Réforme clunisienne

« Réforme clunisienne » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

La réforme clunisienne est une réforme de l'ordre des moines bénédictins au Xe siècle. Elle est due à l'action des abbés de l'abbaye de Cluny fondée en 910 en Bourgogne. Cette réforme enlève la nomination des abbés aux grands seigneurs laïcs car elle place les abbayes sous l'autorité directe de la papauté. La réforme vise aussi les occupations des moines et met l'accent sur le culte divin, en allégeant la charge de travail manuel des moines. Cette réforme a eu un grand succès et a fait de l'ordre de Cluny le plus important ordre religieux au Moyen Âge.

Pourquoi y a-t-il eu une réforme des bénédictins?[modifier | modifier le wikicode]

Le pape Urbain II, à gauche, consacre l'autel de l'abbaye de Cluny

Les monastères bénédictins ont été appauvris par les invasions des Normands et des Hongrois pendant le IXe siècle. Les pillages ont atteint la richesse accumulée depuis des siècles dans les monastères. Pour faire face aux envahisseurs les grands seigneurs territoriaux (les comtes et les ducs) ont installé un peu partout des seigneurs châtelains dont les revenus étaient assurés par des terres prises sur les domaines des abbayes. De ce fait les moines manquent des ressources nécessaires à leur vie collective dans les couvents et les abbayes.

La direction des abbayes échappe en partie aux moines. Les fonctions d'abbé sont accaparées par les fils cadets des grandes familles seigneuriales. Certains de ces abbés d'ailleurs ne résident même pas dans l'abbaye dont ils sont les chefs; de plus certains abbés ne sont même pas des religieux. La direction effective est alors abandonnée à un religieux : le prieur ... mais l'abbé touche les revenus. La discipline à l'intérieur du couvent se relâche.

La réforme clunisienne[modifier | modifier le wikicode]

Au cours des X° et XIe siècles divers abbés de Cluny imposèrent une réforme de la règle bénédictine.

Les armoiries de l'abbaye de Cluny. Les clés entrecroisées (symbole de la papauté) rappellent les liens étroits entre l'abbaye et le pape.

L'accent est mis sur la louange de Dieu (la prière) qui occupe une grande partie de la journée. Le travail manuel destiné à assurer la vie matérielle de la communauté des moines est alors assuré par les paysans des domaines appartenant à l'abbaye1. Ces domaines proviennent des dons faits par d'importants personnages, mais aussi par l'apport que chaque moine entrant fait pour son entretien par l'abbaye. Les abbayes rattachées à l'ordre vont devenir rapidement très riches.

Cette richesse sert en partie à édifier des bâtiments religieux dont la beauté et la grandeur magnifient la puissance de Dieu. Elle assure aussi la splendeur des offices religieux. Elle permet également les travaux intellectuels comme le recopiage et l'embellissement des manuscrits qui se font dans les scriptorium des abbayes. Les bibliothèques sont donc bien fournies et permettent une grande vie intellectuelle. Il n'est pas étonnant que de nombreux papes (Grégoire VII, Urbain II, Pascal II) et de nombreux cardinaux et évêques de l'époque soit des moines bénédictins. Pierre le Vénérable et saint Anselme qui sont parmi les intellectuels les plus importants de l'époque sont des bénédictins.

Pour échapper à l'emprise des laïcs sur les abbayes, la réforme clunisienne fait des abbayes la propriété de saint Pierre, donc soumises à l'autorité exclusive du pape qui est considéré comme le successeur de Pierre. Les abbayes clunisiennes échappent également à l'autorité des évêques des diocèses où elles sont implantées. Par contre les abbayes sont soumises à l'autorité de l'abbé de la maison-mère qui les a fondées ou réformées. Vers 1100, il y a environ 140 maisons qui sont réparties dans tout l'Occident chrétien.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Les moines peuvent se dispenser du travail manuel, aussi grâce aux progrès agricoles dus aux modifications apportées à l'attelage des animaux de traits, en particulier du cheval.

Vikiliens pour compléter sur les moines au Moyen Âge[modifier | modifier le wikicode]

Portail du christianisme —  Tous les articles concernant le christianisme.