Coriolan

« Coriolan » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Coriolan supplié par sa famille pour épargner Rome qu'il assiège. Tableau de Nicolas Poussin

Coriolan est un héros romain du Ve siècle av. J.-C.. Il est le vainqueur des Volsques , un peuple italiote voisin des Romains. Exilé, il assiège Rome et n'y renonce qu'après les supplications de sa famille.

Caius Marcius Coriolanus a vécu au début du Ve siècle av. J.-C.. Il appartient à la gens des Marcii, dont l'ancêtre était Ancus Marcius, le quatrième roi de Rome. Il participe à la bataille du lac Régille contre les Latins d'Octavius Mamilius et de Tarquin le Superbe. Pour avoir protégé un de ses camarades blessé qui allait être achevé par les ennemis, il est récompensé par une couronne de chêne. Il renouvelle cette action et à chacune des batailles auxquelles il participe.

Très orgueilleux, il est peu aimé par le peuple romain. En 495, lors de la première sécession de la plèbe, il soutient ceux qui refusaient de faire un geste envers la plèbe.

En 493, il s'empare avec quelques amis de Corioles (la capitale volsque) qui se trouve au Sud-Est de Rome (il reçoit alors le surnom de Coriolan).

Avec l'appui du Sénat, composé surtout de patriciens, il se présente au consulat, mais il échoue car les citoyens craignent qu'il ne leur retire les droits récemment obtenus (en particulier celui de désigner les tribuns de la plèbe).

En 492, profitant des difficultés d'approvisionnement en blé de Rome, il tente de prendre sa revanche sur le peuple et propose de supprimer la magistrature des tribuns de la plèbe. En 490 les tribuns obtiennent qu'il soit exilé.

Coriolan fait alors allégeance aux Volsques qu’il avait autrefois combattus. Il les persuade de rompre le traité passé avec Rome et de lever une armée d’invasion . Lorsque les troupes volsques menées par Coriolan assiègent la ville, les matrones romaines, dont son épouse Volumnia et sa mère Veturia, sont envoyées pour le dissuader d’attaquer. Voyant sa mère, son épouse et leurs enfants se jeter à ses pieds, Coriolan fléchit, ramène ses troupes aux frontières du territoire romain et se suicide.

D'autres versions de la fin de sa vie existent. Fabius raconte que Coriolan aurait vécu jusqu'à un âge avancé et répétait à la fin de sa vie : « L'exil est bien plus pénible pour un vieillard  ». Cicéron affirme que totalement isolé de son pays il se serait suicidé.

L'histoire de Coriolan a fourni à William Shakespeare le sujet de son drame Coriolan (1607). Beethoven en a également tiré une ouverture (1807).

Portail de la Rome antique —  Histoire romaine, langues et civilisations italiotes.