Favicon Vikidia.png Les associations Vikidia et Wikimédia France ont besoin de vous ! Wikimedia France logo.svg

Les associations Vikidia et Wikimédia France ont besoin de votre aide pour participer à une enquête sur les contributeurs et visiteurs de Vikidia. Cela ne vous prendra que 10 minutes et nous permettra de mieux vous connaître et d'améliorer l'encyclopédie.
Vous avez du 12 juillet au 30 septembre pour y répondre. Nous vous en remercions par avance !

Répondre au sondage !

Garde prétorienne

« Garde prétorienne » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Prétorien. Arc de triomphe de Trajan. Pouzzoles. Italie

À Rome dans l'Antiquité, la garde prétorienne est une unité militaire chargée de la protection rapprochée de l'empereur et de sa famille. Elle peut également intervenir dans les derniers moments d'une bataille. La garde prétorienne est constituée de soldats d'élite d'abord recrutés en Italie puis à partir de l'empereur Septime Sévère dans les légions stationnant dans les régions frontalières de l'empire, légions où les soldats sont le plus souvent non-italiens.

Les prétoriens bénéficient d'un temps d'engagement plus court que les légionnaires ordinaires et de meilleurs revenus (la solde), complétés par de nombreuses primes accordées par l'empereur. La garde prétorienne est commandée par le (ou les) préfet du prétoire, qui rapidement devient le second personnage de l'empire. Stationnant à Rome,très proche du pouvoir impérial, les prétoriens interviennent de nombreuses fois dans la nomination ou la disparition des empereurs, ils sont des « faiseurs d'empereur ».

La garde prétorienne disparaît au début du IVe siècle après sa défaite contre les troupes de l'empereur Constantin.

Origines de la garde prétorienne[modifier | modifier le wikicode]

Pendant la période républicaine certains hauts-magistrats et généraux ont créé une garde personnelle, recrutée parmi les gladiateurs ou les légionnaires connus pour leur fidélité. Il semble que le premier a le faire soit Scipion Émilien lorsqu'il assiégeait la ville ibérique de Numance en 133-134 av. J.-C., il dispose alors d'une garde d'environ 500 hommes. Le mot prétorien vient du mot prétoire, nom donné au lieu du camp romain où résidait le général en campagne. Les soldats ainsi regroupés forment la cohorte ou garde prétorienne ( cohors pretoria).

Quand à la fin du Ier siècle av. J.-C.l'empereur Auguste reste le seul maître du pouvoir (vers 27 av. J.-C.), il réunit ses cohortes prétoriennes, formées alors des légionnaires vétérans (ceux qui s'étaient réengagés dans l'armée après un premier engagement) à celles de son rival Marc Antoine. Il y a à cette époque neuf cohortes de 1000 hommes chacune. Trois de ces cohortes sont stationnées à Rome mais hormis une cohorte qui réside dans un camp contigu au palais impérial lorsqu'elle est de service au palais, les autres logent en ville et peuvent ainsi bénéficier des avantages de la vie urbaine (en particuliers les loisirs). Les 6 autres stationnent à proximité de Rome. En 2 av. J.-C. Auguste crée la fonction de préfet du prétoire pour diriger cette armée particulière .

En 26, sur les conseils de Séjan, préfet du prétoire, l'empereurTibère regroupe les cohortes prétoriennes à Rome (mais en dehors de l'espace sacré limité par le mur de Servius Tullius) dans une caserne située entre les collines du Quirinal et du Viminal. Aux neuf cohortes prétoriennes existantes il adjoint les cohortes urbaines. Séjan trouvait que le logement parmi l'habitant au milieu des tentations de la ville, amollissait les prétoriens. Le regroupement en un seul lieu permet une meilleure coordination et une rapidité d'exécution. Par contrer cela représente une arme aux mains du préfet et permet aux prétoriens d'intervenir dans le choix de l'empereur. Tibère étant né sous le signe astrologique du scorpion, les prétoriens adoptent cet insecte comme emblème.

Privilèges des prétoriens[modifier | modifier le wikicode]

Proches du pouvoir qui recherche leur fidélité à toute épreuve, les prétoriens tirent avantage de cette situation : ce sont des militaires privilégiés. Leur temps d'engagement est réduit : à partir de 13 av. J.-C. il est de 12 années (alors qu'il est de 16 années pour un légionnaire ordinaire) ; cette durée sera augmentée en 5 av. J.-C. à 16 années (20 pour le légionnaire). Ce n'est qu'après avoir terminé son engagement que le soldat romain (prétorien ou simple légionnaire) peut prendre sa retraite, peut recevoir un lot de terre et peut se marier. À la fin de son temps de service le prétorien peut partir avec une prime équivalente à 10 années de solde.

