Région italienne

« Région italienne » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Les régions d'Italie :
1 : Abruzzes
2 : Val d'Aoste
3 : Pouilles
4 : Basilicate
5 : Calabre
6 : Campanie
7 : Émilie-Romagne
8 : Frioul-Vénétie julienne
9 : Latium
10 : Ligurie
11 : Lombardie
12 : Marches
13 : Molise
14 : Piémont
15 : Sardaigne
16 : Sicile
17 : Trentin-Haut-Adige
18 : Toscane
19 : Ombrie
20 : Vénétie

En Italie, la région est la division administrative du territoire de premier niveau, donc la plus importante, les autres étant la province (deuxième niveau) et la commune (troisième niveau).

L'Italie est divisée en vingt régions, elles-mêmes divisées en plusieurs provinces. Cinq de ces régions ont un statut spécial d'autonomie, et chacune a son propre conseil régional.

Liste des régions[modifier | modifier le wikicode]

Liste des 20 régions (statut spécial en italique) du nord au sud :

Les régions à statut spécial d'autonomie[modifier | modifier le wikicode]

Le Val d'Aoste, le Frioul-Vénétie Julienne, le Trentin-Haut-Adige, la Sardaigne et la Sicile profitent du statut spécial d'autonomie selon l'article 116 de la Constitution italienne.

Ces régions ont droit à de larges pouvoirs législatifs et à une considérable autonomie financière. Le Val d'Aoste retient 90 % des impôts payés par ses habitants, la Sicile parfois 100 %. L'État a conservé néanmoins ses compétences en matière de justice, d'ordre public et de défense.

Les raisons de l'autonomie[modifier | modifier le wikicode]

Quatre régions autonomes ont été créées en 1948:

  • la Sicile (1946) et la Sardaigne, étaient pauvres économiquement et isolées du continent (ce sont des îles). Il fallait apaiser les tendances séparatistes de leurs populations (surtout les Siciliens), et les minorités linguistiques (surtout les Sardes);
  • le Trentin-Haut-Adige, dans le but de protéger sa minorité germanophone conformément à l'accord de Paris de 1946 entre le Premier ministre italien et le ministre des Affaires étrangères autrichien, et sa minorité linguistique ladine des Dolomites;
  • le Val d'Aoste, pour protéger ses minorités française et francoprovençale.

Quant au Frioul-Vénétie julienne, son statut d'autonomie a été obtenu en 1963, après le retour du territoire de Trieste dans celui de l'Italie. La région, qui se trouvait alors aux frontières du bloc communiste, hébergeait une minorité slovène qu'il s'agissait aussi de protéger, ainsi qu'une minorité linguistique frioulane à forte particularité et des îlots linguistiques germaniques.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Région autonome à statut spécial (Italie) de Wikipédia.
[Page consultée le 26 juillet 2008]
Portail de l'Italie —  Tous les articles sur l'Italie.