Livre d'or
Livre d'or

la cabane • le Livre d'or

Médecine

« Médecine » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Instruments médicaux du XIXe siècle

La médecine est la science qui s'occupe de rétablir et conserver la santé.

Celui ou celle qui pratique la médecine est un médecin. Les patients l'appellent « docteur », raccourcissement de docteur en médecine, car le diplôme est un doctorat en médecine. Le nom « docteur » provient de l'adjectif latin doctior, signifiant « plus savant », car les docteurs (de différentes disciplines) avaient autrefois plus de connaissances que la majorité de la population.

En plus de la médecine générale, il existe des médecines spécialisées sur différentes parties du corps. La cardiologie, par exemple, est la médecine spécialisée dans le cœur. La médecine moderne peut guérir et prévenir un grand nombre de maladie grâce à des médicaments ou à l’emploi de traitement spécifique. Cependant, au Moyen Âge, la médecine était peu efficace et les méthodes utilisées insuffisantes et douloureuses pour guérir les malades et faire face aux épidémies. Il fallut plusieurs siècles, pour que la médecine progresse et se perfectionne. La médecine est considérée comme une science indispensable pour la santé de l’être humain.

France[modifier | modifier le wikicode]

Études[modifier | modifier le wikicode]

Premier cycle des études médicales (DFSGM)[modifier | modifier le wikicode]

Après avoir obtenu le baccalauréat, il faut passer l'année de la PACES (Première Année Commune aux Etudes de Santé). Cette année permet d'accéder aux filières d'études médicales telles que : la médecine, l'odontologie (pour être dentiste), la filière de pharmacie (pour être pharmacien ou bien être pharmacologue) et la maïeutique (pour être sage-femme). Le concours à la fin de chaque semestre (moitié d'une année scolaire) de cette première année est incontournable et obligatoire. Il faut être parmi les mieux classés pour pouvoir poursuivre le reste des études médicales dans la filière choisie. Un numerus clausus est ainsi instauré de manière officielle chaque année pour chaque faculté de médecine de France et pour chaque filière. En effet, il est notoire que seuls 15 à 17 % des étudiants passent en deuxième année de médecine. En cas de classement non favorable, il y a possibilité de redoubler afin de retenter sa chance. Le redoublement n'est autorisé qu'une seule fois et le triplement est exceptionnel et doit être justifié de manière valable.

Après avoir réussi le concours dans la filière Médecine, un stage infirmier en milieu hospitalier doit être réalisé et validé.

Les 2e et 3e années sont consacrées, d'une part, à un très dense et vaste enseignement théorique sur les sciences médicales fondamentales ; d'autre part, à des stages hospitaliers hebdomadaires, de plus en plus fréquentes en 3e année, pour parfaire l'apprentissage de la sémiologie médicale et également pour préparer les années d'externat. A l'issue de la réussite aux examens de chacune de ces trois années, le Diplôme de Formation Générale en Sciences Médicales (DFGSM) est délivré.

Deuxième cycle des études médicales (DFASM), dit « Externat »[modifier | modifier le wikicode]

Les 4e, 5e et 6e années représentent les années appelées "Externat". C'est un nom d'usage pour distinguer ces années de l'Internat, après la 6e année. Ce deuxième cycle délivre un enseignement beaucoup plus approfondi sur la médecine. Les stages représentent la majorité de l'emploi du temps et permettent l'acquisition progressive de fonctions médicales : suivi intégral des patients, gardes médicales rémunérées, bientôt le droit de prescrire... Ce cycle se termine par l'octroi du Diplôme de Formation Approfondie en Sciences Médicales (DFASM).

Troisième cycle des études médicales, dit « Internat »[modifier | modifier le wikicode]

Ensuite, on peut se spécialiser si on le souhaite, et cela est décidé lors du concours de la 6e année de médecine, les Examens Classants Nationaux (ECN), où les meilleurs font leur choix de spécialité par ordre de classement (spécialités de chirurgie, de neurologie, par exemple). Au fur et à mesure des choix, certaines spécialités ne sont pas accessibles aux derniers (qui prennent ce qui reste). Il y a par exemple neuf années d'études en tout pour devenir médecin généraliste.

