La Réunion

« La Réunion » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Localisation de La Réunion
Drapeau de la Réunion

La Réunion est une île française de 2 512 km² située au sud-ouest de l'océan Indien, à l'est de l'Afrique : plus précisément dans l'archipel des Mascareignes, à près de 700 kilomètres à l'est de Madagascar et à un peu plus de 200 kilomètres au sud-ouest de l'île Maurice, terre la plus proche. Son climat est tropical.

Ancienne colonie française, cette île est un département français d'outre-mer (DOM) depuis 1946 et également une région administrative française (à département unique) depuis 2003, dont le chef-lieu est Saint-Denis. Ses habitants, au nombre de 817 000 ( en 2008), sont les Réunionnais et les Réunionnaises. Sa densité de population est de 325 hab. /km².

Géographie[modifier]

L'île de La Réunion

L'île de la Réunion n'est que la partie émergée d'un immense volcan sous-marin, qui a environ 7000 mètres de développement en hauteur et 220 kilomètres de diamètre. Ce volcan, un des plus grands du monde, est toujours actif.

Le volcan réunionnais puis l'île qu'il a formé apparaissent il y a 2 à 3 millions d'années, à un endroit où le magma a percé la croûte terrestre qui forme le fond de l'océan Indien. Vu la dimension du volcan, la masse de magma est considérable.

L'île de la Réunion est formée de deux massifs volcaniques : le massif du piton des Neiges, à l'ouest, et le massif du piton de la Fournaise à l'est. Le piton des Neiges est le point culminant de l'île (3 070 m), c'est un ancien volcan éteint depuis environ 12 000 ans. Dans ses flancs sont creusés trois cirques, nommés Salazie, Cilaos et Mafate, ce dernier n'étant accessible qu'à pied ou par hélicoptère. Le piton de la Fournaise est un des volcans les plus actifs du monde : il entre en éruption en moyenne chaque année.

Climat[modifier]

La Réunion est située à proximité du tropique du Capricorne. Elle fait donc partie de la zone tropicale. Les saisons sont basées sur la différence des pluies.

L'île possède un climat tropical humide. Les vents dominants (alizés) étant d'est en ouest, la partie orientale de l'île est au vent, et l'autre sous le vent. De plus, la présence de montagnes imposantes provoque une différence nette entre la côte Est, qui reçoit le vent et la pluie, et la côte Ouest qui en est protégée. Ainsi à Sainte-Rose (à l'est) le total des pluies est de 4 mètres par an en moyenne, tandis que Saint-Gilles-les-Bains (sur la côte ouest) reçoit entre 0,5 et 1 mètre par an. Certains endroits de la côte Est sont parmi les plus pluvieux du monde ! On distingue de novembre à avril, un été qui est la saison chaude et humide, le reste de l'année de climat devient plus frais et plus sec.

Par ailleurs, l'île se trouve dans une zone où sévissent les cyclones, entre les mois de janvier et mars (qui est à La Réunion, la saison d'été). Les vents dépassent parfois 200 km/h et les pluies très intenses battent des records. Par exemple, en janvier 1980, lors du passage du cyclone Hyacinthe, il est tombé plus de 6 mètres de pluie à certains endroits en deux semaines, soit plus de dix fois les précipitations annuelles à Paris. En 1962, à Sainte-Rose (sur la côte est) on a comptabilisé près de 15 mètres de pluies annuelles. Les rivières sont alors le théâtre de crues gigantesques : la rivière du Mât, au nord-est, peut alors augmenter son débit de près de 350 fois (jusqu'à 2600 M3 par seconde, soit environ 1,5 fois le débit moyen du Rhône à Beaucaire)

L'altitude joue aussi un rôle. Il peut faire très froid au sommet du Piton des Neiges (jusqu'à moins dix degrés) et il peut y avoir des chutes de neige. Dans la journée, sur les hauteurs, l'amplitude thermique peut dépasser les 20 °C. Donc le climat est très différent en fonction de l'altitude qui varie fortement en quelques kilomètres dans l'île, cela donne naissance à des paysages végétaux très différents.

Végétation de La Réunion[modifier]

La forêt sur les pentes de la côte est
La forêt de Bébour, dans l'est de l'île

L'opposition entre la façade est plus arrosée et celle de l'ouest qui l'est moins, et la variation rapide de l'altitude font que les paysages végétaux de la Réunion sont très différents. L'altitude est responsable d'une répartition en couronnes végétales.

