Rouen

« Rouen » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher


Rouen
Rouen et la Seine.
Administration
Le blason de Rouen
Pays France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime (76)
Code postal 76000 et 76100
Maire Yvon Robert
Site Web www.rouen.fr
Localisation
Coordonnées
géographiques
latitude : 49° 26′ 36″ Nord
longitude : 1° 06′ 00″ Est
altitude : de 2 à 152 m Cartes, vues aériennes et satellitaires
Superficie 21 km2
Démographie
Population 111 553 hab. (en 2011)
Densité 5 312 hab./km2
Gentilé Rouennais
Tourisme
Patrimoine Cathédrale de Notre-Dame
Gros-Horloge
Pont Gustave-Flaubert
Tour des Archives
Jardin des plantes
Tour Jeanne-d'Arc
Château de Rouen
Place du Vieux-Marché
Palais de justice
voir modèle • modifier

Rouen est une ville française, en Normandie, traversée par la Seine. Elle est le chef-lieu de la région Haute-Normandie et du département de la Seine-Maritime.

La ville compte 110 000 habitants et l'agglomération près de 500 000 habitants.

Géographie[modifier | modifier le wikicode]

Rouen, situé sur la Seine, à 80 km de l'embouchure, est cependant un grand port maritime accessible aux navires de haute mer. À l'origine, la ville occupait la rive droite de la Seine. Aujourd'hui, elle s'étend largement sur la rive gauche et inclut également l'île Lacroix. Le nord de la ville est très vallonné, formant l'agglomération rouennaise.

Jusqu'au début des années 1960, le port étendait son emprise au cœur même de la ville. Il s'arrête actuellement aux quais situés de part et d'autre du nouveau pont levant Gustave-Flaubert (2008). Rouen est aujourd'hui le premier port européen exportateur de céréales. Un terminal pour containers a aussi trouvé sa place dans l'activité portuaire.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Antiquité[modifier | modifier le wikicode]

Durant l'Antiquité, Rouen (à l'époque Rotomagus) était la capitale de la tribu gauloise des Véliocasses. On sait qu'au IIIe siècle, un amphithéâtre et de grands thermes y furent bâtis. Au milieu du IIIe siècle commencent les invasions germaniques. À partir de 841, les Vikings effectuent de fréquentes incursions dans la vallée de la Seine. Dès cette date, ils ravagent Rouen une première fois.

Moyen Âge[modifier | modifier le wikicode]

Rouen, attaqué une nouvelle fois par les Nortmanni en 843, devient la capitale du duché de Normandie. Rollon, chef viking reçoit du roi de France Charles III, par le traité de Saint-Clair-sur-Epte, en 911, une région comparable par ses dimensions à l'actuelle Haute-Normandie.

Les ducs de Normandie résident souvent à Rouen, sauf Guillaume le Conquérant qui préfère développer Caen comme capitale. Au XIIe siècle, Rouen est un centre de commerce important, exportant du sel et du poisson vers Paris, ainsi que du vin vers l'Angleterre. En 1200, la cathédrale de Rouen est reconstruite à la suite d'un incendie. Le chantier dure plusieurs siècles.

Le roi de France Philippe Auguste prend la ville en 1203 et rattache la Normandie au royaume de France l'année suivante. Il fait construire le château de Rouen, dont seul subsiste le donjon, dit Tour Jeanne d'Arc.

Les marchands rouennais expédient en Angleterre des vins et du blé et importent de la laine et de l'étain. Des manufactures de textiles se développent à Rouen et dans toute sa région : les draps sont revendus dans les foires de Champagne.

Le 19 janvier 1419, durant la guerre de Cent Ans, le roi d'Angleterre Henry V prend la ville de Rouen et rattache la Normandie à la couronne britannique. C'est dans cette ville, capitale du pouvoir anglais dans le royaume de France, que Jeanne d'Arc fut jugée et brûlée le 30 mai 1431. La même année le jeune Henry VI est couronné roi de France et d'Angleterre à Paris, avant de se rendre à Rouen où il est acclamé par la foule. Le roi de France reprend la ville en 1449, après 30 ans d'occupation anglaise.

