Histoire de la poésie

« Histoire de la poésie » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Manuscrit du Dormeur du Val, de Rimbaud

La poésie est un art écrit, utilisée pour exprimer ses sentiments ou encore exprimer ses convictions. Elle a beaucoup évolué au fil du temps.

L'Antiquité[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Articles à lire : Littérature grecque, Ovide et Homère

Les traces des premières poésies remontent à l'Antiquité. On distingue plusieurs genres de poésie. On retiendra : la poésie lyrique, où le poète parle de ses sentiments, de la nature ou de la mythologie ; comme Ovide (-43/+17) et ses Métamorphoses. Les fables, courts récit allégoriques contenant une morale comme celle d'Ésope (VIIe ‑ VIe siècle av. J.-C.) les chants, qui sont des divisions de poèmes épiques. Les plus célèbres restent l'Iliade et l'Odyssée écrits par Homère (VIe siècle av. J.-C.)

Le Moyen Âge[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Articles à lire : Guillaume de Machault, chanson de geste et sonnet

C'est au Moyen Âge qu'apparaît le mot « poète » par Machault vers 1370-1400. C'est aussi au Moyen Âge que naît le sonnet (XIIe siècle). La poésie est, au Moyen Âge, le genre littéraire le plus prestigieux. La chanson de geste est le genre poétique caractéristique du Moyen Âge, avec la plus ancienne, la Chanson de Roland. La chanson de geste étant un poème épique sur un grand personnage du Moyen Âge.

La Renaissance[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Renaissance

La Renaissance a vu des poètes tels que Joachim du Bellay (1522-1560) ou encore Pierre de Ronsard (1524-1585). Ces deux poètes faisaient d'ailleurs partie de la Pléiade : un groupe de sept poètes (Ronsard, du Bellay, Jodelle, Dorat, Baïf et Tyard) désireux de créer une rupture avec la poésie du Moyen-Âge.

Le XVIIe siècle[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Articles à lire : Classicisme et Baroque

Le XVIIe siècle voit deux styles poétiques s'affronter :

  • le classicisme, qui prend comme référence esthétique les œuvres de l'Antiquité gréco-romaine. Cette période se situe entre 1660 et 1680, avec des artistes comme Racine (1639-1699) ou La Fontaine (1621-1695) ;
  • le baroque, ayant pour thème récurrent l'eau, le miroir, le masque, l'irrégularité et l'illusion, qui est l'opposé du classicisme. Parmi ses grandes figures, on compte Maurice Scève et Jean de Sponde.

XVIIIe siècle[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Romantisme

On retrouve dans la poésie du XVIIIe siècle des traces du classicisme avec par exemple Jean de la Bruyère. On y voit naître aussi le romantisme, un mouvement culturel qui s'exprime dans la littérature, la peinture, la musique et la politique. Il se caractérise par une volonté d'explorer toutes les possibilités de l'art afin d'exprimer ses états d'âme. Il est ainsi une réaction du sentiment contre la raison. Alphonse de Lamartine avec Le Lac ou encore Gérard de Nerval avec Les chimères illustreront ce mouvement au siècle suivant.

XIXe siècle[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Articles à lire : Réalisme (littérature), Naturalisme et Symbolisme

On retrouve au XIXe siècle différents genres :

  • le romantisme ;
  • le réalisme, un mouvement artistique et littéraire né du besoin de réagir contre le sentiment romantique. Il est caractérisé par une attitude de l'artiste face au réel, qui vise à représenter le plus fidèlement possible la réalité telle qu'elle est, sans artifice et sans idéalisation. Guy de Maupassant, avec Le Horla, illustre le réalisme ;
  • le naturalisme, un mouvement littéraire qui cherche à introduire dans les romans la méthode des sciences humaines et sociales. Émile Zola, avec La Fortune des Rougon, illustre le mouvement naturaliste ;
  • le Parnasse, un mouvement littéraire que Charles Baudelaire va illustrer avec Les fleurs du mal ;
  • le symbolisme, un mouvement littéraire et artistique apparu en réaction au naturalisme et au mouvement Parnassien, soutenu par Jean Moréas, Henri de Régnier ou bien encore Albert Somain.

XXe siècle[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Articles à lire : Unanimisme, Dadaïsme et surréalisme

Au XXe siècle, plusieurs mouvements se font encore sentir comme par exemple le symbolisme et le romantisme. Au XXe siècle apparaissent aussi plusieurs nouveaux mouvements :

Les événements historiques qui ont marqué le XXe siècle[modifier | modifier le wikicode]

De nombreux événements historiques ont changé l'art, et cela dans de nombreux pays. C'est d'ailleurs toujours le cas aujourd'hui, c'est universel. L'événement premier est la Première Guerre mondiale.

