Émile Loubet

« Émile Loubet » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Émile Loubet

Émile Loubet, né le 31 décembre 1838 à Marsanne (Drôme), et mort le 20 décembre 1929 à Montélimar (Drôme), est un homme politique français, président de la République de 1899 à 1906.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Débuts[modifier | modifier le wikicode]

Émile Loubet effectue des études de droit durant lesquelles il fait la rencontre de Léon Gambetta dans le sillage duquel il entre ensuite en politique, sous l'étiquette républicaine (mais modéré). Parallèlement, il devient avocat à Montélimar, ville dont il est élu maire, puis député (en 1876).

En 1877, la Chambre des députés est dissoute par le président de l'époque, le monarchiste conservateur maréchal de Mac-Mahon. Émile Loubet est momentanément déchu de son mandat de maire pour avoir voté, avec de nombreux autres députés de gauche, la défiance du gouvernement en place.

Carrière gouvernementale et sénatoriale[modifier | modifier le wikicode]

En 1885, Émile Loubet est élu au Sénat, où il siègera jusqu'en 1899. Il y occupe tout d'abord le poste de secrétaire, puis celui de rapporteur général du Budget, avant, finalement, d'en prendre la présidence le 1er janvier 1896.

Par ailleurs, il est nommé, en 1887, ministre des Travaux publics. Il ne le reste que quelques mois. Le 27 février 1892, en dépit de sa faible expérience ministérielle, il est nommé président du conseil (l'équivalent du premier ministre d'aujourd'hui), en endossant simultanément l'habit de ministre de l'Intérieur. Il est cependant contraint au départ par le scandale de Panama (une importante affaire politico-financière), et laisse la place de président du Conseil à Alexandre Ribot. Il reste en revanche ministre de l'Intérieur, un mois seulement.

Président de la République[modifier | modifier le wikicode]

Le 18 février 1899, le lendemain du décès de Félix Faure, il est élu président de la République, avec le soutien des dreyfusards (à cette époque, l'affaire Dreyfus, du nom d'un capitaine de confession juive condamné pour avoir soi-disant (l'Histoire a montré que c'était faux) transmis des informations à l'Allemagne ennemie, divise en effet la France entre ceux qui soutiennent sa condamnation (les anti-dreyfusards) et ceux qui estiment sa condamnation prononcée par des motivations exclusivement antisémites (les Dreyfusards)). Quelques mois plus tard, il est blessé au cours d'une tentative avortée de coup d'État menée par des nationalistes de droite.

À l'Élysée, Émile Loubet respecte scrupuleusement les traditions de la troisième République, qui veulent que le président intervienne peu dans la vie politique. Il se borne donc à des fonctions honorifiques et à un rôle de représentation à l'étranger, même s'il tente d'orienter et de conseiller la politique extérieure de ses gouvernements.

Pendant sa présidence, il fait des voyages officiels en Russie, au Royaume-Uni et en Italie, ce qui renforce les liens diplomatiques qui aboutissent à la Triple Entente et prépare le revirement de l'Italie en 1915.

Pendant sa présidence les différents gouvernements républicains et radicaux mènent une politique anticléricale, de lutte contre les congrégations religieuses qui va aboutir à la loi de séparation des Églises et de l'État de 1905. En 1899, il grâcie Dreyfus (qu'un second procès devant un conseil de guerre réuni à Rennes, venait de condamner à dix ans de réclusion, avec des circonstances atténuantes)

Fin de vie[modifier | modifier le wikicode]

À l'issue de son mandat, en 1906, Émile Loubet se retire de la vie politique. Il meurt le 20 décembre 1929, à l'âge de 90 ans, ce qui fait de lui le président français à avoir atteint le plus grand âge, toutes Républiques confondues.

Synthèse des mandats et fonctions[modifier | modifier le wikicode]

Mandats électifs[modifier | modifier le wikicode]

  • 1870 - 1899 : maire de Montélimar
  • 1876 - 1885 : député républicain de gauche de la Drôme
  • 1885 - 1899 : sénateur
    • 11 janvier 1896 - 18 février 1899 : président du Sénat
  • 18 février 1899 - 18 février 1906 : président de la République

Fonctions gouvernementales[modifier | modifier le wikicode]

  • 12 décembre 1887 - 3 avril 1888 : ministre des Travaux Publics dans le Gouvernement Tirard.
  • 27 février 1892 - 28 novembre 1892 : président du Conseil et Ministre de l'Intérieur gouvernement Loubet
  • 6 décembre 1892 - 11 janvier 1893 : ministre de l'Intérieur du Gouvernement Ribot


Chefs d'État de la France depuis la Révolution française

Première République :
Trop forte instabilité politique.

Premier Empire :
1804 - Napoléon Ier

Première Restauration :
1814 - Louis XVIII

Cent-Jours :
1815 - Napoléon Ier
1815 - Napoléon II

Seconde Restauration :
1815 - Louis XVIII
1824 - Charles X

Monarchie de Juillet :
1830 - Louis-Philippe Ier

Seconde République :
1848 - Louis-Napoléon Bonaparte

Second Empire :
Empereur - Louis-Napoléon Bonaparte

Troisième République :
1871 - Adolphe Thiers
1873 - Patrice de Mac-Mahon
1879 - Jules Grévy
1887 - Sadi Carnot
1894 - Jean Casimir-Perier
1895 - Félix Faure
1899 - Émile Loubet
1906 - Armand Fallières
1913 - Raymond Poincaré
1920 - Paul Deschanel
1920 - Alexandre Millerand
1924 - Gaston Doumergue
1931 - Paul Doumer
1932 - Albert Lebrun

Régime de Vichy :
1940 - Philippe Pétain

Gouvernement provisoire de la République française :
1944 - Général de Gaulle
1946 - Félix Gouin, Georges Bidault, Léon Blum

Quatrième République :
1947 - Vincent Auriol
1954 - René Coty

Cinquième République :
1959 - Charles de Gaulle
1969 - Interim d'Alain Poher
1969 - Georges Pompidou
1974 - Interim d'Alain Poher
1974 - Valéry Giscard d'Estaing
1981 - François Mitterrand
1995 - Jacques Chirac
2007 - Nicolas Sarkozy
2012 - François Hollande
2017 - Emmanuel Macron

Francestubmap.png Portail France —  Accédez au portail sur la France.
Portail de la politique —  Tous les articles sur la politique.