Sclérose en plaques

« Sclérose en plaques » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Visualisation des symptômes

La sclérose en plaques est une maladie inflammatoire grave qui atteint le système nerveux central et qui se traduit par la perte, à certains endroits (appelés plaques), de myéline (gaine des fibres nerveuses) qui est remplacée par un tissu cicatriciel (appelé sclérose). La sclérose en plaques touche principalement (sauf cas rares) les jeunes adultes, avec un prédominance pour le sexe féminin (environ 60 % des cas).

Causes[modifier | modifier le wikicode]

Les causes directes de la sclérose en plaques sont obscures et incertaines, mais l'intervention de plusieurs facteurs, principalement génétiques, joue un rôle dans le développement de la maladie. Les médecins pensent fortement qu'il s'agit d'une maladie auto-immune : autrement dit, le système immunitaire se défend face aux corps étrangers qui pénètrent dans l'organisme. Des facteurs environnementaux sont aussi mis en avant, mais aucune étude scientifique ne permet de le vérifier.

Symptômes et signes[modifier | modifier le wikicode]

Les tout premiers symptômes de la sclérose en plaques ont plusieurs domaines de manifestations :

  • Sensitives : Fourmillement, impression anormale au niveau de la peau ;
  • Motrices : Paralysie soudaine et courte d'un membre ;
  • Visuelles : Vision très floue, baisse importante de la vision d'un œil ou des deux ;
  • Équilibre: Vertiges, difficulté à rester debout.

Certaines formes rares de la maladie commencent par des troubles de la mémoire et de l'attention.

Diagnostic[modifier | modifier le wikicode]

Le diagnostic repose sur l'observation des signes ressentis. L'imagerie par résonance magnétique (IRM) et une ponction lombaire sont les examens qui permettent le mieux de visualiser la progression de la maladie et les endroits qui contiennent des plaques.

Traitement[modifier | modifier le wikicode]

Le traitement des poussées se fonde sur la corticothérapie à très fortes doses, qui est administrée au patient via une perfusion pendant plusieurs jours dans un hôpital. Pour ralentir la maladie et les poussées, des traitements de fond sont utilisés. Et pour les formes les plus graves et agressives, on utilise un puissant immunosuppresseur (appelé mitoxantrone) ou un anticorps monoclonal. Mais il n'existe aucun traitement pour arrêter la maladie.

Portail de la médecine —  Tous les articles sur la médecine, les médecins, les maladies...