Armée romaine

« Armée romaine » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Formation en « tortue » (testudo), lors d'une reconstitution historique, en Italie

L’armée romaine pendant la République est une armée de soldats citoyens. Pour les Romains, être soldat est un devoir civique en contrepartie de la jouissance de droits politiques. C'est une armée dont le recrutement et l'emploi sur les champs de bataille sont très organisés. Au cours de l'histoire, les soldats ont d'abord été recrutés et employés selon leur richesse, puis vers 300 av. J.-C. selon leur âge. Enfin à partir de la fin du Ie siècle av. J.-C. elle se transforme en armée de soldats de métier. Cette transformation va mettre en danger les institutions de la République romaine.

Le recrutement des légionnaires[modifier | modifier le wikicode]

Les citoyens romains sont mobilisables pour faire le service militaire entre 17 et 60 ans. De 17 à 46 ans, ils étaient affectés aux troupes combattantes. De 46 à 60 ans, ils forment l'armée territoriale affectée à un service moins mobile (garde des points stratégiques...). Jusqu'à la fin du IIe siècle av. J.-C. l'armée n'est pas permanente et est levée chaque année, que Rome soit ou non en guerre. L'appel a lieu au printemps, au mois de Mars (Mars est le dieu de la guerre chez les Romains et le mois de mars est le premier mois du calendrier romain). Le licenciement des troupes a lieu à l'automne, donc les soldats peuvent faire les gros travaux agricoles préparatoires à la nouvelle année de production. Dans l'Antiquité, et jusqu'au XVIIe siècle on ne combat pas pendant l'hiver. Tous les hommes mobilisables doivent se présenter, mais on tire au sort ceux qui vont réellement effectuer le service pour l'année. Les volontaires sont acceptés. Il y a des exeptions : les magistrats en exercice, les prêtres, les infirmes et les malades ne font pas le service. En cas de danger grave (le tumulte), tous les mobilisables sont enrôlés. Après 20 années de service effectif, les mobilisés sont congédiés définitivement (il ne faut que 10 années dans la cavalerie).

Après l'enrôlement, les soldats prêtent serment et assistent à des cérémonies religieuses de purification.

L'organisation de l'armée[modifier | modifier le wikicode]

L'organisation de l'armée romaine a changé au cours des siècles. Au temps des rois, elle était composée par des patriciens et de leurs clientèles. Les trois tribus romaines des origines fournissent environ 3 000 fantassins et 300 cavaliers (les patriciens). Les fantassins attaquent sans ordre et il y a souvent des combats singuliers (comme celui des Horaces et des Curiaces). L'armement individuel en bronze et en fer, à la charge du combattant, n'est pas uniforme entre les soldats.

Pendant la conquête de l'Italie[modifier | modifier le wikicode]

L'armée romaine à partir du IIIe siècle av. J.-C.

L'armée républicaine qui va conquérir le Latium puis l'Italie, est organisée différemment. À la fin du VIe siècle av. J.-C. la plébe romaine entre dans l'armée et celle-ci est organisée en légions. C'est l'application du système censitaire attribué au roi Servius Tullius. Les censeurs répartissent les citoyens en fonction de leurs richesse (le recensement). L'armement, toujours à la charge du combattant, est différent selon les moyens financiers du soldat. L'emploi du soldat dans la bataille est différent selon son armement. Les plus riches forment la cavalerie. Les citoyens moyennement riches, pouvant s'équiper complètement avec une lance, une épée longue, un casque, des jambières et un bouclier rond en métal, forment l'infanterie lourde. Les citoyens les moins riches, ne disposant que d'un équipement incomplet, forment l'infanterie légère. Chacune des quatre légions compte environ 4 000 hommes.

Pendant les Guerres puniques[modifier | modifier le wikicode]

À partir du IIIe siècle av. J.-C., l'armée, qui combat Carthage puis se lance dans la conquête du monde méditerranéen, est réorganisée. Les légionnaires sont employés selon leur âge et leur expérience et valeur militaires. La légion comprend 4 200 hommes. Les légionnaires proprement dits sont équipés complètement. Ils sont répartis entre 30 manipules de 60 à 120 hommes. Les manipules sont elles-mêmes divisées en 2 centuries. Les manipules sont échelonnées sur trois rangs. Les jeunes recrues (les hastati) combattent au premier rang et sont engagés dès le début du combat. Les soldats expérimentés (les principes) forment le second rang et viennent renforcer les hastati au cours du combat. Les soldats âgés, les vétérans (les triarii) combattent au troisième rang, ils ne sont engagés dans le combat que dans le cas où les hastati et les principes sont en difficulté. A ces légionnaires vient s'ajouter l'infanterie légère, les vélites, soit environ 1200 hommes qui sont répartis dans les rang des légionnaires. La cavalerie est formée par les citoyens romains et les peuples italiens alliés de Rome. De plus, la légion dispose de fantassins fournis par les alliés. Eventuellement l'armée s'adjoint des troupes auxiliaires formées de spécialistes non-italiens (archers crétois, cavaliers numides ou gaulois, frondeurs des Baléares...)

En 211 av. J.-C., il y avait 23 légions romaines combattant dans les pays méditerranéens.

La réforme militaire de Marius[modifier | modifier le wikicode]

En 106 av. J.-C., le consul Marius fait une réforme décisive pour l'armée romaine. Il abolit le recrutement des légionnaires à partir de la richesse. Désormais, tous les Romains, y compris les prolétaires (ceux qui n'ont que leurs bras et ceux de leurs enfants pour vivre) peuvent faire partie de l'armée. Ils reçoivent une solde qui leur permet de vivre. Le légionnaire peut s'engager et au terme de son contrat se réengager. Il devient alors un vétéran. Il peut ainsi faire carrière dans l'armée. Rome a désormais une armée de métier.

L'armée romaine au Ie siècle av. J.-C.

Marius réorganise aussi l'emploi des légionnaires. Les vélites, qui regroupaient auparavant les citoyens les plus pauvres, n'ont plus de raison d'exister et sont supprimés. La légion forte de 6000 hommes est divisée en 10 cohortes. Chaque cohorte comprend 3 manipules de deux centuries. Mais la cohorte regroupe une manipule de chacun des 3 rangs (hastati, principes et triarii). Cela doit permettre une plus forte cohésion entre soldats d'âge et d'expérience différents. C'est désormais la cohorte qui est la base du combat.

L'armée romaine du Ie siècle av. J.-C. est donc loin du principe du soldat-citoyen. Désormais le sort du soldat de métier est lié aux succès de son général. Des militaires ambitieux vont en profiter pour s'emparer du pouvoir et mettre en danger les institutions de la République romaine.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Vikiliens sur l'armée romaine[modifier | modifier le wikicode]

Vikiliens sur l'histoire de Rome[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la Rome antique —  Histoire romaine, langues et civilisations italiotes.