Alsace

« Alsace » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
La région Alsace
La cigogne, symbole de l'Alsace.

L'Alsace est une région située à l'est de la France. Ses habitants s'appellent les Alsaciens.

Cette région comporte deux départements, le Bas-Rhin (67) au nord et le Haut-Rhin (68) au sud. Leurs noms viennent du sens dans lequel circule le Rhin, un grand fleuve. Les habitants du Bas-Rhin sont des Bas-Rhinois et les habitants du Haut-Rhin les Haut-Rhinois.


Beaucoup d'habitants de ces départements parlent encore l'alsacien en plus du français. L'alsacien est un ensemble de dialectesPrécision germaniques.

Les villes principales de cette région sont Strasbourg, dans le Bas-Rhin ; Colmar et Mulhouse, dans le Haut-Rhin. La capitale régionale est Strasbourg. Sa superficie est de 8 280 km2. Sa population est de 1 734 145 habitants.

Géographie de l'Alsace[modifier]

Morphologie[modifier]

L'Alsace occupe la partie ouest d'un fossé d'effondrement entre deux massifs montagneux : les Vosges à l'ouest et la Forêt-Noire à l'est (située de l'autre côté de la frontière, en Allemagne). À l'origine, ces deux massifs étaient une seule et même montagne, qui s'est effondrée au début de l'ère tertiaire. La partie est des Vosges fait partie de l'Alsace .

Le sommet des Vosges, le ballon de Guebwiller (1424 m), est situé en Alsace.

De l'ouest vers l'est, on trouve différents paysages liés à l'histoire géologique de la région.

Les Vosges[modifier]

À l'ouest, le massif des Vosges est pour la plus grande partie constitué de roches granitiques ou gréseuses ; les sommets sont arrondis et les vallées, d'origine glaciaire, très marquées, s'étirant vers l'est. Les pentes sont couvertes de forêts de résineux. Les rivières débouchent dans la plaine en formant des cônes de déjection aux sols caillouteux recouverts de forêts, comme celles de la Hardt ou du Sundgau.

Les collines sous-vosgiennes[modifier]

Les collines sous-vosgiennes sont installées sur les anciennes fractures. Elles descendent en escalier, vers l'est, portant encore les restes de la couverture sédimentaire qui recouvrait l'ensemble du massif avant l'effondrement. On y trouve du grès, du calcaire coquillier, des marnes. Exposées à l'est, ces collines sont favorables à la vigne.

La plaine d'Alsace[modifier]

La plaine d'Alsace occupe le fond du fossé d'effondrement qui formait une gouttière dès le début de l'ère tertiaire. Le massif effondré se trouve souvent à plus de 2000 m de profondeur.

La plaine est remplie de sédiments arrachés aux régions voisines et déposés par les différentes mers qui ont occupé la région. Les cours d'eau, en particulier le Rhin, y ont apporté de nombreux dépôts de cailloux grossiers. Ces dépôts sont découpés en terrasses, surtout en Alsace du Sud (en Alsace du nord ces dépôts sont surtout sableux).

Le Rhin n'a pris une direction nord qu'à l'ère quaternaire, formant au sud un énorme cône de déjection qui a repoussé les eaux de la rivière Ill jusqu' au pied des Vosges. Près de l'Ill et du Rhin, les sols tourbeux sont à l'origine des marais composés de faux-bras, de « forêts-galeries » de peupliers et d'aulnes appelés « rieds ». Aujourd'hui, ces zones marécageuses sont en partie asséchées.

Cependant un limon d'origine éolienne, le lœss, recouvre une grande partie des terrasses, les transformant en riches terres agricoles. Le remplissage du fossé a permis de piéger en grande quantité des couches de sel et de matières organiques qui ont évolué en gisements de pétrole.

Le climat[modifier]

Le climat de l'Alsace est assez particulier. Les océans sont trop loin pour pouvoir réchauffer l'atmosphère en hiver ou la refroidir en été. Les températures sont donc assez froides en hiver et assez chaudes en été ; les différences sont très fortes. On parle de climat semi-continental. Les étés sont humides (pluies venant de l'ouest). En hiver, la neige est abondante quand les masses d'air venant de l'ouest se heurtent aux masses d'air froid venues de l'est. De plus, les Vosges à l'ouest, la Forêt Noire à l'est, le Jura et les Alpes au sud bloquent souvent les nuages, ce qui fait que l'Alsace bénéficie d'un climat assez sec.

Le phénomène météorologique du fœhn (vent de montagne) est fréquent en Alsace. La chaleur estivale permet la maturation du maïs et de la vigne, malgré la situation septentrionale de l'Alsace.

Une histoire parfois française, parfois allemande[modifier]

Affiche pour un emprunt français en 1918. Espoir du retour de l'Alsace (et de la Lorraine) dans la France

L'Alsace est une terre de peuplement germanique dès l'Antiquité. Elle a fait partie de l'empire franc de Charlemagne, puis du Saint-Empire romain germanique jusqu'à la conquête française, en plusieurs étapes, sous le règne de Louis XIV.