Le nombre de nouveaux médecins est fixé tous les ans par le Parlement. Il y a un numerus clausus, c'est-à-dire que les parlementaires fixent un nombre maximum de nouveaux médecins.

Paiement et aides[modifier | modifier le wikicode]

En France, la consultation médicale est comme ceci :

  • les médecins généralistes demandent 23 € actuellement à chaque consultation ;
  • les médecins spécialistes demandent 26 € actuellement à chaque consultation.

Bien sûr, il faut prendre en compte le fait que le médecin est conventionné ou pas, c'est à dire qu'il applique ou non les tarifs décidés par la sécurité sociale qui fait les remboursement au patient assuré du montant de la consultation. S'il est conventionné, il demande les prix indiqués ci-dessus. Certains médecins sont non-conventionnés et ont le droit de fixer leur propre tarif, qui peut être une somme exorbitante, voire « astronomique ».

Néanmoins, en France, les plus démunis ont des aides de payement, c'est-à-dire la CMU. C'est une chance, puisqu'aux États-Unis, tout le monde paye les soins et sans aides.

Liste des spécialités médicales[modifier | modifier le wikicode]

Un pédiatre examinant un bébé.

Il y beaucoup de spécialités en médecine, très diversifiées :

« Piliers » de la médecine dans le monde entier[modifier | modifier le wikicode]

Le professeur Alain Deloche de Noyelle, docteur ès chirurgie cardiaque, fondateur de la "chaîne de l'espoir" en 1988.
  • Abu Al-Qasim, père de la chirurgie, ayant mené beaucoup de travaux en chirurgie.
  • Le professeur Alain Deloche, cardiochirurgien ayant créé « la chaîne de l'espoir », œuvre humanitaire qui fait des opérations chirurgicales dans les pays du tiers-monde.
  • Le docteur Bernard Kouchner, médecin français, qui a créé Médecins Sans Frontières (MSF), œuvre de médecine humanitaire. Bernard Kouchner a cédé sa place à la tête de MSF à Rony Brauman, s'est engagé en politique au Parti socialiste puis à l'UMP. Il a plusieurs fois été ministre (de la santé et des affaires étrangères) jusqu’en novembre 2010.
  • Alexis Carrel, chirurgien et biologiste français, lauréat du prix Nobel de physiologie et de médecine en 1912.
  • Le professeur Christiaan Barnard, cardiochirurgien ayant fait la première transplantation cardiaque.
  • Le docteur Albert Schweitzer, théologien et médecin humanitaire
  • Le docteur Michel Cymes, médecin ORL, faisant des émissions audiovisuelles (Le Magazine de la Santé, Le pouvoir extraordinaire du corps humain...) et écrivant des ouvrages de vulgarisation médicale - connu pour ses records d'audiences, notamment sur France 5.
  • Le professeur Jean Hamburger, médecin néphrologue ayant fait des écrits sur le fonctionnement rénal et sa chirurgie
  • Ambroise Paré, chirurgien /« père » de la chirurgie. Voir l'article Chirurgie.
  • Le professeur Christian Cabrol, chirurgien français, deuxième au monde et premier en Europe à avoir fait une transplantation cardiaque, premier au monde à avoir fait l'implantation d'un cœur artificiel.
  • Le professeur Thomas Starzl qui a fait la première greffe de foie
  • Le docteur Lawler qui a fait la première greffe de rein
  • Les professeurs Sylvie Testelin, Jean-Michel Dubernard, Benoit Lengelé et Bernard Devauchelle qui ont fait la première greffe de visage à Amiens
  • Le professeur Dubernard qui a fait la première greffe de mains
  • Le professeur Derom qui a fait la première greffe de poumons

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Lien externe[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la médecine - Tout sur la médecine, les médecins, les maladies...