SOS (Signal international de détresse)

« SOS (Signal international de détresse) » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
(Redirigé depuis SOS)
Aller à : navigation, rechercher
Super article Tu lis un « super article ».

En code Morse international, SOS est arbitrairement le groupe homogène mnémotechnique du signal de détresse: • • • — — — • • • 1 aisément identifiable même pour quelqu'un ne connaissant pas la télégraphie et est facile à transmettre.

SOS

Le signal international de détresse est homogène : • • • — — — • • • en signaux lumineux, sonores ou en radiotélégraphie, est créé en 1906 pour signaler qu'un navire avec son personnel sont sous la menace d'un danger grave et imminent. Il est applicable aussi aux aéronefs en détresse 2.
Le synonyme de « • • • — — — • • • » est « MAYDAY » dans les communications parlées en radiotéléphonie.

Le signal SOS en code Morse
Le signal SOS en code Morse
Le signal SOS en code Morse
Emetteur-récepteur étanche à bord des embarcations de sauvetage. Fréquences 500 kHz, 8 364 kHz (et 2 182 kHz en radiotéléphonie). Deux manivelles à main sont intégré au générateur.

Code Morse[modifier | modifier le wikicode]

Le code Morse international est composé de points et de tirets 3. Il est surtout utilisé par les marins. En radiotélégraphie la cadence normalisée de transmission est de 16 mots/minute (la référence de la cadence normalisée est le mot « PARIS »). L'espace entre les signaux est égal à un point. La durée d'un trait est égale à la durée de trois points.

Pour l'apprentissage « • • • — — — • • • » est prononcé « didididahdahdahdididi ».

À la réception du signal de détresse « • • • — — — • • • » comme une lettre unique sans séparation, on écrit arbitrairement le groupe homogène « SOS » exemple :

• • • — — — • • •    est le signal international de détresse  
Quelques exemples avec une séparation entre les lettres 
• • •   — — —    • • •
  S       O        S     est le nom de la commune « Sos » dans le département français du Lot-et-Garonne


• • • — —   — • • •       • • • —   — — • • •
    3          b            v          7        idem avec : ijs, eimni, iatb, iagi, vgi.... 

Radiotélégraphie de détresse en mer[modifier | modifier le wikicode]

Emetteur-récepteur radiotélégraphique de détresse. Fréquences 500 kHz, 8 364 kHz

Les navires en détresse font usage du signal suivant : • • • — — — • • • à la cadence maximale de 16 mots/minute pour les cas suivants (avec des personnes dans le navire) :

  • le navire coule : image
  • danger de chavirement, forte gîte : image
  • voie d'eau : image
  • incendie, explosion : image
  • échouement : image
  • navire désemparé à la dérive, non maître de sa manœuvre (exemple dans une tempête) : image
  • abandon du navire : image
  • abordage, collision : image
  • naufragés abandonnés à leurs sorts : image
  • acte de piraterie, agression et vol à main armée (depuis le 1er février 1999) : image
  • une détresse non spécifiée ci-dessus (exemples : dangereuse retombée volcanique sur le navire, radioactivité dangereuse, vague scélérate ......).

Silence radio obligatoire[modifier | modifier le wikicode]

Pour la fréquence 500 kHz. En rouge les périodes de silence radio de 3 minutes en temps universel coordonné où les communications Morse sont interdites.

À la suite du naufrage du Titanic en 1912, la convention radiotélégraphique de Londres 1912 4 et la convention internationale sur la sauvegarde de la vie humaine en mer (Safety Of Life At Sea) SOLAS 1914 5 avec les nouvelles conventions complémentaires recommandent :

  • Dans toutes les stations des paquebots avec plus de 50 passagers sur des trajets internationaux et les navires de charge égale ou supérieure à 1 600 tonneaux effectuant des voyages internationaux et toutes les stations côtières marines un opérateur radiotélégraphiste devra être de service en tout temps, jour et nuit, pour assurer la réception immédiate de tout appel de détresse, avertissement ou autres transmissions importantes. Toutes les stations côtières et toutes les stations des navires sont en écoute radiotélégraphique sur la longueur d'onde 600 mètres (500 kHz) 6.
  • De plus dans les secteurs de couleur rouge des montres radio-marine, les stations radiotélégraphiques devaient cesser les radiotélégrammes, puis effectuaient un silence radio obligatoire de trois minutes deux fois par heure, de H + 15 à H + 18 et de H + 45 à H + 48 en temps universel coordonné, pour effectuer l’écoute obligatoire sur la fréquence de 500 kHz 7, afin de repérer un éventuel signal de détresse arrivant même très faible, non perçu durant le reste du temps utilisé pour les appels divers avec un dégagement sur une autre fréquence : appel général de routine (CQ), appel individuel de routine, appel d'urgence (XXX) et appel de sécurité (TTT). Exemple radiotélégraphie de routine sur 500 kHz.
  • Cette disposition ne s'applique pas aux stations en détresse.

