Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
la cabane  • le Livre d'or
Les articles de Vikidia sont écrits et corrigés par des enfants, des adolescents et des adultes. On cherche de nouveaux rédacteurs !

Florence

« Florence » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Florence (Firenze en italien) est une grande ville du nord de l'Italie, capitale de la région de Toscane. Elle est traversée par le fleuve Arno, qui arrose aussi la ville de Pise, plus à l'ouest.

Panorama de Florence

Florence est le berceau de la Renaissance en Italie : la puissante cité des Médicis cache des trésors artistiques derrière les portes de ses églises et de ses palais fortifiés. On y rencontre les œuvres d'artistes illustres comme Michel-Ange.

Le blason de la ville de Florence, est d'argent, à la fleur de lys florencée de gueules.

Héraldique[modifier | modifier le wikicode]

Le symbole de Florence est la fleur de lys rouge (le Giglio), semblable à celle des armes de Lille, adoptée par les rois de France : c'est en réalité une fleur d'iris. La fleur est présente dans le nom de la ville, anciennement Florentia, dont la monnaie est le florin, et dans celui de sa cathédrale Sainte-Marie-de-la-Fleur (Santa Maria del Fiore).

  • « Florence est vraiment la ville de la fleur, et ce n'est pas à tort qu'elle porte le lys rouge pour emblème. »1

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Origines de Florence[modifier | modifier le wikicode]

Florence fut fondée, sans doute en -59, par des vétérans de César, à proximité de la vieille cité étrusque de Fæsulæ (aujourd'hui Fiesole). Cette colonie fut conçue selon le plan carré d'un camp romain, comprenant des rues perpendiculaires et 4 km de murailles précédées d'un fossé, défendant un pont de bois élevé à proximité de l'actuel Ponte Vecchio. La cité prospéra durant tout l'Empire romain, avant de subir déclin et au moment des invasions, comme toutes les cités romaines du nord de l’Italie, à partir du IIIe siècle.

Florence au Moyen Âge[modifier | modifier le wikicode]

Le poète florentin Dante Alighieri (1265-1321) rencontre Béatrice, sa muse inspiratrice, dans le décor des rives de l'Arno et du Ponte Vecchio.

Florence reprend de l'importance au IXe siècle, lorsque l'empereur carolingien Lothaire Ier l'érige en archevêché et en comté. Elle prospère peu à peu au cours du Moyen Âge grâce à sa solidité militaire et à ses relations commerciales avec la France, l'Allemagne, le reste de l'Italie et aussi les pays de l'Orient, par l'intermédiaire du port de Pise, établi à l'embouchure de l'Arno.

Par Florence passent le commerce des draps de Flandre, tout comme celui des plantes tinctoriales (teintures) de l'Asie. Les grands marchands florentins se font alors prêteurs, puis banquiers. La commune de Florence est administrée par un collège de consuls et un conseil général de 150 membres, en collaboration avec les autorités religieuses. Ces autorités construisent églises et monastères dans la ville et aux alentours, dans les autres cités toscanes. En 1215 éclate une querelle entre deux familles influentes, dont va naître la rivalité entre les deux partis florentins des guelfes et des gibelins, avec des répercussions dans toute l'Italie. Au début du XIIIe siècle, Florence compte environ chez elle 90 000 habitants.

Vers 1350, Florence a su concentrer chez elle l'essentiel du commerce de la Toscane. La ville frappe des monnaies très recherchées, ses florins d'or et continue le négoce du drap. La ville, désormais ceinte de plus de 8 km de fortifications est défendue par autant de troupes de mercenaires qu'il était nécessaire. À cette époque ont été construits tous les grands édifices médiévaux civils et religieux qu'on peut encore admirer de nos jours : la cathédrale, les grandes églises, les tours et les palais fortifiés. C'est à ce moment (1347) que survient l'épidémie de peste noire qui tue la moitié des habitants, d'autres fuyant dans la campagne avec plus ou moins de chances de salut, comme ces jeunes gens décrits par Boccace dans son Décaméron.