Au XIXe siècle les pangermanistes la revendiquent comme devant faire partie d'un empire allemand, ce qui est réalisé au traité de Francfort, après la défaite de la France à la fin la guerre franco-allemande de 1870-1871.

Ainsi, un Alsacien né avant 1870 est né français. En 1870, il devient allemand, car l'Alsace est rattachée à l'empire allemand. Il redevient français à la suite de la victoire française de 1918. Un Alsacien est de nouveau allemand, de 1940 à 1944, à la suite de la défaite de la France en juin 1940. Fin 1944, les Alsaciens redeviennent français après la libération du territoire occupé par les Allemands.

L'école pendant la guerre[modifier]

Durant la Seconde Guerre mondiale, l'Alsace devient une région allemande : l'école se fait donc en allemand. Les instituteurs sont pour la plupart renvoyés, car on pensait qu'ils étaient favorables à la France. Ils sont remplacés par des instituteurs allemands : il est interdit de parler français dans la cour de l'école. Seuls l'allemand et l'alsacien sont autorisés. Ce changement de langue ne pose pas trop de problèmes aux enfants qui parlent le plus souvent alsacien à la maison.

À la Libération, en 1944-1945), on réembauche des instituteurs qui viennent de France, afin de s'assurer que les enfants apprennent un bon français. C'est pourquoi les Alsaciens âgés parlent très bien l'allemand, le français et l'alsacien !

Carte linguistique des parlers alsaciens

La langue alsacienne[modifier]

Cette langue est encore parlée par de nombreux Alsaciens. Elle est assez proche de l'allemand (on dit que c'est une langue germanique). Elle est en fait composée de plusieurs dialectes, selon l'endroit où l'on se trouve, un peu comme le néerlandais en Flandre belge (il existe des variantes plus ou moins grandes entre les villes).

Cette langue est de moins en moins apprise par les jeunes Alsaciens, surtout dans les villes. Il est probable qu'elle disparaisse avec le temps, comme les langues bretonne, corse ou basque. En effet, on ne parle plus alsacien à la maison, on préfère le français qui est une langue plus répandue.

Il existe peu d'écrits en alsacien : les dialectes sont généralement utilisés à l'oral.

Aujourd'hui encore, la grande majorité des personnes âgées de souche alsacienne savent parler alsacien couramment.

On peut apprendre l'allemand dans certaines écoles, et dans la plupart des collèges et lycées.

Culture[modifier]

Une Alsacienne en costume traditionnel

L'Allemagne a laissé des traces dans la façon de vivre des Alsaciens, notamment au niveau de la cuisine et des traditions populaires.

Fêtes[modifier]

Saint-Nicolas[modifier]

C'est une fête importante en Alsace. Même si ce n'est pas lui qui apporte les cadeaux (comme en Belgique), cette fête est l'occasion de manger des brioches, appelées mannele en alsacien, et de boire du chocolat chaud, juste avant Noël.

Noël[modifier]

Avant la fête de Noël, on confectionne des biscuits, les WeinachtsBredele (gâteaux de Noël).

Ce n'est pas le père Noël qui apporte traditionnellement les cadeaux aux enfants, mais le petit Jésus. On place les cadeaux sous le sapin. Ils sont distribués le soir du 24 décembre. Dans beaucoup de familles, on chante des chants en allemand ou en français avant le moment tant attendu de l'ouverture des paquets.

Pâques[modifier]

Choucroute et bière alsaciennes

Ce ne sont pas les cloches qui distribuent les chocolats à Pâques, mais le lapin de Pâques, ou le lièvre de Pâques. Celui-ci laisse, un peu partout dans les jardins, des nids que les enfants doivent retrouver.

Gastronomie[modifier]

La choucroute[modifier]

La choucroute est un plat de fête, mais il ne faut pas réduire la gastronomie alsacienne à cela. On cuisine beaucoup au vin blanc toutes sortes de viandes. On aime la charcuterie, le poisson, les pâtes (les Spätzle, par exemple) et le bon pain.

Tarte flambée alsacienne

La tarte flambée[modifier]

La tarte flambée (Flammekueche, « tarte cuite à la flamme ») se cuisait dans le four du boulanger après la fournée de pain. Sur de la pâte à pain finement étalée, on étend de la crème fraîche que l'on garnit d'oignons et de lardons. On sert toujours une grande tarte flambée que l'on partage... et que l'on mange avec les doigts !

Le savais-tu.png
Le savais-tu ?
Le nom donné par les Alsaciens aux autres Français
Les Alsaciens sont souvent très attachés à leur région. Pour eux, un Français qui n'est pas alsacien de naissance est dit « Français de l'intérieur ». Mais il n'y a pas de méchanceté dans cette appellation.


Portail de la géographie - Tout sur les continents, le climat, la météo...

48°30′0″N 7°30′0″E / 48.5, 7.5