Le système radiotélégraphique de détresse en mer était mondial jusqu'en février 1999. À ce jour, il est toujours en fonctionnement sur les côtes de l'Afrique et de l'Asie8 ' 9.

Le système radiotélégraphique de détresse en mer est toujours en fonctionnement depuis les stations des navires et des aéronefs de ces pays : Algérie, Arabie saoudite, Azerbaïdjan, Bahreïn, Biélorussie, Chine, Comores, Djibouti, Égypte, Émirats arabes unis, Russie, Irak, Jordanie, Kazakhstan, Koweït, Liban, Libye, Mauritanie, Oman, Ouzbékistan, Qatar, Syrie, Kirghizistan, Somalie, Soudan, Tunisie, Yémen.

Depuis le 1er février 1999, l'appel d'urgence d'homme à la mer peut être envoyé aux secours immédiatement comme un appel de détresse image ici , puis le message est répété par les secours avec le signal : « DDD XXX XXX XXX DDD » durant des périodes de couleur blanche.

Appel de détresse en mer[modifier | modifier le wikicode]

Des naufragés dans un radeau de sauvetage.

Rappel pour le tableau qui va suivre :

  • fréquences
    • 1 kHz ou kilohertz = 1000 Hertz
    • 1 MHz ou mégahertz = 1 million de Hertz (ou 1 000 000 Hz)
    • 1 THz ou téraherz = 1000 milliards de Hertz (ou 1 000 000 000 000 Hz)
  • longueurs d'onde
    • 1 nm ou nanomètre = 1 milliardième de mètre

Un hertz Hz mesure le nombre d'oscillations par seconde (1 Hz = 1 oscillation par seconde), la longueur d'onde est la taille d'une oscillation. Plus la longueur d'onde est importante, moins il y a d'oscillations par seconde et plus la fréquence est faible.

Tableau des canaux télégraphiques de détresse et de sécurité en mer
Canaux Propagation des signaux radios Télégraphie sans fil Non SMDSMNB 1 depuis février 1999 10.
Les fréquences radiotélégraphiques sont utilisées par des stations de plusieurs pays NB 2
5 kHz acoustique U-571.jpg Fréquence recommandée de communication en télégraphie acoustique sous-marine par code Morse 11 reçus par un hydrophone jusqu'à 20 km NB 3.
500 kHz 7
Longueur d'onde λ 600 mètres
Propagation ondes moyenne.PNG Fréquence: d'appel divers (durant des périodes horaires de couleur blanche) et de communications de détresse en radiotélégraphie par code Morse.12,13 , NB 4 .
Les signaux radiotélégraphiques d'une puissance de 1 000 W sont reçus jusqu'à 1 000 km en mer et pour 1 W sont reçus jusqu'à 100 km en mer, une antenne radioélectrique de grande longueur est nécessaire pour émettre élevée par un cerf-volant depuis une embarcation de sauvetage ou un radeau de sauvetage.
Détermination précise du lieu d'émission radio par triangulation. Contact radiotélégraphique entre la station en détresse avec le navire portant secours.
ITCZ january-july.png
Sur cette fréquence de 500 kHz entre les deux tropiques la portée radio est considérablement plus faible à cause du bruit radio dans la zone de convergence intertropicale.
La fréquence de détresse et d’appel de 2 091 kHz peut être utilisée en plus de la fréquence 500 kHz dans la zone de convergence intertropicale ici en janvier (en bleu) et en juillet (en rouge).
8 364 kHz 14 Korte golf.png Fréquence de détresse en radiotélégraphie SOS des naufragés, des embarcations et radeaux de sauvetage en radiotélégraphie par code Morse 15,16 , NB 5.
Les signaux radiotélégraphiques d'une puissance de 1 W sont reçus jusqu'à 3 000 kilomètres de jour et la moitié du monde de nuit. Une antenne radioélectrique de 16,5 mètres (ou 8,25 mètres vertical) est nécessaire pour émettre. La détermination du lieu d'émission est difficile car les signaux radios rebondissent entre ciel et mer/terre, les survivants doivent donner leur position en longitude et en latitude ou d'un lieu terrestre par Code Morse.
Dans les pays n'utilisant plus la radiotélégraphie Morse cette fréquence est pour les opérations de recherche mondiale et de sauvetage coordonnées en radiotéléphonie en USB (Donc un SOS des embarcations et radeaux de sauvetage est entendue directement par les secours en mer).
10 MHz ou
10 000 kHz
Korte golf.png Fréquence des tops horaires, émission précise de fréquence et d’horaire exact à des fins scientifiques et d’étalonnage (ISO 8601) + informations.
Fréquence utilisable pour attirer l'attention en cas de détresse après appels sans réponse sur les autres canaux radios NB 6 , 17
Les signaux de détresse seront reçus jusqu'à 3 000 kilomètres de jour et la moitié du monde de nuit par des personnes mettant leurs montres et pendules à l'heure ou utilisant cette fréquence étalon.
Une antenne radioélectrique de 14 mètres (ou 7 mètres vertical) est nécessaire pour émettre. Les signaux radios rebondissent entre ciel et mer/terre, le navire en détresse doit donner sa position en longitude et en latitude. (Le signal radiotélégraphique envoyé depuis un navire doit être de forte puissance pour arriver plus fort que les tops horaires.)
500 THz à 600 THz
Longueur d'onde λ 600 nm à 500 nm
Seaman send Morse code signals.jpg

