Bertrade de Montfort

« Bertrade de Montfort » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
À droite la reine Berthe de Hollande emprisonnée, puis Bertrade de Monfort et le roi Philippe Ier, ensuite à droite Bertrade et son premier époux Foulques d'Anjou. Miniature des Chroniques de Saint-Denis, milieu du XIVe siècle

Bertrade de Montfort est une reine France en raison de son mariage ,en 1092 avec le roi de France Philippe Ier . Elle est née vers 1070 et est morte en février 1117

Elle était fille de Simon Ier, seigneur de Montfort et d’Agnès d’Évreux. Elle devient orpheline en 1087, son oncle maternel Guillaume d'Évreux, vassal du duc de Normandie, devient son tuteur.

Bertrade de Montfort est d'abord mariée en 1089 à Foulque le Réchin, comte d'Anjou qui est le quasi souverain une des principautés territoriales les plus importantes de France. Elle a fait l'objet d'une transaction entre Foulques et le duc de Normandie qui avait besoin de son alliance pour attaquer le comte du Maine. Foulques, une trentaine d'années plus âgé que Bertrade, qui avait déjà été marié trois fois, répudie sa troisième épouse pour convoler avec Bertrade. Ce cette union nait en 1092 Foulques V le Jeune futur comte d'Anjou et du Maine en 1109 et roi de Jérusalem en 1131.

En 1092, Philippe Ier, qui a alors 40 ans, rencontre Bertrade, est séduit par la jeune femme. Celle-ci lui assure que son mariage est nul puisque la précédente épouse de Foulque vit toujours. Le roi fait enlever Bertrade. Philippe est alors marié à Berthe de Hollande avec qui il a plusieurs enfants, mais en 1090 il a répudié son épouse pour cause officielle de consanguinité en fait pour se remarier avec une femme plus jeune. Berthe enfermée dans le château de Montreuil-sur-Mer est toujours en vie. Le roi lui aussi est alors bigame et il y a double adultère. Le mariage de Bertrade et Philippe est accepté par les évêques de Meaux, de Troyes et les archevêques de Senlis et de Reims. Seul l'évêque de Chartres est en désaccord et prévient le pape Urbain II.

Le roi ordonne au vicomte de Chartres d'emprisonner l'évêque contestataire. Le comte de Flandre, Beau-père de Berthe de Hollande et Foulques s'arment contre le roi. Le pape considère que le mariage ne peut être valide que si un concile le décide. Le roi parvient à retarder le concile mais un concile réunit à Reims excommunie le roi.

En 1094, la reine Berthe meurt. Le roi est donc libre de se remarier, mais Bertrade est toujours mariée à Foulques. Le couple demande l'annulation du mariage angevin. Le pape se rend en France en 1095 pour appeler la chevalerie française à la Première croisade. Le roi n'assiste pas au concile. Le pape en profite pour confirmer l'excommunication de Robert et de Bertrade. Il y ajoute l'interdit qui prive les habitants des domaines du roi de recevoir les sacrements et de fréquenter les églises qui sont fermées. Le roi est alors obligé de céder. En 1096, il se sépare officiellement de Bertrade, qu'il continue de fréquenter discrètement.

Le couple eut plusieurs enfants, tous considérés comme illégitimes par les contemporains (donc inaptes à succéder au trône) : deux fils et une fille : Philippe, né en 1093 et mort en 1123, comte de Mantes ; Florent, qui serait né vers 1095 ; Cécile, née en 1097,morte en 1175, mariée à Tancrède de Hauteville, prince de Galilée et régent d'Antioche, puis à Pons de Toulouse, comte de Tripoli. La sentence d'excommunication est levée en décembre 1104.

Bertrade s'oppose à son beau-fils, le prince Louis, fils de Philippe et de Berthe de Hollande. Elle est soupçonnée d'avoir voulu empoisonner l'héritier du trône. Cependant Louis en 1098 est couronnée et sacré roi, du vivant de son père comme c'était la coutume chez les premiers rois capétiens.

Devenue veuve de Philippe en 1108, Bertrade se retire au couvent de Saint-Rémy-l'Honoré, qu'elle a fondé, près de Chartres puis à l'abbaye de Fontevrault où elle devient nonne en 1115. Elle y meurt en 1117.

Le portail de la Monarchie française —  De Clovis à Napoléon III. Les rois, les reines, les institutions royales.