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Première Guerre mondiale

La Première Guerre mondiale s'est déclenchée suite à l'assassinat de François-Ferdinand par un nationaliste serbe le 18 juin 1914 à Sarajevo. On dénombre près de 9 millions de soldats tués, car ce n'était plus une guerre de mouvement mais une guerre de position : les soldats se sont « enterrés » suite à l'apparition de nouvelles armes qui n'ont nécessité aucun mouvement (armes à feu), puis ont développé des réseaux de tranchées. Les armées étaient séparées par un terrain vaste que l'on appelait le « No man's land ». Elle a duré quatre longues années, de 1914 à 1918, même si le traité de paix signé en 1919 a marqué les esprits et a changé la vision des choses. Par conséquent, les gens ont modifié leur façon de vivre, ainsi que l'art.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Seconde Guerre mondiale

La Seconde Guerre mondiale s'est déclenchée lors de l'invasion de la Pologne par Hitler le 1er septembre 1939 suite à l'annexion de plusieurs autres pays dans la volonté de créer une « grande Allemagne ». On dénombre plus de 60 millions de soldats et de civils tués pendant la guerre, avec en particulier un antisémitisme virulent en Allemagne qui va créer dès les années 1930 des camps d'extermination, dont le très célèbre Auschwitz. Le guerre durera six ans et se terminera avec le suicide d'Hitler et de tous « ses alliés ». Comme pour la Première Guerre mondiale, celle-ci a marqué les esprits et à changé l'art.

La Guerre Froide[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Guerre Froide

La Guerre Froide, qui oppose les États-Unis à l'URSS, débute en 1947, deux ans après fin de la Seconde Guerre mondiale. Les deux puissances se font la guerre assez « pacifiquement » : il n'y pas de combats directs, mais des conflits qui opposent le système libéral, démocratique des États-Unis à une économie planifiée et contrôlée de l'URSS.

La Guerre Froide se terminera à la chute de l'URSS, en 1991.

La décolonisation[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Décolonisation

Les décolonisations ont commencé en 1958 suite à la Seconde Guerre mondiale. La France, comme beaucoup d'autres pays européens, ont eu des colonies qui ont réclamé leur indépendance envers les métropoles.

Bouleversements[modifier | modifier le wikicode]

Les événements historiques ont placé le mot « liberté » au centre du XXe siècle, car c'est :

  • un cri de la liberté par rapport au contexte historique (deux guerres mondiales, des régimes totalitaires, etc.) ;
  • un cri de liberté du poète dans sa pratique. Le poète du XXe siècle remet en cause les codes classiques.

Dans la forme[modifier | modifier le wikicode]

Dadaïsme[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Articles à lire : Tristan Tzara et Dada (art)

Le Dadaïsme est un courant artistique et littéraire créé en 1916 qui consiste à briser les codes du langage français, dont Tristant Tzara a été un des pionniers.

Tristan Tzara, de son vrai nom Samuel Rosenstock, est né le 16 avril 1896 et mort le 25 décembre 1963. Écrivain, poète et essayiste de langue romaine et française, il a vécu une enfance et une adolescence sans histoire. Tzara prend des cours sur la culture française au Lycée Saint Sava, et s'éveille sur cela. Il prend la section scientifique pour son certificat de fin d'étude au Lycée Mihai-Viteay. En 1915, il crée son pseudonyme « Tristan Tzara » : « Tristan » en rapport avec un héros d'opéra de Richard Wagner (Tristan et Iseult), et Tzara qui signifie « terre » ou « pays » en roumain. Il apprécie beaucoup de choquer les bourgeois, et pour cela, il brise les barrières du langage français. En 1916, il participe a la naissance du mot « Dada » à Zurich et devient le plus grand propagandiste du mouvement. Certains poètes voient Tzara comme le chef de file de l'art nouveau. Avec ses amis, il se lance dans une grande activité : choquer le public et détruire les structures traditionnelles du langage français.

Extrait du poème de Tristan Tzara, Pour faire un poème dadaïste :

Le poème vous ressemblera.
Et vous voilà un écrivain infiniment original et d’une sensibilité charmante, encore qu’incomprise du vulgaire.

Surréalisme[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Articles à lire : Surréalisme, René Char et André Breton

Le surréalisme est un mouvement littéraire, philosophique, poétique, artistique et révolutionnaire apparu après la Seconde Guerre mondiale. Il succède au dadaïsme. Le surréalisme est défini par André Breton dans le Manifeste du surréalisme, en 1924. L'idée est le refus de toute construction logique de l'esprit, de désir et de révolte. Il veut donner l'impression de surprises et de juxtapositions inattendues, il dénonce l'indépendance à tout contrôle extérieur.

