Anglicanisme

« Anglicanisme » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Henri VIII (alité car mourant) et son fils Édouard VI, écrasant la papauté

L’anglicanisme est une confession chrétienne de type protestant. Elle est très liée à l'histoire et à la société anglaises. L'anglicanisme apparaît en 1534 quand le roi d'Angleterre Henri VIII, pour des raisons personnelles, rompt avec la papauté. L'anglicanisme est mis en forme par la reine Élisabeth Ire dans la seconde partie du XVIe siècle.

Pour les anglicans, le chef de l'Église est le souverain anglais. Les croyances religieuses sont issues de la Réforme protestante : le Salut de l'âme ne peut provenir que de la Foi et non des Œuvres. La source de la foi est la Bible. Il n'y a que deux sacrements : le baptême et la cène.

L'organisation de l'Église anglicane et les cérémonies du culte ressemblent à celles de l'Église catholique.

L'Église épiscopalienne est la version américaine de l'anglicanisme.

La rupture avec la papauté[modifier | modifier le wikicode]

Henri VIII
Le pape Clément VII

Depuis 1527, le roi Henri VIII souhaite faire annuler son mariage avec Catherine d'Aragon, fille des Rois catholiques et tante de l'empereur germanique Charles Quint. Mariés depuis 1509, ils ne parviennent pas à avoir d'héritier mâle. Le roi souhaite pouvoir se remarier avec sa maîtresse Anne Boleyn, une jeune femme de l'entourage de la reine Catherine.

Le pape Clément VII refuse le divorce. Henri VIII décide alors de rompre avec le pape. En 1530, l'assemblée du clergé catholique anglais reconnaît le roi comme suprême protecteur, seigneur et chef de l'Église d'Angleterre. De ce fait, le pape n'a plus d'autorité sur les catholiques anglais. Mais la totalité des croyances catholiques sont maintenues. Profitant de cette rupture, le roi fait prononcer, en mai 1533, son divorce par l'Église d'Angleterre et se remarie. Le pape excommunie le roi en mars 1534.

Dans le même temps, le Parlement anglais supprime les importants droits financiers prélevés par la papauté en Angleterre depuis des siècles.

En novembre 1534, par l'Acte de suprématie, de nouveau l'assemblée du clergé refuse de reconnaître l'autorité papale en Angleterre. Le roi d'Angleterre est de nouveau déclaré unique maître du royaume, aussi bien en matière spirituelle et ecclésiastique que temporelle. Le serment de suprématie royale est imposé à tous les membres du clergé et aux principaux membres de l'administration royale (ce qui provoquera, en autres, l'exécution, en 1535, de l'ancien chancelier, l'humaniste Thomas More, qui refuse de prêter le serment).

Les biens ecclésiastiques sont confisqués après la suppression des monastères et sont vendus à la petite noblesse anglaise (la gentry) et aux bourgeois.

Marie Ire Tudor

Les incertitudes après la mort d'Henri VIII[modifier | modifier le wikicode]

Pendant les dix ans qui suivent la mort d'Henri VIII en 1547, les problèmes religieux agitent l'Angleterre. Sous le règne d'Édouard VI, fils d'Henri VIII et de Jane Seymour, la séparation doctrinale avec Rome s'accentue. On constate l'introduction d'idées protestantes (en particulier par les calvinistes). La profession de foi des 42 articles nie l'infaillibilité des conciles qui, depuis l'Antiquité, ont précisé les croyances catholiques. Elle ne conservent que deux sacrements : le baptême et la cène. Elle nie la présence réelle de Jésus dans le pain consacré. L'existence du Purgatoire est niée. Elle rejette l'invocation des saints afin d'assurer le Salut de l'âme. Le célibat des prêtres est rejeté. Une nouvelle liturgie est organisée et la langue nationale remplace le latin dans les prières, dans les cérémonies, ainsi que dans les textes sacrés.

