Expansion du christianisme en Europe au Moyen Âge

« Expansion du christianisme en Europe au Moyen Âge » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

À la fin de l'Antiquité et au Moyen Âge l'évangélisation , c'est-à-dire l'expansion du christianisme, concerne surtout l'Europe. L'évangélisation est due à l'action de moines, souvent des ermites, et de prêtres envoyés en mission par Rome (pour les chrétiens latins) ou par Constantinople (pour les chrétiens orientaux). Pendant longtemps, l'évangélisation a été contenue dans l'espace de l'ancien empire romain (celui de Constantin Ier).

Au Ve siècle des peuples germaniques s'installent en Europe occidentale. Si les Wisigoths sont des chrétiens ariens, les souverains francs deviennent le soutien le plus important du catholicisme romain. Souvent par la force, ils tentent d'imposer, le christianisme aux populations qu'ils conquièrent en dehors des limites de l'ancien empire romain. De ce fait le christianisme se répand en Europe.

Les premiers évangélisateurs[modifier | modifier le wikicode]

     Expansion du christianisme en 325.      Expansion du christianisme en 600.

Les premiers évangélisateurs ont été les Apôtres, les compagnons de Jésus. D'après les chrétiens, au moment de la Pentecôte, les Apôtres sous l'action de l'Esprit Saint quittent la Palestine pour répandre l'enseignement de Jésus dans le monde romain qui était païen à l'époque.

Le christianisme naissant s'implante surtout dans la partie orientale de l'empire romain (Mésopotamie, Égypte, Proche Orient) et forme quelques communautés en Inde et en Chine. Il touche aussi les populations berbères de l'Afrique du Nord(parmi lesquelles au se révèlera au début du Ve siècle Augustin d'Hippone).

L'évangélisation de l'Europe occidentale est plus limitée, elle se concentre surtout dans les villes (comme à Rome sous l'action de saint Pierre) alors que la majeure partie de la population vit dans les campagnes. L'expansion est plus tardive. Certains ermites comme Martin de Tours en Gaule à la fin du IVe siècle, ou Patrick en Irlande au Ve siècle se consacrent au monde rural. Les directives données par le pape Grégoire le Grand permettent s'effacer en douceur de l'esprit des populations les vestiges du paganisme, en les intégrant après adaptation dans le christianisme (christianisation de lieux sacrés païens, détournement du sens des fêtes religieuses païennes ...)

Les missionnaires[modifier | modifier le wikicode]

Boniface abattant un chêne sacré dédié au dieu germanique Thor ou à Jupiter

Dès le VIe siècle, l'action des missionnaires est décisive pour l'expansion du christianisme en Europe. On appelle alors missionnaire, l'envoyé (le missus) qui doit faire le salut des hommes (tout comme Jésus le fut).

La papauté joue alors un rôle important. Les papes successifs envoient des missionnaires dans les pays voisins du monde chrétien (grosso modo l'ancien empire romain) afin d' évangéliser et convertir les population y vivant.

L'Angleterre est alors pour sa partie est et sud sous le contrôle des Angles et des Saxons, peuples païens, mais l'ouest où se sont réfugiés les Bretons est sous influence du christianisme irlandais. Le pape Grégoire le Grand envoie en 596 le moine Augustin de Canterbury qui parvient à convertir Ætherberg le roi des Angles du sud (Kent). En 616-625, le moine Paulinus en fait de même avec Edwin, le roi des Angles du Nord (Northumbrie).

Retour des choses, des moines anglo-saxons désirent évangéliser les Germains continentaux restés païens. En 695, le pape Serge II envoie en Frise le moine Willibrord suivit par son disciple Winfrid nommé évêque en 722, évangélisateur de la Thuringe, de la Hesse, de la Bavière et de la Saxe et martyrisé en Frise orientale en 754.

Le rôle des souverains francs[modifier | modifier le wikicode]

Les souverains francs se font les champions de la doctrine officielle romaine contre les hérésies, en particulier contre l'arianisme. Au VIe siècle, en s'appuyant sur le clergé catholique, Clovis vainc les Wisigoths ariens installés dans le sud de la France (mais ces derniers se maintiennent en Espagne). Au VIIIe siècle Charlemagne soutient le pape contre le danger des Lombards, ariens eux aussi, installés dans le nord de l'Italie et qui menacent Rome. Mais il ne peut reconquérir l'Espagne passée sous le contrôle des musulmans depuis le début du VIIIe siècle.

L'action des missionnaires précède ou s'appuie sur les efforts des souverains francs pour étendre leurs territoires. Les rois Mérovingiens pénètrent en Bavière après l'action des missionnaires. Pépin le Bref soutient les efforts de Boniface en Frise. Charlemagne réussit difficilement à convertir les Saxons païens par la force militaire.

L'Europe centrale et orientale est convertie[modifier | modifier le wikicode]

L'Europe centrale et orientale, région de contact entre le monde occidental latinisé et le monde oriental de tradition grecque est le théâtre d'une concurrence acharnée entre l'Église catholique et les Églises orthodoxes.

Les Slaves se sont implantés dans la péninsule des Balkans au VIe siècle. Ils sont païens à l'origine. Leur arrivée dans la région les met en contact avec des populations christianisée depuis le IVe siècle. Les populations se mélangent et les nouveaux arrivants imposent leur langues alors que les plus anciens habitants proposent leurs idées chrétiennes. Les chefs slaves se convertissent au cours du VIIIe siècle entraînant avec eux leurs sujets.

En 866, le Khan des Bulgares (pourtant ennemi intraitable de Byzance), et l'aristocratie bulgare se convertissent au christianisme dans sa version orthodoxe. Il en est de même pour les principautés slaves qui correspondent à la Serbie actuelle.

Cyrille et Méthode. Miniature du début du XIe siècle

Au milieu du IXe siècle, l'évangélisation de l'Europe centrale est l'œuvre de deux moines Cyrille et Méthode, envoyés par le patriarche de Constantinople, qui parcourent la Grande Moravie (L'ancienne Tchécoslovaquie, une partie de la Hongrie) à l'appel du prince Ratislav. Ils adaptent la Bible en langue locale et mettent au point un nouvel alphabet. Au début de leur mission ils sont soutenus par la papauté, mais ils se heurtent vite à l'hostilité du clergé d'origine franque qui craint que ces régions échappent à l'influence germanique ; s'y ajoute le refus du clergé occidental de reconnaître les langues locales comme langues pouvant servir au culte. Les successeurs de Cyrille et Méthode seront chassés de Grande Moravie.

Au Xe siècle, Mieszko Ier de Pologne, Géza de Hongrie et son fils Étienne Ier de Hongrie ainsi que Bořivoj Ier de Bohême se convertissent au christianisme et rallient l'Église catholique.

À la fin du Xe siècle, les dirigeants Russes de Kiev soucieux d'un rapprochement avec Byzance se convertissent au christianisme dans sa version orthodoxe. Le patriarche de Constantinople nomme le métropolite de Kiev, les Slaves orientaux échappent ainsi à l'influence du christianisme romain.

Cette lutte d'influence entre les catholiques et les orthodoxes, qui va aboutir au schisme de 1054, trace les divisions religieuses actuelles de l'Europe en particulier dans les Balkans et en Europe centrale.

Pour compléter sur la religion en Europe au Moyen Âge[modifier | modifier le wikicode]

Portail de l'Europe —  Tous les articles sur l'Europe !
Portail du christianisme —  Tous les articles concernant le christianisme.