André Breton est né le 19 février 1896 à Tinchebray et mort le 28 septembre 1966. Il adhère au mouvement dadaïsme mais le quitte peu de temps après. Il va découvrir l'écriture automatique avec Soupault. Il est auteur, et écrit des récits poétiques. Il a adhéré au parti communiste français mais y a renoncé. En 1924, il publie le Manifeste du surréalisme qui propose une nouvelle conception de la poésie. Il se réfugie aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale.

René Char est un poète et résistant français né le 14 juin 1907 et mort le 19 février 1988. Il adhère au mouvement surréalisme à 22 ans.

Oulipo[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Articles à lire : Oulipo et Raymond Queneau

L'Oulipo est une association fondée par le mathématicien François Le Lionnais en 1960. Ce groupe se réunissait une fois par mois pour réfléchir à des contraintes formelles.

Raymond Queneau est né en 1903 et est mort en 1976. C'est un romancier et un poète. Il a fait notamment partie du mouvement surréaliste de 1924 à 1929 avec André Breton. C'est un auteur moderne car il ne s'est jamais plié aux contraintes de la poésie classique. Il est également l'un des cofondateurs de l'Oulipo.

Dans les regards lucides posés sur l'homme[modifier | modifier le wikicode]

Maurice Carême[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Maurice Carême

Maurice Carême est né le 12 mai 1899 à Wavre. Il vient d'une famille modeste. Joseph, son père est peintre en bâtiment ; Henriette, sa mère, tient une petite boutique où les gens humbles viennent faire leurs achats. Il a une sœur, Germaine, née en 1901, et un frère, Georges, né en 1904.

Maurice Carême passe une enfance campagnarde à Wavre. Son enfance deviendra l'une de ses sources d'inspiration.

Il écrit ses premiers poèmes en 1914. Il s'est inspiré d'une amie d'enfance, Bertha Dertry. C'est un élève brillant. Il obtient, la même année, une bourse d'études, et entre à l'école normale primaire de Tirlemont. En 1918, il est nommé instituteur. L'année suivante, il dirige une revue littéraire, « Nos Jeunes », qu'il rebaptise « La Revue indépendante » en 1920 . Il épouse en 1924 une institutrice, Andrée Gobron (Caprine).

Maurice Carême se considère lui même comme « ciseleur de mots », « sculpteur d'image ». Pour lui , les poèmes sont trop élevés : ils devraient être une exaltation de la vie. Pour lui, chaque poète parle au lecteur à travers le poème.

Jacques Prévert[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Jacques Prévert

Jacques Prévert, né à Neuilly-sur-Seine le 4 février 1900 et mort le 11 avril 1977 à Omonville-la-Petite est un poète du XXe siècle proche du surréalisme, mais à l'écart de toute école littéraire. Vers les années 1930, il devient scénariste et auteur de dialogues pour les films les plus célèbres.

La guerre ne le laissant pas indifférent, il rassemble ses poèmes dans un recueil qu'il nomme Paroles en 1945.

De tous les artistes contemporains, il demeure parmi les plus admirés.

Prévert à tout à fait conscience du mauvais côté de l'homme. Il a un regard lucide et juge objectivement les choses dans leurs plus dures réalités, comme dans son poème Aux champs (1946, du recueil Paroles) :

Dans une roseraie une rose
Qu'on appelle
veuve inconsolable du regretté.

Prévert est aussi un artiste engagé, il dénonce la cruauté de l'homme et de la guerre dans le poème Barbara (1946, du recueil Paroles) :

Mais ce n'est plus pareil et tout est abîmé
C'est une pluie de deuil terrible et désolée.

Enfin, le poète célèbre l'amour et la beauté de la femme dans ce même poème Barbara (1946, du recueil Paroles) :

Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
Épanouie, ravie, ruisselante.

La résistance et l'engagement[modifier | modifier le wikicode]

Au XXe siècle, de nombreux poètes se sont servis de la poésie pour exprimer leur engagement et leur résistance.

Paul Valet[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Paul Valet

Paul Valet, né en 1905, est un poète français d'origine russe. Il s'est engagé dès 1941 en tant que résistant en France. Il meurt en 1987.

Dans son poème Criez, criez, Valet nous dit d'exprimer tout haut ce que l'on a sur le cœur. C'est un cri de liberté caractéristique du XXe siècle.

Paul Éluard[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Paul Éluard

Eugène Émile Paul Grindel, dit Paul Éluard, est un poète français né à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) le 14 décembre 1885 et mort à Charenton-le-Pont le 18 novembre 1952.

