Bataille de Salamine

« Bataille de Salamine » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
L'île de Salamine protège une baie bien abritée, près d'Athènes. La bataille s'est déroulée dans les détroits, à droite de l'île.

La bataille de Salamine est une bataille navale qui s'est déroulée en 480 av. J.-C. dans la baie de Salamine. Cette bataille oppose les Grecs et les Perses pendant une des guerres médiques

L'héritage phénicien[modifier | modifier le wikicode]

Durant le premier millénaire av. J.-C., le monde hellénique succède au monde phénicien. Ces derniers, véritables inventeurs d'une marine marchande et militaire, avaient conquit la méditerranée ainsi qu'une partie de l'Atlantique jusqu'en Angleterre. Carthage fut une des plus florissantes cités de la Méditerranée centrale et les techniques de navigations phéniciennes se répandaient à travers le monde maritime.

En digne successeurs, les Grecs, favorisés par un littoral dentelé propice à l'établissement de ports et de nombreux archipels prirent rapidement le relais de cette domination. La Crète et une profusion de cités chypriotes, dodécanésiennes, ou ioniennes prennent leur essor. Le commerce maritime est florissant. Athènes et son port du Pirée bénéficient largement de cette prospérité.

Contexte[modifier | modifier le wikicode]

Au début du Ve siècle, Xerxès, empereur Perse ne rêve que d'expansion outre-mer. De surcroît, les Perses, malgré leur défaite à Marathon (-490), ont gardé une flotte intacte représentant un danger pour Athènes. L'empereur Perse Xerxès jette un œil avide sur les richesses grecques. Thémistocle déclare, et cela résume tout un courant de pensées : La défense de la ville se trouve sur mer.

Malgré une forte critique des propriétaires terriens menés par Aristide, Thémistocle n'en continue pas moins à préparer une flotte de guerre imposante et l'argent des mines sert majoritairement à la fabrication de galères.

Ces galères mises en chantier sont légères et maniables, contrastant avec les pesantes embarcations perses qui sont capables de transporter de grandes quantités de soldats mais s'avèreront handicapées par cette lourdeur face aux Athéniens.

Thémistocle d'après un buste d'époque romaine

Xerxès attaque[modifier | modifier le wikicode]

Xerxès règne sans conteste sur un vaste empire allant de l'actuelle Turquie aux Indes, au Caucase et au désert d'Arabie. Cet empire, il voudrait le voir se développer vers l'ouest et donc la Grèce. Il rassemble 150 000 soldats et 1 200 navires sont prêts à appareiller dans la mer Égée. Il envoie des ambassadeurs à Athènes afin d'exiger la reddition sans condition de la cité grecque.

Une fois encore, les avis grecs sur la position à tenir divergent. L'Oracle de Delphes est consulté et conseille de se battre derrière des murs de bois. Beaucoup comprirent qu'il s'agissait des murailles d'Athènes mais Thémistocle, confiant en la qualité de sa marine et de ses marins pensa au bois de ses trières.

La bataille de Salamine[modifier | modifier le wikicode]

Plusieurs stratégies possibles

La flotte grecque a dû repousser un assaut de la flotte de Xerxès lors d'une bataille indécise où plusieurs dizaines de navires sont perdus. Aussi les chefs grecs décident de quitter l'Artémision, où ils mouillaient. Dans la nuit, discrètement, la flotte dirigée par Eurybiade emprunte le canal de l'Eubée et navigue vers le sud.

La situation pour les Grecs n'est pas encourageante. La défaite des Thermopyles, la soumission de la Béotie, la prise d'Athènes abattent les Grecs. La flotte s'installe à Salamine. Le plan implique l'abandon total de l'Attique, ce qui explique aussi la prise d'Athènes et sa destruction partielle.