SOS SOS SOS jaune optique.gif

SOS (vert).gif
Radiotélégraphie optique émis le jour avec un miroir réfléchissant les rayons du Soleil ou par un projecteur Scott ou un projecteur Aldis :
Avec un projecteur Aldis de 30 W à 50 W projetant un faisceau de lumière d'un angle de 5 °, les signaux de détresse entre navires de commerce seront reçus par temps clair jusqu'à 14 kilomètres de jour en mer et plus de nuit.
Avec un projecteur Aldis de 16 W à 30 W projetant un faisceau de lumière d'un angle de 5 °, les signaux de détresse entre navires de plaisances de faibles hauteurs par temps clair seront reçus jusqu'à 4 kilomètres de jour en mer et plus de nuit
  • Les couleurs les plus utilisées émises par les lampes Aldis: électroluminescente, incandescence, à gaz sont:

En cas de détresse en mer sur les fréquences:

  • lumière émise le jour avec un miroir réfléchissant les rayons du Soleil, ou par projecteur Scott ou projecteur Aldis 500 THz à 600 THz, après appels avec réponse, les premiers secours arriveront entre quelques minutes à 2 heures
  • 500 kHz, (utilisé à une distance raisonnable des côtes de l'Afrique ou de l'Asie ou le long des routes maritimes empruntées par les navires des pays utilisant la radiotélégraphie) 18, après appels avec réponse, les premiers secours arriveront entre 1 heure à 1 semaine
  • 8 364 kHz, après appels avec réponse, les secours arriveront entre plusieurs jours à quelques semaines
  • 10 000 kHz, les secours arriveront en plusieurs semaines.


Le navire est en détresse[modifier | modifier le wikicode]

Le capitaine du navire fait transmettre un message de détresse SOS.
Navire et hommes en détresses.

Le capitaine d'un navire peut faire usage des signaux d'alarme ou de détresse : douze traits de quatre secondes séparés par des intervalles d'une seconde et trois répétitions du groupe SOS en radiotélégraphie pour signaler que son navire avec le personnel sont sous la menace d'un danger grave et imminent.

Ce qui donne par exemple:

  • en signaux lumineux en premier choix
  • sur 500 kHz en deuxième choix à une distance raisonnable des côtes de l'Afrique ou de l'Asie ou le long des routes maritimes empruntées par les navires des pays utilisant la radiotélégraphie
  • sur 8 364 kHz en troisième choix


douze traits de quatre secondes séparés par des intervalles d'une seconde (signaux d'alarme)
SOS SOS SOS de MGY Titanic MGY Titanic MGY Titanic
SOS de MGY Titanic
Position 41°46'N 50°14'O
Le navire coule
Demandons assistance immédiate
2201 personnes à bord
Abordage avec un iceberg
Voie d'eau
Abandonnons le navire
Des passagers dans 20 embarcations de sauvetages
Des passagers restent sur le navire
Paquebot noir de 269 mètres de long à 4 cheminées
deux traits de 10 secondes (pour la radiogoniométrie triangulation)
MGY Titanic
AR (fin de transmission)
K (invitation à transmettre)


Pendant une guerre
Un navire de commerce coulé par un sous-marin
  • Le signal de détresse SSS pouvant être utilisé seulement lorsque la cause de la détresse est un torpillage sous-marin, exemple :
  • SSS SSS SSS DE (Nom du navire), (Nom du navire), (Nom du navire),
  • SSS (Nom du navire)
  • Position (latitude et longitude) ou position relative où se trouve le bateau
  • Nombre de personnes à bord
  • Intentions, secours demandé, tout renseignement supplémentaire qui pourrait être utile …
  • deux traits de 10 secondes environ (pour la radiogoniométrie)
  • Nom du navire
  • AR (fin de transmission)
  • K (invitation à transmettre)

