Jean Casimir-Perier

« Jean Casimir-Perier » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Confusion Ne pas confondre avec Casimir Perier !
Jean Casimir-Perier

Jean Casimir-Perier, né le 8 novembre 1847 à Paris, et mort le 11 mars 1907 dans la même ville, est un homme politique français, président de la République du 27 juin 1894 au 16 janvier 1895.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Jeunesse[modifier | modifier le wikicode]

Jean Casimir-Perier est le fils d'Auguste Casimir-Perier, ministre de l'Intérieur d'Adolphe Thiers, et le petit-fils de Casimir Perier, président du Conseil (l'équivalent du Premier ministre d'aujourd'hui) sous Louis-Philippe Ier. Issu d'une véritable dynastie politique, il n'est donc guère étonnant qu'il se lance à son tour dans ce domaine, après avoir étudié au lycée Condorcet (l'un des plus huppés de la capitale française). Toutefois, contrairement à ses aïeuls, il adhère aux Républicains de gauche.

Carrière politique[modifier | modifier le wikicode]

Carrière parlementaire et ministérielle[modifier | modifier le wikicode]

Jean Casimir-Perier débute comme secrétaire de son père, alors que ce dernier est ministre de l'Intérieur.

En 1874, il est élu conseiller général de l'Aube. En 1876, il est élu député de ce département, et le reste jusqu'en 1894, mis à part une brève démission pour protester contre le vote de l'expulsion des princes (en dépit, de ses opinions républicaines, il fréquente la famille d'Orléans). De 1890 à 1892, il préside la Commission des Finances de la Chambre des députés, dont il est simultanément le vice-président. Il accède ensuite à la présidence de cette Chambre en 1893, et le redevient brièvement au mois de juin 1894.

Sur le plan ministériel, il est sous-secrétaire d'État à l'Instruction publique, aux Beaux-Arts et aux Cultes de 1877 à 1879, puis sous-secrétaire d'État à la Guerre de 1883 à 1885.

Enfin, le 3 décembre 1893, il est nommé président du Conseil et ministre des Affaires étrangères par le président de la République, Sadi Carnot, mais ne le reste que jusqu'au 23 mai 1894, date à laquelle il est contraint à la démission après avoir perdu sa majorité à la Chambre des députés, les membres les plus à gauche de sa coalition gouvernementale lui reprochant un anticléricalisme insuffisant. Durant ses fonctions, Jean Casimir-Perier doit affronter le terrorisme anarchiste, ponctué d'un attentat à la Chambre des députés, le 9 décembre 1893. En rétorsion, il fait voter des mesures extrêmement répressives, restées d'ailleurs sous le nom de « Lois scélérates ». Sur le plan international, il signe, le 4 janvier 1894, l'importante Alliance franco-russe.

Président de la République[modifier | modifier le wikicode]

Le 27 juin 1894, deux jours après l'assassinat à Lyon du président Carnot, Jean Casimir-Perier est élu président de la République. Mais il déchante très vite : ses « amis » de gauche et la presse lancent de violentes campagnes contre lui (il lui est reproché sa position dans la haute bourgeoisie, ainsi que sa trop grande richesse), auxquelles il répond par de nombreuses plaintes pour « offense au Chef de l'État », ce qui n'améliore pas sa popularité. Par ailleurs, il découvre que la fonction de président de la République offre, sous la IIIe République, peu de prérogatives au titulaire du poste, et se désespère très vite d'être marginalisé par ses ministres, qui ne rendent de comptes qu'au président du Conseil, Charles Dupuy. Il doit enfin composer avec les débuts de l'affaire Dreyfus (du nom d'un capitaine juif condamné injustement, et par pur antisémitisme, pour haute trahison. Son cas plongera la France dans des débats passionnés pendant plusieurs années). Complètement démoralisé, Jean Casimir-Perier démissionne le 16 janvier 1895, après seulement six mois de mandat, et se retire de la vie politique.

Fin de vie[modifier | modifier le wikicode]

Jean Casimir-Perier se consacre alors à l'exploitation minière. En 1899, il revient brièvement sur le devant de la scène, déjà en contredisant le général Mercier lors du procès en révision du capitaine Dreyfus (ce qui profitera à ce dernier), puis en refusant la proposition du président Émile Loubet de redevenir président du Conseil.

Il meurt le 11 mars 1907, des suites d'une angine de poitrine.

Synthèse des mandats et fonctions[modifier | modifier le wikicode]

Mandats électifs[modifier | modifier le wikicode]

  • 1876 - 1894 : député de Nogent-sur-Seine (centre gauche)
  • 10 janvier 1893 - 3 décembre 1893 : président de la Chambre des députés
  • 2 juin 1894 - 27 juin 1894 : président de la Chambre des députés
  • 27 juin 1894 - 16 janvier 1895 : président de la République

Fonctions gouvernementales[modifier | modifier le wikicode]

  • 1877 - 1879 : sous-secrétaire d'État à l'Instruction publique, aux Beaux-Arts et aux Cultes
  • 1883 - 1885 : sous-secrétaire d'État à la Guerre
  • 1893 - 1894 : président du Conseil et ministre des Affaires étrangères

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • Yvert Benoît (direction) : Premiers ministres et présidents du Conseil. Histoire et dictionnaire raisonné des chefs du gouvernement en France (1815-2007), Paris, Perrin, 2007, 916 pages
  • Jean-Paul Ollivier : Président de la République, Les 22 chefs d'État français, 1848-2002, Paris, Reader's Digest, 2002, 208 pages


Chefs d'État de la France depuis la Révolution française

Première République :
Trop forte instabilité politique.

Premier Empire :
1804 - Napoléon Ier

Première Restauration :
1814 - Louis XVIII

Cent-Jours :
1815 - Napoléon Ier
1815 - Napoléon II

Seconde Restauration :
1815 - Louis XVIII
1824 - Charles X

Monarchie de Juillet :
1830 - Louis-Philippe Ier

Seconde République :
1848 - Louis-Napoléon Bonaparte

Second Empire :
Empereur - Louis-Napoléon Bonaparte

Troisième République :
1871 - Adolphe Thiers
1873 - Patrice de Mac-Mahon
1879 - Jules Grévy
1887 - Sadi Carnot
1894 - Jean Casimir-Perier
1895 - Félix Faure
1899 - Émile Loubet
1906 - Armand Fallières
1913 - Raymond Poincaré
1920 - Paul Deschanel
1920 - Alexandre Millerand
1924 - Gaston Doumergue
1931 - Paul Doumer
1932 - Albert Lebrun

Régime de Vichy :
1940 - Philippe Pétain

Gouvernement provisoire de la République française :
1944 - Général de Gaulle
1946 - Félix Gouin, Georges Bidault, Léon Blum

Quatrième République :
1947 - Vincent Auriol
1954 - René Coty

Cinquième République :
1959 - Charles de Gaulle
1969 - Interim d'Alain Poher
1969 - Georges Pompidou
1974 - Interim d'Alain Poher
1974 - Valéry Giscard d'Estaing
1981 - François Mitterrand
1995 - Jacques Chirac
2007 - Nicolas Sarkozy
2012 - François Hollande
2017 - Emmanuel Macron

Francestubmap.png Portail de la France —  Accédez au portail sur la France.
Portail de la politique —  Tous les articles sur la politique.