Vitrail

« Vitrail » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Vitraux)
Aller à : navigation, rechercher
Vitrail de 1897 à l'église de St-Austremoine à Issoire

Le vitrail est un panneau de verre, généralement formé de morceaux de verre de différentes couleurs, qui sert à boucher une fenêtre tout en laissant passer la lumière. Beaucoup de vitraux sont historiés (c'est-à-dire qu'ils représentent une histoire, souvent liée à la religion chrétienne).

Le vitrail médiéval s'est développé entre 950 et 1240. Il a pris de l'importance grâce à l'art gothique qui a vu l'augmentation de la taille des fenêtres. Il est construit avec du plomb fondu entre les carreaux et une structure métallique autour. On en trouve dans les églises et la cathédrale de Chartres. L'amélioration des techniques a permis de faire des rosaces.


Histoire[modifier | modifier le wikicode]

L’origine du vitrail remonte à l’époque paléochrétienne (époque qui remonte aux premiers chrétiens) comme en témoignent les fouilles archéologiques. Les écrivains latins comme Tertullien ou Prudence font état de basiliques ornées de vitraux.

Mais il est encore impossible de dire quand et comment le vitrail était déjà présent sur les fenêtres des Romains. Dans ses lettres, Pline le Jeune décrivit plusieurs de ces cloisons ajourées.

Les plus anciens témoignages de cet art sont les morceaux d’une tête du Christ (haute de 30 centimètres) en Allemagne, ainsi que la tête de Christ de Wissembourg datée du XIe siècle qui vient de l’église de Saint-Pierre et Saint-Paul de Wissembourg. C’est le plus ancien vitrail qui figure au monde qui ne soit pas abîmé. Il est conservé en France, au Musée de l’œuvre Notre-Dame de Strasbourg.

Le vitrail dans l'architecture[modifier | modifier le wikicode]

Le vitrail sert à boucher les ouvertures créées dans les murs, tout en laissant passer la lumière.

Le soufflage du verre[modifier | modifier le wikicode]

Au Moyen Âge, on n'utilise pas encore le papier pour les chantiers de vitraux. Le peintre verrier réalise son dessin à la mine de plomb ou en peinture en grandeur nature.

Deux modes de soufflage existent au Moyen Âge : le soufflage au manchon et le soufflage en cive ou en plateau. Pour le soufflage au manchon, le verrier cueille à l’aide de sa canne ou d’une tige creuse une boule de verre en fusion dans la paraison (un creuset). Ensuite, il ramollit la boule de verre en fusion au four, l’étend, puis l’aplatit.

Le soufflage du verre est la technique qui donne du volume au verre.

Les matériaux[modifier | modifier le wikicode]

Les différents composants d'un vitrail

Les matériaux : entrant dans la composition des vitraux sont les suivants : le verre, la peinture, la cuisson et le plomb.

Le verre : Le verre est obtenu à partir d’un mélange de sable de rivière et de cendres. Les cendres sont obtenues en brûlant des fougères. Ensuite, on brûlait à haute température le sable et les cendres pour pouvoir fabriquer le verre. Ainsi, il fallait de grande quantité de sable, de bois et de cendres de fougères. C’est pourquoi, en général les verrerie se situent le plus proche possible d’une forêt et d’un cours d’eau.

La peinture : Pour fabriquer la couleur du verre, on faisait une adjonction d’oxydes métalliques. Pour faire du rouge, l’oxyde de cuivre était nécessaire. Pour le bleu, on utilisait du cobalt et du fer pour le vert. On appelle la peinture pour vitrail la grisaille.

La cuisson : Pour fixer la grisaille sur les morceaux de verre peints , il faut faire fondre la poudre de verre qui sert de fondant et chauffer le four à une température d’environ 650 °C .

Les plombs : Il faut préparer un moule en fer en deux parties, maintenues ensemble par des clous. On verse dans ce moule parfaitement étanche le plomb fondu.

Symbolique des couleurs[modifier | modifier le wikicode]

Chaque couleur peut avoir des significations différentes. Au Moyen Âge, on n'aimait pas mélanger les couleurs.

Le jaune : C'était la couleur des menteurs, des trompeurs et des tricheurs.

Le rouge : Il renvoie au sang et au feu. C'est une couleur positive et en même temps négative car elle représente le péché, mais est utilisée pour représenter le Christ qui, selon la Bible, s'est sacrifié pour que Dieu pardonne les péchés des Hommes.

Le bleu : Il est considéré comme la couleur du ciel et de la vérité éternelle. Devient la couleur des rois de France, en référence à la couleur du manteau de la Vierge Marie.

Le vert : Il utilisé pour représenter les dragons, les démons, les serpents ainsi que d’autres créatures maléfiques.

Le brun : Sa couleur foncée mélangée avec du rouge et du noir s’applique à beaucoup d’objets naturels comme les troncs d’arbres, les animaux en grand nombre et beaucoup de déguisements.

Le violet : utilisé pour les violettes.

Le blanc : Il représente la pureté et la justice.

Lecture d'un vitrail[modifier | modifier le wikicode]

Le plus souvent un vitrail se lit :

  • de bas en haut, ce qui permet d'élever le regard vers Dieu (qui selon la tradition chrétienne réside dans les Cieux).
  • de gauche vers la droite, c'est-à-dire selon les conceptions chrétiennes du Salut de l'âme, de l'emplacement des damnés, des réprouvées vers l'emplacement des Justes, des élus qui seront sauvés .

Bien souvent sur un vitrail , le verrier a représenté le commanditaire (un personnage important ou une corporation).

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Le Bon Samaritain (vitrail).

Lien externe[modifier | modifier le wikicode]

Portail des arts —  Tous les articles sur les différentes formes d'art.