Brexit

« Brexit » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Le Royaume-Uni (en jaune) et l'Union européenne (en bleu).
Une affiche prônant le Brexit.
Une manifestation contre le Brexit au Royaume-Uni, en 2017.

Le Brexit (de l'anglais Britain, « Grande-Bretagne », et exit, « sortie ») est le débat et le processus qui devraient mener le Royaume-Uni à quitter l'Union européenne.

Lors du référendum du 23 juin 2016, les Britanniques votent la sortie de l'UE à 51,9 % des voix. La Grande Bretagne sera le premier pays à quitter l'Union européenne.

Le Royaume-Uni devait quitter l'UE le 31 octobre 2019, date reportée plusieurs fois en raison de l'opposition des députés aux textes présentés par le gouvernement britannique (textes négociés avec la commission européenne). Ces textes devaient définir les relations politiques et commerciales entre le Royaume-Uni et l'Union européenne après le départ du Royaume-Uni. Les députés n'acceptent pas ces textes car ils les trouvent soient trop libéraux, soit qu'ils instaurent une frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande, ce qui pourrait créer des tensions entre les irlandais catholiques et les irlandais protestants.

Le premier ministre conservateur britannique, Boris Johnson, a décidé en octobre 2019 de suspendre le parlement et d'organiser des élections législatives le 12 décembre 2019, pour renouveler d'une manière anticipée, la Chambre des Communes du Parlement britannique.

Les élections législatives de 12 décembre 2019 ont accordé une victoire très nette au Parti conservateur du premier ministre sortant, Boris Johnson. Ce dernier dispose d'une majorité suffisante pour que la Chambre des Communes vote les textes de sortie de l'Union. La date de sortie est le 31 janvier 2020.

Contexte[modifier | modifier le wikicode]

Après la Seconde Guerre mondiale, le Premier ministre britannique Winston Churchill a prononcé un discours en 1946. Dans ce discours, il a évoqué les avantages d'une "Europe unie". L'un des avantages était qu'il n'y aurait plus jamais de guerre, puisque tous les pays appartenaient au même État. Cette Europe unie comprenait à peu près tous les pays qui ont été attaqués par l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, y compris l'Italie, la France, le Benelux, l'Allemagne et une grande partie de l'Europe de l'Est. Les pays neutres, tels que la Suisse, l'Espagne et la Suède, n'ont pas leur place ici. Churchill n'était pas certain que le Royaume-Uni devait rejoindre cette Europe unie.

En 1951, la Communauté européenne du charbon et de l'acier a été créée, qui a été transformée en Communauté économique européenne (CEE) en 1958. Elle était composée de six pays : l'Italie, la France, le Luxembourg, la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne de l'Ouest. Au départ, peu après sa création, le Royaume-Uni a également voulu s'associer à l'Irlande, à la Norvège et au Danemark. Cependant, le président français Charles de Gaulle s'y est opposé. De Gaulle était très opposé à l'influence culturelle des États-Unis en Europe. L'adhésion du Royaume-Uni à l'Union européenne donnerait aux États-Unis une plus grande influence sur la culture en Europe, ce qui, selon lui, permettrait à terme de faire disparaître la culture française. Bien que tous les autres pays aient voté pour, la France a voté contre. Comme tous les pays devaient être d'accord, le Royaume-Uni n'a pas été autorisé à adhérer. La Norvège, le Danemark et l'Irlande étaient économiquement très dépendants du Royaume-Uni et n'ont donc pas adhéré. Quelques pays ont ensuite fondé l'Association européenne de libre-échange (AELE) en 1960, qui comprenait également le Portugal, la Suisse, la Suède et l'Autriche. L'EVA était l'homologue de la CEE. Bien que l'AELE existe toujours - la Suisse, la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein en sont membres - de nombreux pays ont quitté l'AELE pour rejoindre la CEE (devenue plus tard l'UE).

Le Royaume-Uni a quitté l'AELE avec le Danemark en 1973 pour rejoindre l'Union européenne avec l'Irlande et le Danemark. La France avait un autre président à l'époque et n'a plus voté contre. L'idée était qu'à terme, tous les pays européens seraient réunis au sein d'une organisation commerciale, pour former un bloc fort contre les États-Unis et l'Union soviétique.

En 1973 déjà, l'adhésion de la Grande-Bretagne à l'Union européenne faisait l'objet d'une grande agitation. À cette époque, le Royaume-Uni comptait deux grands partis politiques, le parti travailliste et le parti conservateur. Le Parti Conversateur, qui gouvernait à l'époque, était alors favorable à l'adhésion à l'Europe. Selon le parti, l'adhésion de la Grande-Bretagne garantirait la prospérité de l'économie et le Royaume-Uni bénéficierait des échanges commerciaux. Le parti travailliste, qui était dans l'opposition à l'époque, était contre l'adhésion. La CEE veillerait à ce que seules les grandes entreprises en profitent, tandis que le citoyen ordinaire ne le remarquerait pas. Un député du parti travailliste a proposé un référendum en 1975. À l'époque, 67% des Britanniques étaient favorables à l'adhésion du Royaume-Uni, qui restait donc membre de la Communauté économique européenne.