Florence : une capitale de la renaissance européenne[modifier | modifier le wikicode]

Une copie du David de Michel-Ange (1501), devant l'entrée du Palazzo Vecchio.
Le siège de Florence, en 1530, par Giorgio Vasari.

S'ensuit alors une lente remontée, avec des luttes incessantes entre les grandes familles, jusqu'en 1434 où Cosme de Médicis impose son autorité. Au XVe siècle, Florence n'est plus seulement une opulente cité qui annexe les ports de Pise et de Livourne, mais devient un État important. Elle est bientôt le grand centre artistique et intellectuel de l'Italie, le berceau de la Renaissance européenne, sous l'administration de Laurent de Médicis (né en 1449, au pouvoir de 1469 à 1492), dit « Laurent le Magnifique », qui soutient les grands artistes de son époque : Andrea del Verrocchio, Léonard de Vinci, Sandro Botticelli, Domenico Ghirlandaio, Filippino Lippi, Michel-Ange.

En 1490, le moine dominicain Savonarole dénonce le luxe et la corruption des mœurs : il établit une république rigoriste et aristocratique, en concurrence avec le pape et l'autorité romaine. Finalement, sous l'influence du diplomate Machiavel, la république voit en 1512 le retour des Médicis qui sont à nouveau chassés en 1527, puis à nouveau rappelés en 1530, à la faveur du siège de la ville par les troupes impériales de Charles Quint.

Le déclin[modifier | modifier le wikicode]

Après la glorieuse époque de la Renaissance, Florence décline lentement aux siècles suivants, jusqu'à une nouvelle ère de prospérité, aux XVIIIe et XIXe siècles, sous l'autorité des grands ducs issus de la maison de Habsbourg-Lorraine. En 1861, Florence devient la capitale provisoire du nouveau royaume d'Italie jusqu'en 1870 où elle est remplacée par Rome (dont le pape vient de perdre la souveraineté).

2

Les monuments et les musées[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Musées de Florence

Cathédrale Santa Maria del Fiore[modifier | modifier le wikicode]

La cathédrale Santa Maria del Fiore (ou Dôme de Florence) a été bâtie à partir de 1296 dans le style gothique ; le campanile de Giotto est de 1307-1357 et la construction s'est achevée par l'immense coupole de Brunelleschi, édifiée de 1420 à 1436, dans l'esprit de la Renaissance. Le Dôme de la cathédrale est considéré comme une des merveilles d'architecture de la Renaissance : à l'époque, construire un dôme était une prouesse technologique. C'est l'un des plus grands au monde, encore aujourd'hui.

Les marbres verts et blancs de la façade sont une adjonction moderne de la fin du XIXe siècle.

Le baptistère Saint-Jean

Baptistère[modifier | modifier le wikicode]

Le baptistère Saint-Jean, devant la cathédrale, est un édifice roman du XIIe siècle, célèbre pour ses portes de bronze.

La porte Sud a été réalisée entre 1330 et 1338 par Andrea Pisano, avec une équipe d'artistes vénitiens. En 1401, Lorenzo Ghiberti remporta le concours de la porte Nord, très similaire à celle du Sud.

On confia aussi à Ghiberti la réalisation de la porte Est dite porte du Paradis, chef-d’œuvre orné de panneaux dorés en bas-reliefs, sur lesquels il travailla durant 25 ans.

Palazzo Vecchio[modifier | modifier le wikicode]

Le Palazzo Vecchio (le Vieux Palais), qui se trouve sur la Piazza della Signoria, est l'hôtel de ville de Florence. C'est un palais fortifié de la fin du XIIIe siècle, construit par Arnolfo di Cambio. Il abrite aussi un musée.

La place est ornée d'un ensemble artistique de la Renaissance : une copie du fameux David de Michel-Ange et la Loggia dei Lanzi qui abrite le Persée de Benvenuto Cellini.