(Les navires portant secours savent qu'ils peuvent être torpillés)

Réception d'un message de détresse[modifier | modifier le wikicode]

Le capitaine d'un navire en mer qui reçoit, de quelque source que ce soit (y compris d'une radiobalise pour la localisation des sinistres en mer), un message indiquant qu'un navire ou un aéronef ou leurs embarcations et radeaux de sauvetage se trouvent en détresse est tenu de se porter à vitesse maximale au secours des personnes en détresse et de les en informer, si possible. En cas d'impossibilité ou si, dans les circonstances spéciales où il se trouve, il n'estime ni raisonnable ni nécessaire de se porter à leur secours, il doit inscrire au journal de bord la raison pour laquelle il ne se porte pas au secours des personnes en détresse.

Ce qui donne sur le même canal radioélectrique des appels de détresse reçus par exemple :

SOS MGY Titanic MGY Titanic MGY Titanic DE MPA Carpathia MPA Carpathia MPA Carpathia
RRR SOS (reçu SOS)
MPA Carpathia part à toute vapeur sera dans 4 heures à la position 41°46'N 50°14'O
AR (fin de transmission)
K (invitation à transmettre)

Un autre navire est en détresse[modifier | modifier le wikicode]

Le capitaine d'un navire peut faire usage des signaux d'alarme ou de détresse : douze traits de quatre secondes séparés par des intervalles d'une seconde et du groupe DDD suivi de trois répétitions du groupe SOS suivi du groupe DDD en radiotélégraphie dans l'un des trois cas suivants :

  1. pour signaler qu'un autre navire ou un aéronef est en détresse si celui-ci n'est pas en mesure de le signaler lui-même (exemple forte explosion);
  2. pour demander des secours supplémentaires lorsque, s'étant porté à l'aide d'un navire ou d'un aéronef en détresse, il juge ces secours nécessaires ;
  3. pour répéter un appel de détresse dont aucun autre navire ou station côtière n'a accusé réception immédiatement, lorsqu'il est dans l'impossibilité de se porter lui-même au secours du navire ou de l'aéronef en détresse (exemple distance trop grande, plusieurs jours ou plusieurs semaines de navigation pour porter secours, exemple un navire en détresse se trouvant dans la Manche entre l'Angleterre et la France et un autre navire dans l'Océan Indien entre l'Inde et l'Australie recevant les appels de détresse. Les signaux radiotélégraphiques sur 8 364 kHz sont reçus dans la moitié du monde de nuit).

Le message prend par exemple cette forme :

DDD SOS SOS SOS DDD de MPA Carpathia MPA Carpathia MPA Carpathia

SOS MGY Titanic
Position 41°46'N, 50°14'W
Le navire est en train de couler.
Demandons assistance immédiate.
2201 personnes à bord.
Abandonnons le navire
Paquebot noir de 269 m de long à 4 cheminées.
AR
K

Annulation[modifier | modifier le wikicode]

Quand le capitaine d'un navire qui a émis le signal d'alarme ou de détresse estime ultérieurement que l'assistance n'est plus nécessaire, ou qu'il n'y a plus lieu de donner suite au message, il doit immédiatement le faire savoir à toutes les stations intéressées.

Aéronautique[modifier | modifier le wikicode]