Les partis politiques[modifier | modifier le wikicode]

Position des partis politiques :

Nom du parti Opinion Groupe politique européen
Parti conservateur "Pour l'adhésion à l'Union européenne, mais contre un pouvoir trop important de l'UE au Royaume-Uni. Le Royaume-Uni lui-même doit conserver le pouvoir dans son propre pays". Conservateurs et réformistes de droite et du centre de l'Europe
Parti travailliste "Pour l'adhésion à l'Union européenne. L'UE ne devrait pas trop s'immiscer dans les affaires du Royaume-Uni, mais certaines questions pourraient être mieux traitées par l'Union européenne". Alliance progressiste interdite des socialistes et démocrates
Libéraux démocrates "Le Royaume-Uni doit s'intégrer davantage dans l'Union européenne, par exemple en remplaçant la livre par l'euro. Toutefois, les parlements nationaux doivent avoir davantage leur mot à dire". Middle Renew Europe (anciennement ALDE)
Parti de l'indépendance du Royaume-Uni "Le Royaume-Uni doit quitter l'Union européenne parce qu'elle a trop de pouvoir et coûte trop d'argent". Droit d'intérêt flamand L'Europe de la liberté et de la démocratie directe (non représentée à l'heure actuelle)
Scottish National Party (SNP ; uniquement en Écosse) "Le Royaume-Uni doit rester membre de l'Union européenne. De cette façon, l'Écosse peut faire sécession du Royaume-Uni et former son propre État au sein de l'UE". Gauche Les Verts/Alliance libre européenne
Plaid Cymru (Pays de Galles uniquement) "Le Royaume-Uni doit rester membre de l'Union européenne. Ainsi, le Pays de Galles peut faire sécession du Royaume-Uni et former son propre État au sein de l'UE". Gauche Les Verts/Alliance libre européenne
Parti des Verts d'Angleterre et du Pays de Galles (GPEW ; Angleterre et Pays de Galles uniquement) "Le Royaume-Uni doit rester membre de l'Union européenne, mais l'Union européenne doit se réformer et devenir plus démocratique". Gauche verte Les Verts/Alliance libre européenne
Ulster Unionist Party (UUP ; seulement en Irlande du Nord) "Le Royaume-Uni doit rester membre de l'Union européenne, mais l'UE ne doit pas acquérir trop de pouvoir au Royaume-Uni". Moyenne droite (non représentée)
Democratic Unionist Party (DUP ; uniquement en Irlande du Nord) "Le Royaume-Uni doit quitter l'Union européenne afin d'empêcher l'Irlande du Nord de quitter le Royaume-Uni". Conservateurs et réformistes européens de droite (actuellement non-inscrits)
Sinn Féin (Irlande du Nord uniquement) "Le Royaume-Uni doit rester membre de l'Union européenne afin que l'Irlande du Nord puisse faire sécession et rejoindre l'Irlande". Gauche européenne Royaume-Uni/Irlande du Nord Gauche verte

Référendum[modifier | modifier le wikicode]

Après le référendum, le parti travailliste est resté opposé à la Communauté économique européenne, tandis que le parti conservateur y était favorable. Cela a changé en 1983. Lorsque le Premier ministre Margaret Thatcher du Parti conservateur est arrivé au pouvoir, le cours du Parti conservateur est devenu plus critique. Thatcher estimait que le Royaume-Uni devait verser moins d'argent à la CEE, car il recevait moins de subventions pour l'agriculture. À cette époque, le Royaume-Uni était le deuxième État le plus pauvre de la CEE après l'Irlande et ne bénéficiait que très peu de la CEE. Thatcher a reçu un rabais, qui est toujours en vigueur. Au contraire, le parti travailliste est devenu plus positif à l'égard de la CEE. Selon le parti, la CEE contribuerait à une Europe sociale. Le discours du président de la Commission européenne de l'époque, Jacques Delors, a été d'une grande aide. Il est apparu clairement que les parties avaient changé de position à la fin des années 90. Thatcher a réagi avec énormément de véhémence au Parlement britannique aux projets de la Commission européenne visant à créer une nouvelle monnaie commune, l'euro. Cette réaction aurait contribué à la démission de Thatcher quelques semaines plus tard.

Après la création de l'Union européenne et l'arrivée de l'euro, l'euro-scepticisme s'est accru au Royaume-Uni. Bien que le Royaume-Uni n'ait pas à introduire officiellement l'euro (par le biais d'un traité spécial), l'influence de l'Union européenne s'est accrue. À partir de 1993, des partis plus petits ont été créés et se sont concentrés sur une campagne de sortie de l'UE. Lorsque le Parti conservateur a perdu de nombreux sièges au profit de ces partis en 2001, l'euroscepticisme s'est également accru au sein de ce parti. Le Parti de l'indépendance du Royaume-Uni, un parti qui se concentre sur le Brexit, s'est développé en conséquence et a gagné de plus en plus de sièges aux élections du Parlement européen.