Sur les côtes, la végétation, soumise aux vents et aux embruns, est assez rabougrie. En s'élevant, on passe dans une forêt chaude et sèche formée d'ébéniers, de lataniers et de benjoins. Puis on monte dans une forêt chaude, mais humide avec des orchidées et des fougères. Au dessus, vers 800 mètres d'altitude, on entre dans la forêt très humide, où le brouillard est très fréquent. Le sol est gorgé d'eau. Là se développe une forêt avec des arbres aux troncs tordus, avec des fougères arborescentes, des mousses, des lichens. Ces formations forestières ont été très attaquées par l'homme pour la culture de la canne à sucre. Cependant, à cause des difficultés d'accès liées aux fortes pentes, la végétation naturelle représente encore environ 30 % de la surface de l'île.

À partir de 1900-2000 mètres, le ciel se dégage, les bruyères et la lande occupent les pentes.

Histoire[modifier]

Timbre de La Réunion datant de 1907.

L'île apparait pour la première fois sur une carte portugaise en 1505 en même temps que l'archipel des Mascareignes dont elle fait partie. Elle sert de point de ravitaillement en eau, fruits et chair fraîche (tortue et dodo) pour les équipages des navires faisant le commerce entre l'Europe et l'Inde.

Les Français y débarquent en 1638 (ainsi que dans l'île de Rodrigues) ; quelques temps auparavant les Néerlandais s'étaient installés à Maurice. On y débarque un douzaine de colons mutins provenant de Madagascar en 1646 et en 1654. En 1649, l'île reçoit le nom d'île Bourbon, en référence au nom de la famille royale française. Cependant on ne se préoccupe pas de peupler l'île d'une manière durable... d'autant plus que manquent les femmes volontaires pour aller vivre dans ce lieu très éloigné de la France.

En 1663, un colon volontaire s'était installé sur la côte ouest, à Saint-Paul, avec un ami et dix Malgaches, dont trois femmes. Mais très rapidement, les Malgaches fuient et se réfugient dans les montagnes. En 1665, la Compagnie des Indes orientales, qui vient d'être créée en France par Colbert, implante officiellement une colonie d'une vingtaine d'hommes dans l'île Bourbon. Le peuplement féminin d'origine européenne étant insuffisant, les femmes seront recrutées en Inde et à Madagascar. L'esclavage est introduit à partir de l'Inde, de l'Afrique de l'ouest, du Mozambique et de Madagascar.

Au milieu du XVIIIe siècle, le naturaliste Pierre Poivre subtilise aux Hollandais de Maurice des plants pour les épices et les introduit dans l'île Bourbon. L'île va alors devenir un fournisseur d'épices pour la France.

En 1793, après la chute de la royauté en France, l'île Bourbon change de nom et devient l'île de la Réunion pour honorer les groupements de gardes nationaux, piliers de la Révolution. L'île est protégée des entreprises militaires des Britanniques par l'action des corsaires français, en particulier Robert Surcouf. Cependant en 1810, les Britanniques s'emparent de l'île où ils abolissent la traite des esclaves. Ils ne la rétrocèdent à la France qu'en 1815 après la chute de Napoléon Ier.

La culture de la canne à sucre se développe grâce au travail des esclaves. En 1848, la Deuxième République abolit l'esclavage. Pour renforcer la main-d'œuvre, on importe des travailleurs libres originaires de Madagascar, d'Afrique du sud-est et du Gujerat indien, puis des Chinois. Ces vagues d'immigration, s'ajoutant au peuplement plus ancien créent une population multi-ethnique.

Peuplement[modifier]

Vue partielle de Saint-Denis de la Réunion

L'une des premières espèces vivant sur l'île fut le Dodo. Très longtemps cette espèce a vécu sans prédateur. L'arrivée des premiers colons sur l'île va malheureusement conduire à leur disparition totale (ces derniers les chassant pour se nourrir).

L'île Bourbon est d'abord peuplée par des colons français, venus de métropole ou de Madagascar. Ils amènent avec eux leurs familles et leurs serviteurs. Pendant un temps, l'île n'est qu'un port d'étape pour les bateaux qui voyagent entre l'Asie et l'Europe, mais bientôt, elle sera exploitée pour ses ressources agricoles : d'abord pour les plantations de café, puis de canne à sucre, l'agriculture locale nécessite de plus en plus d'esclaves achetés en Afrique. Les colons s'installent sur les côtes de l'île (les bas), les plantations sur les flancs (les hauts) du massif du piton des Neiges. Les esclaves en fuite vont peu à peu former des villages (nommés îlets) dans les cirques, difficiles d'accès.