Galerie des Offices[modifier | modifier le wikicode]

La Galerie des Offices est un grand bâtiment de style Renaissance, construit à partir de 1560 par l'architecte Giorgio Vasari pour le compte de Cosme le Jeune, duc de Toscane, pour abriter l'administration florentine. La galerie est ouverte au public comme musée depuis 1765. Il couvre environ une superficie de 10 000 m² et abrite la plus belle collection de peinture italiennes au monde (2 Léonard de Vinci, 1 Michel-Ange, 3 Botticelli...). Les peintures sont rassemblées par ordre chronologique et montrent l'évolution de la peinture, italienne et étrangère, des primitifs du XIIIe jusqu'au XVIIIe siècle. Et surtout attendez-vous à faire la queue (environ 1 ou 2 h selon les jours d'affluence).

La Galerie des Offices est l'un des plus grands musées européens.

Article à lire Article à lire : Galerie des Offices

Ponte Vecchio[modifier | modifier le wikicode]

Le Ponte Vecchio traverse l’Arno au centre de la ville. C'est l'un des rares ponts habités qui subsistent en Europe : depuis longtemps, ces habitations sont occupées par des commerces de luxe, principalement des bijouteries. Le premier pont en bois remonte à l'époque romaine. Sous sa forme actuelle, il est le résultat d'une reconstruction de 1345.

Le Ponte Vecchio

Le Corridor de Vasari passe au-dessus des boutiques : c'est un long couloir que les Médicis empruntaient pour se rendre en toute sécurité du palazzo Vecchio et des Offices au palais Pitti.

Palais Pitti[modifier | modifier le wikicode]

Le palais Pitti, le plus grand de toute la ville, est situé sur la rive gauche (sud) de l'Arno, à l'extérieur de la ville historique : il fut construit à partir de 1458, dans un style sévère, par l'architecte Filippo Brunelleschi, pour le banquier Luca Pitti. Les Médicis s'y installèrent en 1560. Aujourd'hui, le palais Pitti n'est plus une résidence princière : c'est un grand musée de peinture, agrémenté d'un immense parc.

Basilique Santa Croce de Florence[modifier | modifier le wikicode]

La basilique Santa Croce de Florence est la plus grande église franciscaine au monde, de nombreuses personnes illustres y reposent tel que: Michel-Ange, Galilée ou encore Machiavel.

Art[modifier | modifier le wikicode]

Florence est le berceau de la Renaissance. Au XVe siècle, elle fut le principal foyer de diffusion de celle-ci. Les Médicis, riches marchands, étaient également de grands mécènes et ils soutinrent les plus grands artistes de leurs temps. Les ateliers et les artistes affluaient à Florence, contribuant à son essor. De nombreux bâtiments et églises furent construits à cette époque. La construction du dôme de Santa Maria del Fiore fut une grande prouesse architecturale et technique (Filippo Brunelleschi).

De nombreux artistes sont originaires de Florence: Léonard de Vinci, Cimabue, Bronzino, Domenico Ghirlandaio, Masaccio, Vasari ou encore Jacopo da Pontormo...

Dans la fiction[modifier | modifier le wikicode]

Jeux vidéos

Florence est une des villes reconstituées dans Assassin's Creed II. On peut y voir la ville à l'époque de la Renaissance italienne et assister à divers événements historiques ayant marqué son histoire, comme la conjuration des Pazzi ou le bûcher des vanités de Savonarole. Les monuments de la ville ont été soigneusement reproduits, même s'il subsiste quelques anachronismes (la façade de Santa Maria del Fiore n'est pas d'époque et son baptistère, pourtant déjà présent, n'y est pas représenté) et quelques erreurs (le campanile est plus haut que le Dôme, alors que c'est l'inverse dans la réalité). La ville est également présente dans quelques missions de la suite, Assassin's Creed Brotherhood.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, p. 229).
  2. * Source : article Florence, Grande Encyclopédie Larousse, archives en ligne.
Portail de l'Italie —  Tous les articles sur l'Italie.

43° 46′ 18″ N 11° 15′ 13″ E / 43.771667, 11.253611