Royaume de Piémont-Sardaigne

« Royaume de Piémont-Sardaigne » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Le royaume de Piémont-Sardaigne dans la première moitié du XIXe siècle

Le royaume de Piémont-Sardaigne ou royaume de Sardaigne est un état qui existait en Europe de 1720 à 1861. Sa capitale est Turin. Il est gouverné par la maison de Savoie. C'est autour de lui que se réalise l'unification italienne au XIXe siècle. En 1861, il se transforme en royaume d'Italie.

Le Royaume de Sardaigne au XVIIIe siècle[modifier | modifier le wikicode]

En 1720, le duc de Savoie doit céder la Sicile aux Autrichiens. En échange il obtient la Sardaigne. Désormais il porte le titre de roi de Sardaigne. Le royaume en plus de la Sardaigne comprend la Savoie, le comté de Nice, le Piémont et des territoires en Lombardie. Sous le règne de Charles-Emmanuel III le royaume est gouverné selon les principes du despotisme éclairé.

En 1792, le royaume, dont deux princesses ont été mariées aux frères du roi Louis XVI, est attaqué par la France révolutionnaire qui s'empare de la Savoie et de Nice, puis en 1798 du Piémont. Les territoires deviennent des départements français. Le roi Charles-Emmanuel IV se réfugie en Sardaigne où il reste jusqu'en 1814 sous la protection de la marine de guerre britannique.

Recréation du royaume de Sardaigne après la Révolution française et le Premier Empire[modifier | modifier le wikicode]

En 1815, le royaume est reconstitué par le congrès de Vienne, pour en faire un « état-tampon » destiné à surveiller la frontière sud-est de la France. Il annexe alors le territoire de l'ancienne république de Gènes. L'occupation française de la période révolutionnaire et napoléonienne a permis l'apparition des idées libérales soutenues par la bourgeoisie et le mouvement carbonariste. De nombreux soulèvements ont lieu, le roi doit abdiquer en faveur de son frère Charles-Félix mais l'intervention autrichienne rétablit le pouvoir absolu. En 1831, Charles-Albert le cousin du roi hérite du trône. Tout en maintenant une politique répressive, il réorganise l'armée piémontaise et encourage le développement industriel. Le Piémont devient l'État le plus moderne d'Italie.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Mouvements libéraux en Italie dans les années 1820.

L'échec de 1848[modifier | modifier le wikicode]

En 1848, Charles-Albert transforme son royaume en une monarchie constitutionnelle et parlementaire. La même année, en raison du Printemps des peuples et du soulèvement de Milan alors autrichienne, il déclare la guerre à l'Autriche, mais est battu à Novare en mars 1849. Il abdique en faveur de son fils Victor-Emmanuel II. Celui-ci résiste aux Autrichiens qui veulent lui imposer le retour à une monarchie absolue. Il va préparer le Piémont à devenir le chef de file du mouvement patriotique pour l'indépendance et l'unification de l'Italie.

Vikiliens pour compléter sur les États italiens au XIXe siècle[modifier | modifier le wikicode]

Portail de l'Italie —  Tous les articles sur l'Italie.
Journal-des-chemins-de-fer-image-titre.png Portail du XIXe siècle - Tous les articles concernant les années 1801 jusqu'à 1900.