Thémistocle, le stratège, a un plan précis. Il s'agit de combattre dans la rade étroite de Salamine car il est persuadé, à juste titre, que les Perses ne pourront pas entreprendre la manœuvre d'encerclement. De plus il est sûr que, dans cette passe étroite, les navires ennemis se gêneront mutuellement et seront autant de proies pour un abordage ou un éperonnage de la part des trières grecques. Enfin il pense qu'en coupant l'armée perse de sa flotte, elle fera demi-tour.
Plan de la bataille de Salamine

Eurybiade préfère défendre un autre point de vue. Maintenant que la flotte grecque a assuré l'évacuation de l'Attique, il faut retourner près des forces terrestres pour entreprendre des actions combinées. Ce point de vue est partagé par les Corinthiens. Thémistocle reçoit cependant le soutien d'Égine et de Mégare. Thémistocle, utilise la ruse et fait parvenir un message à Xerxès, par l'intermédiaire d'un Grec nommé Sicinnos, l'informant du désir de fuite d'une partie des généraux grecs par la passe occidentale de la baie d'Éleusis encore libre. Cette manœuvre fonctionne parfaitement et une partie de la flotte perse termine l'encerclement des Grecs tandis que l'îlot de Psyttalie est occupé par un détachement avec pour objectif de recueillir les équipages perses et achever les Grecs lorsque la bataille éclatera.

La bataille[modifier | modifier le wikicode]

Thémistocle entame cette bataille par une ruse : Il fait évacuer la population sur l'île de Salamine, ne gardant qu'une garnison réduite sur les hauteurs de l'Acropole et fait courir le bruit que sa flotte se retirait vers le Péloponnèse afin d'éviter la destruction. Le but est d'attirer la flotte perse vers Athènes par le bras de mer entre Salamine et le littoral. L'étroitesse de ce passage ne peut être favorable à cette flotte perse lourde et peu maniable.

Xerxès tombe droit dans le piège, et sûr de son triomphe, il lance ses navires dans l'étroite passe de Salamine, y provoquant un énorme embouteillage. Thémistocle lance alors sa contre-attaque. La flotte grecque, adossée au littoral, cachée des Perses par les nombreuses aspérités du terrain, surgit soudainement et se déploie autour des navires perses.

Les flèches pleuvent sur les Perses rapidement décimés. Les éperons éventrent les coques des navires. Les agiles bateaux grecs se faufilent entre les bateaux perses et y sèment la mort et la destruction. En moins d'une heure, Xerxès perd une centaine de navires. Son arrière-garde, ne lui étant d'aucun secours, s'enfuit. Le reste de sa flotte, pourtant trois fois plus nombreuse, succombe.

Conséquences[modifier | modifier le wikicode]

Xerxès doit renoncer à toute vue expansionniste vers l'ouest. L'aura d'Athènes, au contraire, se trouve amplifié. Cette victoire militaire va se transformer en une suprématie politique, culturelle et artistique qui en fera de fait la chef de la Grèce. Pour lutter contre les Perses et porter la guerre en Asie, Athènes regroupe les cités grecques dans la ligue de Délos.

La victoire de Salamine est pour une très grande partie due au travail des rameurs (c'est-à-dire des citoyens les plus pauvres jusque-là écartés des fonctions politiques). Devenant une des parties les plus importantes de l'armée athénienne, ils vont demander une plus grande participation à la vie politique de leur cité. C'est une étape décisive vers la démocratisation de la vie politique d'Athènes .

Tout danger écarté à l'Est, Athènes colonise la Sicile, la Cyrénaïque, l'Italie du sud, la Sardaigne, la Corse. En Égypte, la présence grecque se fait plus fortement sentir avec Alexandrie. La mer Égée et l'Anatolie, avant sous domination perse, sont maintenant aux mains des Athéniens. C'est le début du fameux siècle de Périclès...

Sources[modifier | modifier le wikicode]

  • Les dossiers de l'Histoire n° 77.
Portail de la Grèce —  Tous les articles sur la Grèce, de l'antiquité à aujourd'hui.
Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.