Pont suspendu

« Pont suspendu » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Le pont de Menai, pont suspendu à chaînes, au pays de Galles, par Thomas Telford. Premier grand pont suspendu au monde, 1826.

Un pont suspendu est un pont dont le tablier est fixé à une suspente métallique et à des câbles porteurs posés sur des pylônes.

Historique[modifier | modifier le wikicode]

Ponts du XIXe siècle[modifier | modifier le wikicode]

Les premiers ponts américains[modifier | modifier le wikicode]

Les premiers ponts suspendus sont expérimentés aux États-Unis à partir de 1802. Ces ponts historiques, légers et sujets à des oscillations, sont soutenus par des chaînes de fer qui se brisent souvent.

Les grands ponts britanniques à chaînes[modifier | modifier le wikicode]

La seconde génération est due, en Grande-Bretagne, à l'ingénieur écossais Thomas Telford (1757-1834), qui construisit toutes sortes de routes et de ponts : en bois, en maçonnerie, en assemblages métalliques, et enfin des ponts suspendus à chaînes constituées de barres à œil en fer forgé, beaucoup plus solides que celles de la génération américaine précédente. Le premier grand pont routier (1826) est le pont de Menai, au pays de Galles, qui franchit un bras de mer, sur la route qui mène de Londres à Holyhead (vers Dublin, en Irlande).

Le pont des Chaînes, à Budapest (1839), appartient à cette génération de ponts de technique britannique.

Les ponts à câbles jusqu'en 1850[modifier | modifier le wikicode]

Les frères Seguin, industriels à Annonay, ont l'idée de substituer aux chaînes forgées britanniques, difficiles à réaliser, des câbles constitués de fils de fer torsadés. Ils construisent d'abord une passerelle expérimentale de 16 m à Annonay, puis participent à la construction d'une première passerelle suspendue à Genève, en 1823. À partir de ce moment, ils ont de nombreux projets de ponts suspendus sur le Rhône.

Le franchissement du Rhône a toujours été difficile : le débit du fleuve, entretenu jusqu'en été par la fonte des neiges, empêche d'établir normalement les fondations des piles de ponts. Au début du XIXe siècle, il n'existe que trois ponts en maçonnerie sur le Rhône, tous d'origine médiévale, maintenus en état avec difficulté : le pont de la Guillotière à Lyon (reconstruit), le pont de Pont-Saint-Esprit (toujours en place), et le célèbre pont d'Avignon, jamais stabilisé, toujours (et encore) en ruine.

Le premier grand pont suspendu des frères Seguin est celui de Tournon, 1823-1825 (aujourd'hui démoli), suivi du pont d'Andance, 1827 (encore en place). Ils seront suivis de nombreux autres.

Un pont suspendu célèbre en Suisse est le Grand Pont de Fribourg, 1836, démonté en 1923.

Ces premiers ponts suspendus rendirent bien des services, mais ils connurent aussi des accidents, y compris des ruptures, comme au pont de la Basse-Chaîne, à Angers, construit en 1838, qui s'écroula en 1850 sous un bataillon de soldats, qui, paraît-il, marchaient au pas. Ces ponts furent rapidement renforcés ou reconstruits. Plus aucun d'entre eux n'est dans son état d'origine : les tabliers à platelage de bois ont été remplacés par des tabliers métalliques et les câbles de fer par des câbles en acier beaucoup plus solides.

Ponts du XXe siècle[modifier | modifier le wikicode]

Abandonnés dans la seconde moitié du XIXe au profit de ponts métalliques rigides, puis en béton armé, les ponts suspendus connaissent un regain d'intérêt au XXe siècle pour la traversée d’estuaires ou de bras de mer. Ces ponts suspendus géants atteignent des portées encore jamais atteintes : le Golden Gate Bridge, à San Francisco, construit en 1937, a une portée de 1 280 m ; le pont du Humber, en Angleterre, de 1981, a une portée de 1 410 m.

Le plus long pont au monde est aussi un pont suspendu : c'est le pont du détroit d'Akashi, au Japon, construit en 1998, d'une portée de 1 991 m.

Technique[modifier | modifier le wikicode]

Un pont suspendu comporte :

  • des pylônes qui supportent les câbles porteurs ;
  • des câbles porteurs qui supportent la masse du tablier ;
  • des suspentes, tiges métalliques qui relient le tablier aux câbles porteurs ;
  • un tablier qui supporte la chaussée ;
  • des massifs d'ancrage qui s'opposent aux forces de traction des câbles porteurs.


Schéma d'un pont suspendu.


Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Article mis en lumière la semaine du 30 juillet 2012.
Portail des techniques — Tous les articles sur les moyens de transport, l'informatique, les outils et les matériaux…