Basilique de Saint-Denis

« Basilique de Saint-Denis » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Basilique Saint-Denis)
Aller à : navigation, rechercher
Basilique de Saint-Denis

La basilique de Saint-Denis (ou basilique Saint-Denis) est un édifice religieux catholique situé à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis.

Cette ancienne abbatiale, l'une des premières églises de style gothique, est la nécropole des rois de France.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Vue de la basilique en 1844, avant le démontage de la tour nord.

L'église de Saint-Denis existe depuis le Ve siècle. Elle a été aménagée autour d'un cimetière et du tombeau de saint Denis. Denis était un évêque qui vivait à Paris au IIIe siècle. Il a été décapité à Montmartre par les Romains qui chassaient les chrétiens. Selon une légende racontée au Moyen Âge, Denis décapité à Paris aurait marché jusqu'à Saint-Denis avec sa tête dans les mains : la première église aurait été construite là où Denis se serait écroulé.

Au Ve siècle, sainte Geneviève achète les terres autour d'un ancien cimetière gallo-romain et y fait construire une église, agrandie sous les Mérovingiens, notamment sous Dagobert Ier.

Vers 630, on y plaça le corps de saint Denis, premier évêque de Paris. Une nouvelle église fut construite vers 750 par Pépin le Bref, puis une autre sous les Carolingiens, qui fut rénovée jusqu'au XIVe siècle.

Entre 1135 et 1144, l'abbé Suger, conseiller des rois Louis VI le Gros et Louis VII le Jeune, agrandit l'abbatiale carolingienne en ajoutant une façade s'inspirant des modèles normands de l'âge roman comme l'abbatiale Saint-Étienne de Caen. Cette façade est dotée pour la première fois d'une rose et de trois portails de grandes dimensions. Suger ajouta aussi des chapelles rayonnantes dans le chœur, en appliquant la technique de la croisée d'ogives. L'abbaye fut consacrée le 11 juin 1144, inaugurant ce qu'on appela plus tard l'art gothique.

Par la suite, l'édifice devint la principale nécropole de la monarchie française. C'est aussi à l'abbaye de Saint-Denis que les rois de France se rendaient pour prendre l'oriflamme avant de partir en guerre ou en croisade.

En 1576, pendant les guerres de religion, les protestants et les catholiques s'y livrèrent bataille, et en 1593, Henri IV y abjura le protestantisme. C'est à Chartres qu'il fut sacré roi de France.

En 1793, pendant la Terreur, les sépultures des rois furent violées, et les corps jetés dans une fosse commune à l'extérieur de la basilique. Une partie du trésor fut transformée en monnaie, et les gisants des rois de France, chefs-d’œuvre de l'art funéraire remontant au Moyen Âge, furent en grande partie détériorés.

En 1816, à la Restauration, Louis XVIII ordonna la reconstitution de la nécropole royale. Les restes des monarques furent placés dans un ossuaire installé dans la crypte.

La tour nord, frappée par la foudre en 1837, est démontée par Eugène Viollet-le-Duc, qui sauve l'édifice de la ruine et entreprend de vastes travaux de restauration. C'est lui qui réorganise les tombes royales telles qu'elles se trouvent actuellement.

De nos jours, le transept, le chœur et le déambulatoire, ainsi que la crypte, où sont exposés les tombeaux des rois et reines de France, sont ouverts à la visite. On y remarque surtout les mausolées de Louis XII et Anne de Bretagne, de François Ier et d'Henri II.

En 1966, l'église devient une cathédrale, le lieu du siège de l'évêque.

Depuis 2010, un projet se précise pour reconstruire la tour Nord démontée au XIXe siècle.

Architecture[modifier | modifier le wikicode]

Cette église est une église gothique : son architecture fut transformée aux XIIe et XIIIe siècles sous l'impulsion de l'abbé Suger qui suivit la mode en cours.

Dans le style gothique, on trouve :

  • des vitraux, des verrières et une rosace géante pour faire entrer la lumière de Dieu. Les vitraux retracent des passages de la Bible, de l'Ancien et du Nouveau Testament. Ils représentent des passages de la vie de Jésus. Les vitraux bleus étaient extrêmement coûteux au Moyen Âge. La rosace de Saint-Denis est la première rosace réalisée en Europe.
  • des arcs-boutants, ces béquilles arrondies situées à l'extérieur du bâtiment. Les arcs-boutants permettent au bâtiment de s'élever : la tour Sud s'élève à 58 m.
  • des voûtes à croisée d'ogives : le plafond est moins lourd, cela permet d'ouvrir des fenêtres pour faire entrer la lumière.

Dans la période précédente, les églises de style roman étaient plus petites et moins lumineuses, car les ouvertures étaient plus étroites.

La basilique est construite avec de la pierre calcaire de l'Île-de-France. La basilique a une longueur de 108 m et une largeur de 39 m.

La nécropole des rois de France[modifier | modifier le wikicode]

L'Aigle de Suger, pièce d'orfèvrerie réalisée en 1140 à partir d'un vase de porphyre d'origine romaine ou égyptienne.

Au total, 43 rois, 32 reines et 63 princes de France ont été ensevelis à Saint-Denis, parmi lesquels :

  • Louis IX, dit « saint Louis » : au milieu du XIIIe siècle, il commande 16 gisants pour orner les tombes de rois mérovingiens ;
  • La reine Jeanne d'Évreux, morte en 1371, a fait représenter ses chiens sur sa tombe : on peut les voir à ses pieds ;
  • Henri IV, qui a mis fin aux guerres de Religion en 1598 en signant l’Édit de Nantes, a été enterré à Saint-Denis. À la Révolution, en 1789, son corps encore parfaitement momifié fut exposé sur les escaliers de l'église ;
  • Louis XIV, le Roi Soleil de Versailles, qui a régné de 1661 à 1715, est également enterré dans la basilique ;

Les regalia, les objets du Sacre, symboles du pouvoir royal, se trouvaient à Saint-Denis : la couronne, l'épée, le sceptre et la main de justice y étaient conservés.

C'est également à Saint-Denis que les rois passaient prendre l'oriflamme, leur drapeau, avant de partir en croisade à partir de 1096 à Jérusalem pour libérer le tombeau de Jésus des mains des musulmans.

La basilique de Saint-Denis symbolise donc le pouvoir des rois de France au Moyen Âge et à l'époque moderne.

Souverains français inhumés[modifier | modifier le wikicode]

Monuments funéraires à la mémoire de Louis XVI et de Marie-Antoinette, réalisés en 1830.

Seuls manquent, dans la lignée des Capétiens : Philippe Ier, Louis XI, Charles X, et Louis-Philippe Ier (issu des Bourbons-Orléans).

Reines inhumées[modifier | modifier le wikicode]

Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Basilique Saint-Denis de Wikipédia.
Portail de Paris — Tous les articles concernant Paris et sa banlieue.
Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.

48° 56′ 08″ N 2° 21′ 35″ E / 48.935556, 2.359722