fr) Roi Mohammed VI : Avec la disparition de la Reine Elizabeth, le Maroc a perdu une «grande amie», L'Opinion Maroc - Actualité et Infos au Maroc et dans le monde.
  35. (fr) Elizabeth II était le «compas du monde», selon Ignazio Cassis, Le Nouvelliste, 9 septembre 2022
  36. (fr) Décès d’Elizabeth II : l'ONU salue une « présence rassurante » durant des décennies de changements, ONU Info, 8 septembre 2022.
  37. (en) Plans for the Queen's lying in state and funeral, BBC News,‎ 9 septembre 2022.
  38. 38,0 et 38,1 (en) Tim Heald, Princess Margaret : A Life Unravelled, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 2007.
  39. (en) Phil Edwards, The Real Prince Philip, Channel 4, 31 octobre 2000.
  40. (en) Caroline Davies, Philip, the one constant through her life, The Telegraph, 20 avril 2006.
  41. (en) Brian Hoey, Her Majesty : Fifty Regal Years, Londres, HarperCollins, 2002.
  42. (en) The London Gazette, 21 novembre 1947.
  43. (en) Heraldry Traditions, Lieutenant Governor of British Columbia, 2007.
  44. (en) Personal flags, Royal Household.
Article mis en lumière la semaine du 30 janvier 2023.

Portail de la monarchie — Tous les articles concernant la monarchie.