Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
les articles à compléter  • le Livre d'or
Ce sont des enfants, des adolescents et des adultes qui écrivent et qui font la maintenance de Vikidia. Participez vous aussi !

Septième croisade

« Septième croisade » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Buste de Louis IX (peut être un peu idéalisé). Début du XIVe siècle

La septième croisade se déroule de 1248 à 1254. Elle a été dirigée par Louis IX le roi de France. Elle débute en Égypte où Louis IX est battu à Mansourah en 1250 et gardé prisonnier jusqu'au paiement de sa rançon. Une fois libéré Louis IX se rend en Palestine, où il séjourne pendant quatre ans. Considéré comme le roi de fait, il fortifie le pays. Il quitte la Palestine en 1254.

Les causes de la croisade[modifier | modifier le wikicode]

Les difficultés des chrétiens en Terre Sainte[modifier | modifier le wikicode]

Lors de la Sixième croisade, l'empereur germanique Frédéric II avait obtenu par la négociation que le sultan d'Égypte lui cède Jérusalem, Nazareth et Bethléem, les lieux les plus saints du christianisme. Une trêve de dix ans avait été signée. Les musulmans pouvaient continuer à pratiquer leur culte dans la ville de Jérusalem. Frédéric avait été couronné roi de Jérusalem en mars 1229. Mais son départ précipité pour l'Europe en mai 1229, laisse son royaume sans roi. Des luttes internes dans le camp des chrétiens résidant en Syrie et en Palestine se font jour. Les ordres militaires des Templiers et des Hospitaliers se comportaient en véritables maîtres. Les marchands italiens rivaux de Pise, Gènes et Venise installés en Palestine se faisaient une rude concurrence. En 1243, les partisans de l'empereur sont éliminés.

Au même moment, les Kwârizmiens, des musulmans ravagent le Proche-Orient. Pendant l'été 1244 ils pillent Jérusalem. Ils reçoivent le soutien du sultan ayyoubide d'Égypte qui est en guerre avec son frère l'émir de Damas. Les chevaliers chrétiens résidant en Syrie s'allient à ce dernier pour lutter contre les Kwârizmiens et le sultan d'Égypte.

En octobre 1244, les chevaliers chrétiens et leurs alliés de Damas sont sévèrement battus à La Forbie, près de Gaza, par l'armée du sultan d'Égypte. Celui-ci pousse son avantage et s'empare de Damas en 1245 puis d'Ascalon en 1247.

La maladie et le vœu de Louis IX[modifier | modifier le wikicode]

Rentrant malade d'une expédition militaire dans le Languedoc qui venait d'être le théâtre des luttes religieuses, à l'automne 1244, le roi Louis IX souffre d'une grave dysenterie. En décembre alors qu'il séjourne à Pontoise, craignant pour sa vie, il fait le vœu de partir en croisade s’il guérissait (selon certains contemporains, c'est sa mère Blanche de Castille, qui avait une grande influence sur son fils et sur les affaires du gouvernement, qui prit la décision).

Retrouvant la santé, ce qui parut être un miracle pour ses contemporains, le roi décida de respecter sa promesse et prit la croix.

Il se peut qu'également Louis IX ait souhaité suivre l'exemple de ses prédécesseurs immédiats qui avaient participé ou dirigé les première (1099), deuxième (1147-1149) et troisième croisades (1189-1192) en terre Sainte, ainsi que son père qui s'était illustré dans la croisade contre les Albigeois terminée en 1229.

Le pouvoir royal y trouve son compte. Cela permet de détourner les rêves d'indépendance des grands seigneurs qui supportent mal le pouvoir royal qui devient pesant depuis le règne de Philippe Auguste. La chevalerie a du mal à dépenser ses ardeurs militaires car les tournois sont interdits depuis les décisions du quatrième concile de Latran en 1215, décision difficilement acceptée et souvent tournée par les chevaliers. Les envoyer guerroyer hors de France permet d'écarter le danger.

