Ingeburge de Danemark

« Ingeburge de Danemark » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Miniature représentant la mariage d'Ingeburge et de Philippe Auguste. Fin du XIVe siècle

Ingeburge de Danemark est née en 1174 au Danemark et est morte le 29 juillet 1236 à Saint-Jean-en-Isle (près de Corbeil au sud de Paris). C'est une reine de France grâce à son mariage avec le roi Philippe Auguste en 1193. Cependant elle est répudiée dès le lendemain des noces, situation qu'elle refuse. Sur ordre de son époux elle est emprisonnée pendant près de 20 ans dans de multiples couvents et prisons. Malgré les nombreuses pressions de la part des papes elle ne retrouvera sa liberté et son titre de reine qu'en 1213 (après la mort de sa rivale Agnès de Méranie que le roi épousa en 1196 (devenant de ce fait bigame).

Ingeburge est la fille de Valdemar Ier, « le Grand », roi de Danemark et de Sophie de Polock. Elle est la sœur de Knut VI roi de Danemark depuis 1182.

Philippe Auguste est veuf depuis 1190. Il a un fils mais il est de santé fragile. Pour assurer sa succession le roi cherche à se remarier. Il décide d'épouser la sœur du roi de Danemark, qui lui apporte une dot considérable de 10 000 marcs d'argent. Le mariage et le couronnement d'Ingeburge a lieu à Amiens les 14 et 15 août 1193. Le roi a 28 ans et la nouvelle reine en a 18.

Cependant dès le lendemain le roi demande le renvoi de son épouse. Les ambassadeurs danois refusent, la reine (qui ne parle ni le latin ni le français) en fait de même. La rumeur circule que le roi a été rendu sexuellement impuissant par un sortilège provoqué par son épouse. Il se peut que le roi ait été alors frappé par une crise nerveuse due aux séquelles de la fièvre typhoïde qu'il avait contractée pendant sa participation à la croisade en 1190. La reine est enfermée dans divers couvents.

En novembre 1193, la dissolution du mariage est prononcée par les dignitaires ecclésiastiques menés par l'archevêque de Reins, qui est l'oncle du roi. Ingeburge demande l'intervention du pape Célestin III mais celui-ci vieillissant n'est pas d'un grand secours. Le concile qu'il convoque à Paris en mai 1196 intimidé par la fermeté du roi ne peut rétablir la situation d'Ingeburge. Le roi se considérant comme libre a du mal à trouver une nouvelle épouse car sa réputation est peu flatteuse après ses deux annulations de mariage (la première avec Isabelle de Hainaut son épouse précédente) . Il ne trouve de disponible qu'Agnès de Méranie, fille du duc Berthold IV qu'il épouse en 1196. Ingeburge est enfermée dans la tour d'Étampes.

En 1198, le nouveau pape Innocent III décide de reprendre le dossier. Après avoir demandé au roi de reprendre Ingeburge, en décembre 1199, le concile qu'il convoque à Dijon casse le mariage de Philippe et d’Agnès. Philippe II est excommunié et le pape menace de frapper le royaume d'interdit. Devant l'insuccès des menaces le concile réunit à Vienne en janvier 1200, décide l'interdit sur le royaume de France. Des évêques chargés d'appliquer cette mesure et ayant protesté contre l'attitude du roi sont exilés. Ingeburge est enfermée dans un couvent à une dizaine de kilomètres de Paris. Le roi est contraint de marier son fils Louis avec la princesse Blanche de Castille sans le faste habituel et dans le duché de Normandie que n'était pas encore dans le domaine royal (il dépendait alors du roi d'Angleterre). La population était très mécontente de ne pouvoir pratiquer les cérémonies religieuses ni recevoir les sacrements.

En septembre 1200, le parlement réuni à Rambouillet confirme l'annulation du mariage de Philippe et d'Agnès. Le roi fait libérer Ingeburge. Immédiatement l'interdit est levé, mais le roi continue de voir Agnès.

En mars 1201, au concile de Soissons le roi échoue à faire annuler son mariage avec Ingeburge, celle-ci est exilée à Poissy puis de nouveau à Etampes. En juillet 1201, Agnès meurt au cours de l'accouchement de son troisième enfant royal. Le roi ne libère pas pour autant Ingeburge et à 36 ans recherche une nouvelle épouse afin d'assurer l'héritage de la couronne.

En 1205, Philippe de nouveau demande la séparation au motif de non-consommation du mariage, ce qui était faux. Le roi par ailleurs devient le père d'un garçon dont la mère demeure mystérieuse. En 1212, Philippe abandonne l'idée de divorce.

En 1213, alors que le roi envisage une expédition militaire contre l'Angleterre du roi Jean sans Terre afin de soutenir les droit au trône de sa belle-fille Blanche de Castille, il fait libérer Ingeburge et lui rend ses droits d'épouse et de reine (il espérait peut être recevoir l'appui du roi de Danemark pour cette expédition). Mais il ne la reprend pas auprès de lui. Il lui constitue un douaire d'une valeur de 10 000 marcs (le montant de la dot). Ingeburge se retire cependant au monastère de Saint-Jean-en-l'Isle. À sa mort en 1236, le roi Louis IX lui refuse d'être enterrée dans la basilique royale de Saint-Denis comme elle l'avait demandé.

Le portail de la Monarchie française —  De Clovis à Napoléon III. Les rois, les reines, les institutions royales.