Renaissance[modifier | modifier le wikicode]

La guerre de Cent Ans terminée, les grands chantiers reprennent dans la capitale normande. Au début de la Renaissance, Rouen est la cinquième ville la plus peuplée du royaume après Paris, Marseille, Lyon et Bordeaux. On achève les églises dans le style flamboyant. On attribue au célèbre sculpteur Jean Goujon les vantaux de l'église Saint-Maclou.

L'essor économique de la ville à la fin du XVe siècle est dû aux draperies, mais aussi à la soierie et à la métallurgie. Les pêcheurs de Rouen vont jusqu'à Terre-Neuve pour pêcher la morue et en Baltique pour pêcher le hareng. Le sel est acheminé depuis le Portugal et Guérande. Les draps sont vendus en Espagne, qui fournit désormais la laine.

Temps modernes[modifier | modifier le wikicode]

Les XVIIe et XVIIIe siècles sont pour Rouen une période de prospérité et de fort développement économique, notamment avec le commerce textile et le développement du port fluvial.

Pendant la guerre franco-allemande de 1870, Rouen est occupé par l'armée prussienne. Lors de la Première Guerre mondiale, elle sert de base pour l'armée britannique.

La ville est occupée par l'armée allemande au cours de la Seconde Guerre mondiale. En 1944, elle subit de violents bombardements alliés visant notamment les ponts sur la Seine et la gare de triage de Sotteville-lès-Rouen. La cathédrale, le Palais de justice furent sévèrement touchés. Puis, lors du bombardement américain de la « semaine rouge », du 30 mai au 5 juin 1944, tout le quartier de la cathédrale est de nouveau la proie des flammes. Après la guerre, le centre-ville est reconstruit selon un grand plan d'urbanisme mais le Palais de justice de Rouen porte encore les traces de ses bombardements avec des trous dans les murs.

Monuments[modifier | modifier le wikicode]

Cathédrale de Rouen, vue du Gros-Horloge

Cathédrale[modifier | modifier le wikicode]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Cathédrale Notre-Dame de Rouen.

La cathédrale Notre-Dame de Rouen est un chef-d'œuvre de l'architecture gothique, et en particulier du gothique flamboyant.

Les immenses tours de la cathédrale, très ouvragées, au-dessus de la façade et du transept, annoncent la ville de très loin. Elles sont visibles du fleuve aussi bien que des collines environnantes.

La tour nord, haute de 77 m, est la tour Saint-Romain, du nom d'un archevêque de Rouen du VIIe siècle qui, selon la légende, aurait vaincu la « gargouille », un dragon vivant, dans les marécages de la Seine. Elle est de style gothique primitif du XIIe siècle pour les premiers étages et de style gothique flamboyant pour le dernier, couronné de son fameux « toit en hache ».

La tour sud est la tour de Beurre, chef-d’œuvre du gothique flamboyant qui inspira particulièrement Claude Monet.

La troisième tour est la « tour-lanterne », à la croisée du transept, surmontée d'une flèche en fonte qui culmine à 151 m.

La façade est très richement décorée de 70 figures, sculptées entre 1362 et 1421. Dans le chœur se trouvent quelques sépultures des anciens ducs de Normandie : de Rollon, le fondateur du duché, et aussi de Richard Cœur de Lion qui fit déposer son cœur dans la cathédrale après sa mort, en « remembrance d'amour pour la Normandie ».

Autres églises[modifier | modifier le wikicode]

Abbaye Saint-Ouen[modifier | modifier le wikicode]

L'église abbatiale est un chef-d'œuvre de l'art gothique normand. Sa construction a commencé en 1318 et a été achevée en 1537. La façade n'a été réalisée qu'au XIXe siècle.

L'ancien dortoir des moines, somptueux bâtiment d'architecture classique, datant des années 1740, a été transformé en 1800 pour y installer l'hôtel de ville de Rouen.

Église Saint-Maclou[modifier | modifier le wikicode]

L'église Saint-Maclou a été édifiée dans le style gothique flamboyant entre 1437 et 1517. Sa façade est richement ornée d'une rose et de gables au-dessus des portails.