La reine Marie Tudor, fille d'Henri VIII et de Catherine d'Aragon, épouse du roi d'Espagne Philippe II, tente d'effacer les innovations de ses prédécesseurs. Pendant son court règne (1553-1558), elle persécute les non-catholiques et se rend odieuse (Les Anglais la surnomment Bloody Mary ou Marie la sanglante).

Élisabeth Ire fonde l'anglicanisme[modifier | modifier le wikicode]

Élisabeth Ire d'Angleterre

Dès avril 1559, la nouvelle reine Élisabeth Ire, fille d'Henri VIII et d'Anne Boleyn, rétablit l'Acte de suprématie qui la fait chef suprême de l'Église en Angleterre. La même année, sur sa demande, le Parlement anglais remet en vigueur le Book of Common Prayer établi en 1552. En 1563, la confession de foi des Trente-Neuf Articles établit la confession anglicane. Seuls deux sacrements sont reconnus : le baptême et la cène. Il n'y a ni changement de nature (transsubstantiation), ni présence réelle de Jésus dans le pain et le vin partagés lors de la cène. Seule l'Écriture (la Bible) est source de la Foi. L'organisation de l'Église anglicane est comparable à celle des catholiques. Cependant le célibat n'est pas imposé aux pasteurs. L'autorité spirituelle suprême est l'archevêque de Canterbury. L' Angleterre est divisée en diocèses confiés à des évêques (qui sont aussi des lords). Les évêchés sont divisés en doyennés qui regroupent plusieurs paroisses.

L'établissement de l'anglicanisme se heurte à l'hostilité des catholiques anglais qui reçoivent l'aide des jésuites entrés clandestinement en Angleterre. Mais les calvinistes sont aussi mécontents des aspects catholiques de l'organisation de l'anglicanisme. Les presbytériens et les puritains manifestent aussi leur opposition.

L'anglicanisme après Élisabeth[modifier | modifier le wikicode]

Le successeur d'Élisabeth, le roi Jacques Ier, pour affirmer son absolutisme, s'appuie sur le haut clergé anglican et persécute les catholiques et les puritains (certains choisiront de partir pour l'Amérique du nord).

Le roi Charles Ier poursuit la politique religieuse de son père et tente d'introduire des « éléments romains » dans l'anglicanisme. Les puritains anglais et les presbytériens écossais s'opposent alors violemment au roi. Cette opposition est une des causes de la révolution de 1642 et de la guerre civile anglaise. Après l'exécution du roi, l'anglicanisme est supprimé en janvier 1643. Il n'est rétabli qu'après la Restauration du roi Charles II en 1660, par l'Acte d'Uniformité en mai 1663.

La conversion au catholicisme du roi Jacques II aboutit à la Glorieuse Révolution de 1688. Le roi est chassé d'Angleterre et se réfugie en France auprès de son cousin Louis XIV. Ses remplaçants Marie II et Guillaume III, par l'Acte de tolérance de 1689, rétablissent l'entente entre les anglicans et les puritains, tout en interdisant le catholicisme.

Icone Religion.png Religions dans le monde
Confessions chrétiennes :
CatholicismeOrthodoxieProtestantisme (Anglicanisme - Calvinisme - Luthéranisme - Autres courants protestants)

Chrétiens d'OrientMormonismeRastafariTémoins de Jéhovah

Courant musulman :
BabismeChiismeSunnismeSoufismeWahhabismeParsisme
Judaïsme :

Judaïsme libéralJudaïsme orthodoxe (Haredim - Hasidic) • Judaïsme reconstructionnisteKaraïsmeMouvement Massorti

Hindouisme :

ÂjîvikaTantrisme

Parodies de religion :

PastafarismeLicorne rose invisible

(Pour modifier le modèle : voir ici).
Portail du Royaume-Uni —  Tout sur l'Angleterre, l’Écosse, le Pays de Galles, l'Irlande du Nord !
Portail du christianisme —  Tous les articles concernant le christianisme.