Station radiotélégraphique d'aéronef.
émetteur récepteur de naufrage rangé dans chaque toboggan gonflable d'évacuation d'urgence, les toboggans gonflables sont des radeaux. Pour tourner la manivelle mettre le boîtier entre les jambes.
L'aéronef est en détresse
  • Il est recommandé aux commandants de bord d’étudier à l’avance, en fonction des équipements de bord et pour chaque tronçon de route, les dispositions qu’ils seraient amenés à prendre, pour l’émission des signaux de détresse.
  • Immédiatement avant la chute, l’atterrissage ou l’amerrissage forcés, les appareils radioélectriques, si cela ne semble pas augmenter les risques d’incendie et si les conditions le permettent, devront être placés en position d’émission continue.
  • Il n’y a plus d'opérateur radio-navigant (radiotélégraphiste) aéronautique présent dans les aéronefs. C'est à un officier pilote de déclencher l'émetteur radiotélégraphique automatique ou de radiotélégraphier à la main 20.
Avec un équipement radiotélégraphique automatique
  • L'équipement radiotélégraphique automatique placé en position d’émission continue. Envoi à la cadence ne dépassant pas 16 mots/minute sur 500 kHz et/ou 8 364 kHz
  • Envoi du signal d’alarme composé de 12 traits de 4 secondes, avec intervalles d’une seconde entre les traits.
  • SOS SOS SOS DE (indicatif de l’aéronef, trois fois)
  • Deux traits de 10 secondes environ.
  • Indicatif de l’aéronef (une fois).
  • AR (fin de transmission).
    Puis l'émetteur radiotélégraphique automatique envoie à nouveau le message depuis le début (jusqu'à la mise à l’arrêt manuel ou la panne ou destruction de l'émetteur).
Si l’aéronef ne dispose pas d’équipement automatique d’urgence
  • Radiotélégraphie à la cadence ne dépassant pas 16 mots/minute sur 500 kHz et/ou 8 364 kHz ou une autre fréquence disponible si on le juge nécessaire ou souhaitable.
  • L’appel de détresse doit être précédé immédiatement du signal d’alarme composé de 12 traits de 4 secondes, avec intervalles d’une seconde entre les traits.
  • SOS SOS SOS DE (indicatif de l’aéronef, trois fois) ou/et (numéro de vol de l’aéronef, trois fois).
  • Message de détresse manipulé à la main comportant en plus les renseignements suivants :
    • Nature de la détresse.
    • (Type de l’aéronef. Marques - Couleurs - Feux, type aile basse/Haute/Moteur).
    • Niveau de vol/Altitude/Hauteur. Direction.
    • (Date et heure Temps universel coordonné de l’incident)
    • Autres renseignements.
  • Deux traits de 10 secondes environ.
  • Indicatif de l’aéronef (une fois).
  • AR (fin de transmission).
  • K (invitation à transmettre).

Dès 1920, pour les ballons dirigeables et les avions. (Image à droite), en vol une antenne pendante B longue de 120 mètres à 450 mètres était déroulée pour établir les communications radios sur différentes longueurs d'ondes. Proche du sol cette antenne B est rembobinée sur un touret à manivelle. À l'extrémité de l'antenne pendante un plomb de lestage C porte l'indicatif radio de l'aéronef. Une autre antenne A tendue le long de la coque de l'aéronef est pour établir les communications radios sur les principales longueurs d'ondes.

Réception du message de détresse
Circuit de recherche avion et navire.

Les stations côtières recevant un message de détresse émis depuis la mer indiquant qu'un aéronef ou leurs embarcations et radeaux de sauvetage se trouvent en détresse en informe immédiatement l'autorité chargée du contrôle du trafic aérien et le centre de coordination de sauvetage approprié. Le centre de coordination de sauvetage avertit à son tour les navires qui sont en mesure de prêter assistance. Lorsqu'ils sont alertés, les navires dans la zone doivent se porter à vitesse maximale au secours des personnes en détresse et d'informer le centre de coordination de sauvetage. Les navires secourant peuvent être aidés par un aéronef pour des recherches.

Si un amerrissage forcé n'est plus nécessaire, l'aéronef notifie qu'il n'y a plus de situation de détresse suivant la procédure prévue aux termes des dispositions de l'UIT/OACI.

Station de radio-goniométrie[modifier | modifier le wikicode]

Station de radiogoniométrie, travaillant par triangulation sur les fréquences: 333 kHz, 410 kHz, 500 kHz.
Radiogoniométrie sur les fréquences: 333 kHz, 410 kHz, 500 kHz pour la détermination précise par triangulation du lieu d'émission radio.

Une station de radiogoniomètrie mesure la direction d'arrivée d'une onde électromagnétique par rapport à la direction de référence du Pôle Nord (ou de l'Étoile polaire) pour la détermination précise par triangulation du lieu d'émission radio (cette mesure est indécelable par l'émetteur).