La préparation de la croisade[modifier | modifier le wikicode]

Peu d'appui des autres souverains européens[modifier | modifier le wikicode]

Le roi de France ne reçoit pas d'aide des autres souverains européens. Ceux-ci ont en effet d'autres préoccupations que la croisade. Le pape Innocent IV est occupé par sa lutte contre l'empereur Frédéric II . Le pape a dû fuir Rome et se réfugier à Lyon (ville indépendante relevant du Saint-Empire mais proche du royaume de France duquel le pape peut recevoir une protection). En 1245, le pape réunit un concile à Lyon. Tout en y décidant que l'on appellerait à la croisade, le concile prive l'empereur de son trône.

Frédéric II ne s'entend pas avec Louis IX. De plus il est un grand admirateur de la civilisation musulmane. Depuis la sixième croisade il est en bons termes avec le sultan d’Égypte qu'il avertit des projet de croisade.

En Espagne, les rois chrétiens sont occupés par la lente Reconquista de la péninsule aux dépens des royaumes musulmans;

Venise commerçant avec l’Égypte, craint que la croisade ne mette fin à ses fructueuses relations commerciales.

Les souverains d'Europe orientale sont menacés par les invasions mongoles et ne peuvent s'affaiblir en envoyant des troupes.

Le roi de France ne peut donc compter que sur les ressources de son royaume.

Louis IX partant pour la septième croisade. Miniature du XIVe siècle

Une croisade surtout faite par la haute noblesse française[modifier | modifier le wikicode]

Ayant décidé de partir en croisade le roi appelle autour de lui ses vassaux qui sont tenus par le serment de fidélité qu'ils ont fait pendant la cérémonie de l'hommage vassalique.

Confiant la régence du royaume à sa mère Blanche de Castille, le roi emmène avec lui ses frères, Robert Ier d'Artois, Alphonse de Poitiers, comte de Toulouse et Charles d'Anjou, ainsi que son épouse Marguerite de Provence.

Le duc de Bourgogne, le comte de Blois, se croisent eux aussi. Le comte de Champagne envoie près de 1000 hommes dont de très nombreux chevaliers.

Quelques troupes parviennent d'Écosse, d'Angleterre, de Flandres, de Bretagne. Au total le roi parvient à réunir près de 25 000 hommes.

Le transport des troupes vers l'Égypte est financé par le roi et la haute noblesse. Venise, Gènes et Marseille (à l'époque la ville n'était pas française) louent leurs navires.

Les croisés en Égypte[modifier | modifier le wikicode]

La partie orientale du delta du Nil où se trouve Damiette

Louis IX embarque fin août 1248 à Aigues-Mortes qu'il a fait aménager. Il arrive à Chypre à la mi septembre, pour y passer l'hivernage. Le premier but de l'expédition est l'Égypte puis dans une seconde étape la Palestine.

Les croisés reçoivent des renforts maritimes venus de Saint-Jean-d'Acre. Mais la tempête disperse la flotte qui se dirige vers l'Égypte. Les premiers croisés débarquent près de Damiette le 4 juin 1249. Les musulmans tentent de les repousser sur les plages. Mais battus ils se replient vers Damiette puis vers le sud en direction de Mansourah. Le 6 juin les croisés entrent dans Damiette, en partie vidée de sa population musulmane qui a préféré fuir dans le delta du Nil.

Les croisés sont bloqués dans l'attente de l'arrivée des navires dispersés par la tempête. De plus la crue du Nil commence à se faire sentir et interdit tous mouvements dans des terrains inondés.

En octobre, à la fin de la crue, Louis IX reçoit le renfort de son frère Alphonse de Poitiers. Il est alors décidé, malgré l'avis de la plupart des chefs, de se diriger vers le Caire comme le préconise Robert d'Artois, un autre frère du roi. Louis IX rejette les propositions du sultan du Caire qui souhaiterait échanger le départ des Croisés contre les villes de Jérusalem, d'Ascalon et de Tibériade en Palestine. Mais le sultan meurt le 23 novembre 1249.

Louis IX prisonnier des Égyptiens. Miniature du XIVe siècle

Mais dès le 20 novembre les croisés se sont mis en marche vers Le Caire. Ils atteignent le niveau de Mansourah dès le 21. Mais ils sont bloqués par un bras du Nil. Ce n'est que le 8 février 1250, grâce à une trahison dans le camp musulman, que les croisés parviennent à traverser le Nil. Les soldats de Robert d'Artois entrent dans Mansourah où la résistance musulmane est très forte. Robert et ses soldats sont massacrés par les mamelouks du chef Baybars. Le nouveau sultan arrivé de Damas, s'empare des bras du Nil et verrouille les communications entrent les croisés et Damiette. Le 11 février, le gros de l'armée croisée après une dure bataille est battu à Mansourah.