Après que le Parti de l'indépendance du Royaume-Uni soit devenu le plus important aux élections du Parlement européen en 2014, les élections au Parlement britannique doivent avoir lieu en 2015. L'ancien Premier ministre David Cameron et son parti, le Parti conservateur, étaient en perte de vitesse dans les sondages et auraient perdu de nombreux sièges au profit du Parti de l'indépendance du Royaume-Uni. À l'époque, le Parti conservateur était au gouvernement avec les libéraux démocrates et était le plus grand parti. À l'approche des élections, Cameron a promis un référendum sur l'adhésion du Royaume-Uni. De nombreux partisans du Brexit ont demandé un tel référendum, également au sein du Parti conservateur.

Le Parti conservateur a en effet été élu comme le plus grand parti. De nombreuses personnes qui, au départ, allaient voter pour le Parti de l'indépendance du Royaume-Uni, ont voté pour le Parti conservateur. Le Brexit est le point le plus important pour le Parti de l'indépendance du Royaume-Uni et en annonçant un référendum sur le Brexit, Cameron a réussi à retirer les électeurs du Parti de l'indépendance du Royaume-Uni. Ce parti ne disposait que d'un seul siège au Parlement.

L'idée derrière le Brexit était que Cameron pouvait réduire l'appel pour un Brexit. Après le référendum de 1975, le Brexit a disparu en tant que problème. L'idée était que Cameron allait convaincre le peuple britannique de la bonté de l'UE et le Brexit a été rejeté. En conséquence, le Parti de l'indépendance du Royaume-Uni recevrait également moins d'attention.

Maintenant que le Parti conservateur a été élu le plus grand, Cameron a dû remplir son référendum. Le référendum a été proclamé le 27 mai 2015 et a eu lieu le 23 juin 2016. Il a provoqué une énorme division dans la politique britannique. Le parti travailliste, les libéraux démocrates et un certain nombre de petits partis de gauche se sont opposés au Brexit. Ils voulaient que le Royaume-Uni reste dans l'Union européenne et étaient donc en faveur d'un Bremain (pour le maintien du Royaume-Uni dans l'UE). Ils sont appelés "Remain Camp" ou anti-Brexit dans la politique britannique. D'autre part, le Parti de l'indépendance du Royaume-Uni et des partis de droite plus petits étaient favorables au Brexit sont appelés "pro-Brexit" ou "Leave Camp". Au sein du Parti conservateur, il a été convenu que les membres du parti pouvaient faire campagne eux-mêmes, puisqu'une partie du parti était pour et l'autre partie était contre. Parmi les membres en faveur, on trouve Boris Johnson et Michael Gove, tandis que le Premier ministre David Cameron et Theresa May sont contre. Cela a entraîné une scission au sein du parti.

Résultat[modifier | modifier le wikicode]

Illustration du résultat.

72% de la population britannique s'est finalement rendue aux urnes. Les résultats ont été les suivants :

  • 51,9% ont voté pour une sortie de l'UE
  • 48,1% ont voté contre une sortie de l'UE

Il est frappant de constater qu'en Écosse et en Irlande du Nord, la plupart des Britanniques ont continué à voter pour l'Europe, alors qu'en Angleterre et au Pays de Galles, la plupart des gens ont voté pour le départ. L'Écosse considère l'Union européenne comme une opportunité de devenir plus tard un pays indépendant et comme une coopération importante. Deux ans plus tôt, en 2014, les Écossais ont organisé un référendum sur leur indépendance. À l'époque, l'Écosse a voté pour rester au Royaume-Uni, notamment en se demandant s'il était encore possible de rester membre de l'Union européenne. En Irlande du Nord, la paix a également joué un rôle. Dans les années 1970 et 1980, une guerre entre catholiques et protestants a éclaté en Irlande du Nord pour savoir si l'Irlande du Nord appartenait au Royaume-Uni ou à l'Irlande. Dans l'accord du Vendredi Saint, il a été décidé que l'Irlande du Nord restait avec le Royaume-Uni, mais que la frontière irlandaise restait ouverte, de sorte qu'il n'y avait pas de frontière rigide. Une éventuelle sortie de l'Union européenne signifierait que cette frontière serait à nouveau relevée, avec pour conséquence une éventuelle guerre.

Résultats du référendum sur l'adhésion au Royaume-Uni de 2016 par les autorités locales de Grande-Bretagne.
Décompte des votes à Borehamwood.

Articles connexes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Portail de l'Europe —  Tous les articles sur l'Europe !
Portail de la politique —  Tous les articles sur la politique.
Portail du Royaume-Uni —  Tout sur l'Angleterre, l’Écosse, le Pays de Galles, l'Irlande du Nord !