  • Les stations de radio-goniométrie sont remplacées par le système radar et par le système de positionnement GPS. Certaines restent ouvertes pour la détresse et l'urgence.
  • La fréquence normale de radiogoniométrie de 410 kHz est toujours réservée dans le monde pour la radio-goniométrie à la demande 21, et donnaient leurs positions aux navires et aéronefs qui le demandaient.
Station maritime de radiogoniométrie
  • Ces stations de radiogoniométrie allaient effectuer des relèvements sur la fréquence de 500 kHz sur une demande du centre de coordination de sauvetage, et effectuaient une veille radio de trois minutes deux fois par heure, de h + 15 à h + 18 et de h + 45 à h + 48, afin de repérer et positionner sur une carte d'où provient un éventuel signal de détresse SOS, d'alarme et d'urgence XXX.
  • Les stations de radiogoniométrie travaillent en radiotélégraphie Morse sur la fréquence normale 410 kHz.
  • À présent, certaines restent ouvertes pour la détresse et l'urgence sur les fréquences: 2 182 kHz, 121,5 MHz, 156,8 MHz et éventuellement dans plusieurs pays d'Afrique et d'Asie sur 500 kHz.
Station aéronautique de radiogoniométrie
  • Les stations aéronautiques de radiogoniométrie étaient actives jusqu'en 1970, installées principalement le long des routes nationales ou internationales de l'aviation civile (couloirs aériens).
  • Toutes les stations radiogoniométriques du service de radionavigation aéronautique doivent, sur une demande des secours, être en mesure de prendre des relèvements sur la fréquence 500 kHz, notamment pour rechercher une station émettant des signaux de détresse SOS, d'alarme ou d'urgence XXX.
  • Les stations de radiogoniométrie aéronautique travaillaient sur la fréquence: 410 kHz, fréquence normale de radiogoniométrie en radiotélégraphie, et donnaient leurs positions aux aéronefs qui le demandaient.
    Sur la demande d'une tour de contrôle, les stations de radiogoniométrie aéronautique pouvaient effectuer un radioguidage en radiotélégraphie Morse sur la fréquence internationale d'appel et de sécurité du service aéronautique de 333 kHz (désignée aussi par sa longueur d'onde: 900 mètres) 22.
  • À présent, dans les tours de contrôles d'espaces aériens (routes et hors des routes) et des tours de contrôles d’approches d'aérodromes, les stations aéronautiques de radiogoniométrie restent ouvertes pour la détresse et l'urgence sur la fréquence: 121,5 MHz.

Citations et anecdotes[modifier | modifier le wikicode]

Citations

Par la suite SOS a donné lieu à diverses réinterprétations, comme si c'était un sigle de plusieurs mots, alors que ce n'en est pas un, et reçu des nouveaux sens :

  • Save Our Souls (« sauvez nos âmes »),
  • Save Our Ship (« sauvez notre navire »),
  • Send Out Succour (« envoyez des secours »).....
  • SecOurS (« au-secours »).....

En réalité, SOS n'est pas un sigle et n'a aucune autre signification intrinsèque que celle d'un signal de détresse : c'est un signal indécomposable. Toutes les interprétations données ci-dessus sont des étymologies dites "populaires". (Officiellement, le signal de détresse est : • • • — — — • • • donnant le signal mnémotechnique SOS) 23.

Anecdotes
  • Le 10 juin 1909 le paquebot Cunard SS Slavonia, s’échoue dans les Açores et envoie le premier signal de détresse sous la forme • • • — — — • • •.
  • En 1990 : la station Le Conquet indicatif radio FFU reçoit son centième appel de détresse SOS.
  • La nuit du 5 au 6 septembre 2017 où l’ouragan Irma a ravagé Saint-Martin.
    Le 6 septembre 2017 à 5h45 la préfecture de Saint-Martin envoie un message texte à la préfecture de Guadeloupe:
    SOS MAYDAY MAYDAY préfecture de Saint-Martin sinistrée. Autorités sécurisées. Demande renfort pour évacuation. Nous sommes en situation de danger imminent. 23 personnes réfugiées dans un bureau. Cellule de crise dévastée. Nous serons tous morts avant l'arrivée de l'œil du cyclone.

Appel à l'aide pédestre[modifier | modifier le wikicode]

L'appel à l'aide en déplacement à pieds (en pédestre)
Si l'on est en danger ou perdu, pour envoyer un appel à l'aide :

  1. on prend un caillou ;
  2. on frappe trois fois contre un arbre ou un rocher.

Fausse alerte[modifier | modifier le wikicode]

Chaque année, les centres de coordination des opérations de sauvetage (RCC), en France les centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (CROSS) enregistrent jusqu'à 10 % de faux appels de détresse. Il y a parfois des personnes de bonne foi suite à des erreurs diverses (donc l'exemple fréquent: l'interrupteur de détresse en position mode automatique ou en mode balise ou suite à un choc violent), mais il y a aussi des actes délibérés de malveillance punis en France d'une peine pouvant aller jusqu'à 2 ans d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende pour une fausse alerte de nature à provoquer l'intervention inutile des secours 24.

Avant le SOS[modifier | modifier le wikicode]

Un signal de détresse envoyé à 1h40 par l'opérateur radiotélégraphiste du Titanic, Jack Phillips, le 15 avril 1912.