Après l'abolition de l'esclavage (20 décembre 1848), les planteurs de canne recrutent des travailleurs venus d'Inde, puis de Chine. Tous ces gens ont fait souche dans l'île, et la Réunion est un endroit où la population est très métissée. Le créole réunionnais est couramment parlé, même si la langue officielle est le Français.

Aujourd'hui les Réunionnais se partagent entre :

  • Les blancs créoles descendants des colons d'origine européenne. Ils forment environ 25 % de la population. Les métropolitains arrivés récemment, surnommés les Zoreils sont environ 5 % de la population.
  • Les descendants des esclaves africains, appelés Cafres. Ils sont plus ou moins métissés avec les blancs. Ils représentent 35 % de la population
  • Les descendants des Indiens engagés au XIXe siècle après l'abolition de l'esclavage. On les appelle les Malbars. Ils forment environ 25 % de la population. S'y joignent des indo-musulmans du Gujerat (environ 3 %) surnommés les Zarabs.

L'esclavage à La Réunion[modifier]

Plantation de café au début du XIX° siècle

Les premiers habitants de La Réunion sont des Européens. Rapidement, ces colons importent, grâce à la traite des noirs, des esclaves provenant d'Afrique. En 1665, on a la trace d'une vente d'esclaves. En 1679, il y a 750 habitants, dont près de la moitié sont des esclaves.

Ces esclaves travaillent dans les plantations de café qui connaissent un grand essor au XVIIIe siècle. En 1735, les esclaves sont 7 500 pour une population de colons de 1 700 personnes. En 1794, lorsque la Convention nationale abolit d'esclavage, il y a 35 000 esclaves et 1 000 personnes libres. Mais Napoléon Bonaparte rétablit l'esclavage.

En 1809, les Britanniques s'emparent de l'île. En 1811, ils répriment sévèrement une révolte d'esclaves dans la région de Saint-Leu. En 1830, la traite de esclaves est interdite par le gouvernement du roi Louis-Philippe Ier. Mais il faut attendre 1848, et la proclamation de la Deuxième République, pour que l'esclavage soit aboli à La Réunion (et dans les autres colonies françaises).

Agriculture[modifier]

Champs de canne à sucre. Dans le lointain, des éoliennes

Encore aujourd'hui, les hauts sont utilisés pour la culture de la canne à sucre. Mais dans les cirques, il existe des cultures locales bien développées : chouchou (christophine ou chayote, dans le cirque de Salazie), lentilles, vigne (cirque de Cilaos) par exemple. La canne à sucre forme l'essentiel des exportations de l'île.

Tourisme[modifier]

Éruption du Piton de la Fournaise, en avril 2007
Plage de Saint-Pierre de la Réunion. Photographie prise le 31 décembre.

Située dans les tropiques, l'île possède un lagon de corail sur une partie de son pourtour : les plages sont valorisées. L'histoire de l'île et sa géographie ont favorisé un réseau de chemins de randonnées, organisés pour circuler entre les côtes et l'intérieur des cirques d'une part, et pour gravir les pitons d'autre part. L'activité volcanique attire également, car elle offre un spectacle inoffensif, les éruptions du piton de la Fournaise étant de type effusif.

Cuisine[modifier]

La cuisine réunionnaise est savoureuse et variée.

La spécialité est le carry : il s'agit d'un plat composé de viande ou de poisson agrémenté d'épices, d'oignons, d'ail et le plus souvent de tomates. Il est servi accompagné de riz et de grains comme les lentilles, les pois ou les haricots. On peut le manger avec du rougail qui est un condiment composé de piment, oignons et de légumes divers (rougail tomate, rougail concombre...).


Références[modifier]


Source : cette page a été partiellement adaptée de la page La Réunion de Wikipédia.

Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Climat de La Réunion de Wikipédia.


Drapeau de la France Portail France - Accédez au portail sur la France.
Portail de l'Afrique - Tout sur l'Afrique, sa culture, son histoire...

21° 09′ S 55° 30′ E / -21.15, 55.5