La solde (le salaire) d'un prétorien est beaucoup plus importante que celle d'un légionnaire. Pendant le règne de l'empereur Néron le prétorien touchait près de 3000 sesterces c'est-à-dire plus de trois fois et demi le salaire d'un légionnaire ; sous le règne de Maximin Thrace le prétorien gagne près de 24 000 sesterces.

En plus de la solde régulière, le prétorien bénéficie de donations exceptionnelles. À l'occasion de l' accès au pouvoir (avènement) d'un nouvel empereur, d'une naissance ou d'un mariage dans la famille impériale ... les prétoriens reçoivent une prime le donativum qui peut être l'équivalent de plusieurs années de solde. Si les prétoriens se montrent fidèles à l'occasion d'une évènement qui met en cause le pouvoir impérial, l'empereur vainqueur récompensent généreusement la fidélité : ce que fera Claude lorsque les prétoriens le choisissent pour occuper le trône après l'assassinat de l'empereur Caligula, ainsi fait Néron après l'échec du complot de Pison en 65.

Organisation de la garde prétorienne[modifier | modifier le wikicode]

Prétoriens. Arc de triomphe de Claude. Rome

Le nombre de prétoriens recrutés à varié au cours de l'empire. Lors de sa création par l'empereur Auguste, la garde est composée de 9 cohortes (chaque cohorte comptant environ 500 hommes soit fantassins, les plus nombreux, soit cavaliers).

Les calculs faits à partir des listes de démobilisation (fin de service d'un soldat) indiquent qu'il y a de 4 500-6 000 hommes sous Auguste, 12 800 sous Vitellius, 7 200 sous Vespasien, 8 000 à partir de Domitien jusqu’à Commode ou Sévère et 15 000 par la suite.

A l'origine, les prétoriens sont des soldats volontaires, recrutés parmi les citoyens romains appartenant à des familles très anciennes (les citoyens romains doivent faire leur service militaire). L'empereur Claude étend la possibilité aux citoyens de toute la péninsule italienne. Au début du IIe siècle il y a près de 90% d'Italiens, le reste des prétoriens provient d'Espagne, de Norique (Autriche actuelle), de Macédoine. Ils ont de 15 à 32 ans (alors que pour la légion les âges de recrutement s'étendent de 18 à 23). Puis après la crise qui suit l'assassinat de Pertinax l'empereur Septime Sévère l'étend à tous les soldats romains quelle que soit leur origine, en privilégiant les soldats plus entraînés venant des légions proches des frontières danubiennes qu'il pense lui être plus favorables .

Chaque cohorte comprend des éléments de cavalerie. Les cavaliers sont pris parmi les fantassins qui ont déjà fait cinq années de service dans l'infanterie prétorienne. Ils sont regroupés en turmes de 30 hommes commandées par un optio equitum. On pense qu'il y a une turme de cavaliers pour deux centuries de fantassins : ce qui donne trois turmes par cohorte à l'époque d'Auguste, cinq turmes par cohorte à l'époque de Trajan et dix turmes pour la cohorte du IIIe siècle.

L'empereur Trajan créé les equites singulares Augusti un détachement de cavalerie qui escorte l’empereur lors de ses déplacements en particulier pendant les guerres. Cette nouvelle unité est surtout constituée de soldats originaires des provinces (Avec Trajan, arrive au pouvoir des empereurs non italiens), qui conservent leurs costumes traditionnels et leurs propres armes. Y sont regroupés plus de 500 soldats (répartis en 16 turmes) qui vont être intégrés dans la garde prétorienne. Septime Sévère double le nombre d'equites.