Chaque service de télégraphie sans fil (TSF) utilisait un propre signal de détresse, exemple :

  • La Compagnie Marconi utilisait « - • - • C - - • - Q - • • D » 25 « appel général de détresse ». Mais le CQD portait à confusion avec CQ « appel général »
    Et a donné lieu à diverses réinterprétations avec des nouveaux sens : Come Quick, Down (« venez vite, je coule »), Come Quick Danger (« venez vite danger ») et Come Quick Distress (« Venez vite, je suis en détresse »)
  • La marine italienne utilisait : « SSS DDD ».
  • Les marines américaines utilisaient : « NC ».
  • Les télégraphistes de la Compagnie de Télégraphie sans Fil et les télégraphistes de la Compagnie Telefunken utilisaient : « • — — — • » un point, trois traits, un point : EOE .
  • La marine allemande utilisait : « • — — — • » un point, trois traits, un point: EOE puis a utilisée en 1906 : « • • • — — — • » SOE avec le risque de ne pas percevoir le dernier point (un signal court).

Vikilien pour compléter[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Divers 

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. CONVENTION RADIOTÉLÉGRAPHIQUE INTERNATIONALE de 1906, RÉGLEMENT DE SERVICE, TRANSMISSION DES RADIOTÉLÉGRAMMES
  2. Communications de détresse à l'intention du commandant de bord d'aéronef
  3. Recommandation UIT-R M.1677-1 (10/2009) Code Morse international
  4. Convention radiotélégraphique internationale de 1912
  5. Convention SOLAS 1914 signée par 13 pays le 20 janvier 1914.
  6. Convention de Londres de 1912. [archive] Convention radiotélégraphique internationale en date du 3 juillet 1912 et applicable à la date du 1er juillet 1913.
  7. 7,0 et 7,1 Référence aux dispositions du règlement des radiocommunications RR472/S5.83 ; RR2970 ; RR3010 ; RRN3067 ; RR4679A ;
  8. Carte des côtes toujours en zones A3 et A4
  9. Nomenclature des stations côtières 2017
  10. L'emploi des signaux du code Morse n'est plus obligatoire. Toutefois, étant donné que la radiotélégraphie est moins sensible au brouillage et constitue le moyen le plus efficace en cas d'urgence ou de catastrophe, l'utilisation du code Morse dans certaines zones par certains opérateurs pourrait être utile dans la pratique et offrir parfois le seul moyen de communication disponible.
  11. Code international de signaux ouvrage n°32 SHOM.
  12. Convention radiotélégraphique internationale de 1912.
  13. Convention SOLAS adoptée en 1914.
  14. Référence aux dispositions du règlement des radiocommunications RR5.111 ; AP17, Parties A, B
  15. Procédures radiotélégraphiques Morse dans le service mobile maritime
  16. Fréquence internationale de détresse 8 364 kHz pour les naufragés, survivants, embarcations et radeaux de sauvetage
  17. Convention et Règlements administratifs de l'Union internationale des télécommunications. ARTICLE S32 et ARTICLE S33 Procédures d'exploitation pour les communications de détresse et de sécurité dans le Système mondial de détresse et de sécurité en mer (SMDSM).
  18. AIP Pacifique Nord GEN 3.6 RECHERCHES ET SAUVETAGE 12 NOV 2015 page 4
  19. Communications de détresse à l'intention du commandant de bord d'aéronef
  20. (en) EMERGENCY HF FREQUENCY ASIA
  21. Règlement des radiocommunications RR468/S5.76"
  22. La fréquence de 333 kHz (désignée aussi par sa longueur d'onde: 900 mètres) était la fréquence internationale d'appel et de sécurité en radiotélégraphie Morse sur la bande comprise de 325 kHz à 405 kHz du service aéronautique.
  23. SOS est uniquement un signal de détresse radiotélégraphiste international (page 44 art. 19 du règlement général annexé à la Convention radiotélégraphiste internationale de Washington 1927). Qui annonce que le navire ou l’aéronef ou tout autre véhicule d’où provient le message est sous la menace d’un danger grave et imminent, et demande une assistance immédiate.
  24. Fausse alerte: en France Article 322-14 du code pénal. Le fait de communiquer ou de divulguer une fausse information dans le but de faire croire qu'une destruction, une dégradation ou une détérioration dangereuse pour les personnes va être ou a été commise est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende.
    Est puni des mêmes peines le fait de communiquer ou de divulguer une fausse information faisant croire à un sinistre et de nature à provoquer l'intervention inutile des secours.
  25. Circulaire CQD

    THE MARCONI INTERNATIONAL MARINE COMMUNICATION COMPANY, LIMITED. CIRCULAR No. 57.

