Braye-en-Laonnois (Aisne) Canal de l'Oise à l'Aisne, écluse nr 10 de Moulin-Brulé.JPG
Céret -Rue Pierre Brune 2.jpg

la cabane • le Livre d'or
Bonnes vacances ! Ramenez des photos de villages avec L'été des villes Wikipédia ! On pourra s'en servir aussi sur Vikidia

Syndrome d'immunodéficience acquise

« Syndrome d'immunodéficience acquise » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis Sida)
Aller à : navigation, rechercher
Le ruban rouge, symbole de la lutte contre le sida.

Le SIDA (abréviation de Syndrome d'ImmunoDéficience Acquise) est une maladie qui affaiblit gravement le système immunitaire, le système de défense de l'organisme : on dit que le SIDA est une maladie immunodéficiente. Ce virus a été découvert en France en 1983 par le professeur Jean-Claude Chermann et Françoise Barré-Sinoussi. Montagnier étant leur supérieur, c'est aujourd'hui pour cela que l'on croit que c'est lui qui l'a isolé en premier.

C'est le VIH (abréviation de virus de l'immunodéficience humaine) qui est responsable de cette maladie. Il tue des cellules importantes dans le système de défense de l'organisme, les lymphocytes T CD4 +. Leur destruction affaiblit le système immunitaire et permet à des maladies, normalement peu agressives, de devenir mortelles pour le malade (ce sont des maladies opportunistes).

Cette maladie est d'autant plus grave qu'aucun traitement n'a été trouvé jusqu'alors pour guérir le sida.

Le sida est une épidémie qui s'étend dans le monde entier (on parle alors de pandémie) et qui ne connaît pas de ralentissement. On estime environ 40 millions de personnes séropositives dans le monde et plus de 25 millions le nombre de morts depuis le début de la maladie en 1981.

La maladie est surtout localisée en Afrique (sub-saharienne, c'est-à-dire la partie centrale et la partie sud de l'Afrique) et au sud-est de l'Asie. Mais elle affecte aussi l'Europe et l'Amérique.

Historique[modifier | modifier le wikicode]

Le virus est isolé en 1983 à l'Institut Pasteur de Paris par l'équipe de recherche du professeur Luc Montagnier. En 1986, des chercheurs français ont démontré l'existence d'un deuxième virus appelé (et encore appelé) VIH-2. Il est très proche du VIH-1 dont l'origine géographique se situe essentiellement en Afrique de l'Ouest. Il n'y a à ce jour aucune certitude quant à l'origine du VIH-1 même si sa présence la plus forte se situe en Afrique centrale.

Progression du sida[modifier | modifier le wikicode]

Les premières manifestations diagnostiquées du sida remonte à 1981. Le nombre de personnes vivantes (adultes et enfants compris) infectées par le VIH est estimé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à environ 33 millions de personnes infectées à la fin de l'année 2007 (soit une augmentation d'environ 11 millions de personnes par rapport à l'année 1996). Parmi ces personnes la grand majorité (22 millions) vivent sur le continent Africain notamment en Afrique Subsaharienne, dont 13,2 millions de femmes (plus de la moitié).

Le nombre de nouveaux cas d'infection par le VIH au cours de l'année 2007 est estimé à près de 2,7 millions : 2,3 millions d'adultes et 370 000 personnes de moins de 15 ans. 95 % d'entre eux résident dans un pays développé. Le nombre de décès dans le monde depuis le début de l'épidémie s'élèverait en 2007 à plus de 25 millions, dont 2 millions pour l'année 2007.

En France, le nombre estimé de personnes vivantes atteintes de sida est de 27 944 (2007). Le nombre total de décès depuis le début de l'épidémie est évalué à plus de 34 000 et le nombre de personnes séropositives pour le VIH est de 150 000 en 2006.

Symptômes[modifier | modifier le wikicode]

Les principaux symptômes sont une fièvre de plus de 38 °C, l'apparition de ganglions lymphatiques, une pharyngite, des douleurs musculaires, un mal de ventre...

Modes de contaminations[modifier | modifier le wikicode]

La transmission du virus se fait selon trois modes principaux:

  • Par voie sexuelle ;
  • Par voie sanguine (cela concerne, par exemple, les usagers de drogues injectables) ;
  • De la mère à l'enfant, durant les dernières semaines.

La voie sexuelle[modifier | modifier le wikicode]

C'est la voie de contamination la plus fréquente. Toutes les pratiques sexuelles sont risque de transmission, mais les rapports anaux sont le plus à risque. À l'échelle mondiale près de 75 à 80 % des infections par le VIH ont été contractées à l'occasion par des rapports sexuels non protégés. La transmission se fait par la mise en contact des muqueuses (du vagin ou du rectum) avec des sécrétassions sexuelles (sperme, glaire cervicale) ou avec du sang contenant le virus. La probabilité de transmission est estimée en moyenne à 0,1 % pour chaque acte sexuel.

Ce risque est néanmoins variable selon la nature de l'acte, un rapport anal réceptif avec un sujet séropositif présente un risque plus grand de contamination (0.5 à 3 %). Le risque est en outre augmenté par divers autres facteurs, notamment l'existence d'une infection génitale chez l'un des partenaires. Le risque de transmission du virus par la femme est plus grand si le rapport a lieu pendant les règles et globalement, le risque de transmission dans le sens homme-femme est plus élevé que dans le sens femme-homme. C'est pourquoi, dans les pays ou la transmission hétérosexuelle est prédominante, les femmes sont plus nombreuses que les hommes parmi les personnes infectées.

La voie sanguine[modifier | modifier le wikicode]

Par exemple, pour le cas d'une drogue injectable par voie intraveineuse, l'aiguille de la seringue va passer dans le sang des deux toxicomanes et donc va contaminer l'autre personne, puisque les leucocytes infectés vont êtres transmis.

La transmission du virus par voie sanguine peut se faire selon trois modalités.

Transfusion de sang ou de dérivés du sang : Depuis 1985 des mesures préventives et strictes (notamment dépistage systématique du VIH lors des dons de sang) ont permis de rendre le risque de transmission par cette voie presque totalement nul en France et dans les pays d'Europe de l'Ouest. Le don d'organe étant très peu pratiqué dans les pays sous-développés le risque est également faible.

Piqûres accidentelles : Ce mode de transmission est plus répandu. Il a lieu lorsque une aiguille souillé par du sang contaminé rentre en contact avec la peau. Ce risque est globalement estimé à 0.32 % et varie en fonction de la profondeur de la piqûre, du type d'aiguille et de la charge virale du patient.

Transmission de la mère à l'enfant[modifier | modifier le wikicode]

La mère peut avoir le sida ou le recevoir de l'homme, par voie sexuelle. Pendant la grossesse, la femme et le fœtus partagent un peu de leur sang et les deux sangs peuvent se mélanger, ce qui fait que le sang infecté par le virus maternel va se mélanger avec le sang du bébé.

Comment se protéger ?[modifier | modifier le wikicode]

Préservatif masculin.

Le SEUL moyen de se protéger contre le SIDA lors de tout rapport sexuel est d'utiliser un préservatif. Aucun autre moyen n'est aussi efficace. Pour les usagers de drogue, il est essentiel de ne pas partager son matériel (seringue, etc.). Lorsqu'une personne a une relation prolongée avec un partenaire, il peut être intéressant pour chacun d'eux de faire un dépistage. Si le résultat est négatif pour les deux partenaires, alors le préservatif peut être supprimé, à condition que les deux personnes n'aient pas de relations non protégées avec d'autres partenaires.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la médecine - Tout sur la médecine, les médecins, les maladies...