Élection présidentielle en France

« Élection présidentielle en France » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

En France, l'élection présidentielle a pour but de déterminer, par un vote, le Président de la République qui est le plus haut personnage de l'État.

Depuis 1965, l'élection présidentielle est au suffrage universel direct, c'est-à-dire que les électeurs élisent directement le président. Auparavant, le suffrage était indirect car le parlement élisait le président.

Aujourd'hui, tout citoyen français peut se présenter à l'élection s'il remplit les conditions d'avoir plus de 18 ans, d'être de nationalité française et d'avoir recueilli 500 signatures d'élus. Les candidats officiels bénéficient alors d'une campagne équitable quelle que soit le taux de représentation du parti.

Si un candidat obtient lors du scrutin la majorité absolue (50% + 1 voix) il est élu. Dans le cas contraire, un deuxième tour est organisé entre les deux premiers du premier tour. A l'issu de ce second tour, le Président de la République française est élu.

Aujourd'hui, l'élection présidentielle se tient tous les 5 ans, alors qu'elle se tenait tous les sept ans jusqu'en 2000.

La première élection eut lieu en 1848, et les français élirent alors Louis-Napoléon Bonaparte, le neveu de Napoléon Ier. La dernière eut lieu en 2017 et permit à Emmanuel Macron d'être élu.

Historique[modifier | modifier le wikicode]

Le 9 octobre 1848, avec la Seconde République l'élection du président au suffrage universel direct est instauré, il est élu pour quatre ans et ne peut pas être réélu.

Louis Napoléon Bonaparte, président de la République et futur Napoléon III.

Le premier président élu est Louis Napoléon Bonaparte. La constitution lui empêchant de se représenter, il réalise un coup d'État le 2 décembre 1851 et est proclamé empereur un an plus tard. Avec l'effondrement du Second Empire, la Troisième République est proclamée. A l'exception d'Adolphe Thiers, désigné le 31 août 1871 par l'Assemblée constituante, tous les présidents sont élus par la Chambre des députées et le Sénat, réunis en assemblée nationale au Palais de Versailles.

Le mandat du président dure sept ans et ce dernier est rééligible. Au départ très étendus, les pouvoirs du Président vont être réduits notamment après la crise du 16 mai 1877. En 1946, après la Libération, la IVe République est instaurée par référendum et avec elle une nouvelle Constitution est adoptée. Elle ne durera que douze ans et ne donnera que deux présidents, Vincent Auriol et René Coty avec des pouvoirs biens plus limités que sous la IIIe République. Le président est élu par le Parlement réuni en Congrès, il perd notamment le droit de dissolution du Parlement qui revient au Président du Conseil.

La nouvelle Constitution de la Ve République du général de Gaulle étend les pouvoirs du président. Il nomme son Premier ministre, il peut dissoudre l'Assemblée nationale, et en vertu de l'article 16, peut également prendre les pleins pouvoirs.

L'élection au suffrage universel direct du président de la République est adoptée le 28 octobre 1952 par référendum. Lors de la première élection au suffrage universel direct, cinq candidats affrontent le président sortant dont François Mitterrand (gauche) et Jean Lecanuet (centre).

Mais le général de Gaulle, suite au refus du référendum sur la régionalisation et la réforme du Sénat du 27 avril 1969, démissionne dès le lendemain. Le président du Sénat, Alain Poeher devient alors Président par intérim en attendant les élections dont le premier tour est fixée le 1er juin 1969. Cette élection se voit affrontés sept candidats dont George Pompidou et Alain Poeher qui représentent le centre, tandis que la droite est représentée par Gaston Defferre et Pierre Mendès France. C'est finalement Georges Pompidou qui est élu.

Le mandat est de nouveau écourté par la mort de Pompidou le 2 avril 1974. Lors des élections la même année, la gauche cette fois-ci, s'unit derrière François Mitterrand qui est le président du parti socialiste depuis 1971. De nombreux personnalités de droites se présentent : Jacques Chaban-Delmas, Edgard Faure, Pierre Mesmer, Valéry Giscard-d'Estaing. Seuls deux candidats réussissent à se démarquer : Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard-d'Estaing. C'est finalement Giscard-d'Estaing qui l'emporte.

Les élections de 1981 sont marquées par les deux chocs pétroliers de 1973 et de 1979. De nouveau la droite est éclatée : aux candidatures de Giscard-d'Estaing et de Jacques Chirac s'ajoutent celles de Michel Debré et de Marie-France Garaud. Après la rupture de l'union de la gauche, Georges Marchais, secrétaire général du Parti communiste présente sa candidature face à François Mitterrand. Le même duel au second tour que celui de 1974 se produit en 1981 et cette fois-ci c'est François Mitterrand qui est élu. Pendant les deux premières années de son mandant, le socialiste commencera à mettre en œuvre son programme. Mais les législatives de 1986 forcent Mitterrand à la cohabitation.

En 1988, et malgré son cancer, Mitterrand est candidat à sa succession, Chirac est alors largement battu, cette élection voit également la montée en puissance du Front National qui profite du débat sur l'immigration depuis 1983.

En 1995, la droite renoue avec le pouvoir avec l'élection de Jacques Chirac face à Edouard Balladur. Chirac remporte l'élection, mais deux ans plus tard, il dissout l'Assemblée et perd durant les législatives, ce qui l'oblige à nommer Lionel Jospin, Premier ministre pour une nouvelle cohabitation.

En 2002, Jospin est candidat face à Jacques Chirac et quatorze autres candidats. Le 21 avril voient Jean-Marie Le Pen battre Lionel Jospin (16,86% face à 16,18% et 19,88% pour Jacques Chirac). Chirac est réélu avec 82,15% des voix. Cette élections montrent le début du rejet des partis traditionnels, l'abstention est en forte progression, autour de 31% si l'on compte les votes blancs et nuls.

Drapeau de la France Portail France —  Accédez au portail sur la France.
Portail de la politique —  Tous les articles sur la politique.