Faire carrière dans la garde prétorienne[modifier | modifier le wikicode]

Stèle funéraire de Sextus Gracchius Fronto, soldat prétorien de la IVe cohorte

À l'origine pour être prétorien il faut être candidat. Le soldat doit jouir d'une bonne santé, d'une bonne forme physique et d'une bonne réputation, sa famille doit être honorable. L'accès à la garde est souvent facilité par des relations avec des officiels. Le prétorien commence sa carrière comme simple soldat (miles). Après quelques années de service, s'il s'est fait remarquer par ses qualités il peut espérer devenir immunis, poste que le dispense des corvées et peut obtenir un poste de technicien ou de commis auprès du commandement. Quelques années plus tard il peut être promu comme principalis grade qui lui permet de toucher une double solde et d'avoir des fonctions importantes (tesserarius) comme celles de transmettre chaque jour le mot de passe décidé par l'empereur qui commande personnellement la cohorte de garde au palais ou bien d'être l'adjoint (optio) d'un centurion prétorien. Il peut aussi avoir l'honneur de porter l'étendard de la centurie (signifer). Certains principalis peuvent devenir centurion prétorien. Son engagement terminé il est nommé evocati Augusti titre qui lui permet d'intégrer les bureaux du préfet du prétoire ou de devenir instructeur des nouveaux prétoriens.

Il est rare qu'un prétorien puisse espérer monter plus haut en grade s'il reste dans la Garde. Aussi il peut demander son transfert dans une légion et donc quitter temporairement Rome. Il intègre alors pour une année une légion avec le grade de primus piles (centurion primipile) ; il est alors au même niveau que les centurions qui ont fait toute leur carrière dans une légion. Revenu à Rome le primipiles doit occuper le poste de tribun d'une cohorte des Vigiles (relevant de l'autorité du Préfet des Vigiles), puis le tribunat d'une cohorte urbaine (sous l'autorité du préfet de la Ville) et enfin un tribunat de la Garde (sous l'autorité du préfet du prétoire). Il est alors au même niveau hiérarchique que les tribuns qui sont issus de l'ordre des chevaliers. Avec un peu de chance il peut espérer être choisi par l'empereur pour occuper la fonction prestigieuse de préfet du prétoire, poste suprême de la hiérarchie prétorienne (mais cela est très rare).

Faire et défaire des empereurs[modifier | modifier le wikicode]

Claude proclamé empereur par les prétoriens. Tableau de Laurence Alma-Tadema.1867

Dès les premiers empereurs les prétoriens interviennent dans le choix d'un nouvel empereur. Tibère doit se débarrasser du préfet du prétoire Séjan qui manœuvre pour accéder à la pourpre impériale avec l'appui des prétoriens (et la complicité active de la très proche famille de l'empereur). Caligula ne peut succéder à son oncle Tibère qu'avec l'appui du préfet du prétoire Macro. En 41, après l'assassinat de Caligula, son oncle Claude est choisit par les prétoriens qui le découvrent caché et tremblant de peur derrière une tenture du palais impérial. En 68-69 le successeur de Néron, Galba est désigné par les prétoriens, mais comme il refuse de leur verser la prime du donativum ceux-ci le massacrent en même temps que son successeur désigné et portent leur choix sur Othon. Ce dernier, vaincu par son compétiteur Vittellius se suicide tandis que son vainqueur reçoit le soutien des prétoriens qui le combattaient la veille. Devant ces interventions prétoriennes le Sénat, dépourvu de troupes propres, ne peut qu'entériner la décision des militaires.

En 192, après l'assassinat de l'empereur Commode, le nouvel empereur Pertinax, qui faisait partie du complot, verse aux Prétoriens une prime de 3 000 deniers, mais il est assassiné après trois mois de règne, le 28 mars 193, par un groupe de gardes. Alors les prétoriens vendent le titre impérial aux enchères. Après avoir proposé la somme la plus importante le sénateur Didius Julianus écarte ses compétiteurs, est proclamé empereur mais qui est massacré par les prétoriens quelques semaines plus tard. Les prétoriens sont alors assiégés par Septime Sévère le gouverneur de Pannonie Supérieure, désigné par les légions stationnées près de la frontière à proximité du Danube. Vainqueur celui-ci réorganise la garde et y fait entrer des non-italiens qui bénéficient de sa confiance.

Au total, la garde prétorienne a plus ou moins permis à 8 personnes de devenir empereur : Caligula, Claude, Néron, Othon, Pertinax, Didius Julianus, Gordien III et Maxence. Contrairement à la légende qui les décrit comme des massacreurs perpétuels les prétoriens n'ont éliminé que 6 empereurs (dont deux qu'ils avaient choisis auparavant) : Caligula, Galba, Pertinax, Héliogabale, Papien et Balbin. Dans l'ensemble les prétoriens se sont montré fidèle à l'empereur en titre.

Portail de la Rome antique —  Histoire romaine, langues et civilisations italiotes.