    It has been brought to our notice that the call "C.Q." (All Stations), while being satisfactory for general purposes, does not sufficiently express the urgency required in a signal of distress.
    Therefore, on and after the 1st February, 1904, the call to be given by ships in distress or in any way requiring assistance shall be "C.Q.D."
    This signal must on no account be used except by order of the Captain of the ship in distress, or other vessels or stations retransmitting the signal on account of the ship in distress.
    All stations must recognise the urgency of this call and make every effort to establish satisfactory communication with the least possible delay.
    Any mis-use of the call will result in the instant dismissal of the person improperly employing it.
    THE MARCONI INTERNATIONAL MARINE COMMUNICATION COMPANY, LIMITED,
    18, Finch Lane,
    London, E.C.,
    7th January, 1904.

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. SMDSM est le système mondial de détresse et de sécurité en mer.
  2. Les fréquences radiotélégraphiques sont utilisées par des stations ces pays et leurs navires et aéronefs : Algérie, Arabie saoudite, Azerbaïdjan, Bahreïn, Biélorussie, Chine, Comores, Djibouti, Égypte, Émirats arabes unis, Russie, Irak, Jordanie, Kazakhstan, Koweït, Liban, Libye, Mauritanie, Oman, Ouzbékistan, Qatar, Syrie, Kirghizistan, Somalie, Soudan, Tunisie et Yémen.
  3. Les signaux télégraphiques acoustiques sous-marins sont reçus par un hydrophone jusqu'à 20 km et bien plus en fonction de la nature des fonds (les fonds de vase ou rugueux atténuent les signaux sonores, tandis que les fonds de gravier, de roches, des sables réfléchissent une grande partie des signaux reçus. Les mélanges d'eaux de différentes températures atténuent et réfléchissent les signaux sonores (effet thermophile). Des bruits ambiants recouvrent le signal utile : du bruit de mer (des vagues en surface), du bruit des navires proches, des bruits biologique (crevettes, clics de localisation des dauphins, chants des baleines, claquements des coquillages, des dents des poissons), et des bruits tectoniques (craquements de la croûte terrestre et mouvements de plaques continentales)
  4. Utilisation de la fréquence 500 kHz
    La fréquence 500 kHz est la fréquence internationale de détresse et d'appel en radiotélégraphie Morse sur ondes hectométriques pour les stations du service mobile maritime et aéronautique. De la disponibilité de cette fréquence dépend l'efficacité de la veille effectuée par les stations côtières. Elle doit être employée pour les appels et le trafic de détresse.
    Les messages de sécurité doivent être transmis sur une fréquence de travail après annonce préliminaire sur la fréquence 500 kHz.
    Afin de faciliter la réception des appels de détresse, toutes les émissions sur la fréquence 500 kHz doivent être réduites au minimum et ne pas dépasser une minute. Avant d'émettre sur la fréquence 500 kHz, un laps de temps d'écoute suffisant est nécessaire, afin d'être certain qu'aucun trafic de détresse n'est en cours. Cette disposition ne s'applique pas aux stations en détresse.
    Chaque navire équipé d'une station radiotélégraphie morse sur ondes hectométrique est en veille sur 500 kHz et c'est là qu'il sera appelé.
    Les stations conviennent d'une fréquence de dégagement. Puis, la communication terminée, le navire revient sur 500 kHz.
    Depuis le système mondial de détresse et de sécurité en mer SMDSM 1999, les stations ne sont plus tenues à l'écoute obligatoire du canal 500 kHz.
  5. Utilisation de la fréquence 8 364 kHz
    La fréquence 8 364 kHz est la fréquence internationale de détresse en radiotélégraphie Morse pour les stations du service mobile maritime et aéronautique travaillant dans bande 4 000 kHz à 27 500 kHz. De la disponibilité de cette fréquence dépend l'efficacité de la veille effectuée par les stations côtières. Elle doit être employée pour : le trafic de détresse, le trafic de recherche.
    Avant d'émettre sur la fréquence 8 364 kHz, un laps de temps d'écoute suffisant est nécessaire, afin d'être certain qu'aucun nouveau trafic de détresse n'est en cours.
    Depuis le système mondial de détresse et de sécurité en mer SMDSM 1999, les stations ne sont plus tenues à l'écoute obligatoire du canal 8 364 kHz.
  6. Détresse en radiotéléphonie MAYDAY ou en radiotélégraphie SOS, il convient que les stations de navire en détresse sans réponse sur une fréquence maritime de détresse, utilisent toute autre fréquence disponible sur laquelle, elles pourraient attirer l'attention
Article mis en lumière la semaine du 29 avril 2019.
Portail de la mer —  Tous les articles sur la mer, et le monde maritime.
Portail de l'information —  Tout sur les écritures, les codes secrets, les médias...
Portail de l'aviation —  Tous les articles concernant l'aviation.