Gros-Horloge[modifier | modifier le wikicode]

Le Gros Horloge, vers 1860

Le Gros-Horloge est une horloge astronomique, avec un mécanisme du XIVe siècle et un cadran du XVIe siècle, qui enjambe la rue du Gros-Horloge sur une arche Renaissance contiguë à un beffroi gothique. L'heure est indiquée par une aiguille unique, comme souvent dans ces horloges médiévales. Les phases de la Lune sont indiquées dans l'œil-de-bœuf supérieur. Un écusson, au centre de l'arcade, montre l'agneau pascal et les armes de la ville. Le Gros-Horloge est l'édifice incontournable, pour les Rouennais comme pour les touristes. On peut monter au beffroi.

Palais de Justice[modifier | modifier le wikicode]

Le Palais de justice est un bâtiment gothique à usage civil de la fin du Moyen Âge qui abritait, avant la Révolution française, le Parlement de Normandie. Il a été fortement remanié ou reconstruit jusqu'au XXe siècle.

Place du Vieux-Marché[modifier | modifier le wikicode]

Durant la guerre de Cent Ans, la place du Vieux-Marché fut le théâtre du supplice de Jeanne d'Arc, brûlée vive le 30 mai 1431. La place du Vieux-Marché est entourée par un ensemble de maisons à colombages et pans de bois.

L'église Sainte-Jeanne-d'Arc a été élevée sur le lieu même du martyre. C'est une église moderne, édifiée par l'architecte Louis Arretche en 1979. C'est à la fois une église pour honorer la sainte et un lieu de conservation des vitraux de l'ancienne église Saint-Vincent, détruite en 1944.

Communications, transports[modifier | modifier le wikicode]

Ponts sur la Seine[modifier | modifier le wikicode]

Belem sous le pont Gustave-Flaubert, Armada 2007

Jusqu'au milieu du XXe siècle, il n'y avait aucun pont entre Rouen et la mer, de manière à laisser libre la navigation de haute mer jusqu'à la ville.

Depuis les années 1950, trois grands ponts routiers ont été construits entre Rouen et l'estuaire de la Seine : le pont de Tancarville (pont suspendu), le pont de Brotonne (pont à haubans) et le pont de Normandie (pont à haubans). Tous laissent passer des navires de fort tonnage.

À Rouen même, les premiers ponts remontent au IXe siècle. Ils furent reconstruits plusieurs fois, particulièrement après les dynamitages et les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Il a existé, au début du XXe siècle, un pont transbordeur. Rouen compte actuellement sept grands ponts, le dernier en date et en position géographique étant le pont Gustave-Flaubert, grand pont levant autoroutier mis en service en 2008.

Activités économiques, touristiques et culturelles[modifier | modifier le wikicode]

Le grand port maritime de Rouen est un établissement public qui assure la gestion des installations portuaires de Rouen jusqu'à Honfleur et l'estuaire de la Seine.

Depuis l'Antiquité, le port constitue une part prépondérante de l'activité de la ville en raison de sa situation stratégique entre Paris et la mer. Bien qu'il soit à 80 km de l'estuaire (6 heures de navigation), le port reçoit des navires très importants, jusqu'à 280 m de long et 150 000 tonnes.

En tonnage de marchandises, Rouen est le 5e port français et le 28e port européen. C'est le 1er port européen pour les céréales, le 1er port français pour la farine et les engrais. Le trafic pétrolier est important (cependant beaucoup moins que celui du Havre), en raison de la proximité de la raffinerie de Petit-Couronne.

L'Armada de Rouen est un rassemblement de grands voiliers qui a lieu tous les quatre ou cinq ans sur les quais de la Seine. Cette manifestation dure une dizaine de jours.

Au terme de ces dix jours, les navires descendent la Seine. Cette « parade de la Seine » s'achève au large de Honfleur et du Havre, où les navires retrouvent la mer.

Arts, architecture[modifier | modifier le wikicode]

Rouen possède un musée des Beaux-arts, un musée de la Ferronnerie et une gare de style Art déco.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Dans les environs...[modifier | modifier le wikicode]

Les abbayes romanes des méandres de la Seine[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Article mis en lumière la semaine du 13 décembre 2010.
Francestubmap.png Portail France —  Accédez au portail sur la France.
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Rouen de Wikipédia.

49° 26′ 38″ N 1° 06′ 12″ E / 49.443889, 1.103333