En 1916, il choisit le nom de Paul Éluard, hérité de sa grand-mère. Sa rupture avec Gala en 1930 lui offre la possibilité de parfaire son art poétique. En 1934, il épouse Maria Benz, qu'il surnomme Nusch. Il adhère au dadaïsme et devient l'un des piliers du surréalisme en ouvrant la voie à une action artistique engagée comme dans les poèmes "Liberté", "Gabriel Péri", " La victoire de Guernica". Durant la Seconde Guerre mondiale, Paul Éluard rejoint définitivement le Parti Communiste et entre dans la Résistance. Il anime le Comité national des écrivains.

Entre 1916 et 1952, Paul Éluard, qui est considéré comme un poète majeur, publie plus de 100 recueils de poésie.

Louis Aragon[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Louis Aragon

Louis Aragon est un poète, romancier, journaliste français né le 3 octobre 1897 à Paris et mort le 24 décembre 1982. Il écrit ses premiers poème en 1918. Il est profondément marqué par la Première Guerre mondiale et il rejette tout ce qui l'empêche d'être libre, donc il adhère au surréalisme. Il adhère au parti communiste en 1927 et travaille à L'Humanité. Il lutte contre le fascisme et le nazisme. La Seconde Guerre mondiale lui inspire des poèmes qui sont dans le recueil Les yeux d'Elsa, paru en 1942.

En 1955, il compose Strophes pour se souvenir, à l'occasion de l'ouverture de la « rue du groupe Manouchian ». Le but était de se remémorer, de laisser une trace de ce qu'ils ont fait pour qu'on ne les oublie pas :

Mais à l'heure du couvre-feu des doigts errants
Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA FRANCE
Et les mornes matins en étaient différents.

Il est engagé car il montre que Manouchian et les résistants sont des héros et non des criminels comme voulaient le montrer la propagande nazie.

Guillaume Apollinaire[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Guillaume Apollinaire

Guillaume Apollinaire est né le 26 août 1880 à Rome et mort pour la France le 9 novembre 1918, de la grippe espagnole à la suite de la guerre, où il fut plusieurs fois blessé. C'est un des poètes français les plus importants du XXe siècle. Étant profondément marqué par la guerre, il l'a dénoncée dans ses poèmes. Il a inventé le terme de surréalisme qui est un automatisme psychique par lequel on se propose d'exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. Il a participé au cubisme en soutenant Braque et Picasso.

Il a marqué la poésie du XXe siècle par son engagement et sa modernité notamment dans Adieu, poème du 4 février 1915. C'est un poète lyrique dans Si je mourais là-bas et moderne avec l'utilisation du calligramme dans La colombe poignardé et le jet d'eau. Il a écrit un ensemble de poèmes intitulés Poèmes de Lou.

Boris Vian[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Boris Vian

Boris Vian est né le 10 mars 1920 à Ville-d'Avray. C'est un écrivain, romancier, poète, mais aussi un musicien et un grand amateur de jazz. Il a écrit plusieurs romans dont Les jour de l'Écume et Les cents sonnets. Il a aussi écrit des poèmes, dont le plus célèbre, Le déserteur, qui a été mis en musique le 7 mai 1954. Marcel Mouloudji sera le premier à l'interpréter après que Boris Vian l'a interprétée lui-même. Cette chanson fit scandale et sera censurée : Le conseiller Paul Faber demande son interdiction sur les ondes et dans l'édition : elle sera interdite jusqu'en 1962. C'est un chant de protestation et c'est un poème engagé. Il a été censuré car le pouvoir de l'époque le considérait comme une menace.

Dans cette « lettre », Boris Vian affirme fermement sa position, il ne laisse pas place à la discussion. Il explique les raisons de son courrier. Il donne les raisons de son refus en expliquant que la guerre touche le monde. Il est pacifiste, il n'opposera pas de résistance et renvoie au président sa responsabilité. Boris Vian ne déserte pas par lâcheté mais par conviction en incitant les gens à suivre son exemple. C'est un appel à la paix et la non-violence. Il se met hors la loi en désertant et en connaît les conséquences (arrêté ou tué).

Cette chanson est devenue l'hymne des pacifistes, elle a été interprétée par de nombreux artistes de toutes origines. Boris Vian proteste contre les guerres à travers Le déserteur avec un message de paix.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

  • Daniel Compère, Chronologie de la littérature mondiale
  • Dictionnaire Larousse du collège, Larousse
  • André Lagarde et Laurent Michard, XXe, éditions Bordas
  • Paul Valet :
    • Poezibao.com
  • Guillaume Apollinaire :
    • Magasine Je bouquine (n°367) paru en septembre 2014
Portail de la littérature —  Tous les écrivains, les poètes, les romans…