Le roi Louis IX est malade. Il ordonne la retraite vers Damiette le 5 avril. Le 6 avril les croisés capitulent. Le roi est fait prisonnier.

Le 2 mai, les mamelouks renversent le sultan. Mais ils acceptent de négocier la libération des prisonniers. Les templiers refusent d'avancer l'argent réclamé pour la rançon du roi. Leurs bateaux où se trouvait une partie de leurs trésor sont saisis et la rançon est payée.

Louis IX est libéré le 8 mai. Le 13 mai 1250 il débarque à Saint-Jean-d'Acre en Palestine.

Louis IX en Palestine[modifier | modifier le wikicode]

Le territoire de la Palestine fait partie du Royaume de Jérusalem, mais sa capitale est aux mains des musulmans. Le roi titulaire est Conrad IV, roi de Germanie, fils de l'empereur Frédéric II. Mais celui-ci est constamment absent.

Miniature du milieu du XIV siècle montrant le roi Louis IX construisant des forteresses en Terre Sainte et accomplissant un pèlerinage à Nazareth, ville où Jésus a longtemps vécu

Louis IX en Palestine se comporte comme s'il en était le roi. D'abord il rétablit l'ordre en mettant au pas les ordres des moines-soldats. Il fortifie les villes chrétiennes de Jaffa, Saint-Jean-d'Acre, Césarée et Ascalon afin de repousser plus facilement une attaque musulmane. Louis IX intervient dans les affaires entre princes chrétiens. Ainsi dans la principauté d'Antioche, il confirme comme souverain le prince Bohémond VI.

Louis IX doit aussi tenir compte des troubles qui secouent le monde musulman environnant. L'émir ayyoubide d'Alep n'a pas accepté le coup d'état des Mamelouks contre son cousin le sultan ayyoubide du Caire (voir plus haut). Il s'empare de Damas, puis de Gaza et envahit l'Égypte. Mais il est battu en 1251. Aussi il propose à Louis IX une alliance contre les Mamelouks en échange de la cession de Jérusalem aux Français. Louis IX propose la neutralité aux Mamelouks en échange de la libération des prisonniers qu'ils détenaient depuis la déroute des croisés en Égypte (voir plus haut). Le roi espère aussi récupérer Jérusalem si les Mamelouks sont vainqueurs. Mais Al-Mutasim le calife de Bagdad, chef suprême théorique des musulmans, contraint les adversaires à faire la paix. Les espoirs de Louis IX se trouvent donc déçus.

Louis IX et son épouse Marguerite de Provence embarquant à Acre pour revenir en France en 1254. Miniature du 15e siècle

Louis IX se rapproche alors des Ismaéliens, secte musulmane installée au Liban et qui cherche à être indépendants du calife. Il envoie également une ambassade auprès du khan des Mongols qui par ses conquêtes menace Bagdad. Sa mère, qui assurait la régence de la France, étant morte fin novembre 1252, Louis IX doit rentrer en France. Il rembarque le 22 avril 1254. Pour continuer son œuvre il laisse derrière lui en Palestine une centaine de chevaliers et autant d'hommes d'armes (les sergents).

Source[modifier | modifier le wikicode]

Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Septième croisade de Wikipédia.
Crac des chevaliers syria.jpeg
Les croisades

Première croisadeDeuxième croisadeTroisième croisadeQuatrième croisadeCroisade des enfantsCroisade des AlbigeoisCinquième croisadeSixième croisadeSeptième croisadeCroisade des PastoureauxHuitième croisadeNeuvième croisadeCroisade de Varna

Portail des religions —  Fêtes religieuses, textes sacrés, fondateurs des religions...
Portail du christianisme —  Tous les articles concernant le christianisme.
Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.
Portail de l'histoire militaire —  Tous les articles sur l'histoire militaire, les batailles, les chefs de guerre...
Société paysanne au XIVe siècle.jpg Portail du Moyen Âge —  Tous les articles sur le Moyen Âge.